Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

Le Royaume de Melïa - Tome I

Aller en bas

Le Royaume de Melïa - Tome I Empty Le Royaume de Melïa - Tome I

Message  Mister Gab Sam 22 Déc - 21:27

Bonjour tous le monde !
Je vous présente mon projet: Le Royaume de Melïa!

Auteur: Mister Gab
Note: Ce premier chapitre n'est pas entier. C'est le début du Chapitre 1.
Seconde Note: Ce début de chapitre aura peut-être des améliorations par la suite, comme la description du château, des piéces et des personnages.


Chapitre I
A l'Aube de la Tempête


Le parc du Château de Melïa était étrangement désert ce soir là.
Le ciel s'assombrissait de plus en plus, faisant place aux nuages, sombres, comme le reste.
La fin d'Automne avait été rude, cette année, et l'Hiver n'allait pas en s'arrangeant. Chaque jour, le ciel menaçait de pleuvoir, faisant rester les villageois, autant que les sujets du roi, chez eux.
Le château, lui, était fait de pierres, donnant au Palais un aspect ancien, mais à la fois resplendissant. Les tours étaient immensément hautes, mais la tour principal dépassait la limite du possible, bien que les Sorcïals n'eut pas la même conception de l'impossibilité, de la difficulté. Les statues de marbres, grâce au lierre les entourant, avait l'impression de bouger sous le vent, ce qui fut peut-être vraie, quelques siècles auparavant.
Seul un jeune garçon était là, assis sur le Grand Mur, c'est-à-dire celui qui déterminer la fin du château. Il devait avoir environ quinze ans, le vent s'entrelaçait dans ses mèches brunes. Il avait les yeux verts, plongés dans le vide, dans un océan de tristesse.
Sa pensée fut pour le royaume, celui où il avait passé son enfance, celui où il avait tout appris.. Depuis quelques jours, le Roi de Melïa et ses plus important conseillers, dont son père, rester cloitré dans la Tour Principale, ce qui n'était pas à son habitude. Effectivement, sa Majesté était particulièrement amical, et n'aimait pas la solitude. Mais maintenant, les rares fois où l'on le voyait, il était pressé, l'air inquiet. Plus personne ne pouvait le nier, le château était en danger.
«-Kayan Nortleind ?
Le jeune garçon assit se retourna. Une vieille femme était la, rigide, froide, derrière lui.
-C'est bien moi, que me voulez-vous? avait-il lancé d'un ton glacial.
Apparemment, leur relation n'était pas basé sur l'amitié.
-Son Excellence m'a ordonner de te faire rentrer. La tempête arrive d'après lui. C'est compris ?»
Ledit Kayan ne prit même pas la peine de répondre. Il se dirigea vers la grande porte de marbre, l'ouvrit et entra dans le hall. A l'intérieur, ce n'était pas comme au Parc, au contraire, les va-et-viens incessant des cuisiniers, conseillers, tutrices et tuteurs n'arrêtaient pas. Kayan essaya de se frayait un chemin parmi la foule, arrivant au majestueux escaliers. Il montait jusqu'à chambre, où son père l'attendait.
Etre le fils d'un conseiller n'était pas vraiment un avantage. Bien sûr, on vivait un vie plus ou moins luxueuse au palais, mais Mr Nortleind était souvent avec le Roi Tirial, et donc ne passait pas beaucoup de temps avec son fils. Pour une fois, il l'attendait dans la chambre.
Kayan rentra. Les rideaux bordeaux avait été ouvert, comme pour mieux s'apercevoir du mauvais temps.
- Tu es là? Qu'est ce qu'il y a? demanda Kayan
- Je.. Je venais te prévenir de mon départ, pour Isinaïs
-Comment? Pourquoi? Il y a un problème avec Tirial ?
-Non, je n'ai pas de problème avec le roi, c'est professionnel.. répondit le conseiller, impassible à la réaction de son fils.
L'adolescent était là, comme pétrifié sur son lit. Déjà qu'il voyait peu son père, il ne le verrait plus du tout! Il ne comprenait pas.. professionnel, avait il dit. Mais il ne travaillait pas comme Conseiller? Et le travail d'un conseiller n'était-il pas de rester auprès du Roi, pour l'aider dans ses choix ?

-Tu ne peux pas savoir le mal que ça me fait, continua Mr Nortleind, j'aimerais bien rester, mais cela est impossible.. Je t'enverrais une lettre, une fois arrivé à destination, mais tu ne dois rien savoir pour l'instant.

Sur-ce, il se leva, embrassa son fils et partit.

Kayan se mit à regarder par la fenêtre, triste de devoir quitter son père, qu'il voyait de moins en moins ces temps-ci. Le ciel était maintenant d'un bleu marine effrayant. Le vent n'était plus la légère brise de toute à l'heure, mais c'était à présent de grosses rafales. On distinguer mal l'horizon, perdu sous un épais brouillard, qui semblait engloutir de plus en plus le Royaume. Puis le regard de Kayan vient se poser dans le parc. Il remarqua aussitôt le groupe d'homme assis dans l'herbe fraîche du crépuscule. Ils semblaient tous très attentifs à ce qu'eux l'un d'eux disait.
L'enfant, du haut de la tour, le reconnut presque instantanément. Un visage creux, des bras squelettiques, et pourtant, un long sourire s'esquissait sur lèvres sèches.
Un inconnu aurait pris peur, en le voyant. Il aurait sûrement pensé que ce vieil homme était d'une méchanceté sans égale. Mais Kayan le connaissait. Au contraire, il n'y avait pas plus gentil, plus drôle et sympathique que Lian, tel était son nom.
L'enfant en savait beaucoup sur lui. Il le connaissait depuis longtemps, et savait donc que c'était le Sorcïal-en-chef.
Les Sorcïals étaient des personnes pratiquant la magie, un art dont Kayan ne pouvait se lasser. Ces personnes pouvait jetaient des sorts tel que la paralysie ou encore la Lévitation. Tous ceci méritais, comme toutes pratiques, beaucoup d'entraînement. Le plus dure était sûrement d'analyser les sorts jetés. Par exemple, pour invoquer un Meïphisar, une sorte d'esprit du feu, il fallait avoir une grande performance dans la catégorie ''Attaque Physique'' plus précisément type feu.
Kayan persistait à sa fenêtre. Malgré le mauvais temps, il l'ouvrit, essayant d'entendre leur conversation. Malgré ses effort, il ne put percevoir que des bribes de mots tels que «préparer», ou encore «bientôt».
Renonçant, il referma la fenêtre, mais continua quand même à regarder la scène.
Une jeune femme d'une vingtaine d'année se leva. Elle était mince, blonde, et portait une magnifique tunique pourpre. Elle avait l'air très concentrée dans son travail, et ne quittait pas des yeux le groupe. Soudain, elle disparut dans un éclair mauve.
Kayan compris alors. Il avait étudier quelques fois les formes de magie, et en avait conclu que tout cela avait un rapport lorsqu'une couleur apparaissait. Ainsi, le mauve et le violet avez un lien avec les sorts physique, qui avait aussi un rapport mental. Une dizaine de secondes après, la jeune Sorcïal réapparut derrière le groupe.
L'enfant se décida à s'allonger, en voyant la lune jouant derrière les nuages. Il mit du temps à s'endormir. Ceci fait, son sommeil fut froid et agité. Soudain, il vit qu'il était dans sa chambre. Au fond de lui-même, Kayan comprit qu'il était en plein rêve, comme la pluparts de ces nuit. Il savait exactement ce qu'il allait se passer.
Il se leva, lentement, se dirigea vers la porte. Le couloir était vide. Une atmosphère d'angoisse s'installa, causée par le silence inhabituel. Il continua vers les escaliers, tout aussi silencieux. Puis, son rythme s'accéléra et il se retrouva rapidement dans le hall. La respiration haletante, il se dirigea vers le Parc. Le ciel était dépourvu de nuage, mais ce n'en était pas moins effrayant. Il était d'une couleur rouge sang, ce qui était très rare pour un paysage aussi magnifique que celui du Château. Les plantes, d'habitude belles et rayonnantes, étaient sèches, mortes. Soudain, une main glacée se referma sur lui.
Trop tard. Kayan se réveilla là, en sueur, comme pétrifié sur son lit. Il devrait encore attendre la nuit prochaine pour comprendre ce que signifiait ce rêve, répété chaque nuit, sans exception. Quelle était cette main ? Et pourquoi le Royaume avait l'air désérté par ces habitants?
Un bruit de sabot se fit alors entendre dans la cour. Il n'eut pas besoin de regarder ce que signifiait toute cette agitation dans le Parc. Il se redressa, et se mit à courir du fait que, deux minutes plus tard, il se trouvait devant la Grande Porte. Il l'ouvrit d'un geste vif et se précipita dehors. L'herbe fraîche glacée les pieds nus de Kayan, ce qui ne l'empêchait pas de continuer sa course, jusqu'au portail, où il s'arrêta.On voyait une fine silhouette, assis sur un cheval qui s'éloignait au loin dans l'horizon.
«-Papa! Attend ! Tu... Tu ne m'as pas dis... aurevoir..»
Il avait prononcé ce dernier mot dans un murmure à peine audible.Quand son père ne fut q'un minuscule point noir au milieu des colines environnantes, l'enfant se résolut à rentrer.
« -Kayan! Attends-moi, s'il te plait!
-Qu'y a-t-il Helio? Répondit-il, lassé de toute cette agitation.
Une jeune fille d'à peu près son âge, les cheuveus ondulés, châtains, courrait vers lui. Ses yeux étaient d'une magnifique couleur noisette. Elle portait l'habituelle tunique des Sorcïales, la tunique pourpre..
«-Je voulais juste te parler.. Tu sais..
-Ah.. Tu.. Tu viens de..
-De la réunion, oui! Pourquoi n'y étais tu pas? C'est pourtant obligatoire pour tout Sorcïal de plus de...
-Quinze ans.. l'interrompit Kayan.
-Ju.. Justement..
La jeune fille, dont les cheveux dansés sur ses épaules, bercés par le vent, restait là, incrédule. Elle comprit alors sa bêtise. Son ami n'aurait quinze qu'à onze heures, c'est-à-dire dans deux heures.
-Je suis.. Désolé, vraiment!
-Ce n'est pas grave, je ne t'en veux pas. Il y a des choses plus grave en ce moment, au château..
Le silence tomba. Helio, ayant vu Mr Nortleind patrir, compris la tristesse de son amis.

----------------------------
Feedback
Mister Gab
Mister Gab
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 17
Age : 29
Localisation : Niiice !
Date d'inscription : 22/12/2007

http://perriale-school.aceboard.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum