Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

Nouvelle histoire Pirates des Caraïbes

Aller en bas

Nouvelle histoire Pirates des Caraïbes Empty Nouvelle histoire Pirates des Caraïbes

Message  Pulsar Dim 9 Sep - 13:44

PIRATES DES CARAÏBES
Ceci n’est qu’une idée personnelle, il n’y a aucun spoliers


Cela faisait plusieurs semaines que le navire avait quittait son port d’attache pour se rendre dans la mer des caraïbes et plus précisément Port Royal. Une traversée longue et difficile car sujette à de possibles attaques de pirates.

La jeune femme se trouvait sur la proue du navire et essayer de forcer son regard pour distinguer une ombre à travers le brouillard, encore très dense. C’est à ce moment que l’un des hommes de l’équipage qui était installé en haut du mat de misaine hurla pour se faire entendre de tous et tout le monde.
- Navire en vue sur bab….
Il n’eu pas le temps de terminait sa phrase, qu’à quelques centimètres de la proue et de la jeune femme, déchirant le brouillard, un très grand navire trois mâts apparut de tout son flanc. Un flanc composé de trois ponts. Un instant plus tard, le navire était retournait dans le brouillard, comme si cette apparition était celle d’un fantôme ou d’une hallucination collective.
Tandis que la jeune femme restait immobile, l’équipage quand a lui était en effervescence. Sur le pont, à la barre, le capitaine donnait des ordres à tous ses hommes, tandis qu’il avait stoppé son navire.

Tandis que le brouillard se dissipait, tous et toutes étaient fin prés à reprendre leurs chemins, le navire hissa donc les voiles et recommença à ce rapprochait de leur destination qui était toujours Port Royal. Le navire grâce au vent, commença à prendre de la vitesse lorsque de nouveau après seulement une journée de voyage, l’homme plaçait en haut du mat de misaine hurla.
- Navire en vue.
En effet, en face d’eux au détour d’une petite île qu’ils longeaient, un navire avec des voiles noires fit son apparition. Le capitaine ordonna que le bâtiment fût mis au poste de combat après avoir vue avec sa longue vue, un drapeau de pirates flottait en haut du plus grand des mâts. Mais contre toute attente le navire pirates, était déjà en lutte avec un autre navire qui pour le moment n’entrait pas dans leurs champs de vision. Ce qui permit au capitaine de mettre son navire et son équipage en lieu sûr.
Après un combat rapide le navire pirate touchait par de nombreux boulets de canon, coulait corps et bien tandis que certain pirates nagez vers la rive toute proche.

Le capitaine, ainsi que les hommes d’équipage étaient intriguaient, tandis que leurs passagers, qui n’étaient pas habituaient ne s’y intéressaient pas.
Comment un navire pirate comme celui-ci avait-il pu couler aussi simplement et aussi rapidement. La réponse ne se fit attendre que quelques minutes, quand le second navire passa la pointe de l’île et entra dans leurs champs de vision. Un navire de guerre voguait. Ce navire de la classe des Galions, avait trois ponts avec sur chacun d’eux, de nombreuses ouvertures avec battants où derrière se trouvait sans le moindre doute des canons. C’était un magnifique navire de guerre lourdement armé avec à l’avant une figure de proue.
Sur le pont du navire, l’homme le plus important parmi les passagers alla voir le capitaine pour lui demander :
- Que fait tel navire de guerre pareil ici ?
- Je n’en sais rien, mais pour le moment je me pose des questions sur le fait qu’il n’avance pas. Soit il nous a vu, soit il attend quelque chose ?

En effet, le capitaine avait raison, mais il ne l’avait pas vu. Quelques minutes plus tard, on aperçut deux nouveaux navires dépasser la pointe de l’île. Eux aussi de magnifique navire de guerre lourdement armé. Tandis que le membre d’équipage en haut du mât de misaine annonçait :
- Navire en vue sur tribord.
Toutes les personnes présentent sur le pont allèrent de l’autre côté du bateau, pour observer deux nouveaux navire de guerre, qui étaient également lourdement armé. Lorsqu’ils se rejoignirent, le capitaine vit avec sa longue vue que chacun des bateaux communiquait avec les autres. Et ensuite, ils gonflèrent les voiles et se dispersèrent mais allèrent dans la même direction. Leur point de chute, Port Royal qui n’était plus qu’à environ deux semaines de voyages.
Cette journée fut notée dans le carnet de bord.

Le reste des deux semaines de voyage se firent sans aucun autre fait notable. Les membres d’équipage ainsi que le capitaine étaient au agait pour voir si leur chemin ne croisé pas de nouveau l’un des ses cinq navires, tandis que l’équipage se posaient des questions et allait chacun de leurs hypothèses concernant le faite qu’ils soient là.
Par un beau matin, au détour d’une allo, le capitaine ordonna que l’on stoppa le navire. En eux et Port Royal, se trouvait les cinq navires qui avaient jetaient l’encre, mais de façon à pouvoir défendre leurs positions devant les assaillants sans pour autant se gênait où empêcher les navires d’entrée et de sortir du port.
- Que fait-on capitaine ?
- Je ne vois pas. Nous avons des passagers, si nous forçons le barrage, nous risquons de finir au fond de la mer, nous ne sommes pas de taille à affronter un seul de ses navires, alors encore moins les cinq.
- Mais ils doivent être en train de mettre Port Royal à feu et à sang.
- Ca m’étonnerait. Nous n’entendons rien et il n’y a aucune fumée.

Ils restèrent ainsi une journée, au abords de l’île à attendre un moment propice ou un signe pour savoir quoi faire. Mais personnes ne fut autoriser à quittait le navire.
L’attente ne fut stoppait que tard dans la soirée, quand un autre navire arriva par la même route qu’eux et stoppa très près d’eux.
- Capitaine. Que faites vous ici, un soucis.
- Non, monsieur. Mais des navires de guerre ont prit Port Royal.
- Quoi ?
Il prit sa longue vue et regarda bien.
- Mais non, ce n’est qu’Elisabeth et son mari Will Turner qui sont venus dire bonjour à son père. Bon nous poursuivrons cette discussion à terre. En avant toute.
Lorsque le navire recommença à s’éloignait, le second du capitaine alla voir son capitaine :
- Que fait-on ?
- On les suis.

Pulsar
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum