Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

Crossover entre Pirates des Caraibes et 2007 (note monde)

Aller en bas

Crossover entre Pirates des Caraibes et 2007 (note monde) Empty Crossover entre Pirates des Caraibes et 2007 (note monde)

Message  Hanael Dim 18 Mar - 22:35

Voila la première fic que je publi icic merci d'être indulgent je ne suis pas vraiment dans mon état normal quand j'écrit sur POC lol! (la pensée du corps de Deppounet me rend dingue Exclamation et m'oblige a copiner avec la bouteille de rhum Very Happy !!!
Enjoy !!!



Diclaimer : Tout à Walt Disney, rien à moi... ^__^
Rating : rien tout public pour le moment !!!
Le tit dernier : un cross over 2007/ Pirates des Carïbes !


***

DEIS IRAE

Le Black Pearl luttait courageusement sous les assauts acharnés des vagues noirs, sa carcasse ténébreuse grinçant et brinquebalant ...
Les passagers dudit navire se battaient avec acharnement : réglant la voilure, se battant en combat singulier avec le grand mat ou le timon...
Jack Sparrow, le seul homme serein présent sur le navire, serrait sa précieuse boussole entre ses longs doigts couverts de bagues. La nuit était d'un noir d'encre mais il parvenait à déchiffrer son précieux instrument grâce aux immenses éclaires blancs qui zébraient le ciel. Il entama pour la treizième fois de la soirée le désormais célèbre « Yoho a pirates life for me ! » .
Le seul membre de l'équipage qui pouvait l'entendre (et pour cause un nouveau roulement de tambours célestes fessait rage) , le perroquet de Mr Gibbs, reprit le refrain avec lui.
William Turner hurla quelque chose comme :
« T'aintaguelelepiaf !ViennosuaideraulieudechanterBROUM (dixit les éclairs)JackSparrow ! »
Un des hommes passa par dessus bord dans la plus parfaite indifférence de l'équipage.

La tempête c'était calmée... Un disque argenté flotté au dessus des vagues... Poséidon était apaisé (pour le moment...).
L'équipage épuisé était allé s'écrouler unanimement dans leurs hamacs plein de puces. Il régnait à bord un calme étrange... Néanmoins, sur le pont d'ébène, se profiler deux charmantes silhouettes : Jack et William étaient en grande conversations.
« Jack..., souffla le jeune homme, tu sais se que risque Élisabeth si je en reviens pas rapidement ?
-Oui, admit le pirate et portant sa bouteille de rhum à sa bouche, je sais...
-Alors pourquoi ne ... Enfin je... », le brun se retourna et fixa un point dans le vide, se retenant au bastingage pour ne pas chuter
Il ressentait en se moment une drôle de sensation à la vue de ce flibustier, adossé non avec nonchalance sur le garde-fou, le visage étirais en un large sourire typiquement « Sparrow »...
Sa chemise blanche avait été déchirée et on pouvais voire le souvenir cuisant que lui avait laissé la compagnie des Indes.
Wil s'obligea à garder le silence. Il éviterait ainsi de dire des bêtises... Il devait penser à Élisabeth rien qu'à Élisabeth... Sa belle chevelure blonde incomparable et... sa chemise blanche ouverte négligemment sur des pectoraux parfaitement dés innés, sa peau halée, son rire sonore pareil à un aboiement, ses manières indécentes ses... ses... Mais à qui pensait il là au juste ?!
Il grogna et resserra plus que de raison, son étreinte contre l'innocente barrière de bois vernis.
Jack regardait son cadet d'un air e plus en plus vague (proportionnellement vague à la descente du niveau de sa bouteille de rhum).
De grands nuages noirâtres revirent en quelques secondes. Le capitaine pesta contre le climat changeant des Caraïbes... Le tonner gronda... Une pluie fine puis de plus en plus drue...
Pourtant les deux hommes ne bougeaient pas. L'un était trop saoul, l'autre trop plongé dans ses réflexions...
Un immense éclair rougeâtre frappa de plein fouet le pont d'une navire...
Une lumière blanche aveugla nos deux amis...

Sable... Jack avait un goût de sable dans sa bouche... Non ! Il avait du sable dans la bouche ! Il recracha un gros coquillage (et son Bernard l'Hermite assortit LOL) et une pleine pelleté de sable.
Il sentit la lumière du soleil caressait sa joue... Hum ! Une mouche s'était posée sur sa joue. Il voulu l'aplatir mais ne réussit qu'à se gifler magistralement...
Un gros PAF suivit AOUÏLLEUH éveilla notre jeune Turner. Il se mit difficilement sur le dos. Il garda les yeux fermés. Écoutant les bruits alentours : le ressac de la mer... Le chant des mouettes...
Mais un autre bruit, incongru et pour tout dire, inconnu, vint rapidement se rajouter : comme un vrombissement et des pétarade ment comme un étrange pistolet.
Il ne se souvenais plus de grand chose de sa dernière soirée, il se souvenait du ponton, de Jack de la pluie... De l'éclair aussi ! De cette incroyable éblouissement qui en avait résulté.
Il avait sans doutes échoués sur une île habitée par des autochtones anthropophages comme à leur habitude. LOL
Wil ouvrit une paupière hésitante puis s'assis dans le sable aux fines particules d'or... Il frotta ses poings contre ses petits yeux, bailla, s'étira, grogna, se gratta les aisselles.... Enfin bref il souhaita bonjour à l'aurore.
Le brun était face à la mer... FLIP FLOP FLIP FLOP, fessait le ressac. SCRIC SCRIC, fessait le sable sous ses doigts. Il se tourna et regarda ...
VROUM VROUM fit un scouter de livraison de pizza express....
VROUM VROUM QUOI ?! Scouter ?! Pizza ?! Pirates des Caraïbes ?!
Et non, William John Andrews Turner ne rêvait pas : une machine infernale tirée par des chevaux invisibles venait de passer en trombe derrière lui !!!
Il se retourna et se jeta sur son acolyte :
« JAAAAAACK!!!, hurlait il à plein poumon, JAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAACKKKK !!!!!!»
O0o0o Quelque pars dans un système solaire à des années lumière du notre, des créature octopode brouté tranquillement dans une prairie de cactus jaunâtres... Ils furent témoin d'un étrange événement : une sorte de hurlement diffus troubla leur repos cela ressemblé pour eux à un mot comme « JWACKK ». Les étranges bestiaux roses à poids vert se concertèrent de leur dix paires d'yeux. Il en résultat un concert de son étrange émit par leurs trompe en forme de saxophone....0OoOoOo
Le dénommé bailla à s'en décrocher la mâchoire, comme s'il ne se soucié pas des mains du jeunes hommes qui l'empoignaient par le col en le secouant frénétiquement en hurlant son nom...
« JAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAACK !!! »
Voyant que son cadet n'avait pas l'intention de cesser son impitoyable barrissement, il se dressa prestement sur ses jambes, prêt à affronter une colonie entière de poulpes géants affamés.
Une foi debout il ne remarqua une chose étrange : le sable de cette plage était parfaitement lisse, trop lisse même comme si on l'avait ratissé... A quoi bon ratisser une plage ?!
Il fixa d'un regard impérieux l'homme qui l'avait sortit de sa torpeur :
« Eh bien William ? Qu'es ce qui te prend de me réveiller comme....HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!! »
Jack Sparrow, le terrible pirate, venait de voire passer une nouvelle charrue infernale tirée par des chevaux invisible (une Audie bleu dernier crie en fait...).
De nouveaux nos subtiles créatures inter galactique furent déragées dans leurs séance de broutage quotidien, il en résultat de nouveau un étrange concert auquel vint s'ajouter une trombone ailé qui passait par là...

Nos deux héros affolés couraient maintenant le long de ce qui leur semblait être une étrange route noire faite d'un matériel inconnu (goudron). Ils avaient croisés bon nombre de charrettes et charrues infernales qui s'étaient misent à barrirent férocement (klaxonner). Ils avaient croisé des gens semblant venir d'un autre monde des hommes vêthuent étrangement, des femmes à moitiés nue se baladant sans complexe, offrant leurs rondeurs aux yeux gourmands de Jack qui avait manqué d'en croquer une au passage...
Les gens les regardaient curieusement. Leurs habits de corsaires semblaient étrangement décalés dans ce contexte. Malgré cela, quelques personnes c'étaient jetés sur eux en les appelant par des prénoms inconnu : « Regarde maman !!!, avait hurlé une fillette habillé comme un garçon, C'est Johnny Deppeuh et Orlando Bloomeuh ! Dis maman je peu leur demander un autographe s'teuplait !!! »
Ils n'avaient pas vraiment compris le sens de cette phrase. En revanche Jack avait remarqué que long les confondait avec des personnages qui semblaient important... Ils pourraient sans doute en tirer profit... Mais pour le moment... Trop épouvanté par ces étranges découvertes, ils couraient, hurlant follement...

Épuisé, ils s'effondrèrent contre un mur de pierre. Leur course les avaient mené prés du quartier « jeune » de cette étrange ville. Prés d'eux, un chanteur miteux tenté tans bien que mal de gagner un peur d'argent quémandé aux jeunes passant alentours... Jack remarqua de suite la bouteille de rhum déposée au pied du vieil homme. Pensant trouver la résolution de ce cauchemar dans l'alcool, il entrenna Wil avec lui.
La chanson du vieillard s'achevée. Jack, de son allure la plus séduisante et de son sourire le plus assuré se dirigea main tendu vers son homme.
« Bonjour l'ami, claironna-t-il faisant se retourner quelqu'un passant, je suis le capitaine Jack Sparrow !
-Enchanté, répondit sarcastiquement le vieil homme, moi je suis la fée Clochette !
-Eh bien Mr Clochette je suis venu vous proposer un marché !
-Ah oui, vraiment, dit il en caressant son maigre bouc gris
-Oui, je viens te demander ta bouteille de rhum... »
Tout ce passa très vite dans la cervelle calculatrice de John Ford, puisque tel était son nom : ces deux énergumènes avaient l'air totalement allumés. Il allait donc en profiter ! Mais jusqu'où pourrait il aller ? Sa maigre carcasse ne lui permettrais pas de se défendre en cas de représailles... Mais ces gens là avait l'air si cinglé...

Quelque minutes plus tard, William et Jack dansait une gigue endiablé pour le plus grand plaisir des centaines de badeaux rassemblaient autour d'eux :

« Yo ho, yo ho, a pirate's life for me.
We pillage, we plunder, we rifle, and loot,
Drink up, me 'earties, yo ho.
We kidnap and ravage and don't give a hoot,
Drink up me 'earties, yo ho. »
Scandaient ils à pleins poumons.

Les gens applaudissaient de plus belle. Le vieil homme passait dans les rang, un tricorne débordant de billets et de pièces, récoltant le pour-boire des artistes...

Razz fin un peu court mais bion... fait ce kon peut !!! lol!


a suivre !

(merci de laisser un tit comentaire !!!) cyclops
Hanael geek
Hanael
Hanael
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 10
Age : 43
Localisation : île paradisiaque avc plein de cocotier et de beaux jeunes hommes musclées... XD
Loisirs : Grater les oireilles de son chats, se faire masser par de beaux jeunes hom, bulles dans le bain...
Date d'inscription : 01/03/2007

http://WWW.hanael.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum