Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -39%
Pack Home Cinéma Magnat Monitor : Ampli DENON ...
Voir le deal
1190 €

[New York 911] La nouvelle secouriste.

Aller en bas

[New York 911] La nouvelle secouriste. Empty [New York 911] La nouvelle secouriste.

Message  pimprenelle Sam 22 Sep - 17:54

Les personnages ne m'appartiennent pas, mis à part Moïra qui sort tout droit de mon imagination.
La FIC se situe quelque part entre la saison 2 et 4, avant la disparition de certains personnages.

J'espère que cela vous plaira, bonne lecture.




Chapitre 1


Elle était définitivement perdue. Rien à faire. Petite française sortie de son petit bourg, se retrouvant au milieu d'une ville pleine de monde venu de tous les horizons. Toutes ces rues parallèles les unes aux autres, avec des bâtiments presque tous identiques... comment trouver cette fichue caserne??
La jeune femme voulait traverser la rue quand un homme visiblement alcoolisé s'accrocha à elle. Il baragouinait des choses incompréhensibles dans un anglais pâteux. Elle qui n'avait pas une bonne étude de la langue se sentit encore plus paumée.
Une sirène retentit quelques secondes avant qu'une voiture de police ne s'arrête devant elle et son nouvel "ami".
_ Je suis française, bégaya-t-elle rapidement quand un policier sortit du véhicule.
Celui-ci leva les sourcils, soupira et recula pour parler à son coéquipier qui sortit à son tour.
_ Cet homme vous ennuie, madame? Demanda poliment l'agent de police, dans un français plutôt correct.
_ Eh bien, à part qu'il sent très mauvais, que je ne le connais pas et qu'il commence à être lourd, fit elle dans un sourire gêné décrochant un rire compréhensif à la policière.
_ Je vois. Allez va-t-en Mike, tu embêtes cette personne, dit elle au bonhomme dans sa langue.
L'autre agent, qui était retourné dans la voiture, appela sa partenaire.
_ Bien, si vous n'avez plus besoin de nous, le devoir nous appelle.
_ À vrai dire, pourriez-vous m'indiquer la caserne des pompiers de la 55e?
_ Venez, on va vous déposer.
Elle expliqua vite fait la situation à son collègue qui ronchonna.
_ Hey! Je vous comprends, dit la française en riant. Merci de m'accompagner.
_ Pas d'quoi.
Pour éviter le silence lourd qui s'apprêtait à s'installer, elle se présenta.
_ Je m'appelle Moïra Sarceaux.
_ Moi, c'est Faith Yokas, et voici Bosco. Ne vous formalisez pas de sa mauvaise humeur, il a perdu un pari.
Moïra sourit franchement en jetant un oeil dans le rétroviseur central, croisant ainsi le regard sombre du dit Bosco.
_ Notre commissariat est en face de la caserne, expliqua Yokas. Vous êtes à New York depuis longtemps?
L'agent de police s'évertuait à s'adresser à Moïra en français. Cette dernière trouva cette attention plutôt sympathique et l'en remercia.
_ Je suis arrivée ce matin en fait, mais... je me suis perdue.
_ La ville est grande, acquièça Yokas. Vous venez d'où?
_ Une petite ville de France, répondit elle vaguement.
_ Loin de Paris?
_ Un peu. Environ quatre heures en voiture.
Faith semblait très intéressée par la jeune étrangère. Elle lui posait quantité de questions. Sa ville, sa famille, son voyage, la caserne...
_ Je suis secouriste en France, fit elle, je viens me perfectionner ici.
Bosco arrêta la voiture brusquement.
_ Ça fera 25 dollars la course, grincha t il.
Yokas secoua la tête en levant les yeux au plafond.
_ Depuis quand nous sommes taxi?
_ Ouais, depuis quand? La défia t il.
_ Oh laisse tomber.
Moïra sortit de la voiture et se pencha à la vitre passager de la policière.
_ Merci beaucoup pour votre aide, dit elle. Je n'y serais jamais arrivé sans vous.
_ Ça fait aussi parti du boulot, sourit Yokas. Nous nous reverrons probablement rapidement.
_ Si Doc me fait sortir assez vite, ouais.
La jeune femme s'éloigna avec un geste de la main, sans oublier un petit signe de tête et un sourire à l'intention de son conducteur mal luné. Bosco sembla se radoucir un peu avant d'appuyer sur l'accélérateur.

Plusieurs pompiers s'activaient à nettoyer les véhicules devant la caserne. Moïra, suivie de sa valise à roulettes, cherchait l'entrée principale du regard. Un des hommes se retourna vers elle émettant un sifflement approbateur.
_ Hey! Regardez moi ce bout de d'moiselle en détresse! S'exclama t il.
_ Je cherche... ah Doc!! Enfin!!
Le secouriste accourait vers la nouvelle venue. Il lui donna l'accolade puis la prit par les épaules pour la regarder plus attentivement.
_ Je t'attendais ce matin, où étais tu? Je commençais à m'inquiéter!
_ Je me suis perdue. Fallait venir me chercher à l'aéroport...
Une remarque dite gentiment, gardant cependant un petit air de reproche.
Voyant que les pompiers s'étaient arrêté de travailler et de bavarder, Moïra leur fit un petit signe de la main, avec sa bonne humeur.
_ Quelle bande de curieux, ronchonna Doc en attirant son amie avec lui. Viens, je vais te présenter les locaux et nos collègues. Et surtout Lou.
_ Le chef?
_Ouais.
Doc prit la valise et Moïra le suivit vers la salle commune. Elle fit alors la connaissance de Kim et Alex, les deux autres femmes de l'équipe, et de Carlos, qui faisait le clown.
_ Fais pas attention, dit la blonde un peu moqueuse, il est comme ça chaque fois qu'il fait la connaissance d'une nouvelle fille.
Carlos l'imita en grimaçant, sensiblement vexé.
_ J'y peux rien si cette caserne est à cours de jolies filles, répliqua t il en partant.
_ Ouuuuh!!! Fit Alex en roulant les yeux.
Kim sourit à Moïra et lui tapota l'épaule.
_ Ils s'adorent, mais faut pas leur dire.

La radio grésilla. "55 Adam! Un homme de 67 ans tombé dans l'escalier au 354 de la 145e avenue "
_ Carlos! On y va! Appela Doc avant de répondre au central.
Un grognement lui répondit.
_ Moï', va voir Lou dans son bureau. Kim et Alex vont te montrer.
Et le secouriste disparu.
Les pompiers arrivèrent dans la salle commune en chahutant.
_ Alors Kim, tu nous présentes ta nouvelle copine?!
_ Jimmy!
Moïra se présenta toute seule et demanda à voir Lou. Celui ci sortit des rangs, un sourire en coin, et entraîna la jeune femme dans son bureau. Pour ses débuts dans la caserne, elle accompagnerait Doc et Carlos et se contenterait d'observer. Au bout d'une semaine, elle remplacerait le latino auprès de Doc. Carlos et Kim bosseraient ensemble et Alex pourrait rejoindre les pompiers. Tout se goupillait plutôt bien.
Moïra restait une année dans le centre de secours et elle espérait que ça ne passerait pas trop vite.
_ Tu sais où dormir? Demanda Eddie, malicieux.
_ Pas vraiment, mais Doc a dit qu'il se chargeait de me trouver quelque chose.
_ Mon lit est libre si tu veux, plaisanta Jimmy encouragé par la présence de ses copains.
Kim lui jeta un regard assassin et préféra accorder plus d'attention à son magazine.
_ Euh, ça ira, merci, euh... Jimmy, c'est ça?
Un sourire encadré de deux fossettes lui répondit, et son propriétaire retourna à ses occupations, suivit par ses collègues.
_ Ils sont intrigués, c'est pas tous les jours qu'ils rencontrent une française, expliqua Alex en la poussant légèrement pour récupérer sa tasse de café.
Moïra se doutait que ce n'était pas son physique qui les attirait, mais la réputation exagérée qu'on prêtait aux habitudes sexuelles des femmes de son pays. Elle se trouvait plutôt banale, sans réelle beauté. Elle aimait bien ses yeux, verts cerclés d'ocre, mais c'était bien la seule chose. Ses cheveux étaient longs, raides, plats... sa belle couleur cuivrée avait terni. Elle n'était ni grosse ni mince, pas très grande, mais pas petite non plus. Son visage, éclairé par ses émeraudes brillantes, était rond avec les pommettes saillantes. Son nez était droit et fin, et ses lèvres, souriant facilement, étaient pâles et légèrement ourlées. Elle ne se définissait pas comme étant belle, ni même jolie. Charmante peut-être. Mais banale lui semblait plus approprié. Elle aimait penser que les hommes étaient attirés par son caractère et sa bonne humeur quasi perpétuelle.

Quand Doc et Carlos revinrent de l'intervention, Kim et Alex étaient parties pour un choc frontal entre un cycliste et une voiture, la voiture ayant l'avantage évidemment. Moïra était restée en compagnie des pompiers qui s'étaient installés devant la télévision. Entourée d'une dizaine de mecs, se sentant plutôt en sécurité, la jeune femme, épuisée par son voyage, avait succombé aux bras de Morphée.
_ Chuuut, chuchota Jimmy d'un air victorieux quand Carlos s'approcha. Elle vient de s'endormir.
Et il montra la tête cuivrée appuyée contre son bras. Le secouriste s'en alla en haussant les épaules.
_ Hey Doc! Ta protégée est aux mains de l'ennemi !
_ De quoi?
_ Rien. Si tu cherches la nouvelle, tu la trouveras dans les bras de Jimmy.
Doc s'empressa de rejoindre son collègue pour comprendre de quoi il parlait.
_ Bon, déjà, la nouvelle s'appelle Moïra. Et elle dort, contre Jimmy parce que c'est lui qui se trouve là, c'est tout. Commence pas, ok.
_ Ça va, ça va.

L'heure tournait et la garde prit fin. Jimmy tenta en vain de réveiller la belle endormie, alors il la prit dans ses bras pour la monter à l'étage où se trouvaient les lits pour les gardes de nuit. Il croisa son ex femme à ce même moment dans l'escalier.
_ Il ne t'a pas fallut longtemps pour lui sauter dessus. Tu perds vraiment pas de temps !
Kim ne lui laissa même pas le temps de répliquer qu'elle était déjà partie en courant.
Le beau brun posa délicatement son précieux paquet sur le lit qu'il occupait habituellement puis partit se changer pour rentrer chez lui. Il croisa Doc et l'informa du sommeil de la française.
_ Tu lui as trouvé un endroit où dormir?
_ Je vais l'accueillir chez moi le temps de lui trouver un appart'.
_ Ok, parce que c'est Kim qui a Joey cette semaine, son lit est libre, dit il l'air de rien.
Doc lui fit un clin d'œil et lui tapota l'épaule, goguenard.

Deux semaines plus tard, Moïra s'était bien intégrée. Aussi bien auprès des filles que des garçons. Jimmy l'avait invitée à boire un verre un soir avec les autres pompiers. Ils avaient passé une très bonne soirée tous ensemble.
Au moment de la ramener à l'appartement que Doc lui avait finalement trouvé, Jimmy ne put s'empêcher de l'embrasser. Moïra répondit au baiser et l'invita à entrer "boire un dernier verre".
Cependant, le lendemain matin, la jeune femme mit les choses au clair. Elle n'était pas amoureuse, elle avait juste eu besoin d'un peu de réconfort dans un moment de faiblesse après quelques verres de trop.
_ C'est dommage, admit le pompier. Moi ça m'aurait bien plu...
Un sourire malicieux s'installa sur les lèvres de la jeune française.
_ On peut toujours rester amis, et un peu plus quand la solitude du lit se fait sentir, dit elle avec un clin d'œil.
Jimmy lui posa un baiser sur la joue.
_ Pourquoi pas. À demain.

... à suivre

pimprenelle
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 21/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum