Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -21%
LEGO® Icons 10329 Les Plantes Miniatures, ...
Voir le deal
39.59 €

MISSING

Aller en bas

MISSING Empty MISSING

Message  Izabel Lun 12 Oct - 21:13

titre: MISSING
auteur : Izabel
personnages: House, Cuddy, Wilson
genre : Drama
Disclaimer: les persos ne sont toujours pas à moi.....
résumé: Lisa enceinte de House, disparu depuis plus d'un mois, doit aller à Chicago reconnaitre son corps. Wilson l'accompagne dans cette douloureuse épreuve....


pour les commentaires c'est par ici:

https://fanfiction.superforum.fr/feedback-f125/missing-t2855.htm#45176
______________________________________________________________________________

Chapitre 1
MISSING

Princeton à l’instant présent.

Lisa Cuddy arriva à 7h00. Répondit par automatisme aux ‘bonjours’ qu’on lui adressait. Elle se dirigea vers son bureau, lançant à Brenda en passant devant elle.

_ Je ne suis là pour personne. J’ai de la paperasse en retard.
_ Très bien Dr Cuddy.

Lisa entra dans son bureau. Verrouilla la porte et baissa les stores. Elle accrocha son manteau, humide à cause de la neige. Elle regarda son bureau, il était encombré par les dossiers posés en vrac dessus.
Cela allait lui prendre des jours pour rattraper son retard. Mais, chose étrange pour tous ceux qui connaissait Lisa Cuddy, elle s’en moquait. Elle ne venait travailler que pour des raisons ‘alimentaires’. Le reste n’avait plus d’importance. En tout cas plus depuis 47 jours maintenant.

Une fois installait dans son fauteuil, ses yeux se portèrent automatiquement sur le cadre posé sur son bureau. Elle éclata en sanglots, encore. Malgré le chauffage, elle frissonnait. Elle prit la photo et la serra contre son cœur, croisant les bras.
Elle n’aurait jamais imaginé que sa perte lui laisserait un si grand vide. C’était comme si une partie d’elle-même avait aussi disparu.

Après avoir pleuré une heure en vidant deux boîtes de Kleenex, elle alla dans sa salle d’eau. La personne qu’elle vit dans le miroir, était bien loin de la Directrice et Doyenne, qu’elle était avant. Elle avait les traits tirés, à cause du manque de sommeil. Elle avait maigri aussi, ses pommettes étaient plus marquées. Même la couleur de ses yeux avait changé, ils avaient pris une teinte bleu-gris, sans éclat. Elle arrangeait son maquillage quand la sonnerie du téléphone retentit.

Au même instant, Brenda discutait avec le docteur Wilson.

_ Je suis inquiète Dr Wilson. C’est de pire en pire, même le maquillage ne cache plus ses cernes.
_ Je vais aller lui parler. J’arriverais à lui faire prendre des vacances ou alors je la mettrais en arrêt maladie.
_ Elle s’est enfermée dans son bureau. Elle ne vous ouvrira pas.
_ Dans se cas je défoncerais la porte, il faut qu’elle réagisse, elle ne peut pas rester comme ça !
_ J’espère, sinon sa grossesse risque de mal se passer.
_ Cet enfant est la seule chose qui lui reste de……


_
NOOOOOOOOOOONNNNNNN !!!!!

Ce cri venait du bureau de Lisa. Wilson se précipita, il prit un presse papier sur le bureau de Brenda et cassa la vitre avec. Il passa son bras au travers de la vitre brisée. Trouva le verrou et le tourna.
Lisa était allongée à côté de son bureau, inconsciente. Wilson fut près d’elle rapidement. Elle respirait encore mais son rythme cardiaque était beaucoup trop rapide. Il demanda à Brenda de lui apporter un calmant.

Il souleva Cuddy et la déposa sur son divan. Il prit la seringue que lui tendait Brenda et injecta le calmant à Lisa.

_ Merci Brenda, je crois que ça ira. Refermez la porte en partant s’il vous plait.
_ Si vous avez encore besoin de quoique ce soit appelez moi.

Il s’assit au bord du canapé près de Lisa. Il surveillait son rythme cardiaque, il ralentissait. Elle ouvrit enfin les yeux. Elle semblait perdue.

_ Que sait-il passé ? Je…
_ Nous avons entendu un hurlement et je vous ai trouvé au sol, inanimée.
_ La…la police de Chicago…vient d’appeler…..

Elle se jeta dans les bras de Wilson en pleurs. Elle n’arrivait pas à parler. Wilson, la réconforta du mieux qu’il pouvait. Malheureusement c’était une situation devenue familière depuis sa disparition. Lui aussi en souffrait.

*Flash back*

Consultations 10h15


Lisa Cuddy fulminait, IL était en retard, comme d’habitude. Elle allait finir par le tuer. Elle enfila une blouse, prit un dossier et se rendit salle d’examen N°3.
Il devait rentrer de Chicago la veille. Il aurait du être là.
Elle se promit de lui faire payer, d’une façon ou d’une autre. En fait non, il n’y avait qu’une façon de le ‘punir’ et elle venait de trouver. Après tout, autant se servir de leur relation à son avantage.
Eh oui, ils sortaient ensemble depuis deux mois. Et elle ne le regrettait pas.

Le lendemain non plus House ne se présenta pas à l’hôpital. Elle demanda d’abord à Wilson et ensuite à son équipe s’ils avaient des nouvelles. Aucuns d’eux n’avaient reçut d’appels. Elle essaya de le joindre sur son portable et sur son fixe mais sans résultat.
Elle profita de la pause déjeunée pour se rendre chez lui. N’obtenant aucune réponse, elle se servit de son double et ouvrit la porte.

Elle fut surprise de trouver l’appartement vide. Personne, le lit était fait. Aucun bagage ne trainait. Elle regarda par la fenêtre du salon. Sa moto était là mais pas sa voiture.
Elle sentit alors un pincement au niveau du sternum. Elle appela l’hôtel ou il était descendu pour le congrès. On lui dit que le Dr House avait toujours sa chambre, mais qu’il n’était pas venu depuis deux jours.

De plus en plus inquiète, elle avait appelé Wilson. Trois jours plus tard la police de la route retrouvait sa voiture accidentée, à plus de 100 kilomètres de Chicago. Mais de House aucunes traces. Le sang trouvait sur les lieux de l’accident de correspondait pas à son groupe sanguin.
Les recherches n’aboutirent à rien.

*Fin du Flash back*

Cela faisait 47 jours que Gregory House avait disparu de la surface de la terre. Le plus dur à supporter était de ne pas savoir ce qu’il lui était arrivé. Cela faisait aussi un mois que Cuddy savait qu’elle attendait un enfant de lui.
Elle s’était calmée. Il la prit par les épaules et l’écarta de lui. Il lui posa la question, se doutant de la réponse.

_ Que vous a dit la police Lisa ?
_ Ils…ont trouvé…un corps…il est défiguré. Mais ses papiers sont au nom de …de Greg. Ils me demandent de venir…l’identifier.

Wilson sentit les larmes monter et les laissa couler. Il avait toujours espérait le revoir. Le retrouver, mais là un corps signifiait la fin.


Chicago le lendemain 18h45
Centre Médico-légal.


Wilson avait tenu à accompagner Lisa. Elle ne protesta pas, elle avait besoin de son soutien. Le détective Joseph Danvers était venu les chercher à l’aéroport. Puis dans un silence pesant les avait conduit jusqu’au centre.

Ils étaient devant la porte et virent à travers le hublot, le médecin légiste qui s’approchait. Il ouvrit la porte, aussitôt Cuddy fut assaillie par le froid de la pièce. Elle fut incapable de faire un pas. Ses jambes refusant de bouger, et même de la soutenir. Wilson la rattrapa de justesse par la taille. Il lui proposa d’identifier le corps seul, mais elle tenait à le faire, à le voir une dernière fois.
Le médecin ouvrit une porte et fit coulisser le tiroir. Wilson était effrayé par cette forme recouverte d’un tissu blanc. Le légiste essaya d’être le plus délicat possible lorsqu’il prit la parole.

_ Je ne peux pas vous montrer son visage….Il a été….battu à mort, il est méconnaissable. Avait-il un signe distinctif qui pourrait vous aider à le reconnaitre ?
_ Montrez-nous sa cuisse droite, demanda aussitôt Wilson.

Le médecin s’exécuta. Wilson percevait les tremblements de Lisa, alors que le drap se soulevait. Lui-même se sentait chancelant, nauséeux.
Leur réaction à la vision de la cuisse fut immédiate. Lisa éclata en sanglots, et Wilson d’un rire nerveux. Le médecin prit un air compatissant.

_ Je suis navré…Je vais faire le…
_ Ce n’est pas House, réussit à dire Wilson.
_ ……mais
_ Désolé pour notre réaction, c’est horrible de se réjouir de la sorte. Mais cet homme n’est pas le Dr Grégory House. Je suis formel.
_ Vous êtes sûr de ne pas vous tromper ? demanda Danvers.
_ Oui, la cuisse de cet homme est normale. Celle de House a une cicatrice suite à une ablation partielle du muscle.
_ Comment s’est-il retrouvé en possessions des papiers de votre ami ? Et qui est cet homme ? Interrogea Danvers.
_ Pourrait-on voir les affaires qu’il avait sur lui ? demanda Lisa, dont les pleurs de soulagements avaient cessés.
_ Bien sûr, mais sortons de cette pièce. Docteur vous pouvez nous faire porter ses affaires dans la salle d’attente ?
_ Je vous les apporte.

Wilson et Cuddy suivirent le détective jusqu’à la salle d’attente. Ils s’assirent en attendant. Cuddy se remettait du choc émotionnel avec difficulté. Ce n’était pas lui….Bien, mais où pouvait-il être ? Aussi étrange que cela puisse paraître, avoir vu ce corps qui n’était pas le sien, lui redonnait espoir.
Le médecin arriva et donna deux sacs en papier au policier. Ce dernier vida son contenu sur la petite table au centre de la pièce. Wilson reconnu immédiatement sa montre. Cuddy la prit aussitôt d’une main tremblante. Le manteau aussi était à House, comment ne pas le reconnaitre avec son bouton dépareillé. Tout ceci donnait une autre dimension à sa disparition. Le détective laissa la montre à Cuddy, mais remballa le reste.

_ Je vais faire relever les empreintes de notre inconnu. Une fois que nous connaitrons son identité, j’en serais un peu plus.
_ Existe-t-il une possibilité qu’il soit toujours vivant ? Lisa avait demandé ça d’une voix ferme.
_ Je vous mentirais en vous disant oui. Si comme je le crois, il s’est fait agresser et voler Il a peu de chance de s’en être sortit. Nous sommes en décembre, vous avez pu constatez qu’il fait très froid. Il a disparu début novembre, il faisait déjà très froid.
_ Merci pour votre franchise.
_ Venez je vous conduis à votre hôtel.

Le détective les laissa à leur hôtel et retourna travailler. Qui pouvait-être ce cadavre à la morgue ? Il soupira en jetant un dernier regard au Dr Cuddy.
Elle faisait peine à voir, partagée entre espoir et désespoir. Elle avait parfaitement compris que les chances de survies de House étaient plus qu’infimes. Surtout sans papiers, ni vêtement chaud par ce temps hivernal.

Lorsqu’elle entra dans sa chambre Cuddy enleva son manteau et le jeta sur le lit. Elle s’approcha de la table qui pouvait servir de bureau. Elle s’assit, ouvrit l’annuaire téléphonique aux pages professionnelles. Elle attrapa un crayon dans le petit pot ainsi que le bloc note et commença à noter des adresses.

Wilson l’observait médusé. Lors du trajet en voiture, elle s’était tue. Maintenant elle était excitée. Elle noircissait la page frénétiquement, en marmonnant des paroles inaudibles. Il s’avança d’un pas résolu. Lui arracha le crayon, le posant violemment sur la table.

_ Arrêtez ça ! Je ne sais pas ce que vous faites…
_ Wilson ? Que…
_ Ecoutez, quelque soit l’idée que vous avez, elle attendra demain !
_ Mais…
_ NON ! Vous avez besoin de repos ! DE REPOS LISA !
_ Je…Je vais bien….
_ C’est faux, ne le niez pas !

Cuddy d’abord choquée par l’attitude de Wilson, dut admettre qu’il avait raison. Elle n’allait pas bien, le pire elle se laissait aller. Elle fit plus attention à l’expression du visage de James. C’était la même expression qu’il avait envers Greg, lorsque ce dernier dépassait les limites.
Wilson lui, regretta aussitôt de cette emporté de cette manière. Il venait d’évacuer son stress en lui criant dessus. Il reprit d’une voix plus douce, mais ferme.

_ Vous devez vous ressaisir Lisa. Si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour Rachel et votre futur enfant. SON enfant.
_ Je…vais faire un effort. Vous avez raison, comme toujours.
_ Je vais demander à ce que l’on nous apporte notre repas dans la chambre. Après vous m’expliquerez. Dit-il en montrant le bloc note.

Il écouta donc l’idée de Cuddy. Il y adhéra aussitôt. Ils resteraient donc plus longtemps à Chicago. Il avait cependant fait fondre un somnifère dans le verre de vin de Lisa. Il agit assez rapidement. Il la laissa vers 21h00, elle se coucha cinq minutes plus tard. Elle s’endormit profondément.

A quelques rues de l’hôtel, le Snack Bar ‘The Duke’ fermait. Il était 1h00 du matin. Le ‘Duke’ appela son plongeur et homme à tout faire.

_ Eh Luke ! Viens par ici !
_ ..Y’a…un pro…blème.
_ Non, au contraire. Tu t’es plutôt bien débrouillé à la grillade ce soir.
_ Mer…ci.
_ Andrew ne reviendra pas avant une semaine. J’ai décidé que tu le remplacerais en attendant. Sans toi il se serait mort, t’as épaté les ambulanciers.

Son employé lui sourit en hochant la tête. Parler lui était difficile. Il regarda surpris l’enveloppe que son patron lui tendait.

_ C’est un petit bonus, et tu en auras un autre en fin de semaine. Allez file, j’ai vu la voiture de ta cousine dans la ruelle.
_ Bonsoir…Boss.
_ A lundi ! Profite bien de ton Week-end !

Luke enfila son anorak, enroula son écharpe autour de son cou, mit son bonnet. Prit sa canne et sortit. Il claudiqua jusqu’à la voiture. Cloé était venue le chercher, comme tous les soirs d’ailleurs. Lorsqu’il fut installé, elle se pencha et lui déposa un baiser sur la joue.

_ Ca c’est bien passait ?
_ Oui…j’ai fa… fait les…gr…gril...

Il eut un mouvement d’humeur, un enfant de deux ans parlait mieux que lui. Il tourna la tête et regarda à travers la vitre un point imaginaire. Cloé n’insista pas et le laissa dans son mutisme. Elle savait que cela ne durait jamais longtemps.
Dix minutes plus tard, ils étaient chez elle. Cloé alla directement se coucher. Lui prit une douche avant d’y aller à son tour.

Mais avant de passer derrière les deux paravents, installés au fond du salon, et qui cachaient le lit où il dormait. Il prit l’enveloppe et la posa sur le comptoir de la cuisine. Cet argent, il le donnait à Cloé. Elle était vraiment gentille, c’est elle qui lui avait trouvé ce boulot. Pouvoir à son tour l’aider le rendait heureux. Après douze heures de travail, il s’endormit comme une masse.

Cuddy se réveilla parfaitement reposée. Elle ne s’était pas sentit aussi bien depuis …sa disparition. D’ailleurs en y réfléchissant, ce n’était pas normal. Pas dans l’état de tension nerveuse où elle se trouvait la veille. Elle prit la direction de la salle d’eau en souriant.
Elle se promit d’avoir une discussion avec Wilson. Elle était certaine qu’il avait joué au ‘marchant de sable’. Mais comment lui en vouloir, de prendre soin d’elle. Alors que lui aussi était affecté par la disparition de Greg. Dix sept mois après la mort d’Amber, il avait du faire face à cette tragique situation.

Une fois prête, elle mit la liste qu’elle avait faite dans son sac et quitta sa chambre. Elle frappa à la porte de Wilson deux minutes plus tard. Celui-ci ouvrit, il la fit entrer.

_ Bonjour Lisa, bien dormit ?
_ Oui, à ce propos….
_ J’avoue, je vous ai donné un de mes somnifères.
_ ……

Lisa le fixa, elle avait raison. Lui aussi n’allait pas bien. Elle s’en voulut aussitôt de ne pas l’avoir vu plus tôt. De ne jamais lui avoir demandé comment il se sentait. James lui sourit et la rassura.

_ Ne vous en voulez pas. Je ne vous en ai pas parlé car vous aviez déjà vos propres soucis.
_ Vous êtes un ami, j’aurais du….
_ Vous avez la liste ? demanda-t-il, changeant de sujet.
_ Dans mon sac, ainsi que ceci.

Elle prit une photo dans son sac. C’était une photo de House, une des rares qu’il avait accepté qu’elle fasse. Il tenait Rachel dans ses bras. C’était celle de son bureau.

_ Allons prendre notre petit déjeuner d’abord.
_ Je vous suis. Il y en a beaucoup, ça risque de prendre du temps.
_ Nous avons tout le temps. Allez venez.

Deux heures plus tard, Lisa et Wilson entraient dans un café pour se réchauffer un peu. Ils venaient de se rendre dans trois asiles de jours. Dans l’espoir que quelqu’un reconnaisse House sur la photo. Ils en avaient encore une bonne dizaine à voir. Wilson se chargerait de ceux de nuit. Lisa avait aussi fait la liste de tous les dispensaires médicaux.

C’est le fait que Wilson parle de la blessure de Greg, qui lui avait donné cette idée. Quoiqu’il lui soit arrivé, qu’il soit capable ou non de communiquer ou de se déplacer. Une seule chose était sûre, il aurait besoin d’antalgiques pour sa jambe.

Ils reprirent leur recherche. Wilson veillant à ce que Lisa se ménage. Il espérait tout autant qu’elle le retrouver. Le bruit de sa cane sur le sol, sa porte de bureau s’ouvrant à la volée et tout le reste, lui manquait cruellement.

Ils prirent le temps de déjeuner vers midi. Et commencèrent la visite des dispensaires. Jusque là, rien. Il était à peine 5h30 du soir, mais il faisait nuit.

_ Rentrons Lisa, nous continuerons demain.
_ Encore un, il est juste à côté…
_ Lisa ce n’est pas raisonnable. Vous êtes fatiguée.
_ James…s’il vous plait.
_ Allons- y, soupira-t-il. Mais après on rentre.
_ Oui, c’est d’accord.

Dans l’appartement de Cloé, plus tôt dans la matinée.

Cloé fut réveillée par une claque énergique sur les fesses. Elle ouvrit les yeux en rouspétant.

_ Je suis de repos, laisses moi dormir !
_ Debout fainéante ! Il est plus de 11h00 !
_ Au non ! J’avais promis à Luke que j’irais avec lui voir le médecin de la clinique
_ Je m’en suis chargée. Il n’a pas voulu que je te réveille.
_ Alors ?
_ Il faudrait qu’il passe un scanner cérébral…
_ Sans assurance ? Ce n’est pas pour tout de suite.
_ Nous trouverons une solution….allez viens, il a préparé le repas.

Cloé regarda Karen sortir de la chambre, qui accentua intentionnellement son déhanchement. Elle sourit en repensant à la nuit précédente. Elle se leva enfin et alla les rejoindre. Luke se débattait avec un ouvre bouteille. Apparemment le bouchon avait décrété de rester à sa place. Ce qui fit sourire Cloé. Elle allait parler quand son portable sonna.

_ Oui ?
_ ……
_ D’accord, je serais là à 1h30.

Elle raccrocha et regarda Luke et Karen, ils faisaient la tête tous les deux. Ils avaient compris qu’elle irait au dispensaire aujourd’hui. Alors qu’ils avaient prévu d’aller au cinéma. Elle était vraiment désolée.

_ Peter est malade, je vais le remplacer.
_ On ira au …cinéma tous les….deux. Avec Karen.
_ Ne t’en fait pas, on comprend très bien. C’est important pour toi.

A l’instant présent

Cloé avait bien été occupée. Les malades s’étaient succédés sans interruption. Elle partait dans vingt minutes. Elle vérifiait des dossiers quand elle vit une femme et un homme entrer. A leurs vêtements, ils ne semblaient pas dans le besoin pour venir se faire soigner dans un dispensaire. Elle leur sourit quand ils s’avancèrent vers elle. Mon Dieu, la jeune femme avait l’air épuisée.

_ Bonsoir, que puis-je faire pour vous ?
_ Bonsoir, je suis le Dr Wilson et voici le Dr Cuddy.
_ Vous venez pour le centre ?
_ Non, non. Nous recherchons un ami et collègue, précisa Wilson.
_ Il a disparu depuis quelques semaines. Dans cette ville, peut-être que vous l’avez vu. Expliqua Lisa en lui tendant la photo.
_ ….Mais, c’est Luke !

Cloé tenait la photo, et regardait fixement le visage de House. Il y avait tant de choses qui prenaient un autre sens maintenant.

Cuddy ne retint qu’un mot ‘c’est’. Il était vivant ! Elle fut incapable de prononcer un mot. Elle agrippa le bras de Wilson, des larmes s’échappèrent de ses yeux. Mais pour une fois depuis bien longtemps Wilson y vu l’espoir et un grand soulagement. Lui aussi éprouvait un soulagement immense. Le doute n’avait plus lieu d’être, House était vivant.


à suivre......
Izabel
Izabel
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 20
Age : 59
Localisation : France
Date d'inscription : 05/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum