Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -39%
Pack Home Cinéma Magnat Monitor : Ampli DENON ...
Voir le deal
1190 €

[Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai

Aller en bas

[Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai Empty [Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai

Message  jennifer22 Ven 30 Mai - 17:34

Type : Mini-fiction
13 parties + épilogue
Série traitée : Le Destin de Lisa
************************************************************************************************************************

Prologue

David et Lisa Seidel, couple célèbre d'Allemagne. Un véritable conte de fées qu'ils ont vécus tous les deux. Un amour inébranlable que rien ne semble détruire. Trois ans de bonheur conjugal intense, une vie tranquille entre réunions à Kérima Moda, dont David est le directeur général et Lisa l'actionnaire majoritaire, et les soirées en amoureux. Tous deux avaient beaucoup changé : David était devenu l'homme d'une seule femme, Lisa avait de plus en plus confiance en elle et s'épanouissait complétement auprès de son mari. Ils n'avaient pas encore d'enfants mais faisaient des projets familiaux pour l'avenir. Pourtant, un jour, tout a basculé et la descente aux enfers a commencé...

Chapitre 1 :

Lisa était en train de se reposer chez elle. Elle sortait d'une vilaine grippe qui l'avait obligé à cesser le travail un moment. Elle se sentait beaucoup mieux maintenant. C'est pourquoi elle avait décidé de préparer un bon repas pour son mari, parti à Kérima. Il gérait l'entreprise en son absence et s'occupait d'elle en rentrant. Elle voulait le remercier comme il se doit. La jeune femme était très heureuse. David était très attentionné : la veille, il lui avait offert un magnifique collier incrusté de diamants représentant un ange.
- Tout simplement parce que je t'aime mon ange lui avait-il dit.
Il lui avait concocté une soirée mémorable, baignée de tendresse et d'amour. Ils avaient passé une nuit des plus romantiques et des plus magiques. Lisa était en train de préparer le plat principal, perdue dans ses pensées comme à son habitude lorsque la sonnette retentit. Elle se dirigea avec allégresse vers la porte d'entrée, ne se doutant pas de l'identité des personnes se trouvant derrière, ni de la raison qui faisait que ces individus étaient là, derrière cette porte.

Chapitre 2 :

Lisa ouvrit la porte. Deux policiers se tenaient sur le perron.
- Madame Elisabeth Seidel?
- Oui c'est moi. que puis-je faire pour vous messieurs ?
- Nous avons hélas une très mauvaise nouvelle à vous annoncer. Pouvons-nous entrer SVP?
Lisa perdit son sourire à l'entente de cette phrase.
- Je vous en prie, entrez!
Elle s'effaça pour les laisser passer. Ils entrèrent dans le hall et se dirigèrent avec la jeune femme vers la salle. Lisa sentait que ce qu'ils avaient à lui dire était très grave en voyant leurs visages fermés. Elle s'asseya.
-Madame, nous devons malheureusement vous annoncer que votre mari a été victime d'un accident de voiture très grave
Elle se leva d'un bond
- Comment va-t-il? Où est-il? demanda-t-elle affolée
- ...
- Mais répondez bon sang!
Lisa avait peur de ce qui allait suivre.
- Nous sommes désolés de vous l'apprendre comme ça. Monsieur Seidel avait des blessures trop importantes. Il est décédé sur le coup. ... Toutes nos condoléances, Madame.
A ces mots, Lisa s'éffondra d'un coup
- David... blessures... importantes... décédé... coup... condoléances.
Un couteau en plein coeur ne lui aurait pas fait plus mal. Les policiers tentèrent de la relever pendant qu'elle réalisait ce qui venait d'être dit. Elle poussa soudain un grand cri, trahissant sa souffrance et sa détresse.
-NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN!!!!

Chapitre 3 :

Elle resta à terre, les larmes coulant à flot. Sa vie s'était brisée d'un coup. L'homme de sa vie, son âme soeur, son ami, son amant était parti sans elle, sans l'attendre.
- Voulez-vous que l'on appelle quelqu'un, madame? demanda l'un des policiers, visiblement gênés et peu habitués à ce genre de situation
Sa voix ne fut qu'un leger écho qui atteignit à peine son oreille.
- Je veux le voir
Lisa se leva subitement, prpéarant quelques affaires afin de partir.
- Je veux voir David
- Madame, si nous pouvons nous permettre, nous ne pensons pas que ce serait une bonne idée de le voir maintenant. Madame, s'il vous plaît
Elle s'emporta, rouge de rage et de désespoir.
- JE VEUX VOIR MON MARI MAINTENANT!!!!!!!!!!
- Madame, on va appeler quelqu'un pour venir ici vous aider. Calmez-vous SVP
Lisa s'éffondra à nouveau. Sa vie ne valait plus rien à présent.

On dit qu'un seul être s'en va et tout est dépeuplé. Lisa ne croyait pas qu'elle allait vérifier ce dicton et encore moins vivre un moment semblable aussi tôt. Tandis qu'un des policiers essayait de la calmer sans succès, l'autre avait appelé le premier nom de son carnet d'adresses : Julien. Les deux hommes attendirent son arrivée et s'en allèrent non sans expliquer la situation au jeune homme, choqué d'avoir perdu son ami et de réaliser que sa meilleure amie devait être dans un état pitoyable. Il remercia les deux hommes et les raccompagna à la porte. Pendant l'entrevue des trois individus, Lisa était restée seule et s'était levé vers une photo de son dernier voyage avec son mari. Ils étaient tous les deux tendrement enlacés. Elle plaça cette photo contre son coeur et continua de pleurer. Quand Julien arriva dans la salle, son coeur se brisa à la vue de sa meilleure amie, les yeux bouffis, gémissant de douleur. Elle était accroupie devant cette cheminée, celle-là même où il riait avec David lors de sa dernière visite. Lisa tenait la photo près d'elle comme si sa vie en dépendait. Il souffrait tellement pour elle et de la perte de son ami qu'il ne put empêcher les larmes arriver doucement. Lisa leva le tête et prononça son prénom difficilement.
- Ju.... Julien....
Il s'approcha précipitamment, s'accroupit devant elle et la prit dans ses bras.
- Chut... Ca va aller, je suis là.
Elle se dégagea vivement de cette étreinte
- NON, CA NE VA PAS JULIEN!!! Il est mort, il m'a abandonné
Il la reprit dans ses bras, la berça tranquillement

Dehors, un homme était dans une voiture. Il réfléchissait à la vie, sa vie qu'il avait perdu. Pourquoi quand le bonheur était présent, tout basculait pour que ce bonheur face place à l'horreur? Il pleura doucement, et partit...

Chapitre 4 :

Quelques heures plus tard, Lisa était toujours aussi malheureuse. Elle n'avait plus la force de pleurer, ni de penser, encore moins celle de vivre. Son amour, son coeur était détruit, parti avec David. Julien était resté avec elle et avait prévenu ceux qui devaient savoir la nouvelle. Ils étaient tous très atristés par ce qui s'était passé. Les parents de Lisa étaient arrivés à la villa du couple. Seuls les parents et la soeur de David n'étaient pas encore au courant de la mort du jeune homme. Mariella, quant à elle, revenait expréssément des Etats-Unis avec Laurent.Lisa s'était endormie dans les bras de sa mère lorsque Laura, Fréderic et Kim sonnèrent à la porte. Ils étaient tous très inquiets car Bernard les avait appelés en leur disant seulement de venir en urgence à la villa. La voix tremblante et les yeux brillants de leur ami quand il les accueillit n'arrangea pas leur angoisse.
- Entrez.
Pendant ce temps-là, Katia avait réveillé sa fille qui avait immédiatement réclamé David, comme si tout ça n'était qu'un horrible cauchemar. Mais quand elle vit sa mère auprès d'elle et la photo dans ses mains, elle comprit que cela était la réalité.
- Lisa que se passe-t-il? demanda Laura, qui venait d'entrer dans la pièce avec son mari et sa fille.
Lisa se jeta dans ses bras. Laura ne comprenait pas ce qui se passait. Lisa parvint à articuler très difficilement :
- C'est... c'est... David... il... il....
Elle ne parvint pas à finir sa phrase, tellement terrassée par la douleur.
- Venez avec moi, je vais vous expliquer fit Bernard d'un ton grave.
Ils allèrent dans la pièce attenante. Le père de Lisa prit la parole.
- Je ne voulais pas que vous le sachiez autrement. VOilà, David...
Il souffla.
- .. David a été victime d'un accident de voiture très grave.
- Oh non mon Dieu! Comment va-t-il? fit Laura affolée.
- Il... il... est mort...
A ces mots, Kim ne put rester debout et s'effondra au sol. Son grand frère était parti. Les parents de jeune homme, eux, étaient sous le choc et ne réalisaient pas tout de suite ce qui venait d'être dit. Lisa entra dans la pièce. Laura et Kim se jetterent sur elle pour la prendre dans leurs bras, la consoler. La tête de Lisa était affreuse.

Pendant ce temps-là
- Est-ce que c'est vraiment nécessaire?
- Oui monsieur. Nous ne devons mettre personne au couranr au risque de voir l'opération échouer.
- Mais c'est ma famille tout de même!!!
- Nous le savons mais voudriez-vous que votre famille soit en danger?
- Non, bien sûr que non.
L'homme s'asseya, le visage ravagé par les larmes et pensa aux souvenirs heureux mais qui, en même temps, lui faisaient tellement mal.

Chapitre 5 :

Quelques jours plus tard.
Lisa n'était pas sortie de chez elle depuis l'annonce de la mort de David. Mais elle préparatit tout de même, avec l'aide de sa famille, de sa belle-famille et de ses amis les obsèques de son mari. Elle n'arrivait pas à croire qu'il n'était plus avec elle. Elle pleurait à chaque évocation du souvenir de David, souffrant plus que tout de son absence. Elle voulait le rejoindre. Ses proches étaient là pour l'en empêcher.

Pendant ce temps-là
Un homme faisait des aller-retours entre la résidence de la famille Seidel et celle du couple David-Lisa. Il était tellement malheureux pour eux. La douleur était difficile à supporter mais il tentait de la vaincre. En vain...

Laura et Kim étaient arrivées à la villa de leur belle-fille et belle-soeur. Quiconque les croisait dans la rue pouvait voir que ces deux personnes étaient en deuil. Elles étaient habillées de noir, les yeux rougis par les larmes, surtout Kim. Aujourd'hui allait être un jour épouvantable, où la souffrance allait être à son summum : David allait être enterré.

- Non, je ne veux pas y aller
Lisa pleurait. Pour elle, aller à l'enterrement de David signifiait le perdre pour toujours et ça, elle ne voulait toujours pas l'accepter. Elle espérait que ce ne soit qu'un mauvais rêve, que quand elle se réveillerait, David la prendrait dans ses bras et lui mumurerait des mours d'maour au creux de l'oreille, lui dire que tout allait bien, qu'il ne fallait pas avoir peur. Mais le réveil tardait et Lisa désespérait de plus en plus. Au bout d'un quart d'heure d'acharnement à ne pas vouloir aller à l'église, Lisa capitula et sortir avec les deux femmes, qui la soutenait pour ne pas qu'elle s'éffondre ou qu'elle fasse demi-tour.

Arrivée l'église, Lisa fut surprise de voir le monde venu pour honorer la mémoire de son mari. Des gens du monde de la mode, journalistes comme mannequins, des anciens amis, les employés de Kérima, des étrangers venant spécialement pour l'enterrement, les amis proches et les familles du couple. Environ 400 personnes s'étaient déplacées.Ils durent attendre une demi-heure avant l'arrivée du convoi mortuaire. Dans une de ces voitures, Lisa le savait, se trouvait le corps de David, enfermé pour toujours dans un cercueil. Les larmes ne cessèrent pas de couler. Les messages de condoléances de tous ces inconnus dérangeait sa peine et l'approfondissait. Le convoi s'immobilisa devant elle. Dix minutes d'un temps passé avec une extrême lenteur, dix minute de souffrance épouvantable. Lorsque les hommes sortirent le cercueil blanc, Lisa s'effondra à terre, réalisant plus que jamais que son amour se trouvait dans ce cercueil. Elle voulait hurler, crier sa peine. A ce moment-là, elle sut que sa vie était brisée, que plus rien désormais la retenait dans ce monde où, pour elle, tout n'était que désolation et perte.

jennifer22
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 12
Age : 33
Localisation : Normandie
Loisirs : La musique, le cinéma et le PC
Date d'inscription : 30/05/2008

http://fanfictions222.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

[Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai Empty Re: [Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai

Message  jennifer22 Ven 30 Mai - 17:36

Chapitre 6 :

La messe se déroula dans les pleurs et le malheur. Lisa n'osait plus regarder le cercueil, où toute sa vie y était contenue. A ces côtés se trouvaient bien entendu les parents et la soeur de David mais aussi Mairella et son fiancé, Laurent. Mariella était très affectée pr la mort de son presque-frère. Parmi les personnes qui s'étaient déplacées, il y avait l'homme, camouflée pour ne pas qu'on le reconnaisse. La douleur qu'éprouvait les proches de David, il la ressentait tout aussi violemment. Le trajet de l'église au cimetière parut durer une éternité pour la jeune actionnaire majoritaire de l'entreprise qui les avaient réunis tous les deux. Elle doutait d'y retourner, trop de souvenirs sur ce lieu étaient présents : leurs déclarations respectives, les baisers lorsqu'ils se croisaient, les mots doux déposés sur leurs bureaux lorsqu'ils revenaient de leurs rendez-vous d'affaires, de la caféteria ou même des toilettes. Assise dans la voiture, Lisa se remémorait quelques uns de ces souvenirs avec son homme. Et plus les souvenirs revenaient, plus elle pleurait. Ils arrivèrent au cimétière une vingtaine de minutes après l'office à l'église. Julien et son père se trouvaient à ses côtés et la soutenait. Pourtant si elle avançait maintenant, c'est parce qu'ils la tiraient presque.
L'homme était venu assister à l'enterrement au cimetière. Cependant, il s'était découvert et s'était caché devant une grosse pierre tombale, d'où il pouvait voir tout ce qui se passait., d'où on ne le verrait pas. Le silence, malgré le nombre conséquent de personnes faisait froid dans le dos. Pas un bruit ne venait perturber le recueillement dans lequel s'étaient plongés les proches de David Seidel.
Lorsque Mariella tourna le tête afin de contenir son émotion, elle le vit. Lui ne l'avait pas vu, trop occupé à s'intéresser à Lisa. Mariella croyait rêver. Elle fit un signe à Laurent pour vérifier qu'elle n'hallucinait pas. Il était aussi étonné qu'elle en voyant cet homme caché derrière cette pierre.

Pendant ce temps-là, l'homme était ravi de voir qu'entre Mariella et Lisa, il s'était instauré une complicité.
- Explique-moi! fit une voix derrière lui ce qui le fit sursauter.
- Mariella!
Il l'avait bien vu quitter le groupe qui s'était formé autout du cercueil mais il ne pensait pas qu'elle l'avait vu. En tout cas, il ne l'avait pas vu tourner la tête en sa direction malgré la proximité de la jeune femme et de Lisa.
- Pourquoi?
Elle criait presque, les larmes coulaient sans qu'elle puisse les contrôler. Mais elle se contrôlait tout de même. Il s'approcha d'elle.
- Si je pouvais t'expliquer, je le ferais. STP Mariella, n'avertit personne de ma présence ici. Tu sauras tout en temps voulu.
- Tu as interêt à avoir une bonne raison, sinon je peux te dire que je te tue.
L'homme esquissa un sourire et la prit dans ses bras.
- Je suis désolé Mariella. Vraiment désolé. Rends-moi service, retournes auprès de Lisa et veilles sur elle STP
- Ah parce que tu te soucies d'elle maintenant? fit-elle avec colère en le repoussant.
- Je n'ai toujours voulu que son bonheur quoique tu en penses. STP
Mariella lui souria, convaincue. Elle l'enlaça une dernière fois et partit rejoindre son amie.
- J'espère que tu pourras garder le secret soeurette. Je l'espère vraiment... se fit l'homme à mi-voix.

Quand Mariella revint, Laurent lui demanda :
- Alors, c'est bien lui?
- Oui Mais ne dis rien à personne
- OK

Chapitre 7 :

L'enterrement était terminé. A peu près toutes les personnes présentes étaient parties. Lisa avait voulu rester encore un peu.
- Une heure, pas plus.
La jeune femme resta près de la tombe le restant de la journée, ne voulant pas partir, ne voulant pas quitter son mari. Lisa avait l'impression que son coeur allait exploser sous la peine qui augmentait de plus en plus. Sa vie se terminait ici, elle n'était désormais plus que poussière dans ce monde désormais torp vide, trop noire. Elle rentra chez elle, seule. La maison paraissait froide, aussi froide que l'était son coeur. Elle devait survivre maintenant. Mais comment survivre avec le goût de la mort qui revient sans cesse dans l'esprit? Elle n'avait plus de force et se coucha, seule, dans ce grand lit qui aura vu tant d'maour et qui ne reverra jamais que la tristesse d'une femme accablée, touchant le fond d'un gouffre immense dont elle ne ressortira pas.

Chapitre 8 :

Un mois plus tard
Lisa était dans son bureau. Elle était revenue malgré tout depuis une semaine. Elle voulait garder l'entreprise au top pour que David soit fier d'elle. Déjà quatre mois qu'il était parti. Elle était très amaigrie, se vêtait de noir et avec les yeux tirés. Elle se donnait corps et âme pour Kérima. Il ne lui restait que le travail à présent. Le soir, elle redoutait de rentrer et retardait toujours l'heure du départ, partant très tard dans la nuit pour revenir le matin à l'aube. Elle ne sortait plus, elle travaillait. Elle ne dormait plus, elle somnolait, elle ne mangeait plus, elle goûtait, elle ne vivait plus, elle survivait.

Toc toc toc.
-Oui entrez
Mariella fit son apparition. Le bureau était dans le noir. Plus aucune joie ne ressortait de ce bureau, autrefois très lumineux. Tout était resté sans espoir. L'air enfantin de Lisa avait fait place à un air mélancolique, un air triste.
- Lisa, tu veux venir avec moi au Tiki?
- Non, j'ai encore beaucoup de travail.
Mariella s'approcha de Lisa et s'agenouilla devant elle.
- Lisa, il faut que tu sortes. David ne voudrait pas que tu te laisses couler comme tu le fais.
- Mais David n'est plus là. Pourquoi continuer à vivre? fit Lisa en pleurs.
- Lisa, c'est une très grande épreuve que tu traverses. Tu trouveras un jour la force de t'en sortir, j'en suis sûre. En attendant, voir des gens, laisses nous t'aider STP
- Personne ne peut m'aider Mariella. Personne...
Un silence s'installa
- qui t'envoie? demanda Lisa d'un ton sec.
Mariella ne pouvait pas vraiment répondre.
- Qui m'enverrait? Personne, je t'assure
Elle se souvint de sa rencontre avec l'homme la veille.

Flash-back
Mariella sortait tout juste de l'immeuble. Il était tard et il faisait déjà nuit. Seules les lumières de la ville permettait de trouver son chemin. Une fois de plus, Lisa n'avait pas voulu venir avec elle. Elle avait essayé de l'emmener au Wolfarts, au square à côté de l'entreprise, chez elle, chez Lisa, au kiosque chez Julien, chez Yvonne et Max et même à Goberitz mais la jeune actionnaire majoritaire refusait toujours. Raison officiel : trop de travail. Motif officieux mais que tout le monde savait : trop d'endroits lui rappelait David.
- Mariella!!!
Elle sursauta et regarda dans la direction d'où venait la voix.
- Mais t'es malade? Qu'est-ce que tu fais là? Tu veux que quelqu'un te voit?
- Il fallait que je te parles. Comment va Lisa?
- A ton avis! répondit la jeune femme, agacée
- Veilles sur elle
- C'est ce que je fais, ne t'inquiètes pas. Tout le monde la soutient répondit Mariella, d'un ton plus doux.
L'homme repartit dans sa voiture et démarra en trombe, pour ne pas qu'on le voie.
Fin du flash-back

Mariella était une nouvelle fois partie seule, sans Lisa, qui était restée au bureau comme à son habitude. Elle se plongeait dans le travail. Elle ne voulait pas penser à autre chose. Elle était en train de chercher des documents sur son ordinateur lorsqu'elle tomba sur un dossier Photos. Elle l'ouvrit. La première photo sur laquelle elle tomba fut une photo de son mari, à son anniversaire. Elle fit défiler les photos suivantes, la douleur revenait, les larmes coulaient. D'un coup, elle jeta par dépit tout ce qu'elle avait sur son bureau à terre. La tristesse faisait place à la rage.

Dans le couloir de Kérima, l'homme regardait Lisa sans se faire voir. C'était devenu une habitude de venir veiller sur elle tous les soirs. Quand il la vit hurler en jettant toutes ses affaires, il dut faire un effort surhumain pour ne pas aller la prendre dans ses bras. Il s'était approché du bureau sans s'en rendre compte, trop occupé à lutter contre cette envie d'aller la consoler. Lisa, qui s'était à peu près calmée après cette montée de colère, leva la tête. Elle vit l'homme.
- David?
L'homme entendit Lisa appeler David. Il partit à toute vitesse pour que Lisa ne le voie pas plus.
- Daviiiiiiddddd...
Elle se précipita dehors. Personne... Elle s'affaissa contre le mur et pleure encore.Quand elle partit, il était trois heures du matin.

Chapitre 9 :

Les jours passaient, semblables à tous les autres. Mariella passait son temps à essayer de faire sortir Lisa. Cette dernière travaillait, travaillait et travaillait encore...

Le samedi était le jour de la fête pour Barbara Pettersen, pour ses un an. Lisa avait été invitée. Pour une fois, elle avait accepté, plus pour sa filleule et sa meilleure amie qu'autre chose. Elle ne se sentait pas d'humeur à faire la fête. Le couple Pettersen s'inquiètait beaucoup pour la jeune femme. Ils avaient confié avoir vu l'homme à Mariella, sachant qu'elle lui avait parler à l'enterrement. Elle leur apprit qu'elle correspondait certaines fois avec lui. Ils avaient décidé d'essayer de le retrouver coûte que coûte. Mariella qui l'avait vu lui avait fait passer le message. Il avait fait la promesse d'être là, dans l'ombre.

Le samedi, les premiers invités arrivèrent à la villa Seidel, lieu de la fête. Lisa s'était donnée corps et âme à la préparation de cet évenement. Elle se disait qu'elle n'aurait jamais l'occasion de le faire, ne voulant pas d'autres hommes que David. Le repas se passa très bien. Tout le monde dansa après. L'homme était là, regardait les invités d'une pièce sombre. Se retrouver dans cette villa lui rappelait tellement de souvenirs, heureux mais qui lui faisaient tellement mal aussi. Max vint discrétement à sa rencontre. Lorsque qu'il vit l'homme, il ne put s'empêcher d'avoir les yeux humides. Il le serra dans ses bras.
- Tu m'as manqué Max!
- J'ai l'impression de voir un revenant. répondit Max.
Ils rièrent tous les deux.
- Je vois que tu n'as pas perdu ton sens de l'humour, fit l'homme.
- Bon sérieusement il va falloir que tu m'expliques maintenant...
L'homme commença alors à relater avec les détails son histoire...

Pendant ce temps-là, Lisa errait parmi les invités. Chacun lui demandait comment elle allait, ce qui avait le don de l'exaspérer. Elle décida de s'isoler et se dirigea vers une pièce inoccupée. Lorsqu'elle ouvrit la porte, elle n'en crut pas ses yeux.

jennifer22
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 12
Age : 33
Localisation : Normandie
Loisirs : La musique, le cinéma et le PC
Date d'inscription : 30/05/2008

http://fanfictions222.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

[Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai Empty Re: [Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai

Message  jennifer22 Ven 30 Mai - 17:36

Chapitre 10 :

- David?
Max et l'homme, qui n'était autre que David, se levèrent surpris.
- Li... Lisa bafouilla le jeune directeur
- Je dois rêver. Max, dis-moi que j'ai une hallucination, que je rêve, que je vais me réveiller ? Non, en fait, je ne veux pas me réveiller, ne me dis rien.
Max regarda Lisa puis David, David puis Lisa. Il finit par répondre :
- Je vais vous laisser. Vous devez sûrement vous expliquer.
Il s'en alla vers la port de la pièce, s'arrêta à la hauteur de Lisa. Il lui murmura :
- Non Lisa tu ne rêves pas. David est bien là. Laisses-le parler surtout. C'est important...
Il sortit laissant seul le couple. Lisa hurla, avec un regard rempli de colère et d'incomphrénsion :
- POURQUOI? POURQUOI TU M'AS FAIT CA? TU N'AS PAS HONTE? DAVID, REPONDS...
Elle commença à pleurer. David s'approcha d'elle et la prit dans ses bras.
- Pardonnes-moi mon amour... Chut... je suis là...
Lisa se sentait revivre dans ses bras, mais la rage bouillonnant en elle, elle se retira de cette étreinte après quelques minutes. Elle regarda David dans les teux. Ceux du jeune homme brillaient d'amour mais aussi de culpabilité, de souffrance. Un silence s'installa.
- Tu as interêt à avoir de bonnes raisons pour nous avoir fait endurer tout ça, David. Et profites en pour me dire qui était au courant, à part Max, de cette mascarade...

Chapitre 11 :

David la fit s'asseoir et commença une nouvelle fois, après Max, son récit.
- Quelques temps avant ma... pseudo-mort, on dira ça comme ça... j'ai reçu quelques lettres de menace. Tu te souviens quand tu m'avais demandé si quelque chose n'allait pas le lendemain de notre retour du voyage et que je t'ai répondu que ce n'était rien? C'était à cause de ces lettres. Si je t'ai menti Lisa, c'était pour te protéger. Je les ai oubliés jusqu'à ce que l'homme en question me poursuive en voiture. Ce jour-là, j'ai compris que nous étions en danger, que j'étais en danger. Il fallait que je te préserve de ça mon coeur. Je me suis rendu au commissariat et vu les indices, ils ont dit que ça ne pouvait n'être que l'oeuvre de quelqu'un de très organisé. Tout est allé très vite ensuite. Ils ont eu l'idée de me faire passer pour mort. J'ai d'abord refusé pensant aux conséquences sur toi surtout, mais ils m'ont persuadé en me disant que si je restais "vivant", tu pourrais être blessée ou même tué. Je voulais que tu sois en sécurité. Ils ont donc organsié un accident de voiture et m'ont dit de rester quelques temps loin de Berlin, là où personne ne pourrait me reconnaître. mais c'était au-dessus de mes forces, je voulais continuer à veiller sur toi. C'est pour cela que tu as cru, et tu avais raison, me voir à Kérima l'autre soir. Tu sais, ça m'a fait mal de te voir dans cet état. Je voulais tant te serrer dans mes bras, te dire que j'étais vivant, que j'étais là. Tu n'aurais pas du le découvrir maintenant car ils n'ont toujours pas retrouvé ce malade. Mariella m'a vu à l'enterrement. Elle m'a même passé un sermon mais je lui ai fait promettre de ne rien dit à personne et de veiller sur toi. Grâce à elle, j'ai pu suivre tout ce qui se passait à Kérima, savoir comment vous alliez, toi et mes parents. Max et Yvonne m'ont aussi vu aux funérailles mais je ne l'ai su qu'il y a quelques jours, quand ils ont demandé à Mariella de me dire de venir à la fête pour Barbara.
- Tu te rends compte David? On croirait à un film digne de Tarentino.
- Je sais que c'est dingue. Mais c'est la vérité mon ange.
- Je sais que tu ne me mens pas David. Je le sais. Mais pourquoi m'avoir laissé souffrir comme ça, pourquoi ne m'avoir rien dit? On s'est pourtant mariés pour le meilleur et pour le pire, non? C'est une péreuve à traverser à deux, pas tout seul.
- Tu penses bien que si j'avais eu le choix, je t'aurais tout dit depuis le début. Ecoute, tu dois retourner avec les autres maintenant. Ils ne doivent rien savoir surtout.
Elle le leva sans rien dire et partit en direciton de la porte.
- Je t'aime Lisa...
Elle se retourna
- Moi aussi je t'aime mon ange...
Elle lui fit un faible sourire et partit. David se sentait soulagé de cette révelation à sa femme. Il n'aurait jamais cru que tout se passerait comme cela. Le poids qu'il avait était allégé. Mais il fallait continuer à vivre comme ça. Tant que le malade ne sera pas retrouvé, il ne pourrait pas retrouver la paix avec sa femme.

Chapitre 12 :

Lisa, après cette révelation, fut soulagée. Elle volait presque. Ainsi, l'homme de sa vie était vivant, était là. C'était tout ce qui comptait. Le reste, après tout, lui importait peu. Bien sûr, elle aurait préféré tout savoir, depuis le début. La souffrance que cette nouvelle lui avait infligée était loin d'être disparue. La douleur l'avait rongée de l'intérieur, prenant petit à petit sa joie de vivre, sa bonne humeur... Il lui fallait réapprendre maintenant à vivre car elle savait que sa vie ne serait pas comme avant. Il fallait qu'elle se prépare au moment de la révélation à tout le monde, chose qui n'allait pas être facile. Elle partit voir Mariella.
- Mariella, je peux te parler un instant?
- Oui, Lisa bien sûr
Elles s'éloignèrent des autres personnes.
- Pourquoi ne m'as-tu rien dit? demanda la jeune actionnaire
- De quoi parles-tu? fit Mariella.
Elle voulait que Lisa lui dise d'elle même. Elle aurait pu se tromper tout de même
- De David.
- David? fit la jeune femme, inquiète
- Je sais qu'il est vivant et qu'il se trouve en ce moment dans la pièce pièce à côté d'où nous sommes.
Elle désigna d'un coup de tête la porte.
- Ah!
- Ah? demanda Lisa interloquée par la réaction de mon amie.
- Que veux-tu que je te dises? Je l'ai su accidentellement et il m'a fait promettre de ne rien dire à personne, pas même à toi
- Je le sais, il me l'a dit. Mais tu m'as laissé souffrir
- Ce n'était pas facile pour moi Lisa. J'aurais préféré ne rien savoir.
Lisa se tut, les yeux brillants.
- Lisa, si j'avais pu te le dire, je t'assures que je l'aurai fait à la seconde même où je l'ai su. Mais si tu lui as parlé, il a du t'expliquer pourquoi?
- Oui...
- Viens Lisa, retournons voir les autres...
Elles se serrèrent dans les bras et rejoignit le petit groupe formé devant le gâteau de Barbara

La soirée s'était bien passé. Lisa avait essayé de voir David une nouvelle fois mais il était parti. Elle alla voir Max.
- Où est-il?
- Il est parti. La police l'a appelé. Ils croient savoir qui a essayé de le tuer.
- Il t'as dit qui?
- Non, il ne savait pas encore quand il est parti. Ils vont l'informer une fois sur place...
Lisa était inquiète. Ca se voyait par ses tremblements. Mais aussi parce qu'elle ne tenait plus en placE.
- Lisa, ne t'inquiètes pas, il te contactera. Fais-moi confiance... Fais-lui confiance
Lisa acquiesca légèrement de la tête.
- Je vais y aller. Il est tard.
- Merci ma belle d'être venue, fit Yvonne qui venait d'arriver. Ca m'a fait plaisir.
- C'est normal Yvonne.
Elle serra son amie dans ses bras, parti non sans dire au revoir à ceux qu'elle connaissait et faire un câlin à la petite.

Chapitre 13 :

Quand elle rentra chez elle, elle se sentait légère. La vie réserve beaucoup de surprises. Elle entra dans la chambre à coucher et s'arrêta net à l'entrée de la pièce.
- David?
Il se tenait devant la fenêtre. Il n'avait pas allumé la lumière afin de pouvoir observer les étoiles. Quand il entendit Lisa, il se retourna doucement. Son visage était rougi par les larmes.
- Pourras-tu un jour me pardonner mon amour?
Lisa, à son tour, en voyant le mal-être de son mari, se mit à pleurer. Elle se précipita dans les bras de David, qui la serra fortement contre lui.
- Si tu savais comme j'ai eu mal, mon ange. Te voir souffrir. Je suis un monstre. Je ne mérite pas ton amour, encore moins ton pardon.
Il mit son visage dans les cheveux de Lisa, respirant son odeur. Qu'il était bon pour lui de la sentir à nouveau près de lui. Elle se recula un petit peu et prit le visage de David dans ses mains
- Oui, j'ai souffert. Mais je crois sincèrement que si tu as fait ça, c'était pour de bonnes raisons. Bien sûr que si, tu mérites mon pardon! Et tu sais pourquoi? C'est parce que tu es l'homme de ma vie, celui que j'ai choisi pour vivre jusqu'à ma mort. Sans toi, ce serait comme une nuit sans lune, une vie sans couleurs. Je t'aime David, n'en doutes jamais. Je peux tout te pardonner, vraiment tout...
David pleurait doucement à l'entente de sa femme. Elle était douce, avait des paroles magnifiques malgré le mal qu'il lui avait fait. Elle le reprit dans ses bras. Tous deux pleuraient.
- Je vous aime David Seidel
- Comme je t'aime Lisa Seidel
Ils passèrent le restant de la nuit collés l'un à l'autre, savourant ces retrouvailles pleinement méritées.

Epilogue :

Les yeux de Lisa brillaient de nouveau. Elle avait retrouvé son mari, l'amour de sa vie. L'homme qui avait tenté de tuer David n'était autre que... Richard Von Brahmberg, son demi-frère. Il ne supportait pas que David soit heureux, en ayant Kérima, une femme, une famille soudé. Lui n'avait rien. Kérima lui avait échappé, Sabrina ne voulait plus l'épouser, ce qui était normal en même temps, vu qu'il l'avait quand même jeté de l'estarde au bal de Kérima. Quant à sa famille, son père l'avait renié, son autre père n'était plus de ce monde, sa mère buvait plus que de raison, sa soeur l'avait elle aussi rejeté, préférant se rallier à David, son complice de toujours. Les policiers avaient découvert qu'il projetait une attaque contre Lisa ce qui avait horrifié David et l'avait plongé dans une colère monstre. L'idée que l'on puisse faire du mal à sa femme l'insupportait au plus haut point. Il avait fallu annoncer la vérité sur David et sa pseudo-mort. Les proches et les amis furent frappés de stupeur quans ils virent David. La mère du jeune homme s'était même évanouie. Une conférence de presse fut organisée pour exposer la vérité sur le jeune homme et les raisons. Tout le monde comrpti à ce moment-là pourquoi il avait été passé pour mort.

Le procès de Richard eut lieu quelques mois plus tard. il fut condamné à 30 ans de prison pour tentatives de meutre sur la personne de David Seidel et de Lisa Seidel. Un an après, il périt dans sa cellule, poignardé par son compagnon de prison.

Quelques mois après la conférence de presse, Lisa, patraque, s'était rendue chez le médecin et en sortit heureuse. Un heureux évenement se profilait à la grande joie du couple. 8 mois plus tardn elle donnait naissance à des triplées. Trois petites filles du nom de Maria, Bianca et Alexandra Seidel.

FIN

jennifer22
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 12
Age : 33
Localisation : Normandie
Loisirs : La musique, le cinéma et le PC
Date d'inscription : 30/05/2008

http://fanfictions222.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

[Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai Empty Re: [Le destin de Lisa] Un jour, je te reviendrai

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum