Il faut se quitter souvent pour s'aimer toujours...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il faut se quitter souvent pour s'aimer toujours...

Message  Invité le Sam 22 Mar - 1:47

coucou! Very Happy
Je suis nouvelle sur ce forum et j'adore les séries télé, surtout Prison break! Ca faisait un petit moment que je lisais les fics su ce forum ou d'autres et il y a quelques mois j'ai enfin décidé de me lancer à mon tour dans l'écriture... J'ai donc commençé à écrire une fiction sur Prison break qui se passa après l'évasion mais après j'ai changé l'histoire (même si j'ai gardé certaines choses de la série...)
J'ai posté cette fic sur quelques forums et elle a a plu apparamment... donc voilà je me décide à la poster ici mais je sais pas si vous allez aimer... en plus je pense que certains la lisent peut-être sur d'autres forums donc je sais pas trop....
Enfin bref je vous met le premier chapitre pour voir si ça vous tente et si ça vaut le coup que je continue... Surtout n'hésitez pas à me dire si ça ne vous plaît pas, les critiques sont formatrices! bon voilà je me lance... je vous laisse juger...

Bien entendu, les personnages ne m'apparteinnent pas etc... et j'écris uniquement pour mon plaisir...

Allez c'est parti...
Surtout n'hésitez pas à donner votre avis même si vous n'aimez pas!










CHAPITRE 1






« Maintenant, on cours ! » souffla Michael.

Aussitôt, les 8 hommes prirent leurs jambes à leur cou, alors que les sirènes de police se faisaient de plus en plus distinctes.
M « Suivez- moi ! »
L : « Michael ? »
M : Suivez moi je vous dis, faites moi confiance ! »

La police était maintenant tout près, et les fugitifs se mirent alors à courir derrière Michael. Ce dernier courait, il courait comme si sa vie en dépendait… « Courir pour ta vie, courir pour la vie de Lincoln » se disait il intérieurement. D’ailleurs, c’était le cas… Si ils étaient pris, il finirait sa vie en prison et son frère mourrait… Les sirènes se firent plus lointaines, mais tous savaient qu’ils n’étaient pas loin…
Sucre : « Michael ? »
M : « Par là ! ».

Etonnés, ils le suivirent malgré tout et arrivèrent devant une vieille maison qui semblait abandonnée.
M : « Rentrez là dedans ! »
Les 7 hommes ne se firent pas prier et s’engouffrèrent dans la maison.
Ab : « Pff quelle course, j’ai perdu l’habitude moi !! Et c’est quoi cette baraque pourrie, elle va s’effondrer sur nous !! »
L : « Si t’es pas content, tu sors !!! Je te rappelle quand même que c’est à cause de tes amis et de ce fameux avion que l’on se retrouve là ! »
Ab : « Ils ont dû avoir peur, ils ont fui… mais ils me le paieront cher ! »

T-Bag, une lueur démente dans les yeux, passa alors sa langue sur se dents et s’approcha d’Abruzzi en sifflant :
« Tssss Méchant John…. Ton plan a foiré on dirait…. Le grand mafieux a échoué et veut se venger… mais j’aurais ta peau avant… je te saignerais comme un poulet et je te laisserais te vider de ton sang en appelant ta mère au secours…. »
Ab : « Espèce d’enfoiré !!! Sale vermine !! Je vais te crever ! »

Michael, qui jusque là n’avait rien dit et se contentait de surveiller les abords de la maison décida d’intervenir :
« STOP !!! Ca suffit ! Vous la fermez maintenant ! On va se faire repérer à cause de vous… Je veux plus rien entendre ! »
Les cris cessèrent immédiatement mais T Bag s’approcha de Michael, menaçant…
T Bag « Dis donc ma jolie, peut être que dans la prison c’était toi le chef mais maintenant qu’on est sorti grâce à ton petit cerveau de génie, je n’ai plus d’ordre à recevoir de toi, ma beauté… ! »
Soudain, Lincoln, furieux saisit T Bag par le col et cria :
« Ne parle plus jamais à mon frère comme ça espèce de pourriture de pédophile !! C’est grâce à lui que t’es dehors, t’étais pas prévu dans le plan mais on a pas eu le choix… Alors maintenant tu as intérêt à la fermer sinon je te jure que je te fais la peau… Je ne pense pas qu’il y aura beaucoup de monde à te regretter… »

T-Bag, sachant pertinemment de quoi Lincoln était capable, préféra abdiquer :
« Ok mec du calme… c’est bon, je me tais…La famille alors c’est trop mignon…. »
Mais voyant le regard noir de Lincoln, il préféra ne rien ajouter et partit explorer la maison, en compagnie de C-Note et Tweener.

Lincoln s’approcha alors de Michael, qui surveillait toujours la maison.
L : « Ca va ? »
M : « On va pas s’en sortir avec eux…Il vont nous faire repérer … »
L : « T’inquiète, ils vont se tenir à carreaux maintenant… »
M : « J’espère, Linc, j’espère… »

Puis il se retourna vers son frère et lui demanda de le suivre. Etonné, Lincoln lui emboîta le pas et ils arrivèrent dans une grande pièce vide et poussiéreuse.
L « Michael ? Il y a rien ici »
Michael sourit alors et se retourna vers son frère :
« Si… »
Il se dirigea vers une vieille armoire au fond de la pièce. Intrigué, Lincoln le laissa faire.
M : « Aide moi à déplacer cette étagère… »
Surpris, Lincoln ne posa pas de question et obéit.

Soudain, alors que le mur était entièrement dégagé, il apparut une porte sur la gauche. Michael posa sa main sur la poignée, inspira un coup, ouvrit la porte et entra dans la pièce, suivi de Lincoln. Ils pénétrèrent dans une grande pièce au centre de laquelle trônait une table en bois entourée de chaises. Dans un coin, on pouvait apercevoir une pile de matelas et d’oreillers, ainsi qu’un grand frigo blanc et une immense caisse en bois, juste à côté d’une grande armoire. Ebahi, Lincoln ne trouvait pas ses mots :
« M… Michael… comment tu savais que l’on trouverait tout ça ici ? »
Michael, souriant à son frère :
« Eh bien parce que c’est moi qui ait aménagé cette pièce avant de me faire incarcérer… J’avais prévu un plan B au cas où il y aurait un problème avec l’avion… J’ai bien fait je crois… »
Lincoln, admiratif devant l’ingéniosité dont son frère avait fait preuve, ne put que déclarer :
« Eh bien dis donc petit frère, tu ne cesseras jamais de m’épater… Qu’est ce que je deviendrais sans toi ? »
Michael ne dit rien mais il était heureux des paroles de son frère. Cette évasion lui avait demandé tellement de travail…

Soudain, les autres, alertés par le bruit, débarquèrent dans la pièce…
S : « Wouaoh c’est quoi cette pièce Mike ? »
M « Notre cachette pour la nuit… »
Il se dirigea alors vers le frigo, attrapa des boissons et ouvrit la caisse en bois. Il en sortit des paquets de chips, des pâtes, de la sauce tomate, du saucisson, du thon, du chocolat et des barres énergétiques.
Il regarda alors les fugitifs :
« Ce soir, nous allons tous passer la nuit ici en attendant que ça se calme. Vous pouvez manger, prendre des habit propres mais demain on se sépare, c’est chacun pour soi »
Stupéfaits, les échappés ne dirent rien et admirèrent la pièce dans laquelle ils se trouvaient.

Une heure plus tard, rassasiés et épuisés, ils prirent chacun un matelas et se couchèrent.
Mais Michael ne trouvait pas le sommeil. Une personne revenait sans cesse hanter son esprit et ses pensées, une personne qu’il avait trahie, une personne qu’il avait fait souffrir…
« Sara… » murmura t’il d’une voie rauque. Où était-elle maintenant ? Est-ce qu’elle allait bien ?
« Sara… pardonne moi… »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum