Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
8.99 € 15.09 €
Voir le deal

Perdue.

3 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Perdue. - Page 2 Empty Re: Perdue.

Message  bibiche Mar 29 Juil - 19:10

Elle n’était pas très fière de mentir à ce point mais ses larmes eurent l’effet escompté sur Pete. Il se calma instantanément et lui rendit finalement un regard compatissant.

-Excuse-moi, mais c’est juste que je suis un peu surpris… Je suis sincèrement désolé pour la perte de ta mère…Quel âge as-tu au fait ?
-Seize, j’ai seize ans, dans 2 ans au plus tard je serais sortie de votre vie. Lui assura-t-elle alors que son esprit pensait si fortement « si ce n’est pas toi qui sors en premier de la vie de Sam ».

Marilyn était plutôt fière d’elle, elle avait réussi à contenir son envie de le faire dégager et en plus elle avait à priori établie un bon contact avec lui. Maintenant tout dépendait de Sam, qui ne tarda pas à descendre, voir qui avait sonné à la porte.

-Pete ! s’exclama-t-elle un peu mollement. Intimidée par ma présence et signification, elle se contenta d’un baiser sur la joue de Pete, ce qui le vexa un peu.
-Samantha, qu’est ce qui se passe ici ? lui demanda-t-il avec l’espoir que je lui ai menti.
-Tu ne lui as rien dit ? me demanda-t-elle à son tour avec un ton de reproche.
-Si. Intervint Pete. Mais j’avais espéré un peu plus de détails!
-Y a rien à dire de plus, tu sais…
-Bon sang, Sam, qu’est-ce qui se passe ici ? S’emporta finalement Pete.
-Rien ! Ecoute, je suis toute aussi perdue que toi ! Je ne sais pas quoi te dire, Pete. Tout ce ci est tellement soudain ! Tenta Sam de le calmer.
-Tu me caches des choses, Sam ! On ne devient pas tutrice de deux adolescentes en si peu de temps, surtout quand la dernière te ressemble comme ta propre fille ! protesta-t-il.

Sur ordre de Sam, Marilyn finit par rejoindre sa chambre, où elle les entendit s’entredéchirer. Elle était partagée entre la joie de voir Sam se disputer avec ce Pete et le fait qu’elle la faisait souffrir en contrecarrant ses projets d’avenir quels qu’ils soient. Tout ceci était un cercle vicieux sans fin, que la venue de Mo’nc avait initié et qui la rendait coupable au point d’accepter la rancœur de Sam sans broncher.

Lendemain, plus ou moins calmés, Pete et Marilyn, avaient brièvement discuté et il lui avait avoué à demi-mots que sa relation avec Sam était plutôt mouvementée ces derniers temps et que ça venue était la goutte d’eau de trop. Elle avait accepté ses excuses pour ce qu’elles étaient. Il fallait être honnête, cet homme n’était peut être pas Jack O’Neill, mais il était gentil et semblait tenir beaucoup à Sam. Malgré tout Sam restait toujours aussi distante avec Marilyn et paraissait maintenant remontée contre Pete qui ne savait quoi faire pour s’excuser.

La semaine qui suivit fut le point de non retour. Tous les non-dits fusèrent, qu’importe qu’ils fussent blessants ou non, l’ambiance au sien de SG1 était devenue telle que c’était devenu si pesant qu’il en fallu peu pour que tout explosa…

SG1 accompagnée de Marilyn étaient en salle de briefing avec le général O’Neill, afin d’établir le planning des prochains mois en fonction de l’avancée des plans de construction des satellites.
L’ambiance était tendue. Tous étaient mal à l’aise face à l’incompréhensible colère du colonel envers Marilyn. Personne n’osait engager le dialogue sur ce qui était entrain de se passer de peur de s’immiscer dans des problèmes qui finalement ne les regardaient pas. Ainsi Teal’c et Daniel regardaient impuissant Sam et Marilyn se détruire pendant que Jack tentait vainement de faire tampon entre elles.

-Bien d’après le rapport que Carter m’a fournit, on peut espérer commencer les travaux d’ici 3semaines, c’est ça ? demanda le général à son second.
-Tout à fait, mon général. Il reste encore pas mal de points que je voudrais revérifier…
-Des problèmes particuliers, colonel ?
-Je ne pense pas, mais je préfère être prévoyante, mon général !
-Très bien…
-Si je peux me permettre, je pense que c’est une perte de temps. Les travaux pourraient commencer dès la semaine prochaine, ce qui n’empêcherait pas de continuer à faire les calculs de vérification nécessaires au fur et à mesure, sachant que nous sommes deux pour palier aux problèmes éventuels… interrompit Marilyn.

Alors que le général s’apprêtait à répondre à Marilyn, Carter le devança et cracha sa colère, trop longtemps enfouie en elle.

-Je te demande pardon ? Et sur quelles garanties te bases-tu ? Comment ferons-nous si nous commençons à construire et que l’on s’aperçoit après calculs que tu t’es trompée ? Ce n’est pas parce que tu prétends être le sauveur de l’humanité dans une réalité détruite, que tu dois te croire tout permis dans notre réalité. Mets-toi ça dans la tête, ici tu n’es rien ! Fulmina Carter qui s’était levée, menaçant la jeune femme du doigt.
-Colonel !! Rugit le général qui s’était à son tour levé. Pour l’amour du ciel, ça suffit, vous avez dépassé les bornes. Dans mon bureau, et tout de suite !

Alors que Carter toujours remontée suivit docilement son général dans son bureau, Marilyn tentait vainement de faire bonne figure devant Teal’c et Daniel qui ne savaient plus comment réagir. Elle encaissait tant bien que mal les paroles de Sam. Bien sur qu’elle était consciente de n’être rien pour eux, mais c’était si facile d’y croire, de se laisser aller, même si tout n’était pas parfait, c’était toujours mieux que les savoir morts par votre faute. Des larmes effrontées coulèrent le long de ses joues, alors qu’elle se levait pour quitter la salle.

-Dites au général que je serai dans mes quartiers… je… Enonça avec difficulté Marilyn avant de quitter la pièce sans avoir fini sa phrase.
-Marilyn, attend ! Tenta Daniel pour la retenir, alors Teal'c lui indiqua d'un geste de la laisser un instant seule.

Carter et le général se faisaient face dans le bureau de ce dernier. Comment en étaient-ils arrivés là ? Pourquoi cette femme tellement sensée et humaine, exprimait aujourd’hui tant de haine envers celle qui était en quelque sorte sa fille ?

-Bon sang Carter, c’était quoi ça ?!
-ça quoi ? Cette gamine est une irresponsable, comment pouvez-vous cautionner ses actes ?
-Là toute de suite, c’est votre comportement que je ne cautionne plus ! Si vous m’aviez laissé le temps de lui répondre, vous auriez pu constater que j’étais de votre avis !!
-…
-Pour l’amour du ciel, Carter, dites quelque chose ! Expliquez-moi votre comportement des dernières semaines ? Et je ne veux même pas entendre que vous ne voyez pas de quoi je parle, hein ! Je ne vous reconnais plus, où est passé la Carter que je connais depuis 8 ans, celle qui a sauvé Cassandra au péril de sa vie, celle qui fait preuve de raisonnement et d’humanisme en toutes occasions ?
-… resta muette le colonel, défiant son supérieur du regard.
-Depuis des semaines, je ne vois que colère, haine et méchanceté en vous ! Je veux savoir ce qu’il se passe pour que vous soyez ainsi envers cette enfant qui a souffert et qui ne demande qu’un peu d’attention de votre part…
-Ce n’est pas de ma faute si je ne suis pas capable de faire preuve d’autant de détachement que vous face aux situations qui me concernent !
-Nous y voilà, allez-y colonel cracher votre venin qu’on en finisse !
-Vous savez peut être vous protéger des situations qui vous entourent, où peut être qu’après tout, tout ceci ne vous touche pas. Mais moi je suis désolée, je ne peux pas, je ne peux plus faire comme si cette situation m’importait, ce n’est plus possible, pas quand vous croisez votre plus grand échec tous les jours au quotidien, sans répit ! Vous pouvez comprendre ça, où est-ce que c’est trop demander à Jack O’Neill… lança-t-elle dans le seul but de le blesser.
-Bon sang, Carter, je vous avais proposé de la prendre le plus possible avec moi, si vous le souhaitiez !
-Quand bien même, elle sera toujours là sous mes yeux, constamment à me rappeler que je vous… S’arrêta Sam brusquement, choquée par ce qu’elle failli lui avouer.
-Carter… soupira-t-il en voyant les yeux brillaient de larmes.

Le point de non retour. La colère était retombée pour laisser place à la souffrance. Il avait voulu savoir ce qui avait été l’élément déclencheur de sa colère en la poussant à parler. Mais là, ils avaient frôlé l’incident, car tous deux étaient conscients de la confession que s’apprêter à faire le colonel ici dans l’enceinte du SGC. Ils se faisaient toujours face, mais seule la douleur était présente entre eux. Comment en étaient-ils arrivés là, après tant d’années ?

-Ecoutez, je ne peux malheureusement pas vous enlever la garde de Marilyn, ceci ne relève pas de mon commandement… Par contre je peux peut-être vous laisser du temps pour vous faire à l’idée… Je sais qu’au final ça ne changera rien, mais cela apaisera peut-être les esprits durant un temps.

Elle hocha la tête en signe d’acquiescement.

-Votre départ pour la zone 51 n’était prévue que pour dans 3 semaines, je propose de l’avancer. Vous finirez vos calculs de vérification là-bas. Vous pourrez alors commencer à organiser la construction des satellites sur place, voir comment coordonner les ingénieurs et les techniciens ainsi que l’arrivée des matériaux, cela nous fera gagner du temps, surtout que nous n’avons pas de nouvelles de nos alliés… expliqua-t-il calmement.
-Bien mon général.
-Carter… ce n’est pas un ordre, juste une proposition, je ne veux pas vous forcer la main, même si aujourd’hui, je pense que cet éloignement est devenu une nécessité.
-Qu’en sera-t-il de Marilyn ?
-Elle restera à la base en semaine et je la prendrais chez moi pour les week-ends.
-D’accord, j’accepte la proposition.
-Bien. Je vous fais avancer un avion pour Jeudi dans la matinée. Cela vous laisse le début de semaine pour vous organiser et préparer vos bagages.
-Bien mon général.
-Je me charge de prévenir Marilyn. Vous pouvez disposer colonel.

Le colonel Carter anéantie sortie du bureau du général en direction de son labo, afin de préparer ses dossiers à amener comme si de rien n’était alors que son esprit était empli de tant d’interrogations et de souffrance. Pendant ce temps, Jack s’était assis dans son fauteuil abasourdi par la conversation qu’il venait d’avoir avec son second. Comment en étaient-ils arrivaient là ? A trop vouloir se protéger de leurs sentiments respectifs, ils n’avaient finalement réussi qu’à se faire souffrir un peu plus un chaque jour.
La jeune femme devait être anéantie après les mots si durs que lui avait dits Sam. Il finit par arriver devant ses quartiers et frappa, sans trop vraiment savoir ce qu’il allait lui dire. Les mots n’avaient jamais été son fort. Il attendit une réponse qui ne vînt pas. Il réitéra son geste, mais la jeune femme ne répondit toujours pas. Inquiet, il pénétra dans ses quartiers sans y être autorisé. Elle était là, recroquevillée sur le lit secouée par des sanglots. Il s’approcha silencieusement d’elle et s’assit sur le lit tout près d’elle.

-Marilyn…

Les sanglots redoublèrent alors qu’elle tentait vainement de refouler ses larmes. Cette gamine le touchait tellement qu’il comprenait que Carter se soit sentie menacée par elle. Elle était tellement eux, qu’elle était devenue l’incarnation de leur douleur. Pourtant, c’était une enfant qui n’avait rien demandé sinon d’exister…

-Marilyn, je sais que ce que Carter t’a dit t’a blessé… Je suis désolé que la situation blesse tout le monde à ce point.
-Tout est de ma faute… Tout est toujours de ma faute…
-Non, c’est faux. Carter est désemparée face à la situation et n’a fait que se protéger, et je suis désolé qu’elle l’ait fait en te blessant…
-Non, elle a raison, je ne suis rien ici… rien !
-Hey, viens là. Dit-il à cours de mots, en l’accueillant dans une étreinte réconfortante.
-Oh Papa, pardonne-moi… Pardonne-moi pour avoir échoué… pleura-t-elle de toute son âme.

Jack avait compris qu’elle ne s’adressait pas vraiment à lui, mais à son vrai père. Les mots de Carter l’avait bouleversée bien plus qu’il ne le pensait.

TBC... la suite sera la fin du chap 4 Sad
bibiche
bibiche
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 439
Age : 35
Localisation : Basse-Normandie
Loisirs : Voyager, équitation, danse, escalade...
Date d'inscription : 28/09/2006

http://cpaf.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum