Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -39%
Pack Home Cinéma Magnat Monitor : Ampli DENON ...
Voir le deal
1190 €

[Suite] Meurtre d'un Jedi.

Aller en bas

[Suite] Meurtre d'un Jedi. Empty [Suite] Meurtre d'un Jedi.

Message  Shan0n Jeu 23 Aoû - 21:12

Chapitre 6 : Interrogatoire, trahison et rencontre.

L’agent Marty Deeks était toujours en compagnie des filles. « Est-ce vous qui l’avait tué ? »
Pauline qui n’avait rien à voir dans cette histoire était descendue voir si notre locataire n’avait besoin de rien. A notre grande surprise l’agent n’avait rien dit en la voyant descendre. Il savait bien qu’elle ne lui dirait rien. Mathilde prit la parole.
« Ecoute Deeks… Nous ne l’avons pas tué. Je sais que tu ne vas pas nous croire étant donné que tout porte à dire que nous sommes ces tueuses. Les blessures d’Amandine et Naïs et le fait qu’il n’y avait personne d’autre sur la plage à part nous. » Mon cœur rata un battement. Pourquoi protégeai-t-elle le vrai tueur ? Celui qui était sur la scène de crime en même temps que nous. Naïs refusa de mentir à la police. « Ne mens pas ! Il y avait cet homme. Avec la cape noire. Et un truc rouge dans les mains. » Tout devenais moins flou à présent que Naïs en parler. Le rouge que j’ai vu. C’était l’arme du tueur. Un faisceau lumineux rouge. Le surfeur se leva, navré. « Je dois vous arrêtez. Pour le meurtre de FanDeThor36. » Il ne sourit même pas. Ce qui était très inquiétant venant de lui. La porte s’ouvrit sur l’agent Blye. « Tu tombes bien ravissante partenaire. J’ai trouvé les assassins. » Lança-t-il à sa partenaire qui soupira à force d’entendre tous les surnoms qui lui donnait. Ils sortirent trois paires de menottes, et nous les passèrent. Pauline était donc hors de cause. Tant mieux. Sans protester ont les suivis jusqu’à leur 4x4. La dame qui nous hébergeait n’en croyait pas ses yeux. Pauline posa une main sur son épaule pour la réconforter même si elle aussi n’avait qu’une envie. Pleurer. La tête baissait on entra à l’arrière de la voiture et elle démarra. « Comment les as-tu trouvé ? » Ils commencèrent à murmurer. « La première fois que l’on ait venu, je les ai vus sur le toit. Deux d’entre elles sont blessé. L’une à la nuque et l’autre aux côtes. » Personne ne répondit par la suite. Il envoya juste un message à Nell pour lui dire d’envoyer les deux autres agents à la planque. Lorsqu’on arriva, ils nous séparèrent. Chacune dans une salle différente. Hannah et Callen arrivèrent très peu de temps après. Sam s’assit sur une chaise tout comme Kensi. Deeks se tenait à l’écart. Il semblait toucher par le fait de nous avoir arrêtés. Je posais ma tête au creux de mon coude et fermait les yeux. Je savais très bien ce qu’il allait se passer par la suite. Un agent allé venir nous interroger. Et peut-être même nous menacer pour en tirer quelque chose. J’avais peur. Peur d’avoir à faire face à G. Callen. Celui pour qui je portais une grande affection. Il était comme un frère. Je ne sais pas ce que j’éprouver pour lui mais c’était fort. Très puissant. Alors qu’à la base on ne s’était jamais vu. Et vous trouverez certainement ça, débile. Absurde, inapproprié et déplacé. Pendant ce temps les agents spéciaux était en vidéo conférence avec Eric et Nell.
« _Salut les gars. Nell et moi avons réussi à en savoir un peu plus sur notre fan de Thor. Il s’appelle Andrew Blake. Il vit dans un petit appart qui a été récemment brûler. A charge de revanche, d’après les médias. Par la suite le chef de leur fan club l’a hébergé. Et l’a entraîné. Il été le meilleur de leur équipe pour les combats.
_A quoi bon devenir le meilleur pour un combat ? Ce n’est qu’un festival. Demanda Deeks, une pointe d’amertume dans la voix.
_Justement. C’est là que j’ai approfondi les recherches d’Eric, continua la rouquine. D’après ce que j’ai trouvé, les combats auxquels il participait rapporter pas mal d’argent si l’on en était le vainqueur.
_L’argent serrez la cause du meurtre ? Bien. Nous allons interroger les suspects que nous avons en garde-à-vue et on vous tient au courant. »
Kensi coupa la connexion, et les écrans affichèrent à nouveau les caméras de surveillance placées dans les salles d’interrogatoire. « Laquelle des trois est blessé au cou ? » Demanda le chef de l’équipe. Marty s’approcha de l’écran et me désigna. Callen se dirigea donc d’un pas décidés vers ma salle. La porte s’ouvrit. Je me levé rapidement. « Asseyez-vous. » Commença G. en s’avançant vers la chaise en face de la mienne. J’obéi. Je n’avais donc pas eu de chance. Il était là. Devant moi.
« _Amandine, c’est ça ?
_Oui.
_Vous êtes donc suspecté d’avoir tué Andrew Teller.
_Oui. Mais je n’y suis pour rien.
_C’est ce que me dis chaque personne qui se retrouve à votre place. Pourquoi l’avoir tuer ?
_Je ne l’ai pas tué !
_Arrêtez de dire ça ! Il tapa sur la table.
_G…. Fais-moi confiance. Je t’en supplie. »
Mes yeux s’embuèrent. J’étais horrifié. Je ne voulais pas qui s’énerve contre moi. Il s’assit sur la chaise et posa le dossier qu’il tenait entre les mains sur la table. Il ne se sentait pas très bien. Lorsqu’il m’avait entendu prononcer son prénom, il avait eu un vertige.
« _Qui es-tu ?
_Amandine.
_Comment connais-tu mon prénom ! » Il tapa à nouveau sur la table. Sam devant les écrans voyait bien qu’il n’allait pas bien. Mais il n’intervint pas.
« _Je… Je t’assure que je ne sais rien de ton passé. Je suis, juste votre série. Et…
_Et quoi ?
_Rien.
_Dis-moi. Je t’en supplie. »
Sa voix. Il était complètement bouleverser. Une boule se forma au fond de ma gorge m’empêchant de parler. Il ferma les yeux voyant que je ne pouvais rien dire. Des larmes se mirent à couler le long de mes joues. Je mis mes mains sur mon visage pour me cacher. G. se leva et sortit de la pièce en fermant délicatement la porte. J’éclatais en sanglot. « Excuse-moi, G. ! Excuse-moi… » Il s’adossa à la porte. Et des larmes s’échappèrent de ses magnifiques yeux. Sam inquiet pour son partenaire vint le chercher. « Ne l’écoute pas. Ce n’est qu’une jeune étudiante qui ne sait pas ce qu’elle dit. Elle a peut-être fait ça pour te désorienter. » Il ne répondit pas. Echappant à son partenaire par la droite, il sortit de la planque et pris sa voiture pour aller se réfugier quelque part. « Euh Sam… Je viens de voir Callen sortir en courant. Sans toi. » Dit le blondinet inquiet à son tour.
« Libère les. Et ne l’ai amène plus ici. Elles sont dangereuses. » Sam sortit prendre l’air pour se détendre les muscles et pour réfléchir. Deeks obéi aidé par sa coéquipière. Lorsqu’il vint me libérez, il aperçut mes yeux rouges. « Que t’arrive-t-il ? Je viens te rendre ta liberté. Tu n’es pas contente ? » Je m’essuyais les joues, tremper par mes larmes avant de répondre malgré la boule toujours présente dans ma gorge. « Je veux participer à l’enquête. Je peux vous aider ! J’en suis sûre. » Kensi avait fini de libérez mes deux amies. Elle décida de venir voir pourquoi il mettait autant de temps à libérez une seule personne. « Je suis désolé mais Sam refuse que tu t’approches. Il dit que tu es dangereuse. » Il haussa les épaules montrant qu’il manquait d’information, sur le pourquoi j’étais dangereuse. Je savais bien pourquoi il disait ça. J’avais déboussolé G. A cause de son passé. Je me donnais une claque mentale. Non mais qu’elle idiote. Dépité de me voir dans cet état il soupira. Décidemment il allait devoir apprendre à résister aux jeunes filles en détresse. Il se baissa et me murmura à l’oreille. « Je viens de glisser mon numéro dans la poche de ton sweet-shirt. Garde ton portable près de toi. Je t’informerais. » Il se releva et me sourit. « Aller debout Mademoiselle ! Tu es libre. Eclate-toi avec tes amies, et profite de la vie. » Il me laissa sortir. Je rejoignis mes amies en plongeant mes mains dans les poches de mon sweet. Je sentis un petit morceau de papier que je saisi. « On y va les filles. » Toutes les trois libre, nous sortîmes de la planque. Lorsque Sam croisa mon regard, il était très menaçant. Je frémis et le morceau de papier entre mes doigts me dit que l’on se reverrait très bientôt. Lorsque nous fîmes à quelques kilomètres de leur planque qui se trouvait près de Palisades Park. Je m’arrêter près d’un banc libre et sortit en vitesse mon portable. « Qu’est-ce que tu fais ? » Demanda Naïs qui se frottait les côtes. « Deeks. » Mes deux amies arquèrent un sourcil. « Un peu plus de détails serais les bienvenus. » Ajouta Mathilde. « Il ma donner son numéro. Pour me tenir au courant de l’enquête. Je lui ai promis de l’aider. » Naïs siffla. « Eh ben. Ça rigole plus vous deux. » Je levais les yeux de mon portable dans lequel je venais d’entrer son numéro. « Tu entends quoi par-là ? » Demandais-je en croisant les bras. « Tu lui saute dessus, maintenant le numéro. Bientôt ce sera le resto. » Elle sourit. « Tu sais quoi ? Je n’aime pas Deeks. Et je crois que si je me retrouvais avec lui, il irait vite en prison pour sortir avec une non-mineure. » Je continué seule à marcher et elles ne tardèrent pas à me suivre. « J’ai besoin de prendre des forces. » Se plaignait Mathilde. « J’appelle Pauline pour qu’elle nous rejoigne. On a qu’à aller dans ce salon de thé. » Je désignais une pancarte sur laquelle était marquer Jin Patisserie. Tout le monde était d’accord. Pauline se dépêcha d’arriver, inquiète pour nous. « Vous allez bien ? Ils ne vous ont pas fait de mal ? Ils ne vous ont pas torturé ? » On se regarda amusée, par la réaction de la blonde. « Ils nous ont pendu par les pieds, noyé, puis passer à tabac. » Elle ouvrit de grands yeux choqués. « Quoi ? » Je n’y crois pas… Elle vient vraiment de gober ce qu’on venait de lui dire. « On plaisante. Tu vois bien que l’on ait vivante. Bon dépêchons nous de rentrer avant qu’un requin volant vienne nous dévorez. » Elles éclatèrent de rire mais moi je n’avais pas la tête à rigoler. Quelques minutes avant j’avais fait face à G. Et je l’avais vraiment déstabilisé. Lorsqu’elle eut fini de rire aux éclats, on entra calmement dans le salon. Des personnes toutes aussi différent les unes que les autres, prenait du plaisir à savourer de magnifique pâtisseries accompagné d’un thé. Des sièges couleurs pastel étaient disposés autour de tables. On s’assit au fond de la salle observant le monde qui nous entourait. Une serveuse habillée d’un haut en soie délicat et d’un slim rose pâle vint prendre notre commande. « Bonjour Mesdemoiselles. Que désirez-vous ? » Pauline prit la parole au nom de nous toutes. « Quatre fraisiers avec un thé au caramel. S’il vous plait Madame. » Elle nota sur son petit carnet la demande de Pauline et partit en nous souriant. « Très bon choix. » Murmura Naïs. Une personne à l’opposé de notre table m’intrigua. Je le connaissais. Mais d’ où ? Je le détaillais sans plus. La serveuse arriva quelques minutes plus tard, un plateau en acier sur lequel était disposée quatre parts de fraisiers magnifique, accompagné de quatre tasses en porcelaine. Elle les déposa devant chacune de nous. « Merci bien. » Elle nous sourit en guise de réponse et nous laissa. Je goutais le thé qui était succulent. Apparemment chacune de nous toutes l’apprécier énormément. Puis je m’attaquais au fraisier qui m’appeler. Je souris à l’idée de voir un gâteau prononcer mon nom.
Lorsque j’avalais la petite bouchée, mes papilles me fournirent un moment d’extase. C’était délicieux et raffiné. A moins qu’il y ai glissé de la drogue. Non quand même pas. Je pris un deuxième morceau du fraisier et reportait mon attention à l’homme du fond de la salle. Lorsqu’il croisa mon regard, je me souvins. Ces yeux gris/bleu et ses cheveux brun en bataille. Je m’étranglais avec le morceau de gâteau. Naïs le vit très bien et elle me tapa dans le dos pour m’éviter l’agonie. Je pris la tasse de thé et je bus une grande gorgé. « La raison pour laquelle tu as failli t’étranglais ? Tu allais encore sortir une bêtise ? » Demanda Naïs. « Seb. » Lui répondis-je. « Dis donc… C’est depuis que tu as vu Deeks que tu nous donnes qu’un seul mot par réponse ? Non, parce que ça devient agaçant. » Persiffla Mathilde. Je secouai la tête et désignai le brun au loin. Pauline et Mathilde eu la même réaction que moi. Elle était choquée. Ou plutôt au paradis. Sébastien Lefebvre était dans la même pièce que nous. Je me levais, pour aller le rejoindre. Il était tendu. « Hum… Bonjour Sébastien. Je suis une de vos nombreux fans. » Je lui souris et il me le rendit, ce qui me fit flancher. Il était magnifique. Du groupe, il était mon préférer. « Oh ! Ravie de faire ta connaissance. Tu veux un autographe ? Ou une photo ? » Demanda-t-il en sortant un stylo du sac à dos qu’il avait à côté de lui. « Vraiment ? Je… Oui ! J’accepte volon… » Les sirènes de la police retentit tout près du café. « Ils m’ont trouvé ! » Il se leva précipitamment et attrapa son sac. Je me retrouvais à quelques centimètres de lui. « Qui ça ? » Seb me contourna, sans lâcher du regard la voiture de police. « Les agents Callen et Hannah. »

Chapitre 7 : Appréhension d’un nouveau suspect.

Enfin aux côtés de son coéquipier, Sam Hannah entra dans Jin Patisserie, arme en main. Côte à côte ils avancèrent dans le café mais aucune trace du guitariste de Simple Plan. « Il a filé. » Callen ordonna à Deeks et Blye via son oreillette de surveiller les alentours de l’arrière du salon, car il n’était pas loin. Il avait raison. Un brun suivit de deux filles courait à en perdre haleine vers la villa qui donnait sur la scène de crime. « Deeks ! Ils sont là ! » Kensi se mit à leur poursuite, contrairement à lui. Mais elle ne s’en occupait pas. Elle devait les attraper. Il tourna sur lui-même cherchant du regard les deux filles manquantes. Là. Près du magasin de vêtements. Il alla les rejoindre évitant de croiser les deux autres agents. « Vous êtes malade ! Aidez un fugitif n’est pas la meilleure façon de vous faire remarquer. » Dit-il en s’appuyant contre la vitrine, et en prenant le soin de ranger son arme pour ne pas affoler les californiens. « On ne l’aide pas. On regarde la vitrine de ce magasin. En revanche Mathilde et Amandine, ce sont cru dans un film policier. Résultat, elle l’aide. Et puis il est leur idole. Avec le reste du groupe. Raison de plus pour les aider. Donc tu devrais les poursuivre si tu ne veux pas te faire virer par ton chef… Elle inclina la tête sur le côté. Qui en ce moment même, te regarde d’un air très sévère. » Naïs détester parler avec la police et elle détestait encore plus le guitariste avec qui deux de ses amies était parti. « Raaaah ! Donnez ça à votre amie. Elle sera quoi en faire. » Il glissa dans la main de Pauline une clé USB et partit à la poursuite des trois fugitifs. Il rattrapa vite sa partenaire qui était au bord de l’évanouissement. « Kensi ? Ça va ? » Elle lui donna un coup de poing dans l’épaule. « Idiot ! Qu’est-ce que tu faisais ? Callen nous avait donné l’ordre de les poursuivre. Pas de rester plantée derrière le salon à me regarder courir. C’est la deuxième fois qu’il s’échappe. » S’emporta-t-elle, agacé de l’avoir comme partenaire. « Excuse-moi. » Il leva la tête et aperçu ceux qu’il chercher cacher dans une ruelle obscure. Heureux qu’ils aient réussi à s’échapper, il indiqua d’un coup de tête les deux blondes toujours devant la vitrine du magasin. Et elle comprit ce qu’il voulait lui dire. Il avait réussi à avoir les infos de l’enquête. Ce qui voudrait dire que Nell et Eric était de leurs côté. Elle parut soulagée de l’apprendre et se remit à courir vers la villa où elle vivait. Sébastien les suivait sans se plaindre. Lorsqu’il les perdus de vue, il rejoignit son patron. « Deeks, tu nous expliques pourquoi tu n’es pas aller à la poursuite des fugitifs ? » Lança Sam tout aussi énervé que la seule fille de l’équipe mis à part Nell et Hetty. Le téléphone de Callen sonna, ce qui évita au blond de passer un mauvais quart d’heure.
« _Du nouveau ?
_Oui. Je crois que l’on s’intéresse à la mauvaise personne. Sébastien Lefebvre à un casier vierge. Il est peut-être même un citoyen modèle. Contrairement au chef du groupe dans lequel était Andrew Blake. Il s’appelle Robert Stone. Arrêter plusieurs fois pour vols à main armé et contrebandes. D’après les caméras de surveillances du parking du Comics Con, il a eu un petit accrochage avec notre guitariste en fuite. Il l’a menacé de tuer l’un des membres du groupe s’il ne laisser pas Andrew gagner à la finale.
_Et qu’a répondu le guitariste ? S’empressa de demander Sam.
_Il lui a dit qu’une compétition rester une compétition. Et que donc il se battrait à la loyale. Il a voulu frapper Sébastien mais ce dernier s’est défendu avec le sabre laser qu’il avait pour son déguisement de Jedi. Il lui à taper sur le poignet gauche. Pour finir il la laisser tranquille et il retourner à sa voiture. Grâce à sa plaque d’immatriculation j’ai pu trouver son permis et donc toutes ses informations. Sans oublier son adresse qui est déjà sur vos téléphones.
_Ok. Je te rappelle plus tard. Il raccrocha. On va aller rendre visite à Monsieur Stone. Kensi et Deeks aller voir si notre groupe favori à bouger de son emplacement. » Ils prirent leur 4x4, et ils se dirigèrent vers le Walt Disney Concert Hall. G., monta côté passager étant donné que c’était la voiture tant chouchouter de son ami. La route n’était pas longue à leur grand soulagement car il faisait chaud et restait enfermer dans une voiture était insupportable, malgré la climatisation. Stone vivait dans un petit appartement au deuxième étages. L’un des agents frappèrent à la porte. C’est une jolie jeune femme rousse aux yeux verts qui leur ouvrit. « Bonjour. Que puis-je faire pour vous ? » Demanda-t-elle sans vraiment ouvrir la porte en grand. « Nous sommes du NCIS, nous enquêtons sur la mort d’Andrew Blake. Qui êtes-vous ? » La jeune fille passa sa main dans ses cheveux et regarda derrière elle. « Je suis la petite amie de Robert. Il a des problèmes ? » Elle paraissait soudainement mal à l’aise. Des gouttes de sueur perlaient sur son front. « Vu l’âge que vous devez avoir et le fait qu’il est voulu agresser une star. Oui. » Callen ne se gêna pas pour rentrer, contre toute attente, aucune trace de Robert. « Mais… Il n’a rien fait de mal. » Sam leva une main vers elle pour lui faire signe de se taire. Il désigna de deux doigts la seule porte fermé de l’appartement. Ils avancèrent à pas de loup, lorsqu’ils furent devant ils l’ouvrirent d’un geste rapide et ils pointèrent leur arme sur l’homme qui essayait de sauter par la fenêtre. « N’approchez pas ! » Lança-t-il aux agents. « C’est comme tu veux Spider-man. Vas-y ! Lance des toiles d’araignées et accroche-toi au building. Je te regarde faire. » Continua G. en s’avançant doucement vers l’homme, arme toujours pointé en sa direction.
« _Mais avant de sauter donne-moi la raison pour laquelle tu as menacé Sébastien Lefebvre et son groupe.
_Qui ça ?
_Ne joue pas au plus malin avec moi.
_Je ne vois vraiment pas de quoi vous parlez.
_Ah mais oui… Tu le connais mieux sous le pseudo de JeSuisUnSuperJedi05.
_Si vous êtes là pour me parler de lui, je préfère sauter.
_Alors on vous regarde. Les deux agents s’adossèrent au mur de la chambre. Allez ! Vous attendez quoi ?
_Je ne peux pas. Murmura-t-il en se tenant au bord de la fenêtre.
_Qu’est-ce que vous dîtes ?
_Je ne peux pas ! »
Il y eu une bourrasque de vent qui fit basculer l’homme assis à califourchon sur la fenêtre vers l’intérieur de la chambre. Il été choqué. Il aurait pu mourir à l’instant même, si il était tombé de l’autre côté. Les agents l’attachèrent et ils attendirent plus d’explication.

Chapitre 8 : Innocent.

Ont arrivaient enfin à la villa. Pauline et Naïs était arrivait avant nous étant donné qu’elle avait évité de faire des alentours pour échapper à la police. Ils montèrent sur le toit. Seb s’assit sur un rondin de bois laissant tomber son sac derrière lui. Pauline s’approcha de moi et me tendit la clé USB. « Cadeau de Deeks. » Je la saisis en urgence et descendit dans la villa pour utiliser l’ordi de la propriétaire. Un seul fichier portant le nom de Meurtre d’Andrew Blake s’ouvrit. Je le parcourais doucement, en gardant le maximum d’information en tête. Puis vint les possibilités d’armes du crime. Objet contendant. Dans ma tête j’eu un tilt. Le sac de Seb. Je me levais précipitamment faisant tomber la chaise et arrachant la clé USB pour l’emporter avec moi. Je montais quatre à quatre les marches, j’ouvris violement la porte et couru jusqu’au sac de Seb. « Ne touche pas à ça ! » M’ordonna-t-il. Trop tard. Je l’avais entre les mains. Il se leva et s’avança vers moi d’un pas menaçant. Mathilde avait remarqué que la tension était montée. Elle se leva et s’interposa entre lui et moi. « Je ne suis pas sûre de pouvoir faire quoi que ce soit pour empêcher Seb de t’approcher, Amandine. » J’ouvris son sac. Au fond du sac ce trouver un sabre laser de Jedi replié. « Seb… Ne me dit pas que c’est toi ! S’il te plait ! Dis-moi que je me trompe. Que tu n’as rien à voir dans cette affaire. » Il ferma les yeux et inspira profondément. « Il n’est plus un suspect. » Une autre voie que celle de Sébastien ce fit entendre. Mathilde sursauta et trébucha sur un bâton qui trainait. A terre, elle releva la tête et plongea son regard dans celui du nouveau venu. Des nouveaux venus. Chuck et Pierre se tenait derrière leur guitariste. Chuck Comeau, le batteur du groupe s’approcha de la brunette à terre et lui tendit une main amicale. Elle l’a saisi immédiatement, toute souriante. « Je veux une explication. » Le fait d’avoir encore une partie du groupe devant moi ne m’affecta pas plus. J’étais trop préoccupé par l’enquête. « Hier soir, lors de l’exécution de l’homme, Sébastien était avec nous. En train de réviser les acoustiques pour le concert de ce soir. » Me répondit Pierre. Je lâchais le sac noir que je tenais entre les mains, pour sauter dans ses bras. Mais je fus rapidement éjecter par Pauline. Car il était son chouchou. Il sourit en voyant l’accueil qui lui était réservé.

Chapitre 9 : Moment de vérité.

« Tu crois qu’il ressemble à quoi les autres membres du groupe ? » Demanda Deeks qui s’inquiéter de savoir contre qui il allait se battre, si jamais il tenté quoi que ce soit. Kensi entra le numéro d’Eric. « Tu m’écoutes ? » Elle ne répondit pas. Génial. Il était tombé avec une équipière qui ce foutais totalement de lui. Il profita de ce moment d’inattention pour la détailler. Ce qu’elle était belle. Les deux filles qu’il avait arrêtées, avait raison. Il se tournait autour sans rien faire. Peut-être que c’était à lui de faire le premier pas. « Eric vient de m’informer sur le groupe. » Affirma Kensi qui voyait bien que son partenaire vaguait à une autre occupation. Elle agita sa main droite devant son visage, pour l’aider à reprendre ces esprits. Enfin de retour parmi eux, il la regarda de ces yeux bleu tout en souriant. Ce sourire qui de nombreuse fois avait fait craquer l’agent Blye, lui évitant de se faire passer des savons.
« Le groupe s’appelle Simple Plan. Groupe de pop-rock formé en 1999. Il a été formé par Pierre Bouvier, le chanteur et Chuck Comeau, le batteur. Il est aussi composé de Jeff Stinco, 1er guitariste, Sébastien Lefebvre, Guitariste et chœurs et enfin leur bassiste David Desrosiers qui lui aussi fait partie des chœurs. Ils ne sont pas violents. Donc… Tu n’as rien à craindre. » La voiturette qu’avait pris leur patron et son équipier un peu plus tôt dans la journée arriva à l’emplacement 0506. Ils descendirent et s’approchèrent du bus. « Pour ton information… Je n’avais pas peur. » Dit-il pour se défendre ce qui, amusa énormément Kensi. Devant le bus, se tenait deux hommes. D’après les photos qu’avait envoyées Nell, ils avaient devant eux Stinco et Desrosiers. « Oh ! Des amis de l’agent Callen et Hannah. Est-ce que vous venez courir après Jeff cette fois-ci ? » Suggéra David qui mangeait une banane, adossé au bus. Il se fit fusiller du regard par le guitariste qui n’avait aucune envie de rire avec ces agents. « Cherchez-vous quelqu’un en particulier ? » Marty affirma avec la tête et s’approcha du blond tandis que Kensi s’approcher de l’autre membre. « Vous allez devoir nous suivre. On a quelque question à vous poser. » Pour ne pas trop les inquiéter, ils ne leurs passèrent pas les menottes. Et puis qui sait ? Peut-être n’étaient-ils pas lier au meurtrier même si il intégrer le même groupe. Ils prirent la voiturette qu’ils possédaient pour aller plus vite. Le bassiste du groupe s’agitait sur son siège. « Quelques choses ne va pas ? » S’empressa de demandait Kensi. « A vrai dire j’ai beaucoup regardé film policier. Et normalement vous devriez nous passer des menottes. Puisque nous sommes peut-être le complice du meurtrier. » Kensi étouffa un rire.
« _Vous êtes complice ?
_Bien sûr que non.
_Alors le problème est réglé. Pas de menottes. »
Il la regarda avec un air suppliant qui lui rappela son blondinet. Son partenaire. Son ami. A l’évidence, elle ne pouvait pas résister à ce regard angélique. Elle sortit de sa poche arrière une paire de menotte et les lui attacha. « Content ? » Il hocha la tête avec un sourire radieux. On aurait dit un enfant à qui on venait d’offrir une montagne de bonbons. Jeff qui avait du mal à supporter les gamineries de son collègue, soupira puis regarda la route qu’il avait déjà traversé plusieurs fois pour se rendre dans la salle du concert, vérifier les lumières et le son. La scène et les instruments. Arriver au 4x4, ils laissèrent la voiturette à l’emplacement voulu, laissant entrer les musiciens à l’arrière de la voiture, tandis que Kensi prenait le volant. La route fut très longue. Surtout pour Blye et Stinco. Ils avaient dû supporter les plaintes de David qui ne supportait finalement pas les menottes, les rires incessants de Deeks qui se moquait du style vestimentaires du bassiste et pour finir une dispute avait éclaté entre eux. Elle se demandait vraiment pourquoi il avait accepté Marty comme représentant de l’ordre. Même Jeff se tenait mieux que lui. Elle avait interrogé le plus sage d’entre eux, risquant de faire éclater encore une dispute entre les deux blonds. Mais peut-importe. Du moment qu’elle était au calme tout allait bien. Lorsqu’elle eut finit, elle proposa de quoi boire à Jeff puis ils s’assirent et regardèrent le spectacle qui se dérouler dans la pièce voisine. Ils jouaient aux cartes. Sérieusement, leur situation était désespérer. Dès que le bassiste perdait, il devait répondre à la question de l’agent. Et inversement. Dès que l’agent perdait, il devait répondre au bassiste. Ne sachant pas que son équipière avait fini l’interrogatoire il répondit sans mentir à la prochaine question du bassiste :
« _Comment trouve tu l’agent Blye ?
_Magnifique. Ravissante. Marrante. Séduisante. »
Même si tout cela voulez dire à peu près la même chose, il ne flancha pas. Contrairement à elle. Ses joue devint rouge écarlate. Elle se cacha dans sa veste.
Le guitariste éclata d’un rire sonore qui fut bientôt mêlée à une sonnerie de téléphone. « Le portable de Marty ! » Elle sursauta et attrapa le téléphone posait sur la table. Il affichait ‘inconnue’ mais elle décrocha quand même.
« Qui est à l’appareil ? Questionna Kensi, le potable collait à l’oreille, soudainement jalouse.
_Euh… Deeks c’est moi. Amandine.
_Ce n’est pas Deeks ! Et il ne connaît aucune personne portant ce prénom.
_Kensi ! S’exclama une voix enjoué au bout de l’appareil.
_Je peux savoir pourquoi tu l’appelles ?
_Hum… Je ne peux pas te le dire. Est-il dans les parages ? J’aimerai beaucoup lui parler. »
Elle vit la porte de la salle d’interrogatoire s’ouvrir, mais n’eut pas le temps de cacher le portable. Il s’approcha et tendit la main vers l’agent pour qu’elle lui rende son portable. Hésitante, elle le lui tendit, énervé. Car ils se cachaient des choses.
« _Je t’écoute.
_Deeks. Excuse-moi. Je ne voulais pas que Kensi sache ce qu’il se passe.
_Tu es pardonné. C’est à moi d’arranger les choses. Dit-il en regardant sa partenaire, anxieusement. Qu’elle est la raison de ton appel ? Tu as découvert quelque chose ?
_Oh que oui. Sébastien Lefebvre est innocent. »
Il lâcha son téléphone que sa partenaire rattrapa et raccrocha. « Il faut que je réfléchisse un instant. » David ricana mais s’attira les foudres de son ami guitariste. Il se mit à faire les cents pas dans la pièce, suivit des regards des autres. Il se tapotait la lèvre inférieure avec son doigt. Quelque chose clochait. Soudain, lorsque personne ne s’y attendait il arracha son téléphone des mains de Blye et entra le numéro de Callen.
« _Allô ?
_Callen, le tueur n’est pas Sébastien.
_Je sais bien. C’est Stone, le chef du groupe.
_Non.
_Alors qui ça peut-être ? Je ne vois personne d’autre qui aurait pu le tuer. Il a était entraîner très dur par son coach, mais lors du tournois un adversaire plus coriace lui fait face. L’adversaire gagne et s’engueule avec le coach qui avait tout misé sur Blake. Il lui demande de le laisser gagner sinon il tue un de ses proches, Sébastien se défend et le blesse. Le coach décide donc de tuer son propre joueur pour faire disqualifier Sébastien et donc remporter la récompense en montant se battre lui-même.
_C’est vrai que vu comme ça c’est logique. Mais le coach n’aurait jamais tué quelqu’un en qui il avait confiance et avec qui il avait passé tant d’heures. Il vaut mieux chercher quelqu’un qui voulait passer du temps avec lui mais qui a été rejeter par la faute d’Andrew. Quelqu’un de proche et de jaloux.
_Sa petite amie. »

Chapitre 10 : L’heure des aveux.

Callen et Sam qui avait laissé seul à seul les deux amants, s’activèrent de retourner les voir. Malheureusement c’était trop tard, la petite copine qui jouait l’innocente depuis le début, pointait une arme en direction de Stone. « N’approchez pas ou je le descend ! » Aboya-t-elle, en sueur. C’est mains tremblé. Elle ne contrôlait pas du tout les mouvements qu’elle exécutait. Et sa capacité à réfléchir était minime. Il ne fallait surtout pas faire de faux mouvements. « Posez cette arme, Mademoiselle. » Elle secoua négativement la tête. C’est cheveux blond lui fouettant le visage. Il se mordit la lèvre et sourit. « Je l’aimais. Vraiment. D’un amour sincère. Tandis que lui n’en avait que pour son chouchou d’Andrew. Cet idiot qui jouait avec un marteau en plastique. » Il se moqua d’un rire nerveux. L’homme face à elle, levait les mains et commencer sérieusement à croire que son heure était venue.
Il était tombé nez-à-nez avec une folle. Une sociopathe. « Bon sang ! Tu ne vas quand même pas me tuer ! Après tout ce que j’ai fait pour toi. » Elle n’arrêter pas de faire des mouvements avec l’arme en main. « Tout ce que tu as fait pour moi ? C’est la meilleure. S’exclama-t-elle. Tu passais toute t’a vie avec l’autre ! Mais lorsque je l’ai eu en face de moi. Habiller comme son adversaire, il a eu peur. Très peur. Le bonheur que ma procurer c’est cri de douleur était puissant. Je ne risquais pas de me faire avoir vêtue ainsi. Je pensais que si je le tuer et si tu remporté cette victoire, il y aurait plus de temps pour moi. Mais je me trompais. Et maintenant c’est à ton tour de mourir. » Elle éclata d’un rire hystérique. « G. elle va tirer ! » Le chef d’équipe sauta sur l’homme le plaquant à terre juste avant qu’elle ne presse la gâchette. Sam lui tira dans la jambe et s’élança pour la désarmer. Elle gémissait en mais ce qu’elle disait était inaudible à cause de ses sanglots. Callen regarda son partenaire et inspira. « Bien joué. » Il lui tendit la main et l’aida à se relever. Les ambulances vinrent chercher la petite amie de Stone, tandis qu’il se remettait du choc qu’il venait de subir. Les deux agents trouvèrent la tenue et les armes du crime dans un coffre cachaient sous le lit. « Elle s’est donc servi d’un couteau pour déséquilibré Blake. Avec son entrainement il devait se défendre ce qui lui a déplu. » Commenta Callen qui rejoignais l’équipe à la planque, en compagnie de Sam. A sa grande surprise les filles qu’il avait interrogées était là. Tout comme le groupe. L’image d’Eric et Nell apparaissait sur l’écran. « Ah, Callen. Finalement Andrew Blake n’avais pas tant menti que ça. Il était vraiment un Marins. Mais sous une nouvelle identité. Il avait préféré l’oublier car les fantômes de son passer le tracasser encore. En prenant ce nouveau nom il a tout oublié. »

Chapitre 11 : Toutes les meilleurs choses, ont une fin.

Eric coupa la communication. Tout c’était arranger pour Kensi et Deeks. Elle lui avait pardonné. Quant à Simple Plan, ils avaient été soulagés de n’avoir rien à faire avec ce meurtre. Je m’avançais vers Callen qui plongea ses yeux dans les miens. Je pris une grande inspiration avant d’entamer la discussion.
« _G. je tiens à m’excuser. Je n’avais pas à faire ce que j’ai fait, lorsque tu m’as interrogé. Et je m’en veux énormément.
_Tu es pardonné. »
Dit-il en souriant. Sans son autorisation, je vins me blottir dans ses bras. Il m’enlaça, lui qui n’avait pas de famille et qui manquait d’affection malgré l’amour que lui portait ses collègues. Deux personnes se mirent à pleurer. David et Pauline. Ont éclatas de rire. Tout était redevenu dans l’ordre. Pour fêter ça, les gars nous invitèrent à leur concert de ce soir. Un concert auquel tout le monde accepta de venir. Chacun était rentré ce préparé. Les filles et moi, accro à Simple Plan, avions enfilé un short et un t-shirt du groupe. Même Naïs avait fait l’effort d’en mettre un.
C’est G. et Sam qui passèrent nous prendre pour nous amener au concert tant attendu par les milliers de fan, qui avait supplié leur parents de leur acheter ne serait-ce qu’une place pour un show de malade. Deeks passa chercher partenaire, habillé simplement d’un t-shirt bleu faisant ressortir ces yeux et d’un pantacourt marron qui s’associer parfaitement. Kensi, elle, s’était vêtu d’une robe magnifique qui était au goût de son coéquipier, vu les regards qu’il lui portait toutes les secondes. Cette soirée était inoubliable. Chuck donna en main propre une de ses baguettes à Mathilde et garda la deuxième avec lui. « Comme ça, on se reverra. » Lui avait-il dit en lui adressant un sourire radieux. Pauline eu droit à l’unique médiator de Pierre. Celui avec lequel, il avait jouait ‘Perfect’. Et moi ? J’ai réussi à attraper un médiator de Seb. Grâce à Callen qui m’avait pris sur c’est épaules. En voyant toute ces familles réunis, ont fut bouleversé d’avoir laissé les nôtres en Europe. Nous avons donc rendu son toit à la gentille dame qui nous avait accueillie et nous somme rentrer en France. A la maison. Mettant de côté notre aventure extraordinaire à Los Angeles. Mais en gardant le souvenir de cette enquête qui nous avais rapproché et qui avait permis à Kensi et Deeks de faire un pas de plus dans leur relation compliqué. Enfin… C’est ce qu’on pensait.
Fin.

« Marty Deeks, je t’assure que si ton sale chien remet c’est pattes dans ma voiture, je te tue ! »
Shan0n
Shan0n
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 3
Age : 26
Loisirs : L'écriture, La lecture, L'ordinateur & La musique.
Date d'inscription : 23/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum