Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

L'inconnue d'un soir (City Hunter)

Aller en bas

L'inconnue d'un soir (City Hunter) Empty L'inconnue d'un soir (City Hunter)

Message  Tokra le Dim 18 Juil - 23:17

Rating : G

Tous les personnages appartiennent à Tsukasa Hojo


Pour ceux qui ne connaissent pas le manga, voilà un petit récapitulatif : City Hunter = Nicky Larson, un anime qui a connu son heure de gloire durant le Club Dorothée.

Les personnages

Nicky Larson = Ryo Saeba

Laura Marconi = Kaori Makimura

Myriam l'amie styliste de Laura = Eriko




Chapitre 1



Dans la boutique d'Eriko, Kaori regardait son amie mettre en place les retouches sur ses dernières créations. Une fois de plus elle admirait le travail de son amie.

Tout en travaillant, la styliste discutait avec la nettoyeuse qui était d'une humeur de chien. Elle ne lui avait pas posé de questions mais Eriko savait pertinemment que la cause de la colère de son amie était son partenaire. Nul doute que Ryo avait encore fait des siennes pour que Kaori soit dans un tel état. D'ailleurs, elle eut très vite les réponses à ses questions sans même les poser.

- Tu te rends compte Eriko ! Il a osé dire que je n'étais pas féminine !!!! Mais c'est de sa faute si je suis comme ça ! C'est lui qui m'a dit de m'habiller comme ça, que c'était plus pratique pour le travail ! Il faudrait qu'il sache ce qu'il veut ! Je peux être très féminine si je le souhaite !!!

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la styliste, et elle répondit à son amie :

- Oui, tu as raison Kaori ! Rappelle toi quand je t'ai organisé une soirée avec Ryo, tu étais si féminine que Ryo a faillit t'embrasser !

A ce souvenir Kaori se mit à rougir. C'est vrai que la soirée avec Ryo avait été idyllique. Elle avait dansé dans ses bras, et ce souvenir était merveilleux.

Kaori sursauta quand Eriko s'écria :

- J'y suis !!! Kaori ce soir, on sort entre filles !! Toutes les deux !!

- Qu'est ce qui te prends Eriko ?

- Ce soir on va sortir toutes les deux ! Et j'ai la robe qu'il te faut !

Eriko se précipita vers la réserve et en sortit quelques minutes plus tard une robe entre les mains.

- Tiens ! Passe moi ça ! déclara la styliste en tendant la robe à son amie.

Sans aucune conviction, Kaori se rendit dans une cabine d'essayage et glissa son corps dans le tissu, la robe était magnifique, on aurait dit qu'elle avait été crée pour elle.

Timidement la nettoyeuse sortit de la cabine, et Eriko ne lui laissa pas le temps de réagit, qu'elle l'agrippa par le bras et la força à la suivre. Elles se retrouvèrent alors dans une petite pièce avec une coiffeuse, et sa styliste installa son amie sur le siège.

- Mets ça aussi ! dit Eriko en lui tendant une perruque.

Immédiatement Kaori reconnu l'objet que son amie tenait entre ses mains.

- Mais c'est......

- Oui ! c'est bien la perruque que tu as porté quand tu es sortie avec Ryo ! Elle te va si bien !

Eriko aida Kaori à mettre le postiche et quand la nettoyeuse se regarda dans la glace, elle revit le même personnage qu'elle était lors de sa sortie avec Ryo.

Ryo avait été si tendre et si attentionné avec elle. Il avait été son petit ami, et ça avait été si merveilleux, un rêve éveillé, un véritable conte de fée.

- Maintenant, passons au maquillage ajouta la styliste.

Kaori regardait sa métamorphose dans la glace. Elle n'avait plus rien du garçon manqué ! Elle était tout simplement splendide et bien que ce ne soit pas la première fois qu'elle était comme cela, elle avait du mal à réaliser en se regardant dans la glace, que la créature qui lui faisait face était bien elle.

- Bon maintenant c'est à mon tour, ne bouge pas Kaori ! Je reviens tout de suite !

Laissant seule son amie dans la pièce, Eriko se précipita dans son bureau. Composant un numéro, elle espérait que Ryo tomberait une nouvelle fois dans le panneau.

Kaori trouvait le temps long, alors ne supportant plus de rester dans la pièce, elle se dirigea vers le magasin de son amie à la recherche de cette dernière. Mais aucune trace d'Eriko. La nettoyeuse demanda à un vendeuse qui lui répondit que sa patronne était partie dans son bureau.

Alors elle se dirigea en direction de la pièce quand soudain, quelqu'un l'agrippa par le bras, Kaori se retourna brusquement faisant lâcher prise à l'importun, et s'arrêta net dans son mouvement.

- Excusez-moi charmante demoiselle ! Ce n'est pas dans mes habitudes d'accoster les femmes comme cela, mais je suis tombée sous votre charme et je n'ai pas pu résister !

Kaori ne savait pas comment réagir, elle n'avait pas l'habitude de voir les hommes se précipiter sur elle comme cela. Surtout que celui qui venait de l'aborder n'était vraiment pas mal du tout.

Grand, brun, un sourire ravageur sur les lèvres, un costume parfaitement coupé et des cheveux dont la coupe faussement négligée était certainement l'oeuvre d'un grand coiffeur, l'homme savait qu'il avait un certain charme qui le rendait irrésistible aux yeux des femmes. D'un geste qu'il voulait négligeant, l'homme releva sa manche, laissant apparaître une rolex.

Voyant que sa future proie semblait sous le charme, l'homme poursuivit :

- Permettez-moi mademoiselle, de vous inviter au restaurant ! Une soirée avec vous à mes côtés et je serais le plus heureux des hommes !

Kaori ne savait pas quoi dire. Ce n'est pas que l'homme n'était pas à son goût, mais elle avait promis à Eriko qu'elle sortirait avec elle. Mais comment faire pour repousser les avances du dragueur, sans qu'il en soit vexé. Elle ne savait pas comment faire ! D'abord parce qu'elle n'avait pas l'habitude de le faire, mais aussi que si cet homme était dans la boutique d'Eriko c'est que c'était un de ses clients. Et elle ne voulait pas porter préjudice à son amie en refusant ce rendez vous !

Alors marchant sur des oeufs, Kaori dit d'une voix douce :

- Je suis désolée, mais je ne peux pas accepter j'ai déjà un rendez-vous ce soir !

Mais l'homme était un coriace et il ne voulait pas lâcher le morceau, surtout qu'il le trouvait très à son goût. Cette demoiselle était vraiment bien roulée et il l'imaginait déjà dans son lit. Un joli petit lot comme cela il était sûr de ne pas être déçu, il sentait qu'il n'allait pas beaucoup dormir cette nuit ! Mais contrairement à ce qu'il pensait au départ, la fille pour l'instant ne semblait pas sensible à son charme, il allait devoir se faire plus convaincant et persuasif, en un mot il allait tout faire pour passer la soirée et la nuit avec cette déesse qui lui faisait face. Alors il agrippa à nouveau son bras tout en s'exclamant :

- Je ne peux accepter de refus de votre part ! Je suis sûr que l'homme avec qui vous sortez n'est qu'un gros nul ! Il ne vous mérite pas et je suis sûr qu'il ne m'arrive pas à la cheville. Il ne pourra pas jamais vous combler ! Pas comme moi ! Je suis un expert vous savez !

A ces mots Kaori éclata de rire. Lui un expert ? C'est qu'il n'avait jamais rencontré Ryo ! Car cet homme était vraiment un minable face à lui ! Il n'avait pas le quart de sa prestance et de son charisme. A côté de Ryo il était vraiment fade et insipide.

L'homme fut vexé du comportement de la jeune femme. Pour qui se prenait-elle pour se moquer de lui ? Jamais une femme n'avait eu un tel comportement avec lui ! En colère il secoua brutalement Kaori, un rictus de haine déformait ses traits.

Le rire de Kaori mourut dans sa gorge, et pour se défendre, elle assomma l'homme avec une de ses plus grandes massues. Puis la colère retombant, elle réalisa ce qu'elle venait de faire, surtout que l'homme hurlait :

- Je vais vous faire un procès ! Vous allez le regretter !

- Et moi je vous ferai un procès pour avoir importuné une de mes clientes ! s'écria Eriko qui venait de faire sa réapparition. Je vous prie de bien vouloir quitter ma boutique et de ne plus jamais y remettre les pieds !

L'homme énervé comprit qu'il n'avait pas d'autre solution que de partir, et dans demander son reste, il quitta la boutique.

- Je suis désolée Eriko !, murmura une Kaori peinée pour son amie. Par ma faute, tu as perdu un de tes clients.

- Ne t'excuse pas Kaori ! Au contraire, je devrais te remercier ! Ça fait des mois que je cherche une excuse pour lui interdire l'entrée de mon magasin. Il ne vient ici principalement que pour draguer mes clientes, mais comme à chaque fois elles repartaient avec lui, je n'avais aucune raison valable pour lui interdire de revenir. Allez laissons ce Don Juan où il est et allons profiter de notre soirée !



Les deux amies quittèrent la boutique et se rendirent dans un bar branché. Les hommes présents ne manquèrent pas de se retourner sur les charmantes demoiselles qui venaient de faire leur apparition. Sans faire un seul instant attention à la gente masculine, Eriko s'installa au bar, sur un tabouret. Kaori, mal à l'aise de voir tous les regards braqués sur elle, prit rapidement place à ses côtés.

Jetant un coup d'oeil à la pendule, Eriko satisfaite, savait que Ryo n'allait pas tarder à faire son apparition. Mine de rien, elle commanda les boissons et commença à discuter avec son amie. Elle entendait les hommes autour d'elles et la styliste était sûre que certains allaient approcher pour leur proposer un verre.

Mais malheureusement pour les hommes présents, un concurrent de taille venait de faire son apparition. Eriko eut un sourire satisfait car aux murmures des hommes, elle avait une idée de l'homme qui venait de faire son entrée : Ryo. Ça ne pouvait être que lui qui venait de franchir le seuil de la porte du bar.

Son instinct ne l'avait pas trompé. Quelques instant plus tard une voix grave raisonna non loin d'elles :

- Eriko ! Quel heureux hasard !

- Bonsoir Ryo !, répondit-elle.

La styliste était plus que satisfaite que Ryo ait fait son apparition, mais ce n'était pas le cas de Kaori. Qu'est-ce que Ryo pouvait bien faire dans ce bar qui était à mille lieux des établissements qu'il avait l'habitude de fréquenter. Mais elle n'eut pas le temps de réfléchir plus longuement que Ryo s'adressa à elle :

- Bonsoir charmante demoiselle !

Kaori se tourna vers son partenaire, et d'une voix légèrement modifiée murmura :

- Bonsoir !

- C'est bizarre mademoiselle, mais votre visage ne m'est pas inconnu ! On s'est déjà rencontré quelque part ! Attendez que je réfléchisse....

Kaori tremblante attendait le verdict de Ryo. Allait-il la reconnaître ? Si c'était le cas qu'elle allait être sa réaction. Soudain il s'exclama :

- Je sais ! Vous êtes Cendrillon !

- Cendrillon, Ryo ?, intervint Eriko.

- Mais oui, Cendrillon! La charmante jeune femme avec qui j'avais passé une soirée délicieuse mais qui avait du partir à minuit.....

Devant le regard interrogatif de la styliste il ajouta :

- C'est vrai que tu n'es pas au courant, vu que je n'en ai jamais parlé ! Mais j'ai fait la connaissance de cette adorable demoiselle, il y a déjà quelques temps maintenant....

Eriko, qui voulait s'amuser lui demanda :

- Et Kaori, elle est au courant de cette histoire ?

Ryo gêné de la question de la styliste rétorqua :

- Je.... C'est à dire.....

Ne sachant comment se défaire de la situation, il se tourna vers Cendrillon afin de détourner la conversation.

- Je croyais que vous étiez partie étudier à l'étranger ?

A son tour se fut à la jeune femme de ne pas savoir quoi répondre. Quelle excuse allait-elle bien pouvoir inventer pour justifier sa présence dans le bar ?

- Je...balbutia t-elle.

- Non, ne me dites rien, la coupa Ryo. Vous êtes ici ce soir et vous revoir me comble de plaisir.

Le regard envoûtant, il s'approcha d'elle et il saisit la main de la jeune femme. Kaori toute tremblante se demandait ce qu'il lui prenait. Il faut dire qu'elle n'avait pas l'habitude d'un Ryo aussi séducteur envers sa personne. L'espace d'un instant, elle oublia la façon dont elle était grimée et s'imagina que c'était vraiment à elle que d'adressait ce regard de braise. Puis la jeune femme sentit la bouche de son partenaire se poser délicatement sur le dos de sa main. Il venait tout simplement de lui faire un baise-main.

Totalement sous le charme, Kaori sentait son coeur battre la chamade. Elle ne savait plus quoi faire, ni quoi dire. Quand soudain elle réalisa que ce n'était pas à elle que Ryo s'adressait mais à cette charmante inconnue qu'était Cendrillon. Alors son euphorie retomba d'un coup. Comment avait-elle pu penser un seul instant, que son idiot de partenaire serait aussi galant avec elle ? C'était vraiment prendre ses désirs pour la réalité. Alors elle soupira tout en secouant la tête.

La voix de Ryo lui fit reprendre pied dans la réalité :

- Dois je comprendre que ce n'est pas réciproque ?

- Quoi ? demanda Kaori qui ne savait pas de quoi il parlait.

- Suis-je donc le seul à apprécier le fait que nous nous soyons retrouvés ? dit Ryo d'un ton faussement peiné.

- Non, je suis heureuse de vous revoir ! se rattrapa Kaori qui ne savait plus sur quel pied danser.

En effet, elle commençait à regretter le fait d'avoir céder, elle n'aurait jamais du accompagner Eriko ! Maintenant elle était à nouveau dans le rôle de Cendrillon, face à Ryo, et elle ne voulait pas une nouvelle fois se jouer de lui. Mais d'un autre côté, son déguisement faisait qu'elle pouvait passer des moments délicieux auprès de l'homme qu'elle aimait, et lui ne sachant pas qui elle était se faisait charmeur et doux avec elle. Il était comme elle avait toujours rêvé qu'il soit avec elle : Tendre, charmant, prévenant... en un mot, tout ce qu'il n'était pas avec elle habituellement.

Elle leva alors un regard timide en direction de son partenaire et fut totalement envoûtée par son regard sombre. Les yeux dans les yeux, ils n'arrivaient à se détourner l'un de l'autre.

Eriko, qui se faisait discrète, assistait avec joie à cet échange visuel. Les deux personnes qui lui faisaient face semblaient totalement coupés du monde. C'est alors qu'elle eut une révélation. Ryo savait que sous ce déguisement se cachait Kaori ! Il n'y avait pas d'autre hypothèse possible. Et le fait que la boucle d'oreille que Kaori avait dit avoir perdue, se trouvait dans sa poche la confortait dans son raisonnement.

Alors telle Cupidon, elle décida de mettre son plan en marche. D'un discret petit toussotement, elle fit sortir Ryo et Kaori de leur moment d'absence. Ils se tournèrent en direction de la styliste. Cette dernière jeta un coup d'oeil rapide à l'horloge, et se tourna à nouveau en direction de ses amis :

- Je suis désolée ! s'exclama t-elle. Mais j'avais oublié que j'avais un rendez vous extrêmement important ! Je vais devoir partir !

Puis Eriko se leva, Kaori fit la même chose, essayant de la suivre. Mais Eriko avait de la suite dans les idées. Elle se tourna en direction de Ryo et lui demanda :

- Dis moi Ryo, j'ai un service à te demander ! Tu pourrais m'aider ? J'avais promis à K... ma cliente de passer la soirée avec elle, mais vu que j'ai un impératif professionnel, je voulais te demander si tu ne voudrais pas me remplacer pour la soirée. Ce n'est pas dans mes habitudes mais vu que vous vous connaissez....

- Mais c'est avec une grande joie que j'accepte Eriko !

Ryo se rapprocha de la styliste et lui chuchota à l'oreille :

- En échange, je veux un accès aux loges durant ton prochain défilé.

Eriko trop contente que son plan fonctionne, ne chercha pas à négocier et accepta les conditions de Ryo. Ne laissant pas à Kaori le temps de réagir, Eriko se dirigea vers la porte en s'écriant :

- Bon je vous laisse ! Au revoir !

Eriko s'éclipsa laissant Kaori et Ryo seuls dans le bar.



https://fanfiction.superforum.fr/feedback-f111/l-inconnue-d-un-soir-city-hunter-t2997.htm#46054
Tokra
Tokra
Lecteur du Télé 7 jours
Lecteur du Télé 7 jours

Nombre de messages : 45
Age : 42
Localisation : Sur une autre planête
Date d'inscription : 18/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'inconnue d'un soir (City Hunter) Empty Re: L'inconnue d'un soir (City Hunter)

Message  Tokra le Sam 21 Aoû - 19:28

Chapitre 2


Après le départ d'Eriko, Kaori et Ryo restèrent immobiles ne sachant pas quoi faire. C'est Ryo le premier qui repris ses esprits :

- Nous voici donc tous les deux pour terminer cette soirée. Vous voulez qu'on reste ici, ou qu'on aille ailleurs ?

Kaori jeta un rapide coup d'oeil dans le bar, et nota que tous les personnes présentes regardaient dans leur direction, et elle n'aimait pas être le point de mire de l'assemblée, alors d'une petite voix, elle murmura :

- Partons d'ici !

Ryo ne se fit pas prier et rapidement ils quittèrent les lieux. Arrivés dans la rue, le nettoyeur se tourna en direction de la jeune femme.

- Une préférence ?

- Allons où vous voulez !!

Galamment, il lui tendit le bras qu'elle attrapa avec joie. Elle allait passer une nouvelle soirée avec Ryo. Elle n'avait pas le coeur de lui révéler qui elle était, surtout qu'il avait reconnu la jeune Cendrillon avec qui il avait passé une soirée quelques temps auparavant.

- Un souci ? demanda Ryo ce qui la sortit de ses pensées. Vous regrettez de ne pas passer la soirée avec Eriko ?

- Non, ce n'est rien... Ryo.... je voulais dire Monsieur Saeba ! Et je suis heureuse de passer la soirée avec vous !

Réalisant ce qu'elle venait de dire, Kaori se mit à rougir, sans pour autant lâcher le bras du nettoyeur.

Ryo s'arrêta brusquement, et se tourna pour se trouver face à la jeune femme, plongeant son regard dans celui noisette de la jeune femme. Les joues de la nettoyeuse se colorèrent encore plus. D'une voix rauque et suave, Ryo s'exclama :

- Pas de Monsieur Saeba ! Ryo, ça me convient parfaitement ! Et pourquoi se vouvoyer ? Nous allons encore passer une soirée ensemble ! Il est beaucoup plus simple pour nous de se tutoyer, tu ne crois pas ? Et puis pourquoi se vouvoyer alors que durant une magnifique soirée nous nous étions tutoyés ! Je veux aller de l'avant avec toi ! Pas reculer !

Magnifique soirée ! C'est donc le souvenir qu'il avait de leur soirée ensemble. Cette soirée l'avait donc autant marqué que elle , Kaori, avait été marquée par ces instants qu'elle n'oublierait jamais. Alors elle lui répondit :

- Oui tu as raison Ryo !

Il caressa doucement la joue de la jeune femme qui ne pu s'empêcher de frissonner face au geste. Elle n'avait pas l'habitude que Ryo ait des attentions tendres envers elle. Même si ce n'était pas réellement elle qui était avec lui à cet instant.

Ryo toujours aussi tendre avec elle, ne lâchait pas de son regard de braise les prunelles noisettes qui lui faisait face. D'un ton légèrement amusé il s'exclama :

- Alors on y va.... ?............ Au fait je ne connais toujours pas ton nom ! Et je ne vais pas t'appeler Cendrillon durant toute ce soirée quand même !

Le coeur de Kaori fit un bond dans sa poitrine, que pouvait-elle dire ? Lui donner un faux nom c'était encore plus lui mentir ! Et elle ne voulait pas ! D'ailleurs elle se retenait fortement pour ne pas lui avouer qui elle était en réalité. Que la jeune femme en face de lui c'était sa partenaire !

Soudain, elle réalisa qu'elle ne pouvait pas lui mentir une nouvelle fois ! Il fallait qu'elle lui dise qui elle était ! Dans leur partenariat ils se faisaient mutuellement confiance et elle n'avait pas le droit de trahir cette confiance qu'il lui avait accordé ! Il fallait qu'elle lui dise et pas qu'il ne l'apprenne par lui même ! Alors avec difficultés elle se lança :

- Je...... je.....

Mais d'un geste de la main, Ryo la força à se taire, avant que lui ne s'exprime.

- Tu veux garder ton anonymat ? Bien ! Dans ce cas, que dis tu de Hime, princesse Cendrillon ? je trouve que ce prénom te va comme un gant !

Hime ? Il trouvait vraiment qu'elle ressemblait à une princesse. A ces propos, Kaori se mit à rougir. Comment un homme aussi pervers que son partenaire pouvait-il être parfois si charmant ?

- Alors en route Hime, je vais te faire passer une soirée dont tu rappellera toujours.

Kaori ne répondit pas, mais savait que de toute façon passer la soirée avec Ryo, elle s'en souviendrait toujours, et qu'elle chérirait ces instants jusqu'à la fin de ses jours.

Ils marchèrent tranquillement dans la rue, quand soudain Kaori s'écria :

- Regarde ce marchand ambulant ! Ça à l'air trop bon ce qu'il vend !

Toujours bras dessus, bras dessous, ils s'approchèrent de l'échoppe. C'est une vieille dame qui la tenait. Quand elle les vit arriver, elle s'exclama :

- Bonjour les amoureux ! Vous désirez quelque chose ?

Kaori devint écarlate face aux propos de la femme. Puis une lueur de fierté emplit son coeur. C'est la première fois qu'on disait à Ryo et à elle qu'ils avaient l'air d'un couple. Sans le vouloir vraiment, elle resserra son étreinte autour du bras de Ryo.

Le nettoyeur se tourna en direction de la jeune femme et lui demanda :

- Qu'est ce que tu veux ?

- Je te laisse choisir !, lui répondit avec confiance la jeune femme.

Alors Ryo passa commande et la vieille dame leur prépara plusieurs plats dans des boites en cartons.

Au moment de payer, Ryo amusé se pencha sur la jeune femme à ses côtés et lui dit :

- Si tu veux que je paye, ma chérie, ça serait plus facile si tu me lâchais le bras !

Kaori qui avait retrouvée des couleurs normales devint rouge écarlate en entendant les propos de son partenaire. Ma chérie ! Il venait de l'appeler ma chérie ! Elle était en plein rêve !

- On y va Hime ? demanda Ryo, la sortant de son rêve éveillé.

Hime, c'était à Hime qu'il s'adressait et non pas à elle, Kaori. Ces mots l'attristèrent alors, et une lueur peinée et de la tristesse dans la voix, elle lui répondit :

- Allons-y !

Ils se chargèrent alors des paquets et se dirigèrent vers le parc qui se trouvait non loin d'eux. Ryo posa sa veste sur un banc afin que la jeune femme ne salisse pas sa robe, ils s'installèrent, et commencèrent à manger. Soudain Ryo s'apperçut qu'il avait oublié les boissons. Alors il s'excusa, et alla au distributeur tout proche en chercher.

Kaori seule sur le banc, retourna dans ses pensées. Une fois de plus Eriko avait réussi à faire que Ryo et elle sortent ensemble, et malgré le fait qu'elle savait que Ryo ne savait pas qui elle était, elle était heureuse pour le moment du déroulement de la soirée. Elle avait si peu l'occasion de voir aussi attentionné envers elle que ces instants précieux étaient si important pour elle ! Ryo ! Qui ce soir allait être son prince charmant !

La nettoyeuse, sentit que quelqu'un s'assit à ses côtés, alors un large sourire se dessina sur ses lèvres, et elle se tourna en direction du nouveau venu. Mais son sourire se figea quand elle se rendit compte que la personne à ses côtés n'était pas son partenaire, mais une personne qui ne lui était pas inconnue, et qu'elle se serait bien passé de revoir !

- Quelle agréable surprise de vous retrouver ! Je savais bien que l'homme avec qui vous alliez sortir était un gros nul. Comment peut-il laisser une femme comme vous seule sur un banc dans un parc. Je suis sûr que cette lopette a eu peur du noir et s'est enfui.... Passons le reste de la soirée à deux ! Laissons seul cet homme qui ne se donne même pas la peine de vous inviter au restaurant !, lança l'homme en jetant un regard plein de dégoût en direction des boites en carton contenant des pâtes.

Kaori n'eut pas le loisir de répondre ni besoin de sortir sa massue, en effet, elle sentait l'aura meurtrière toute proche de son partenaire qui n'avait pas du apprécier le fait de se faire traiter de gros nul et de lopette.

L'homme lui qui n'avait pas sentit Ryo approcher, posa sa main sur la cuisse de la jeune femme, et continua son monologue :

- Allez charmante demoiselle ! Venez avec moi et laissez tomber ce naze !

- Tu sais ce qu'il te dit le naze ! s'écria une voix grave et haineuse derrière le séducteur. Si tu tiens à la vie dégage d'ici rapidement !

Kaori vit grâce à la lueur d'un réverbère, la lueur de haine qui brillait dans le regard de son partenaire. Elle n'aurait pas voulu à cet instant se trouver à la place de l'homme qui ne savait pas à qui il avait affaire !

Effectivement l'homme ne se laissa pas démonter pour autant. D'un ton hautain, il affirma :

- Il peut dire ce qu'il veut, il va finir la soirée seul ! Cette beauté vient de me dire qu'elle allait passer la soirée avec moi ! Alors soyez bon joueur et laissez nous, je suis sûr qu'il y a une fille digne de ce repas de roi que vous avez réservé à cette magnifique créature !

Kaori se retint pour ne pas l'assommer par une de ses massues, énervée par le ton sarcastique du séducteur et surtout par le fait qu'elle venait de s'aperçevoir que l'homme avait posé une de ses mains sur sa cuisse. Mais brandir une massue, ça signifiait se dévoilée aux yeux de Ryo et elle ne voulait pas qu'il l'apprenne comme cela ! Alors, elle prit sur elle sachant que Ryo n'ayant pas aimé le fait d'avoir été insulté par l'homme, allait lui faire regretter ses paroles. En effet, Ryo constatant que le Don Juan ne semblait pas disposé à partir, sentit la colère monter et d'une voix pleine de colère, il s'écria :

- Tu ne m'as peut être pas bien compris blanc bec ! Je te demande de partir avant que je ne t'écrase comme un minuscule insecte ! Et franchement ça m'étonnerait que ma fiancée t'ai dit qu'elle voulait sortir avec toi !

- Ta fiancée pouah ! Elle ne porte même pas de bague ! Dis plutôt que tu ne peut pas supporter qu'une femme puisse préférer un autre que toi !

Ryo sous l'effet de la colère, jeta violemment les bouteilles de sodas au sol qui sous la pression se mirent à exploser.

Kaori sentait que Ryo était vraiment en colère, mais elle ne comprenait pas pourquoi il était énervé à ce point. L'homme n'était pas du milieu et n'avait pas menacé Ryo ! Alors pourquoi y avait-il dans les yeux de son partenaire cette lueur qui n'apparaissait que lorsqu'il était face à un ennemi ?

Tel un lion se jetant sur sa proie, Ryo fit face à l'homme et se mit à vociférer :

- Ôte ses sales pattes de ma fiancée ! Et puis je vais te dire minable ! Mon coeur lui appartient et je n'ai pas besoin d'un morceau de ferraille pour lui prouver à quel point je tiens à elle !

L'homme fut soulevé du banc et Ryo le propulsa au loin. Kaori en profita pour se relever et se retrouver auprès de Ryo. Le nettoyeur quitta du regard l'importun, et se focalisa sur la jeune femme qui se tenait à ses côtés.

- Il ne t'a rien fait ma chérie ?, dit-il d'une voix, dans laquelle Kaori perçu encore une trace de colère.

- Non, il n'en a pas eu le temps ! Tu es intervenu à temps ! répondit la nettoyeuse qui n'avait pas fait attention au mot doux qu'il venait d'employer.

Soudain, leurs regards se rencontrèrent et ils occultèrent l'homme qui ne demanda pas son reste et partit en courant. Complètement hypnotisés l'un par l'autre, leurs deux visages se rapprochèrent, jusqu'à ne plus être qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Kaori sentait le souffle de Ryo se mêler au sien, leurs bouches étaient toutes proches et la jeune femme ferma les yeux, pour mieux savourer ce qui allait être son véritable premier baiser avec Ryo.

Quand soudain des voix se retentirent dans le parc :

- Rohhh les amoureux !!! Le bisou ! Le bisou ! Le bisou !!!!!

Ces acclamations firent sursauter les deux nettoyeurs. Ryo regarda dans le parc et vit un groupe de jeunes qui s'éloignaient en riant.

Kaori, elle, réalisait ce qui avait faillit se produire. Ryo allait embrasser Hime et pas elle ! Elle remercia intérieurement les jeunes qui avaient fait diversion. Elle ne voulait pas que le premier baiser entre elle et Ryo se produise alors qu'il ne sache pas que c'était sa partenaire qu'il embrassait.

La voix chaude de Ryo la fit sortir de ses pensées :

- Je crois que c'est froid maintenant !, s'exclama t-il.

- Quoi ?, demanda la jeune femme, ne sachant pas vraiment de quoi il parlait vu qu'elle n'avait pas entièrement repris conscience avec la réalité.

- Ça !, répondit-il en lui montrant les boites sur le banc.

- A vrai dire, je n'ai plus tellement faim !, dit la jeune femme.

Ils prirent alors les boites et les jetèrent dans la poubelle toute proche, ne gardant avec eux que la pochette contenant des gâteaux. Et ils se réinstallèrent sur le banc, et chacun leur tour, ils piochèrent dans le paquet.

Les desserts étaient délicieux et enrobés de sucre glace. Rapidement, ils les dévorèrent tous. Kaori remarqua dans le coin des lèvres de Ryo, un restant de sucre, elle semblait hypnotisée par cette poudre blanche. Timidement elle lui dit, en pointant sa bouche :

- Tu as un peu de sucre qui est restée là.

Le nettoyeur s'essuya, et répondit à la jeune femme :

- Merci ! Toi aussi il t'en reste un peu !

- Où ça ? demanda Kaori, en s'essuyant la bouche.

- Juste là ! affirma Ryo en lui donnant une pichenette sur le nez.

- Tu me fais marcher ! grommela la nettoyeuse qui se fit bougonne.

Kaori se leva d'un bond, et s'éloigna du banc. Ryo s'approcha d'elle et lui tendit le bras tout en lui disant :

- Allez viens princesse de mon coeur ! La soirée ne fait que commencer ! Des tas de choses nous attendent !

Kaori attrapa le bras du nettoyeur, et après avoir jeté le paquet vide dans une poubelle, ils quittèrent le parc.

Arrivés dans la rue, ils marchèrent sans but précis, tout en regardant les vitrines. Quand soudain, ils furent attirés par un attroupement. A entendre les cris et les applaudissements, il n'y avait aucun doute possible : il s'agissait d'un spectacle de rue.

Kaori tira sur le bras de Ryo et rapidement, ils se retrouvèrent au milieu de la foule, et devant un cracheur de feu accompagné d'un jongleur.

Kaori s'amusait follement du spectacle et ses yeux pétillaient de joie. Elle n'eut même pas conscience de la présence d'un pickpocket, ni du cri que ce dernier poussa quand Ryo lui tordit le bras.

Non, elle regardait avec attention le spectacle qui se déroulait devant ses yeux, et ne lâchait pas le bras de son partenaire, comme si le fait qu'elle le lâche, il allait disparaître !

Puis une fois le spectacle terminé, un des homme passa dans la foule. Mais il ne tenait pas dans sa main, le traditionnel chapeau ou la coupelle, afin de recevoir quelques offrandes. Non, il avait dans ses mains des tracts qu'il se mit à distribuer aux gens présents.

Une fois que Kaori eut l'un d'entre eux entre ses mains, ses yeux se mirent à briller. En tant ordinaire, Ryo ne voudrait jamais l'accompagner dans un endroit pareil ! Mais peut être que ce soir, vu qu'il n'était pas avec sa partenaire, peut être il allait accepter.

Comme s'il lisait dans ses pensées, Ryo se pencha sur la jeune femme et lui demanda :

- Tu veux aller quelque part ?

Lui tendant le tract, Kaori lui répondit :

- Et si nous allions à la fête foraine ?

La nettoyeuse n'arriva pas à déchiffrer une seule expression sur son visage. Elle ne savait pas ce qu'il pensait de son idée. A tout les coups, il la trouvait stupide et allait tout faire pour ne pas se retrouver dans ce lieu qu'il n'appréciait pas vraiment.

Aussi elle fut agréablement surprise quand il lui répondit :

- Si ça peux te faire plaisir ! Dans ce cas en route princesse !

Et bras dessus, bras dessous, ils se rendirent à l'endroit indiqué par le tract.









https://fanfiction.superforum.fr/feedback-f111/l-inconnue-d-un-soir-city-hunter-t2997.htm#46054
Tokra
Tokra
Lecteur du Télé 7 jours
Lecteur du Télé 7 jours

Nombre de messages : 45
Age : 42
Localisation : Sur une autre planête
Date d'inscription : 18/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum