Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-28%
Le deal à ne pas rater :
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 couverts – L60cm
279.99 € 390.99 €
Voir le deal

Ma vie sans moi

2 participants

Aller en bas

Ma vie sans moi Empty Ma vie sans moi

Message  Domino Lun 5 Fév - 0:30

Bon, j'ai écrit ça il y a quelques temps. c'est inspiré du film Ma vie sans moi, réalisé par Isabel Coixet (j'ai beaucoup aimé)
[drame]
Anne a 23 ans, deux petites filles, un mari au chômage et un boulot sans intérêt. Un bilan de santé va changer radicalement cette morne existence. Elle dresse la liste de ses priorités, de ses envies, de ses rêves. Maintenant, elle va prendre sa vie en main...


j'explique rapidement tout de même :
en fait à la base c'est une fanfic sur une groupe de musique, Tokio Hotel, je ne sais pas si vous connaissez... quoique maintenant tout le monde connait :/
Donc pour éclairer certains, ce groupe est consitué du chanteur Bill et de son jumeau guitariste Tom (17ans), du bassiste Georg, et de Gustav, le batteur.


je posterai en 4 fois je pense

Tu n’as plus goût à rien. Tout te semble fade et décoloré, sans intérêt.
Même ce qui t’insupportait ne te fait désormais ni chaud, ni froid. Tu n’as pas la force de répondre à ces gens puérils et dépourvus de toute personnalité. Ces gens qui ne peuvent pas être eux-mêmes, qui se sentent obligés d’imiter leurs semblables.
Tu n’as plus goût à la vie. Pourtant tu devrais. Tu te dis que tu n’y comprends rien, que ce n’est pas la réaction que tu devrais avoir, mais tu n’as pas non plus la force de réfléchir.


J’étais plutôt du genre à me plaindre. Pourri gâté depuis mon plus jeune âge, rien n’était plus logique. Mais à présent, je ne voulais pas l’attention et la pitié de tout mon entourage sur moi, et encore moins celles des gens qui feindraient de me soutenir alors qu’ils ne connaissaient rien de moi.

Je sortais d’un concert où tout m’avait semblé plus étrange, plus artificiel… Différent. J’avais l’impression de me repasser un film vu des milliers de fois mais au ralenti, sans trouver les mêmes images que dans les autres visionnages.
Chaque membre du groupe était seul dans sa loge, se remettant de ses émotions.
Je fis couler l’eau avant de m’engouffrer dans la douche.
Tu laisses tout couler sur ta peau brûlante, sans bouger, las. Tu t’imprègnes de l’odeur des gouttes tombant dans un fracas auquel tu n’avais jamais fait attention auparavant. Tu imprimes cette merveilleuse odeur d’humidité et la sensation de cette pluie dégringolant sur ton corps.
Tu prends ton temps pour te savonner, prenant bien soin de passer sur chaque centimètre carré de ta peau que tu n’avais peut-être jamais trouvé aussi douce.


Quand j’arrivai dans le couloir, les trois autres étaient déjà là, à commenter le show à peine terminé.
Puis la discussion dériva, comme toujours.
« Bon, qui a des numéros à faire tourner ?
_ J’ai deux cousines de Berlin, brunes aux yeux bleus. Je garde la plus âgée mais je veux bien vous présenter la deuxième.
_ Bonne pioche on dirait.
_ De toute façon, on peut déjà aller signer des autographes, on verra bien. »
C’était toujours la même chose. Et j’aimais ces rituels. Mais ce soir, je ne me sentais pas le cœur à signer et à me faire prendre en photos. Mais je me forçai, sans me plaindre.

« Bon, on rentre maintenant. Je sais déjà qui inviter ce soir…
_ J’en doute pas. »
Je rentrai sans rien dire, et ils m’emboîtèrent le pas.
« Tu ne ramènes personnes dans les loges ?
_ Non pas ce soir.
_ Ca va ? T’as pas l’air bien.
_ Non, ça va. Je suis juste fatigué. J’ai mal à la tête. Je vous laisse avec vos conquêtes les gars. Amusez-vous bien. »

Je m’isolai après m’être muni d’une feuille et d’un papier.
Lentement, je commençai à écrire en faisant bien attention à centrer. J’avais l’impression de revenir sur les bancs de la primaire. Quelle horreur…
« Liste de choses à faire avant de mourir. »
Par où commencer, à présent ?



Si on m’avait dit un jour que je dresserais une telle liste, j’aurais bien ri.
Tu repenses à tout ce que tu as vécu… A la souffrance, à la joie, aux délires… Ca te donne envie de pleurer, mais rien ne vient. Pourtant tu vas mourir, et pas de ta propre main. Mais les larmes ne coulent pas. C’est étrange.
Je repensais à tout ce qu’on m’avait dit durant ma courte existence. Curieusement, une seule personne m’avait marqué par ses propos et gestes. Je repensais même à la moindre vétille de ses discours.
« Quand on aura trente ans, on sera mariés, riches et célèbres, un enfant en route. On aura réellement notre vie en main. Si c’est pas le cas, bah… je sais pas ce que je ferai… »
Je cessai de faire tourner mon stylo autour de mes doigts et écrivis ma première « résolution ».
« 1) Enregistrer des messages pour chaque anniversaire jusqu’à ses 30 ans. »
Je n’avais pas besoin de nom. C’était comme une évidence.
Puis je me remis à penser, à me jeter dans d’interminables méditations jusqu’à finir ma liste.

Je la relis une dernière fois avant de la ranger soigneusement dans une de mes poches.

Tu te couches un peu plus tard. Tu n’arrives pas à trouver le sommeil, et pourtant la fatigue finit par t’attirer dans les bras de Morphée.
La fatigue, la maladie, c’est du pareil au même pour toi. Tu te demandes si le médecin a correctement diagnostiqué le temps qu’il te reste à vivre. Mais déjà tu dors. C’est une journée normale.


Listes de choses à faire avant de mourir

Enregistrer des messages pour chaque anniversaire jusqu’à ses 30 ans.
Lui dire que je l’aime plus régulièrement.
Ecrire une chanson pour le groupe.
Faire tomber quelqu’un réellement amoureux de moi.
Me trouver un remplaçant (pour tous les domaines).
Remercier mes proches.
Cesser de me plaindre.
Etre franc.
Laisser une lettre aux personnes qui comptent pour moi.


Bizarrement, tu n’as rien envie de faire de particulier. Pas de fête, pas de saut à l’élastique…
Que des choses simples, banales… Parce qu’après tout, mourir ce n’est rien. Mais ça te chamboule de tout laisser derrière toi en sachant que, justement, tu ne sauras peut-être pas comment ça se passera après ton départ.
Les jours semblent passer à toute allure. Tu te forces à ne pas les compter, puisqu’on ne t’a donné que quelques mois.


« Alors, qu’a dit le médecin ?
_ Juste de l’anémie. Je te l’avais dit. Je risque d’être fatigué, c’est tout.
_ Et tu penses que tu vas pouvoir assurer tout ce qui est prévu ?
_ Ouais… »
Lorsqu’on ne bossait pas, lorsque les autres sortaient, je m’isolais pour penser, et essayer d’avancer ce que j’avais écrit dans la fameuse liste.

« Coucou papa, coucou maman. Je me doute que tout ça est difficile pour vous. Mais ne vous inquiétez pas, je ne suis pas triste.
Je m’excuse de ne pas vous avoir prévenu… Je n’ai pas voulu vous effrayer et gâcher le peu de temps qui me restait, c’est tout.
Je voulais quand même vous dire que je vous aime, et que je vous remercie pour tout ce que vous m’avez apporté. C’est grâce à vous que je suis devenu l’homme que vous avez vu grandir depuis tout petit. »
J’appuyai sur stop. C’était vraiment nul… Je n’avais aucune inspiration.

Je pris ma guitare et fis quelques accords.
« Tout s’assombrit, décoloré…
Pauvre petit pantin désarticulé
Sans cœur, sans vie, désorienté… »
Depuis quand j’écrivais des textes comme ça ? C’était de pire en pire, et pourtant, il fallait absolument que j’écrive cette chanson. Je ne savais pas pourquoi, j’en avais besoin.

« Le noir m’enveloppe, sans aucun bruit.
Aujourd’hui c’est le grand jour,
Mais bientôt ce sera la nuit.
J’arpente le couloir au son du tambour,
Au son de mon cœur serein
Qui pourtant résonne contre les murs
De ma prison, au loin.
Pourvu que le calme dure,
Que jamais ne vienne le chagrin. »

C’était beaucoup plus simple avec le reste du groupe. De toute façon, je ne devais pas parler de ça dans le texte. C’était stupide.
Je reposai la feuille, me disant que l’inspiration finirait bien par se montrer. Que faisait donc ma muse ? Elle avait sûrement plus important à faire.




edit : j'oubliais... quand j'ai écrit cette fic, c'était pour un public plus jeune qu'ici, enfin je pense (d'après les quelques personnes que j'ai croisé), donc j'ai écrit normalement". tout ca pour dire que je n'ai pas vraiment fait attention à l'allure des phrases, alors excusez moi si ce n'est pas très recherché
Domino
Domino
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 12
Age : 34
Localisation : Indre (36), Chateauroux
Date d'inscription : 04/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Ma vie sans moi Empty Re: Ma vie sans moi

Message  Domino Jeu 8 Fév - 19:39

Ces temps-ci, j’allais souvent au Bendo boire un verre et écouter les nouveaux artistes faire leurs premiers pas sur scène. Il y avait une bonne ambiance.
« Tu ne ferais pas partie du groupe Tokio Hotel toi ? »
Je me tournai vers mon interlocuteur. C’était un jeune qui devait avoir mon âge.
« C’est exact. Je suis le guitariste.
_ Je suis guitariste aussi. Moi c’est Axel, enchanté. »
Il me serra la main. Je ne l’avais jamais vu sur scène, ni n’avais entendu son nom.
« Tu joue dans quel groupe ?
_ En fait, je cherche à former un groupe.
_ Ah okay. Et tu vis par ici ?
_ Ouais. C’est un peu galère en ce moment, je vis chez ma cousine.
_ T’as pas de frères ou sœurs ?
_ Si, j’ai un frère, mais on ne se parle plus. C’est une longue histoire. Il n’y a que lui qui ne veut pas tout recommencer à zéro. »
Il s’interrompit pour boire quelques gorgées de sa bière.
Il m’avait l’air d’être quelqu’un de bien, au premier abord.
« Je pourrais t’entendre jouer ?
_ Ouais bien sûr ! Suis moi, ma cousine habite au bout de ma rue. »

Tu ne fais plus attention à rien… Tout ce petit monde autour de toi, tu t’en fiches. Tu es quelqu’un de différent, de tout à fait banal. Tu perds ton temps pour des choses insignifiantes que tu n’aurais même jamais penser faire, alors que justement, tu n’as pas le temps.


Sa cousine était vraiment très belle. Mais j’avais décidé d’arrêter de penser à ces choses là.
« Tom, je te présente Jasmine.
_ Enchanté Jasmine.
_ Pareillement. »
C’était très étrange de voir qu’elle ne me regardait déjà plus.
« Assieds-toi mec je vais chercher ma guitare. »
Je m’installai dans le canapé, en face de Jasmine.
« Tu fais de la musique toi ?
_ Du piano. Et toi ?
_ Guitare.
_ Ah, je comprends mieux. Mon cousin est un vrai petit géni quand il tient une guitare entre les mains. »
Elle ne semblait pas déstabilisée par le fait que j’étais juste en face d’elle, là, alors qu’elle me voyait tous les jours derrière son écran de télévision.
Tu te dis que si tu avais eu du temps, tu aurais appris à la connaître, parce qu’au fond elle t’intrigue. Ou peut-être est-ce seulement une impression, tout simplement parce tu n’avais jamais fait réellement attention aux autres auparavant.

Axel se débrouillait vraiment bien. Et il semblait original. Ce n’était certainement pas un de ces gars qui dictait la conduite des autres ou les imitait.
On avait pas mal parlé… De ses projets, de ses rêves, de son vécu dans le domaine de la musique… Un frère lui manquait, de même qu’un groupe. C’était peu être bien lui le bon.
Et pourtant… Tu n’as pas tellement envie d’être remplacé comme ça, d’un seul coup. Mais tu t’efforces d’être autre chose qu’égoïste pour une fois, et pour changer, tu ne penses qu’aux autres.

Bill était très contrarié. Il sentait que je lui cachais des choses, et sue, par la même occasion, je n’allais pas vraiment bien.
J’étais de plus en plus fatigué, je manquais des « réunions », des photoshooting, des séances d’autographes.
David avait décidé de faire venir un autre médecin. Je l’avais persuadé d’attendre encore un peu.
J’enregistrais mes messages, petit à petit, mais avais délaissé ma chanson pour le moment.
J’allais souvent voir Axel. Je trouvais toujours sa cousine dans le canapé, à écouter de la musique, ou à jouer du piano. On parlait beaucoup, tous les trois, mais elle restait discrète. Comme ailleurs…

Elle me faisait penser à une poupée, dans la pénombre du salon. Une peau parfaitement pâle, des lèvres fines savamment dessinées, des mains sublimes… seuls ses yeux semblaient dénués d’expressions. Ils n’étaient pas… Normaux. Je compris pourquoi le jour où je la vis lire un livre sans encre, avec son index. Et ce jour-là, je me trouvai stupide comme jamais.
Je n’arrivais pas à croire qu’en un mois, avec les heures entières que nous avions passé à parler, je ne m’en étais pas rendu compte. Cela expliquait bien des choses.

En toute honnêteté, si durant ces quelques semaines je rendais aussi souvent visite à Axel, ce n’était pas vraiment pour prendre de ses nouvelles à lui.
« Demain tu fais quoi ?
_ Rien, pourquoi ?
_ Je crois que je vais te présenter au groupe… Oublie pas ta gratte.
_ Super ! Depuis le temps que j’attends ça ! »

Tu as beau faire tout ton possible pour ne pas faire attention au temps qui avance, tout semble te rappeler que tu chemines inlassablement vers le noir… La météo du matin, la fatigue en plein milieu de la journée, toujours plus forte que la veille, le calendrier des prochains événements du groupe, le cadeau que tu ne vas pas tarder à acheter pour un quelconque anniversaire… Le temps te suit et te poursuit, ou peut-être est-ce l’inverse.

« Hey les mecs, jvoudrais vous présenter un pote !
_ Un pote ?
_ Oui Frangin, un pote. Un guitariste. »
Je fis entrer Axel. Ils se saluèrent joyeusement puis se mirent à discuter.
Vint le moment de jouer un peu ensemble, et c’est là que le courant passa le mieux.

« Il est vachement sympa, Axel.
_ Ouais.
_ Mais dis moi, tu l’as rencontré où ?
_ Par hasard… Je… Je me baladais et je l’ai vu jouer.
_ Depuis quand tu te balades ? Et sans nous… Sans moi…
_ Vous étiez sortis, j’avais besoin de prendre l’air, c’est tout.
_ Ouais… Enfin, tu passes de moins en moins de temps avec nous aussi…
_ Bill… »
Je m’avançai vers lui.
« Je sais, je sais, dit-il. Mais tu me manques voilà…
_ Tu vois ma sale gueule tous les matins, comment tu peux dire ça, répondis-je en riant.
_ Je me le demande bien tiens, continua-t-il, sur le même ton.
_ Non mais, t’inquiète pas, personne pourra jamais prendre ta place, tu le sais. T’es celui que j’aime pour l’éternité. T’es le seul pour qui jme jetterais d’un pont.
_ Et toi t’es le seul pour qui je me jetterai dans une marre d’araignées… Quoique…
_ Euh le fourbe ! »
Je lui balançai un coussin en pleine face, ce qui le fit bien rire, jusqu’à ce qu’il réagisse…
« Tu vas enlever tout mon maquillage !
_ Pas grave. »
Je me levai et allai m’allonger à côté de lui. Peut-être même pour la dernière fois, qui sait ?
Plus que deux semaines, un mois, deux… Je ne préférais pas me faire de faux espoirs.

Tu essayes de retenir le plus de détails possibles. Les odeurs, les sensations, les lieux… Tu vas jusqu’à détailler le mélange des couleurs, l’ornement des meubles, la beauté des photos que tu as prises il y a des lustres.
Dehors, tout te semble soudain fragile… l’herbe qui se courbe sous le poids du vent, les feuilles qui s’envolent pour aller périr un peu plus loin, sans que personne ne les voit. Et le bruit de la pluie qui dégouline dans une gouttière, son goût saler et son odeur si spéciale… Tu restes de longues minutes sous cette pluie mélodieuse, jusqu’à être totalement trempé. Et le jour suivant, tu savoures la chaleur que laisse le soleil sur ta peau, le picotement qu’il te procure à force de rester immobile sous sa lumière… Et le vent qui balaye ta peau tout doucement… Et le froid matinal qui te laisse une peau d’ivoire… Et les étoiles filantes qui brilles dans les nuits d’août, ces nuits où aucun nuage n’obscurcit le ciel…

Domino
Domino
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 12
Age : 34
Localisation : Indre (36), Chateauroux
Date d'inscription : 04/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Ma vie sans moi Empty Re: Ma vie sans moi

Message  Chameau Dim 7 Sep - 22:25

j'aime beaucoup cette histoire, elle fait très vraie tout en étant poétique.
Spoiler:
on a même envie d'avoir une suite! franchement, je trouve ça bien écrit, ça vaut la peine de continuer dasn cette veine!

Cham'

Chameau
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 69
Age : 39
Localisation : Paris
Loisirs : ciné, théatre plutôt classique et commedia dell'arte, littérature, escrime...
Date d'inscription : 05/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Ma vie sans moi Empty Re: Ma vie sans moi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum