Fanfiction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-45%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go /1 To
1099.99 € 1999.99 €
Voir le deal

SG-A : La Sélection

Aller en bas

SG-A : La Sélection Empty SG-A : La Sélection

Message  Michael Anderson Sam 12 Mai - 21:57

Voici ma nouvelle fic : une fic à la première personne dans le style "Elizabeth Peters".
Ce n'est ni une fic SG-1 ni une fic Atlantis d'ou le choix de cette rubrique, mais cela reprend l'univers Stargate de la MGM.
Le style de cette fic sera action/aventure.
Elle est en cours d'écriture.
Si références à Stargate il y a cela ne dépassera pas la saison 2 de Stargate Atlantis et la 9 de Stargate SG-1.
Bonne lecture à tous.

Pour les coms, c'est ici


SG-A : La Sélection


Prologue :

Ce que vous allez lire à présent est mon journal. Sa partie confidentielle en tout cas. Je l'ai séparé en plusieurs chapitres qui sont autant de passages marquants dans ma carrière. Je ne sais pas si quelqu'un pourra lire un jour ces lignes. Il est plus probable que ceci sera brûlé avec toutes mes recherches à ma mort. A part si un certains projets venaient à être révélés aux yeux du monde …
Mais vous ne me connaissez pas encore, où avais-je la tête ?
Je m'appelle Michael Anderson, 28 ans, docteur en archéologie et en histoire, spécialiste des civilisations antiques. En sortant de l'université j'avais été sollicité par les plus grands historiens de notre temps, et invité à participer aux plus savantes conférences sur l'antiquité. Un grand avenir m'était promis en tant qu'enseignant chercheur.
Mais hélas, tout à une fin. Lorsque j'entrepris d'écrire ma thèse, je devins la risée de mes pairs. Ils refusaient d'admettre mon point de vue et me tournaient en ridicule.
Ma théorie étant que d'autres grandes civilisations avaient précédés celles d'Egypte et de Mésopotamie. Je m'appuyais pour cela notamment sur les écrits de Daniel Jackson sur les grandes pyramides égyptiennes. Elles étaient selon lui bien plus vieille que l'on ne pensais ! Je contactais le docteur Jackson, pour m'aider dans ma démarche et ainsi prouver sa propre théorie, mais il n'eut pas la réaction à laquelle je m'attendais. Il refusa tout d'un bloc, argumentant qu'il avait déjà assez perdu en étant mis au ban de la communauté scientifique. Je ne compris pas ça réaction, jusqu'à ce que je me rende compte moi-même que j'étais victime de la même injustice. Tout m'était désormais interdit. Je fus mis d'abord à la porte des conférences, et on me retira ma bourse qui me permettait de vivre tout en écrivant ma thèse. J'abandonnais alors mes recherches et me tournais vers ma passion : les fouilles archéologiques. Mais les problèmes continuèrent d'affluer. Je voulais fouiller à Saqqarah, car c'est ici que la première pyramide, celle du pharaon Djoser a été construite, ce qui permettrait de prouver ma thèse. On me rit alors carrément au nez, m'invitant à aller fouiller ailleurs. Je tapais alors du poing sur la table, mettant en avant mon expérience. Cela se retourna une fois de plus contre moi, comme un boomerang assommant son propriétaire qui l'a lancé trop fort. Ils acceptèrent en effet de me laisser fouiller à Saqqarah, mais à un endroit qui avait déjà été retourné par une demi-douzaine de chercheurs. Sans compter les fouilleurs clandestins. Deux mois après le début des fouilles, je n'avais alors découvert que deux cavités vides qui avaient un jour contenu un sarcophage et quelques richesses, mais qui pillées depuis fort longtemps, n'étaient plus remplis que de sable. Il nous arrivait aussi de temps en temps de tomber sur des de petits objets comme les oushebtis, en tamisant le sable. C'est d'ailleurs comme cela que commence mon premier chapitre : avec la découverte d'un oushebti…


Chapitre 1 : La mission.


Egypte : Saqqarah

- Un de plus ! Merci Abdullah.
L'objet que je tenais dans mes mains, je ne le connaissais que trop bien. Ce petit personnage en terre cuite, peint en bleu, dont la tête était absente était un Oushebti. Entier, sa taille devait avoisiner les 10 cm. Ces statuettes dans l'Egypte Antique avaient pour rôle d'accompagner le défunt dans l'au-delà pour travailler à sa place. Certaines personnes très importantes, comme les pharaons, pouvaient en emporter plusieurs dizaines, voir plusieurs centaines.
L'homme qui se tenait en face de moi et qui venait de m'apporter cet objet, répondait au nom d'Abdullah. C'était mon raïs, un maître d'œuvre qui avait la responsabilité de prendre ses ordres auprès de l'archéologue responsable des fouilles (c'est-à-dire moi), puis avait la charge de diriger la trentaine d'ouvriers autochtones qui travaillaient sur le site. Le raïs se devait donc d'être cultivé et compétent. De ce coté là je dois avouer que j'étais plutôt chanceux. Les ouvriers respectaient la sagesse d'Abdullah, et lui obéissaient au doigt et à l'œil.
- Où l'avez-vous trouvé Abdullah ? lui demandais-je en Arabe.
- C'est Hassan qui l'a trouvé en tamisant ce que les ouvriers avaient déblayé.
Tout d'un coup, l'obscurité s'installa dans la tente. Hassan venait d'apparaître, me saluant de son magnifique sourire édenté. Je commençais à avoir l'habitude de telles démarches. Les ouvriers Egyptiens n'avaient pas un sou en poche. Pour éviter qu'ils volent les découvertes archéologiques pour les revendre à leur propre profit, les archéologues avaient pris l'habitude de les rémunérer à chaque fois qu'ils découvraient une antiquité. Demain, vendredi, était un jour férié, comme tous les vendredi dans les pays musulmans, au grand dam des occidentaux qui se croyant partout chez eux, impose souvent le Dimanche comme jour férié. Respectant toutes les religions, je préfère leur accorder leur vendredi. Comme on était jeudi, jour de paye, avant le repos, j'avais droit à deux fois plus d'œillades pour chaque découverte que de coutume.
Je rassurais Hassan, en lui promettant une prime pour cette découverte. Je congédiais alors mon raïs et son ouvrier, pour étudier de plus près cet Oushebti, la seule chose qui, à mes yeux pouvait un temps soit peu étancher ma soif archéologique, mis à mal dans ce secteur. Des Oushebtis comme celui là j'en avais trouvé une bonne centaine dans ma carrière, et vu un bon milliers dans les musés. Celui là n'avait aucun grand intérêt en soi, sans son contexte archéologique. Les pillards où les inondations avaient du le déloger de son habitat d'origine, et le temps avait fait le reste.
J'en étais là de mes réflexions, lorsque un homme entra dans ma tente. Il ne risquait pas de passer inaperçu. C'était un officier de l'armée de l'air Américaine, en uniforme. Comme il faisait plus de 40° à l'ombre, il était en nage. De la sueur dégoulinait de son front et sa chemise … disons plus simplement qu'il ressemblait plus à un marin sauvé de la noyade qu'à un officier de l'air force en service. Son embonpoint n'arrangeant pas les choses. Sa respiration était haletante, il mit un moment à retrouver son souffle :
- Docteur Anderson, veuillez me suivre s'il vous plaît.
Je soulevais mes sourcils en signe de grand étonnement, il n'était hors de question que je parte maintenant.
- Revenez demain, aujourd'hui vous tombez mal, c'est jour de paye, il faut que je m'occupe des ouvriers…
- Vous venez maintenant professeur Anderson, ceci devrait vous convaincre.
L'officier sortit alors de sa veste, une feuille de papier rendue transparente par la transpiration. Il me l'a tendit. Je la saisis en lui arrachant littéralement des mains. J'étais très contrarié, je n'avais pas de temps à perdre avec des militaires, j'avais un chantier à faire tourner. L'encre n'avait pas trop coulée, le document était parfaitement lisible. Ce qui y était inscrit me laissa bouche bée.

Le docteur Daniel Anderson est prié de se rendre, toutes affaires cessantes aux Etats-Unis, à la base de Cheyenne Mountain. Il en va de la sécurité nationale.

Et c'était signé de la main du président des Etats-Unis !
Il était maintenant clair que je n'avais pas le choix. Je consentis alors à suivre l'officier, non sans une dernière requête.
- Pour mes ouvriers …
- Nous nous occupons de tout docteur Anderson, soyez tranquille.
Nous sortîmes alors de la tente pour nous rendre, non loin de là, à une jeep qui nous attendait, le moteur tournant. Les ouvriers me regardèrent partir l'air dépité. Je vis même Hassan jeter son panier à terre et le piétiner. En effet, avec moi, c'était leur salaire hebdomadaire qui s'en allait.
Mais quelque chose d'autre me travaillait. Sécurité nationale ? Qu'est-ce que tout cela pouvait bien signifier ? J'avais bien hélas une réponse. S'allait être encore synonyme pour moi d'ennuis. Je ne le savais pas encore, mais je me trompais lourdement.

Etats-Unis : Colorado, Cheyenne Mountain

On avait ensuite pris le train pour Le Caire, l'avion jusqu'à New York, puis jusqu'à Denver. On m'emmena ensuite en voiture jusqu'à Colorado Springs où l'on me fit attendre plusieurs jours dans un hôtel miteux, avec comme seul équipement, une télé (tout mon matériel étant resté en Egypte). Ma porte était gardée jours et nuits par un garde, minimum. Je n'avais pas eut droit à une seule explication durant tous ce temps, de Saqqarah à cet hôtel. Dès que j'osais poser une question, on me répondait que c'était classé "secret défense". Je pensais plutôt qu'ils ne savaient pas eux même de quoi il s'agissait. Trois jours après on vint enfin me chercher. Un officier entra dans la pièce et me demanda de le suivre.
- Docteur Anderson, la réunion va commencer.
Je n'avais bien aucune idée en quoi cette réunion allait bien pouvoir porter, mais je me gardais bien de poser la moindre question. Je les poserais à cette fameuse réunion. Là on pourrait sûrement me répondre.
Je vis bientôt Cheyenne Mountain apparaître, cela valait quand même le coup d'œil. J'aurais même pu apprécier la situation, si j'avais su ce qui m'y attendait. Au lieu de cela, je dois dire que j'étais un peu sur les nerfs.
On me fit ensuite descendre de la voiture, et un garde me conduisit à l'entrée de la base où je fus scanné. Cela ne suffit pas visiblement aux gardes armés, qui me firent subir une fouille complète, des pieds à la tête.
Une fois cette étape particulièrement désagréable effectuée, nous prîmes l'ascenseur. Nous descendîmes quelques niveaux, puis la porte s'ouvrit. Un couloir gris s'offrait à mes yeux. Nous le parcourûmes à moitié, puis nous entrâmes dans une salle. M'y attendait une cinquantaine de personne, habillés en civiles ou en uniforme, réunis autour d'une vaste table en "U". Je fus invité à choisir une place. Je m'assis le plus prêt de la porte possible, par mesure de précaution. La salle ne contenait aucun décor, il n'y avait qu'un écran de vidéo projecteur sur un mur. Un brouhaha régnait dans la salle où tout le monde discutait. Il n'y avait rien à ma gauche, a part la porte, je décidais donc logiquement d'engager la conversation avec mon voisin de droite. Il avait un uniforme de l'armée de l'air, les cheveux coupés courts en brosse, c'était un lieutenant.
- Vous savez ce que l'on fait ici vous ?
Il m'observa un instant attentivement avant de me répondre. J'étais brun, avec des cheveux mi longs, je faisais 1 mètre 75 et était plutôt assez mince. J'étais habillé d'un pantalon léger et d'une chemisette qui sont très pratiques lors de fouille, certes, mais qui ne me rendaient guère présentable au milieu de tous ses uniformes et costumes.
- Non, répondit-t-il avec un large sourire, tout ce que je sais c'est que nous sommes dans la base la plus secrète du monde. Tout ceux qui y travaillent sont soumis au secret défense, pour tout ce qu'ils font ! Impossible de savoir ne serait-ce que ce qu'il mange au petit déjeuner le matin. Cela fait longtemps que j'ai soumis ma candidature, je pensais qu'ils m'avaient oubliés.
- Mais ça ne colle pas, remarquais-je, je n'ai pas demandé à travailler ici moi. Je ne suis pas militaire, je suis archéologue.
- Regardez autour de vous, c'est remplis d'historiens, d'archéologues, de scientifiques et j'en passe. Je ne sais pas ce qu'ils fabriquent, mais à mon avis ils ont besoins de grosses têtes ici, sans vouloir vous offenser.
Je commençais à avoir l'habitude de tels propos, et ne m'en offusquais plus depuis belle lurette.
- J'ai horreur de l'autorité, et je pense que les militaires sont des brutes égocentriques, sans vouloir vous offenser vous non plus, alors je me demande bien ce que je fais ici.
Le lieutenant ria aux éclats, bien trop fort à mon goût, puis me mit un violent coup dans le dos. C'était fraternel, mais cela confirmait mon idée sur la brutalité militaire.
- Nous allons bien nous entendre tous les deux, dit t-il ensuite, souriant jusqu'aux oreilles et me tendant la main. Je me présente, lieutenant Christopher Sanders.
- Enchanté, je suis le docteur Michael Anderson.
Je lui serrais la main, il m'écrasa la mienne.
- J'espère que nous travaillerons ensemble. Vous savez à quoi me fait penser cet endroit docteur ?
- A une prison, sauf qu'il n'y a pas de fenêtres ?
- Non, il gloussa, non, je pensais plutôt à WarGames, ce film de 83, où un adolescent pirate le système informatique du NORAD, ici à Cheyenne Mountain, et est à deux doigts de déclencher une catastrophe nucléaire. Le décor qu'ils ont du construire de la base, leur à coûté …
Cela ne m'intéressait guère, mais heureusement, tel le messie tant attendu, un colonel entra dans la salle, demanda le silence puis ferma la porte. Nous étions alors une quarantaine.


Pour les coms, c'est ici

Message édité: merci de mettre le lien vers le topic coms que je t'ai créé à chaque fin de chapitre Wink
Gjc
Michael Anderson
Michael Anderson
Lecteur du Télé 7 jours
Lecteur du Télé 7 jours

Nombre de messages : 53
Age : 40
Localisation : Devant mon ordi
Date d'inscription : 21/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

SG-A : La Sélection Empty Re: SG-A : La Sélection

Message  Michael Anderson Ven 9 Jan - 20:43

Titre de l'oeuvre: SG-A : La Sélection
Genre de l'oeuvre: Aventure/Humour/Suspense
Titre de l'oeuvre: SG-A : La Sélection
Message de L'Auteur: Fic écrite à la première personne. Je vous promets de nombreuses intrigues, et de l'humour Wink
Disclaimer: Évidemment (et malheureusement), l'univers et les personnages évoqués ne m'appartiennent pas, ils appartiennent à la MGM.
Résumé: Michael Anderson, archéologue rejeté de sa communauté pour ses théories jugées farfelues, est contacté par l'air force pour faire parti d'un projet top secret. Le test commence à Cheyenne Mountain avec une quarantaine de personnes...

Comme ma fic est aujourd'hui terminée, je ne vais pas continuer à la poster, mais vous donner un lien ou vous pourrez la télécharger et la lire quand vous le souhaitez Wink

Voici pour ceux que ça intéresse, ma fic en fichier Word : Voir le Fichier : Laselection.doc
Et en fichier pdf : Voir le Fichier : Laselection.pdf


Pour les coms, c'est ici
Michael Anderson
Michael Anderson
Lecteur du Télé 7 jours
Lecteur du Télé 7 jours

Nombre de messages : 53
Age : 40
Localisation : Devant mon ordi
Date d'inscription : 21/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum