Grain de sable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grain de sable

Message  gjc597 le Lun 19 Juin - 19:15

Genre: Drame. Deux fois n'est toujours pas coutume, alors, on ne râle pas Wink
Saison: fin de la saison 8 et plus.
Résumé: euh… tranche de vie? Oui, c'est bien comme résumé ça! cheese
Disclaimer: Les personnages sont la propriété de la MGM et de Sony…
Remerciements: Un immense merci à Helios I love you
Commentaire: Certains passages peuvent paraître durs, je m'en excuse d'avance…

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


J'avais à nouveau tout ce que je désirais. J'avais été muté à Washington, une promotion à la clé. A compter de ce jour, j'avais su que tout pouvait changer alors j'avais osé. Je l'avais invitée à me rejoindre le temps d'un week-end et elle avait accepté. Six mois après, nous emménagions ensemble. Un an plus tard, nous étions trois et nous ignorions que les cinq années qui suivraient, seraient les plus joyeuses. Peut être en aurions nous profité davantage.

Un jour, le destin ou la fatalité, appelez cela comme vous voulez, frappa à notre porte. Comme toujours dans ces cas, nous n’y étions pas préparés ... de toutes façons, je doute que quiconque soit prêt pour ce genre de chose. Un matin que nous allions réveiller Emma, notre fille, nous l'avons trouvé inconsciente et la moitié de son visage semblait paralysée. Nous l'avons aussitôt conduite aux urgences, mais ce qu'elle avait était au-delà de leurs compétences. Alors, nous avons fait jouer nos relations et réussi à obtenir rapidement des rendez vous avec des spécialistes.

Malheureusement, tous les éminents spécialistes, que nous avons consultés, furent unanimes... son mal semblait inconnu et incurable. Notre fille subit, pendant cette période, plus d’examens que Sam et moi n’en avions jamais passé dans nos deux vies cumulées.
Quelques jours avant, elle était encore pleine de vie, curieuse de tout, posant sans cesse des questions sur ce qui l’entourait, s’émerveillant pour des petits riens comme seuls savent le faire les enfants. Mais le mal s'était développé dans son cerveau … et je ne comprenais pas comment une "infime lésion", pour reprendre le terme des neurologues, avait pu rendre ma fille hémiplégique et la priver de l'usage de la parole du jour au lendemain… sans parler du reste. Il fallait l'alimenter par une sonde nasale, lui faire sa toilette… Nous commencions à prendre la pleine mesure de ce que son état impliquait.

Quand les "sages" de la médecine traditionnelle nous assénèrent qu'ils ne pouvaient rien faire pour elle, j’ai usé de ma position à l’Etat Major pour rencontrer les Asgards. Ils étudièrent "son cas" mais nous expliquèrent de leur insupportable voix neutre, qu'il était trop tard, que les dommages causés par cette lésion étaient irréversibles. Ce jour là, j'ai bien cru que Sam allait botter leurs petites fesses grises, et je l'aurai aidé bien volontiers! Nous ne savions plus vers qui nous tourner. Même le sarcophage goa'uld s'était révélé inefficace...
Aucune des avancées technologiques et médicales auxquelles nous avions accès, ne semblait pouvoir aider Emma.

Nous ne baissions pas les bras mais notre moral commençait à donner des sérieux signes de faiblesse. Dès qu'une équipe SG découvrait un peuple "avancé" en médecine, elle nous contactait. Mais courir l'univers à la recherche d'un remède miracle était éreintant. Chaque lueur d'espoir était immanquablement suivie d'une déception. Notre couple aurait pu exploser à maintes reprises, mais ses fondations étaient solides et nous avons toujours fait face, côte à côte. Lorsque l'un de nous perdait pied, l'autre était toujours là pour le rattraper. Et quand on coulait tous les deux, c'était Teal'c ou Daniel qui nous ramenait à la surface. Nous avions cette chance, nous étions bien entourés.

Au bout de quelques mois, notre fille commença à supporter difficilement les voyages par la Porte. Les psychologues nous expliquèrent qu'elle avait besoin d'une vie calme et stable. Ils nous conseillèrent de créer des "rituels" qui lui donneraient un sentiment de sécurité. Ils eurent beau nous déculpabiliser en nous répétant inlassablement que nous avions agi dans son intérêt, nous pensions être responsable de ses crises d'angoisse. Nous aurions dû songer que des voyages répétés à travers un vortex n'étaient pas recommandés pour une enfant si jeune.
Alors nous avons fait de notre mieux pour lui apporter le confort et la sécurité dont elle avait besoin.

Nous avons mis de côté nos vies professionnelles plus qu'elles ne l'étaient déjà et nous avons aménagé nos horaires pour qu'elle ait toujours l'un de ses parents avec elle. Et par la force des choses, notre vie est devenue une suite de rituels sacrés auxquels il était impossible de déroger. Chaque manquement perturbait Emma et déclenchait une crise. Ne sachant plus parler, elle exprimait son mal être par des cris, parfois même en se frappant le visage de sa main valide ou en se cognant la tête sur les barreaux de son lit. Avec le temps, nous avions appris à gérer cela. Certes, nous aurions pu la placer dans un institut spécialisé. J'avoue que nous y avons songé, une fois. Emma avait eu une crise plus violente que d'habitude et s'était ouvert l'arcade sourcilière à force de coups. Après avoir eu toutes les peines du monde à la calmer et à la soigner, nous nous sommes assis dans le canapé. Un sentiment d'impuissance et de culpabilité nous avait envahi. Nous, ses parents, étions incapables de lui apporter ce dont elle avait besoin. Alors nous avons envisagé de la placer. Nous avons visité quelques instituts qu'on nous avait recommandés. Mais aucun ne nous semblait suffisamment bien pour elle et surtout… nous ne souhaitions pas la laisser seule, loin de nous. Nous nous sommes donc octroyé un délai de réflexion.

Quelques jours plus tard, après avoir passé les dernières soixante douze heures à l'Etat Major à cause des Oris qui faisaient encore des leurs, je rentrai à la maison, épuisé et avec un besoin impérieux de me détendre. Après avoir embrassé ma fille, j'allumai machinalement la radio. Sam arriva aussitôt dans le salon en me lançant un regard noir. J'avais "oublié" que notre fille ne supportait pas le bruit. Je m'apprêtai à réparer mon erreur lorsque le rire d'Emma s'éleva dans la pièce. Nous nous sommes regardés, interloqués. C'était la première fois depuis sa maladie qu'elle riait. Imaginez ce que nous avons ressenti à cet instant… Nous sommes restés debout, un sourire sur les lèvres, sans faire un geste, sans un mot, de peur de briser ce moment, et nous avons regardé Emma, hocher la tête au rythme lent de la musique. Nous venions enfin de trouver quelque chose qui l'a rendait heureuse et l'idée de la placer s'envola aussitôt.

Dès lors, du matin au soir, la musique envahissait notre maison et les crises d'Emma se firent plus rares. Notre vie avait enfin retrouvé un semblant de normalité. Nous pouvions de nouveau recevoir nos amis chez nous sans crainte de perturber notre fille. Oh bien sûr, il fallait toujours veiller à ne pas être trop bruyant car l'équilibre que nous avions réussi à créer autour d'Emma demeurait précaire et elle n'était jamais à l'abri d'une nouvelle bouffée d'angoisse. Mais dans l'ensemble, cela allait beaucoup mieux. Nous pouvions quitter la maison, pour nous changer les idées et prendre un peu de vacances, mais jamais plus de quelques jours. Emma supportait difficilement d'être trop longtemps tenue éloignée du cocon que nous lui avions bâti.

Notre vie se passa ainsi, relativement calmement. J'avais pris ma retraite et je passais mes journées avec ma fille. Sam avait néanmoins conservé ses horaires aménagés. Elle craignait que le lien fragile que nous avions établi avec Emma ne se rompe si elle s'absentait trop. Nous n'avons jamais su si notre fille réalisait qui nous étions, ni même si elle nous comprenait vraiment lorsqu'on lui parlait mais il était indéniable qu'elle nous reconnaissait. Nous étions un des éléments indispensables à son équilibre. A force de temps, nous avions appris à anticiper ses crises. Nous lui caressions doucement la main tout en lui fredonnant une chanson qu'elle aimait et en général, cela suffisait à l'apaiser. Teal'c et Daniel, avaient mémorisé cette "technique" et parfois, lorsqu'ils étaient invités chez nous, c'était l'un d'eux qui rejoignait Emma pour la calmer. Nous étions parvenus à avoir une vie heureuse malgré le handicap de notre fille.

Mais les affres du temps finirent par me rattraper quelques années plus tard. J'étais condamné. La médecine avait beaucoup progressé mais certains maux demeuraient fatals. Sam et moi savions que nous n'étions pas immortels, cependant le choc fut dur à encaisser. Nous faisions tout pour ne pas le montrer à l'autre mais… vous pensez bien que depuis le temps que nous nous connaissions, ni l'un ni l'autre n'était dupe.
Et encore une fois nous avons lutté côte à côte. J'acceptais de suivre un traitement éprouvant qui ne faisait que différer légèrement l'inéluctable et assez vite, je fus trop affaibli pour m'occuper de ma propre fille. Bien sûr, Sam voulut prendre le relais mais elle n'avait plus sa force d'antan. Emma n'avait quasiment aucune motricité, elle se tenait debout avec difficulté et donc ne pouvait pas marcher. Quand j'étais encore valide, je l'emmenais dans la salle de bain pour faire sa toilette, mais monter des escaliers avec un poids mort de cinquante kilos dans les bras était trop dur pour Sam. Alors, nous avons dû nous résoudre à laver notre fille dans la cuisine et pour les mêmes raisons, nous avons installé son lit dans le salon.
Quelques semaines plus tard, Sam était épuisée et elle finit par accepter l'idée qu'il nous fallait une aide extérieure.

Je vivais mal cette situation. La maladie me rongeait de l'intérieur et les anti-douleurs n'avaient plus aucun effet. J'avais beau lutter, je me sentais partir lentement. Je savais mon dernier combat perdu d'avance, j'allais abandonner Sam et Emma. Je ne pouvais rien y faire et cela me mettait dans une rage folle.
Je ne cessais de penser à ce que ma famille adviendrait après ma mort. Sam n'était plus toute jeune et notre fille demandait une attention et des soins constants. Certes, il y aurait toujours une infirmière qui viendrait s'occuper d'Emma trois fois par jour. Et il y avait aussi nos amis, mais ils ne rajeunissaient pas, Teal'c commençait même à avoir un âge canonique.

Alors quelle vieillesse s'offrait à Sam ? Seule avec une fille trentenaire et totalement dépendante?

Et que se passerait-il après la disparition de Sam?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Emma n'avait jamais été malade, pas même un rhume, alors, il y avait de fortes chances pour qu'elle survive à sa mère. D'autant plus que Sam commençait à avoir une santé fragile.
Je ne parvenais pas à imaginer la vie de ma fille sans nous, seule au milieu d'inconnus dans un institut spécialisé, aussi bon fut-il, loin de l'environnement rassurant dans lequel elle avait grandi. Et je savais que Sam se posait les mêmes questions… pas sur sa propre vieillesse mais sur l'avenir de sa fille.

La seule pensée qu'Emma pourrait souffrir nous rendait dingue. Nous avions consacré notre vie à faire en sorte que la sienne soit la plus douce possible, compte tenu de sa situation, et nous n'acceptions pas l'idée que cela changerait après notre disparition. Nous n'avons pas trouvé de solution satisfaisante…

_________________


Mon site
Mon blog
Petit rappel : LES REGLES DU FORUM DOIVENT ETRE LUES... ET SURTOUT APPLIQUEES cheese CLIQUEZ ICI POUR LES LIRE
avatar
gjc597
Modo: La Brute

Nombre de messages : 3140
Age : 43
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://gjc597.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  gjc597 le Lun 19 Juin - 19:15

Une nuit comme tant d'autres, une douleur intense m'éveilla. Il y avait déjà longtemps que la morphine n'avait plus d'effet sur l'incendie qui irradiait chaque jour davantage mes intestins. J'aurai pu augmenter les doses mais je voulais rester lucide et ainsi profiter jusqu'au bout de Sam et de ma fille. Je descendis à la cuisine me chercher un verre d'eau. En revenant, je suis passé par le salon et je suis resté un moment immobile au pied du lit d'Emma. En la regardant respirer doucement pendant son sommeil, j'ai réfléchi à la vie qu'elle avait vécu jusque lors puis à celle qu'elle aurait bientôt. Je sentais qu'il me restait peu de temps, j'avais connu la mort plusieurs fois dans les prisons de Ba'al, alors, je savais reconnaître les signes avant coureurs. Depuis quelques jours, le feu qui me brûlait de l'intérieur s'intensifiait et devenait vraiment insupportable.

Mon cerveau était en pleine activité, les pensées se bousculaient dans ma tête.

J'ai fait quelques pas dans le salon et me suis arrêté devant la commode, j'hésitais.

Avec l'âge, Sam était devenue insomniaque, alors parfois, elle prenait un somnifère, histoire de récupérer un peu et je savais que lorsqu'elle faisait cela, la maison pouvait s'effondrer sans qu'elle l'entende. Et nous étions un de ces soirs.

Mes mains tremblaient, je me détestais.

Je venais de décider de profiter de l'occasion. J'ai ouvert le tiroir de la commode et pris ce qu'il y avait dedans.

Je ne pouvais pas. Je n'y arriverai pas.

J'ai fait les cent pas encore un moment. Je m'asseyais sur le canapé, me relevais, marchais, m'asseyais de nouveau…

Puis je suis retourné près du lit d'Emma. Elle avait toujours les traits tirés quand elle dormait, comme si ses nuits étaient peuplées de mauvais rêves, alors, je me suis penché sur elle, je l'ai embrassé sur le front et j'ai caressé doucement ses cheveux blonds. Elle ressemblait beaucoup à sa mère.

Je devais le faire.

Mes pensées étaient maintenant tournées vers Sam. Je revoyais notre vie, tout ce que nous avions traversé, nos joies et nos peines. Je l'imaginais vieillir seule avec Emma et s'inquiéter chaque jour davantage de ce que notre fille deviendrait quand elle ne serait plus là non plus. Je ne voulais pas que Sam finisse sa vie comme cela et je ne voulais pas que les deux femmes de ma vie soient malheureuses jusqu'à leur dernier jour.

J'ai tendu le bras vers Emma et saisis un oreiller.

Ma main ne tremblait plus.

J'ai tiré.

J'avais refusé l'idée que ma fille soit malheureuse et j'étais prêt à tout pour lui éviter cela… et peu importait ce que cela devrait me coûter. Elle ne respirait plus. J'avais commis l'impensable.

Une douleur sourde m'envahit, bien plus atroce que celle que j'endurais depuis des semaines et elle n'avait aucun rapport avec la maladie qui me rongeait. J'avais dû faire appel au militaire qui sommeillait encore en moi pour être capable de tirer, mais maintenant que c'était fait, le père que j'étais refaisait surface. Je regardai le visage à présent détendu de ma fille et posai un dernier baiser sur son front, ignorant les larmes qui coulaient sur mes joues.

Sam répétait sans cesse que j'étais une tête de mule obstinée qui allait toujours au bout de ses idées.

Elle avait raison.

J'ai fait feu une seconde fois.

J'avais pensé à cet acte, que je ne saurai qualifier, depuis longtemps et je n'en avais jamais parlé à Sam. Je reste persuadé qu'il y a des choses qu'une mère n'est pas prête à entendre.

Je ne lui ai pas laissé de lettre pour m'expliquer. De toutes façons, qu'aurais je pu lui écrire?

Je sais qu'elle va souffrir et qu'elle va me haïr.

Mais elle a toujours été forte et je sais qu'elle finira par surmonter cette épreuve avec le soutien de nos amis…

J'aimerai qu'elle profite du temps qui lui reste à vivre.

Je n'espère pas son pardon, je n'arrive pas à me l'accorder moi-même.

J'espère juste qu'un jour elle comprendra mon geste…


J'ouvris les yeux et une lumière blanche m'aveugla. Je voyais une tâche sombre et floue devant moi… C'était Teal'c et j'étais à l'hôpital, aux soins intensifs. Les médecins m'apprirent en souriant doucement, que la balle avait ricoché sur une côte, frôlant légèrement le cœur, et qu'elle avait fini sa course dans ma mâchoire. Je ne comprenais comment cela avait pu arriver. Alors, ils m'expliquèrent, radios à l'appui. Si la balle n'avait pas dévié de sa trajectoire, je serais mort, jugèrent-ils bon de préciser. S'ils pensaient que j'allais me réjouir d'être encore en vie, ils avaient tout faux ! A croire qu'ils ignoraient ce que j'avais fait… Mais moi, je ne savais que trop bien. J'avais pleinement conscience du monstre que j'étais.

J'appris un peu plus tard que les médecins savaient, eux aussi. Mais ils étaient là pour me soigner, pas pour me juger, du moins, en ma présence, ne laissaient-ils jamais transparaître ce qu'ils pensaient réellement.

Allongé dans ce lit d'hôpital, je pensais que j'aurai dû viser ma tête, mais j'avais voulu épargner à Sam ce sinistre spectacle. Notre mort serait déjà suffisamment difficile à supporter pour elle. C'était pour cette raison que j'avais visé le cœur. Pour Emma, s'ajoutait le fait que je ne voulais pas que ma fille soit défigurée.


Cette nuit là, Sam s'était réveillée en sursaut. Lorsqu'elle nous découvrit dans le salon, elle appela aussitôt les secours. Et eux s'étaient chargés de contacter la police. Elle fut longuement interrogée. Au début, ils la soupçonnaient d'avoir été au courant de mes intentions. Ce n'est que plus tard qu'ils comprirent qu'ils avaient fait fausse route.

Le lendemain matin, j'occupais une place dans la rubrique "faits divers" du journal local. "Un haut gradé de l'armée abat froidement sa fille puis tente de mettre fin à ses jours."
Un peu léger comme raccourci. Du moins, c'était ce qu'en pensait Daniel. Il était furieux de voir que les journalistes n'avaient fait aucune enquête. Certains papiers me faisaient passer aux yeux de tous pour un fou, pour un assassin et Daniel, bien qu'il ne cautionnait pas mes actes, ne supportait pas qu'on me traîne dans la boue. Personnellement, avec du recul, c'était exactement comme cela que je me considérai alors… pour moi, la presse ne faisait qu'étaler abruptement une vérité sordide.

Ce qui me faisait mal, sans parler de la mort de ma fille, c'était que Sam devrait affronter le regard des autres et qu'elle serait jugée, montrée du doigt. Je n'avais jamais envisagé que les choses tourneraient ainsi.

Heureusement pour Sam, l'inspecteur chargé de l'enquête était un homme plein de compassion et surtout, il avait lui-même un enfant handicapé. Aussi, lorsqu'elle lui raconta notre vie, il ne comprit que trop bien ce qui avait pu se passer et décida de "nous" aider. Grâce à lui et à Sam, je ne passerai pas le peu de temps qu'il me restait en prison.

J'aurai voulu la remercier et tenter de lui expliquer mon geste mais elle refusait de venir à l'hôpital. Quand elle accepta, il était déjà trop tard. Je souffrais tellement que les médecins m'injectaient de fortes doses de morphine et je nageais en plein brouillard, je délirais. Je suis mort quelques jours après.

FIN

_________________


Mon site
Mon blog
Petit rappel : LES REGLES DU FORUM DOIVENT ETRE LUES... ET SURTOUT APPLIQUEES cheese CLIQUEZ ICI POUR LES LIRE
avatar
gjc597
Modo: La Brute

Nombre de messages : 3140
Age : 43
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://gjc597.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  babouche382 le Lun 19 Juin - 19:32

magnifique ta fic. I love you


flower
avatar
babouche382
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 72
Age : 30
Localisation : au alentour de perpignan
Loisirs : sur ma chaise devent mon ordinateur
Date d'inscription : 06/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  Marine-CO le Lun 19 Juin - 19:34

OH mon dieu GJC... mais pourquoi tu fais des drames? c'est tellement bien écrit... bordel, j'en ai les larmes aux yeux. Et tu sais ce que tu as réussi à faire? j'ai approuvé Jack dans ses derniers acte.
Moi qui suis completement contre ce type d'acte, tu as réussi à me convaincre, à faire en sorte que j'approuve ce geste, et là, je dis chapeau, je sais pas si veut dire quelques choses pour toi, mais en tout cas, pour moi c'est vraiment un exploit...
C'est si bien écrit qu'on ne peu pas lacher la lecture. TU rentres tellement bien dans l'esprit de Jack..;
C'est peut-être dur par moment, mais tu écris ça avec une pudeur, sans jamais d'écrire vraiment, sans nommé, mais c'est là, c'est oppréssant, et pffffff... je suis toutes retournées....

Bravo GJC, grand Bravo
avatar
Marine-CO
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1591
Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  satine le Lun 19 Juin - 20:45

Ah ben c'est malin faut que j'aille chercher un mouchoir maintenant!

Franchement c'est magnifiquement triste, mais tellement beau.
C'est drôle (enfin pas vraiment) mais (enfin personnellement) j'ai vraiment compris la détresse de Jack, et on ne comprend que trop bien son geste, pire on l'accepte comme s'il n'y avait en faite que ça à faire!

Pff que pourrais-je te dire que je ne t'ai jamais dis? Tu as un réel don de l'écriture, tu es capable de tout nous faire comprendre et de nous faire tout accepter! Merci pour cette fic qui est vraiment merveilleuse!

BRAVO et merci de l'avoir écrite!
avatar
satine
Lecteur des Harry Potter
Lecteur des Harry Potter

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : la tête dans les étoiles
Loisirs : écrire, lire, aller sur l'ordi....
Date d'inscription : 19/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cellequitue.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  mondaye le Lun 19 Juin - 20:45

GJC je te hais tu sais ça ??? Laughing
Je n'aime pas les drames, mais comme c'est toi, evidemment je me suis précipitée pour lire! Tu te rends compte que tu m'obliges à lire un drame??
Et c'était vraiment incroyable, tellement poignant, tellement émouvant. Tu as su parfaitement rentrer dans la peau de Jack et ton ton était vraiment très juste, tout en retenue.
Vraiment un grand bravo pour ce petit bijou qui m'a serré le coeur.
avatar
mondaye
Lecteur d'Agatha Christie
Lecteur d'Agatha Christie

Nombre de messages : 508
Localisation : Ici!
Date d'inscription : 24/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  gjc597 le Lun 19 Juin - 21:39

Merci, merci et merci à vous pour vos commentaires, ça me fait très plaisir Embarassed

Et un merci particulier à Mondaye Wink

_________________


Mon site
Mon blog
Petit rappel : LES REGLES DU FORUM DOIVENT ETRE LUES... ET SURTOUT APPLIQUEES cheese CLIQUEZ ICI POUR LES LIRE
avatar
gjc597
Modo: La Brute

Nombre de messages : 3140
Age : 43
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://gjc597.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  Tya le Lun 19 Juin - 21:45

theme ô combien éprouvant, voire dérapant quand des mains maladroites s'y essayent.
je ne sais que dire devant ce talent.. alors je me tais et simplement bravo gjc
avatar
Tya
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1065
Age : 35
Localisation : La cité des Papes
Date d'inscription : 28/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  stargate girl le Lun 19 Juin - 23:31

Parfait, rien à ajouter ! lol!
avatar
stargate girl
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 20/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  Trukounette le Mar 20 Juin - 0:32

Voila j'ai les larmes aux yeux deja que je viens de me regarder un fois de plus la vie est belle (j'adore ce film) alors c'est bon je suis completement deprimé pour aller dormir. Sad

Cest tellement beau et on comprend si bien le geste de jack c'est ce qui renforce ton texte.
avatar
Trukounette
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1004
Age : 28
Localisation : Rêve d'accent anglais !!
Loisirs : House, Hugh laurie, Alan rickman Colin Firth <3... sisi ce sont des loisirs ^^
Date d'inscription : 30/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  lolo le Mar 20 Juin - 12:39

On a fait quelque chose de mal pour mériter une fic pareille ??? Shocked

mis à part le fait qu'elle soit trés bien écrite, je crois que l'on ne peut pas écrire un fic plus dramatique que celle-ci... pale

l'histoire d'être encore plus noire ouin ,
Spoiler:
j'aurai tué Sam, parceque perdre sa fille et son mari dans ces conditions je ne vois pas comment elle peut continuer à vivre
Pitié...plus jamais.... énervé

lolo
Lecteur du Journal
Lecteur du Journal

Nombre de messages : 145
Localisation : pas loin
Date d'inscription : 25/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  gjc597 le Mar 20 Juin - 13:12

Merci beaucoup Embarassed

@ lolo: désolée Wink

_________________


Mon site
Mon blog
Petit rappel : LES REGLES DU FORUM DOIVENT ETRE LUES... ET SURTOUT APPLIQUEES cheese CLIQUEZ ICI POUR LES LIRE
avatar
gjc597
Modo: La Brute

Nombre de messages : 3140
Age : 43
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://gjc597.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  mousticv le Dim 27 Aoû - 12:30

Lorsque que tu as mis cette fic en ligne, je me suis dit chouette et puis j'ai vu "drame" et les commentaires/

Alors je me suis dit que je la lirais mais tranquillement, un jour où je serais en condition (c'est vrai quoi, mon petit coeur sensible déteste les drames...)

Voilà, c'est chose faite et franchement.......... c'est trop dur. La fic est magnifique, superbement bien écrit mais là, aucune suprise et terriblement émouvante.

Ca m'énerve parce que je suis toute chamboulée et en même temps, je ne regrette pas de l'avoir lu.

Continue comme cela et je vais me mettre à aimer les drames.....

Bravo et merci Very Happy
avatar
mousticv
Lecteur d'Agatha Christie
Lecteur d'Agatha Christie

Nombre de messages : 597
Age : 44
Localisation : dans les bras de Jack... non ? Bah tant pis !
Date d'inscription : 09/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  malice le Dim 27 Aoû - 12:57

comme les autres j'ai trouvé ton histoire magnifique.
et j'en suis davantage retournée car j'ai raté la mention drame au debut (gloops, lol Evil or Very Mad ) et travaillant avec des enfants handicapés, je suis quotidiennement confrontée à la douleur de leur famille.

je peux te dire que bravo, car tu as vraiment ecrit avec sensibilité et pudeur, surtout que ce n'est pas un sujet facile à traiter...

bref, vivementla suivante, mais plus de drame Sad
avatar
malice
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1080
Age : 39
Localisation : ile de la réunion...ahhh
Date d'inscription : 05/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  gjc597 le Mar 12 Sep - 22:13

merci à vous 2. Suis "contente" que ça vous ait touchées Wink

@ Mousticv: si tu veux un beau drame, tu peux lire Le chat d'Atreyu ... je crois que c'est le drame qui m'a le plus marquée Wink (enfin, tu le connais peut-être déjà cheese)

_________________


Mon site
Mon blog
Petit rappel : LES REGLES DU FORUM DOIVENT ETRE LUES... ET SURTOUT APPLIQUEES cheese CLIQUEZ ICI POUR LES LIRE
avatar
gjc597
Modo: La Brute

Nombre de messages : 3140
Age : 43
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://gjc597.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  Siress le Mar 7 Nov - 12:04

J'ai lu cette fanfiction y'a quelque temps. Il m'était impossble de te laisser un commentaire, de suite après. Je ne sais toujours pas quoi te dire, devant tant d'émotion.

Le Drame a la GJC c'est magnifique et tellement émouvant.

BRAVO


Es ce que tu rembourses les mouchoirs ?

_________________
Envoyer l'invitation du forum aux lecteurs et auteurs de fanfiction : http://fanfiction.superforum.fr/invitation-h13.htm
avatar
Siress
Admin: Shark

Nombre de messages : 3138
Age : 39
Date d'inscription : 12/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://fanfiction.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  gjc597 le Mar 7 Nov - 16:27

Siress a écrit:Es ce que tu rembourses les mouchoirs ?
non cheese

Merci pour ton message Wink

_________________


Mon site
Mon blog
Petit rappel : LES REGLES DU FORUM DOIVENT ETRE LUES... ET SURTOUT APPLIQUEES cheese CLIQUEZ ICI POUR LES LIRE
avatar
gjc597
Modo: La Brute

Nombre de messages : 3140
Age : 43
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://gjc597.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grain de sable

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum