Moi, Mary

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Moi, Mary

Message  Helios le Ven 13 Jan - 15:41

Auteur : Helios14
Catégorie : aucune idée. Romance entre autres.
Saison : saison 9
Rating : aucun
Date d’écriture : octobre 2005
Résumé : Jack (peux pas faire plus court !)
Notes de l’auteur : merci à Josette, qui m’a inspiré le personnage de Mary, même s’il y a peu de chance qu’elle le sache un jour !





Je m’appelle Mary Matheson. Je suis assistante de direction au Pentagone, au département du Home World Security. Et voilà maintenant plus de huit mois, j’ai fait une rencontre exceptionnelle.

Je m’en souviens comme si c’était hier. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre : IL avait été nommé à la tête du Home World Security à la place du général Hammond, IL serait là d’un jour à l’autre.
LUI. Le général Jack O’Neill. L’ancien leader de SG1, puis commandant du SGC dans le Colorado. L’homme qui sauvait la planète tous les quatre matins d’un désastre intergalactique.

Inutile de vous préciser qu’il était l’unique sujet de conversation autour de la machine à café. Les fantasmes les plus divers courraient sur lui. On s’accordait à le voir comme un monstre sacré inaccessible, secret, d’une intelligence rare et d’un militarisme exacerbé. Bref, un grand comique.

Certaines se pâmaient d’avance à l’idée de l’approcher. Il faudrait bien lui trouver un assistant, à ce monsieur. Sarah Gallahan était sur les rangs, prête à brandir ses nombreux diplômes et sa plantureuse poitrine. Son ancien patron venait de partir en retraite, elle était toute désignée pour le poste. Elle me faisait rire, survoltée à l’idée de devenir l’assistante du Général O’Neill. Je pense que Monica Lewinski devait être aussi excitée quand elle a décroché son stage à la Maison Blanche.

Bref, les jours ont passé, il est arrivé d’après ce que j’ai appris, et les choses se sont gâtées.
Je ne l’ai pas croisé. Il faut dire que tout est démesuré ici, et évidemment il avait autre chose à faire qu’errer dans les couloirs. Il était toujours entre la Maison Blanche et le Congrès, parfois dans son bureau mais c’est tout.
Sarah est arrivée à la cafétéria un midi, s’est assise avec nous et s’est mise à hurler. Je ne vois pas d’autre mot.
Ce type était un taré. Un misanthrope. Un militaire borné et stupide. Le gars le plus odieux de tout ce bâtiment, et pourtant dieu sait s’il y en a.
Bref, elle était virée. Ou plutôt, pas engagée. La demoiselle avait été renvoyée dans ses 22 mètres après deux jours d’essai au cours desquels, comble du tragique, il n’avait pas même accordé un regard à son décolleté.

Ce Jack O’Neill m’était soudain devenu sympathique.

Et ça a continué. Elles ont été plusieurs à défiler. Ils lui ont même envoyé des militaires, se disant que le contact passerait peut-être mieux. Rien à faire. Un mur. Impossible de bosser avec lui à priori.

Tous s’accordaient sur deux choses : ce type n’avait rien à faire au Pentagone, et était très bien conservé pour son âge.

Puis un matin mon patron m’a faite appeler, bien énervé. C’était le Directeur Bommers, glacial et autoritaire, mais au moins carré dans son travail.
- Madame Matheson, il parait que je dois me séparer de vous.
- Pardon Monsieur ??
- J’y suis contraint, a priori on veut vous envoyer à l’essai chez ce O’Neill.
- Le général O’Neill ?
- Oui. Il commence à me courir celui-là. Il a Hayes dans sa poche, alors on lui passe tous ses caprices. Et moi, évidemment, je n’ai pas mon mot à dire ! Bref, de toutes façons il paraît qu’il ne supporte personne, je mets ma main à couper que vous serez de retour dans 3 jours. D’ici là mettez les dossiers à jour, je me débrouillerai. Vous avez rendez-vous avec lui lundi à 9 heures.
- Bien Monsieur.

Avec le recul, je me demande s’il se l’est vraiment coupée, la main.


Bref, le lundi suivant, à 8h57, je me présentai à son bureau.
Il n’était pas arrivé. A 9 heures non plus. A 9h10 non plus. A 9h20 je me suis versé un café. A 9h40 j’étais confortablement assise dans l’épais fauteuil de l’anti-chambre.
Après tout, il était peut-être en train de sauver le monde, et moi j’avais du café, un dossier moelleux et rien à faire. Pourquoi se plaindre ?

A 9h45 la porte s’est ouverte et il est entré.

En effet, la première chose qui m’est passée à l’esprit, c’est qu’il était fichtrement bien conservé. Très grand, mince, athlétique. Des gestes à la fois rapides et souples. Un visage fin et délicieusement marqué par l’âge, le soleil et l’armée. Des yeux bruns magnifiques et profonds. Des lèvres minces et serrées.

Une voix chaude et décidée.

- Ah, oui, c’est vrai, vous êtes….
- Votre rendez-vous de 9 heures, Mary Matheson.
J’ai dit cela en souriant, je ne voulais pas qu’il le prenne comme un reproche. Il a légèrement froncé les sourcils :
- Désolé, je ne me suis pas réveillé.

J’étais soufflée. Je m’étais attendue à tout : une urgence des Asgards, une quarantaine au SGC, un golf avec Hayes…. Mais vraiment pas ça. Et pas qu’il me l’annonce tranquillement.

Ce type était odieux, j’adorais.

- Je vais me chercher un café, installez-vous.
- Monsieur, je peux aller vous le…

Il était déjà reparti. J’ai soupiré, jeté mon gobelet vide dans la poubelle et suis entrée dans son bureau. Sublime, bien sûr. Bommers en aurait fait une jaunisse.
Une immense baie vitrée donnant sur le parc intérieur. Un gigantesque bureau et trois tables de travail. Des fauteuils. Un vidéo projecteur. Deux photos et une plante verte.

Ne l’entendant pas revenir, je me suis penchée pour observer les cadres. On apprend beaucoup sur quelqu’un en regardant ses photos. Un jeune garçon, souriant, un gant de base-ball à la main. Il devait avoir dans les dix ans. Et une équipe SG. SG1 sûrement, mais je n’ai pas eu le temps de voir, j’ai entendu la porte de communication s’ouvrir et j’ai juste pu me redresser avant qu’il entre à son tour, un gobelet fumant à la main.
- Je vous en prie, asseyez-vous.
Nous nous sommes installés tous deux. Il a soupiré, a fouillé dans une pile de dossiers, en a sorti un qui devait être le mien, l’a ouvert, pas regardé, a soupiré à nouveau, l’a refermé, s’est enfoncé dans son fauteuil, a bu une gorgée de café, m’a jeté un regard blasé et a dit :
- Ecoutez, je suis désolé qu’on vous fasse perdre votre temps. Je n’ai pas besoin de vous.
- Moi non plus, j’ai déjà un patron. Mais a priori on tient à ce que vous ayez une assistante.

Vus les responsabilités du Monsieur, son emploi du temps que j’imagine bien, et le désordre qui règne sur sa table de travail, je peux deviner pourquoi.

Il a très légèrement froncé les sourcils et m’a observée plus attentivement. Il a un regard très pénétrant, déstabilisant. Mais chaud en même temps. Je n’ai pas baissé les yeux. Je n’ai pas souri. J’ai attendu la suite.
- Les dossiers m’ennuient. Parlez-moi de vous.
- Alors… J’ai fait des études de lettres et archéologie à Stenford….

Une lueur s’est allumée dans son regard. Pas un muscle de son visage n’a bougé.

- …. puis je me suis retrouvée assistante de direction par un concours de circonstances. J’ai continué, suis entrée au Pentatone il y a plus de dix ans et je travaille au Home World Security depuis trois ans. J’ai évidemment les compétences habituelles requises. Voilà.
- Bon.

Il m’observait toujours. Je savais qu’il n’essayerait pas de me dicter un texte à toute allure, de tester ma connaissance de trois langues et autres. Ce type-là s’en moquait complètement. Et m’intéressait beaucoup. Il a demandé :
- Que savez-vous de moi ?
- Rien. Ce que j’ai entendu des collègues qui sont passées avant moi.
- Et ?

Je le sentais amusé même s’il ne souriait toujours pas. Il avait cessé de tapoter du doigt la surface lisse de son bureau. Le téléphone a sonné. Cela aurait pu être la Maison Blanche mais il n’a pas décroché. Quand l’appel eut été rebasculé sur le standard, il a redemandé, d’une voix douce :
- Et ?
- Vous êtes froid, en retard, mal organisé.
- C’est tout ?
- Je préfère taire le reste si vous me le permettez, Monsieur.
- Je suis déçu, c’est très en dessous de la vérité. Et vous voudriez travailler avec quelqu’un comme ça ?
- Je suis mariée depuis trente ans et mon époux passe pour odieux. Je ne suis donc pas plus impressionnée que ça. Comme je vous l’ai déjà dit, j’ai déjà un travail ici, je n’ai pas besoin de vous. J’ai été envoyée ici ce matin car a priori c’est vous qui avez besoin de moi, ou de quelqu’un d’autre.
- Et finalement, vous voudriez essayer ?

J’ai haussé un sourcil. Je fais toujours ça quand je suis surprise. Mes filles ont toujours essayé de m’imiter sans jamais y parvenir.

Alors il a souri. Franchement. J’allais ouvrir la bouche pour répondre mais il m’a devancée :
- Mauvaise nouvelle pour vous : vous êtes engagée.

J’ai mis des mois à comprendre pourquoi.

La seconde d’après, il a enchaîné :
- Bien. Donc à partir de maintenant je vous appelle Mary, et vous m’appelez Jack.
- Mais Monsieur…..
- Rhhhhhhhhhha !

J’ai réprimé un éclat de rire devant sa réaction épidermique. Il a continué, manifestement heureux de m’avoir faite sourire :
- Cela vous dérange que je vous appelle Mary ?
- Non, du tout, mais….
- Tant mieux. Et moi cela me dérangerait que vous ne m’appeliez pas Jack. Donc c’est réglé.
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Ven 13 Jan - 15:41

J’ai appris à le connaître. Enfin, à connaître ce qu’il a bien voulu me laisser découvrir. Jack O’Neill est en effet un mur, mais un mur de protection. Je devine beaucoup de sentiments en lui, de souvenirs, d’émotions. Profondément enfouis et dissimulés.
Charlie déjà. Je n’ai rien demandé. C’est lui un jour qui a vu mon regard glisser sur la photo alors qu’il me dictait une lettre. Il s’est arrêté et m’a regardée. J’ai posé mon stylo et attendu qu’il parle. Il a demandé d’une voix étonnamment douce :
- Vous avez des enfants ?
- Oui. Deux filles. Des jumelles. Elles ont 27 ans. L’un d’elles est mariée, j’ai deux petits-fils.
Un sourire triste est passé sur son visage et ses yeux bruns se sont posés sur la photo. Il a juste dit, d’un ton parfaitement neutre :
- C’est mon fils unique, Charlie. Il est mort quand il avait neuf ans.
- Je suis désolée.
- Je sais.
Et il a repris la lettre où il l’avait laissée.

La guerre, ensuite. Enfin, les guerres plutôt. Il a du en faire beaucoup, même certaines dont nous n’aurons jamais connaissance je pense. Il en a gardé des cicatrices, nombreuses et douloureuses. Elles lui ont aussi donné, étrangement, une grande part d’humanité. Quand il envoie des hommes au combat, il sait de quoi il parle et ne le fait jamais à la légère, mais en dernier recours. Il m’a avoué l’avoir appris au SGC. Je crois qu’avant il était plus dur, plus cruel même. Je crois qu’il pourrait encore l’être si ceux qu’il aime étaient en danger.

Pour ce qui est du quotidien, en fait, travailler avec lui est un bonheur une fois qu’on a compris qu’il ne faisait rien de tout ce qui pouvait toucher de près ou de loin à l’organisation. C’est un gosse, il le sait, et il en joue. Il adore ça. Il adore que je le poursuive dans le couloir pour lui arracher une signature. Il adore me regarder inventer une excuse au téléphone quand il ne veut pas prendre un appel. Il adore arriver en retard.
Je décale l’heure de ses rendez-vous, je les lui annonce toujours 15 minutes avant l’heure réelle. Il le sait et ça l’amuse. Étrangement, quand c’est vraiment important, il est extrêmement ponctuel.

Il est considéré ici comme un misanthrope. C’est totalement faux : il adore les gens, il déteste seulement les politiciens. C’est vrai que ici, il ne reste pas grand monde.
Il n’a pas les mêmes priorités, c’est tout. Et c’est une excellente chose. J’ai l’impression de travailler avec la seule personne qui se pose les bonnes questions.

Au quotidien il est…. j’allais dire charmant…. Bon, vous le verriez arriver le matin, vous vous diriez que ce n’est pas vraiment le terme adéquat. Il traverse le couloir à grandes enjambées, répondant évasivement à ceux qui le saluent, sans accorder un regard à personne, ses cheveux grisonnants en bataille et la cravate à la main.
Il suffit de savoir qu’il n’a pas eu son café, c’est tout. J’ai demandé à Paula et Gwen, à l’accueil, de me prévenir tous les matins dès qu’il entre dans le bâtiment. Comme ça j’ai 5 bonnes minutes pour lui faire son café et l’accueillir avec un mug fumant. Il me rend alors le plus merveilleux des sourires.

J’ai eu son ancien… assistant en ligne une fois. Le sergent Harriman. Il avait un message du général Landry. Quand je me suis présentée au téléphone, il y a eu un silence, puis le sergent m’a dit :
- Vous êtes son assistante ?
- Oui.
- Condoléances.
- Pourquoi ?
- Au SGC c’était moi.
- Ah.
- Il est toujours…
- Épuisant ?
- Oui, voilà !
- Tout à fait. Et passionnant également.
- Oui. Il nous manque ici. Le général Landry est parfait, hein, mais…. Il nous manque.
- Je veux bien le croire.
Il y a eu un silence, puis le sergent m’a expliqué l’objet de son appel.
Jack O’Neill laisse toujours une trace de son passage quelque part.

En fait pour une assistante c’est le poste idéal. Pour moi, en tous cas. Je fais tout comme je l’entends. J’organise tout à ma convenance. Et il m’en est infiniment reconnaissant. Quand il a une critique à faire, il la formule clairement, les yeux dans les yeux, puis passe à autre chose. Il est d’une franchise désarmante. Plusieurs bureaucrates ici en ont douloureusement fait les frais. Tant mieux.
Il déteste les longs discours. Les phrases longues, le style ampoulé, tout cela l’ennuie. Il aime quand les gens vont au fait, sélectionnent les informations, les transmettent clairement. C’est très militaire, mais là encore ça me convient. On parle à la fois peu et beaucoup : en peu de mots il fait passer beaucoup de choses.
Il peut faire taire d’une phrase le plus prolixe des politiciens.
A l’inverse, un compliment de sa part vaut de l’or.
Il est très sensible, en fait : il sait taper où ça fait mal, il sait aussi toucher quelqu’un là où cela va faire le plus plaisir.


Il déteste le téléphone. Je suis, je crois, une des rares personnes à qui il répond toujours. Il sait aussi que je ne le dérange jamais pour rien.

Hayes, bien sûr. Encore que parfois cela lui casse profondément les niktas, comme il le dit lui-même. J’ai utilisé son expression une fois pour le faire sourire, ça a marché. Il m’a juste dit que cette expression n’était pas vraiment à sa place dans la bouche d’une dame de ma qualité ( !).

Le général Landry, bien sûr. Ce sont des amis de longue date, mais surtout Jack est toujours très concerné par ce qui peut arriver au SGC. Il ne rechignera jamais à lire un des rapports de mission. Un mélange de nostalgie et d’inquiétude, je crois.

Le général Hammond, toujours. Ils ont une profonde affection l’un envers l’autre. Ils se voient régulièrement à Washington. Jack a loué un deux pièces tout près du Pentagone (ce qui ne l’empêche pas d’être en retard, loin de là). Chaque week-end il rentre chez lui, à Colorado Springs. Et en semaine, quand il sort d’ici avant 23 heures, qu’il n’a pas un dîner, un cocktail, une conférence, il dîne chez le général Hammond. Il y a presque une relation filiale entre eux. Jack a pour lui un respect qu’il n’a pour personne d’autre.

Et SG1. Le colonel Carter, Daniel Jackson, et Teal’C, même si ce dernier n’a appelé qu’une fois en huit mois ! J’avais pu depuis voir la photo sur son bureau. On les distinguait mal. Ils sont tous les quatre assis dans un champ de ruines, en treillis militaires. Teal’C était très grand, avec une carrure impressionnante. Daniel Jackson avait l’air plus jeune, plus fluet aussi, avec de petites lunettes fines. Le colonel Carter n’est pas très visible, on la devinait jolie, blonde.
Quand je lui passe l’un des trois au téléphone, j’entends son sourire dans sa voix. Ce sont les seuls coups de fils qui peuvent durer. Les seuls aussi pour lesquels il venait fermer la porte de communication entre mon bureau et le sien, qui normalement reste toujours ouverte. Maintenant, c’est moi qui referme le lourd battant en souriant. Il est alors debout, devant la vitre, et regarde dehors tout en parlant doucement.
Ils sont bien plus que ses amis. Ils sont sa famille.

Enfin, j’étais encore très en dessous de la vérité quand je pensais ça.

Et puis un jour, un matin, alors qu’il était dans son bureau (on a eu de la chance !), une femme est entrée dans le mien.
Elle devait approcher de la quarantaine, mais ses traits fins n’étaient absolument pas marqués. On devinait sous son tailleur militaire bardé de médailles un corps fin et musclé à la fois. Elle avait un port de tête altier sans être hautain, et un sourire adoucissait encore un visage auréolé de cheveux blonds.
Elle était tout simplement superbe. Elle a dit, d’une voix calme et assurée :
- Bonjour, je suis le colonel Carter. Vous devez être Mary Matheson ?
- Oui, enchantée colonel. Vous voulez voir le général je suppose ?
- S’il est là, oui.
J’ai vu passer une lueur d’inquiétude dans ses magnifiques yeux bleus. Je me suis empressée de la rassurer :
- Il est là. Il ne vous attend pas ?
Ses joues ont rosi comme celles d’une petite fille heureuse :
- Non. Il ne sait pas que je suis à Washington.
Je n’ai pas fait le moindre commentaire, je me suis penchée vers l’interphone :
- Le colonel Carter est ici.
- Le…
L’interphone s’est tu aussi vite qu’il s’était allumé. Une seconde après (je ne saurai jamais comment il a traversé son immense bureau aussi vite), il ouvrait la porte.
Alors j’ai compris. Immédiatement. A la seconde même où je les ai vus poser le regard l’un sur l’autre. C’était une évidence. Jack a souri comme je ne l’avais jamais vu sourire. Il a dit d’une voix cependant parfaitement neutre :
- Carter.
- Mon général, a-t-elle répondu avec un sourire éblouissant.
- Si vous voulez bien vous donner la peine, a-t-il ajouté en la laissant passer.
C’était un jeu entre eux. Elle est passée devant lui, à quelques centimètres, et le regard qu’ils ont échangé m’a faite frissonner.
La porte s’est refermée. J’ai bloqué tous les appels pour lui.


L’entrevue n’a pas été bien longue, en fait. Il a ouvert la porte et l’a galamment faite passer devant lui. Ils semblaient tous deux si calmes, si parfaitement sereins. Si merveilleusement assortis également. Il a légèrement penché la tête sur le côté :
- Bon, et bien bon courage pour votre réunion.
- Merci mon général. Et donc….
- … je vous retrouve ce soir.
Le colonel Carter s’est rapidement mordue la lèvre, lèvre légèrement plus humide qu’à son arrivée d’ailleurs… Elle a répondu sur un ton parfaitement professionnel cependant :
- Très bien. Merci mon général, à ce soir.
- A ce soir Carter.

Elle m’a saluée d’un sourire, je lui ai rendu un signe de tête. Puis elle est sortie, d’un pas souple et décidé. Jack a regardé un bref instant la porte à nouveau close puis a semblé se souvenir de mon existence et m’a dit, avec sa moue boudeuse la plus craquante :
- Euh… Mary, pour le cocktail prévu avec le général je ne sais plus qui…..
- Je vais appeler pour annuler.
Puis j’ai baissé les yeux vers mon écran, et simplement ajouté :
- Le général Walters a appelé, ainsi que le bureau du Secrétaire Brinston.
J’ai à nouveau levé le regard. Il me dévisageait, avec reconnaissance et amusement. Et un superbe sourire auquel je n’ai pu que répondre. Il a dit, simplement :
- Merci Mary.

Puis il est retourné travailler. Mais à le voir s’éloigner, c’était comme si soudain un poids énorme s’était envolé des épaules si chargées de cet homme.

Jack O’Neill n’a en effet rien à faire dans ce milieu, vous dirait-on. Moi, je vous répondrais qu’au contraire heureusement qu’il est là. Pour parler franchement à un Président à qui les autres ne font que des courbettes. Pour prendre les bonnes décisions au bon moment. Pour expliquer à tous ces bureaucrates ce que risquent les hommes dont ils parlent comme des numéros. Pour taper du poing sur la table quand un comptable trop zélé parle de faire des coupes franches dans le budget (pharaonique mais hélas nécessaire) du SGC.

Heureusement qu’il est là, en bras de chemise derrière son bureau (un peu mieux rangé, je n’en suis pas peu fière), à incendier des politiciens en des termes jaffas que, bien heureusement, il est seul ici à comprendre.

Il est venu à la maison. C’était un de ces affreux week-ends où il apprend au dernier moment qu’il ne pourra pas quitter Washington et où il finit la journée du vendredi à tourner comme un lion en cage dans son bureau.
Il ne me parle pas quand il est dans cet état là. Pour me préserver, parce qu’il sait que la colère, l’agacement, l’emporteraient sur tout. Je l’ai compris, et plus que jamais j’essaye d’anticiper ces moindres désirs, ces moindres exigences. Pour lui éviter par exemple d’envoyer un téléphone contre le mur comme l’avant-dernière fois.
C’est encore pire quand le SGC est en alerte. Il reste alors parfaitement immobile, assis à son bureau, les coudes posés sur la surface boisée, et il attend le coup de téléphone fatidique. Je ne lui passe alors personne. Je ne vais pas le voir. Il ne m’aperçoit, ne m’entend même pas. J’attends, moi aussi, de l’autre côté de la porte, que la voix du sergent Harriman ou du général Landry retentisse enfin avec cette pointe de soulagement qui annonce que nous sommes encore passés à deux doigts d’une terrible catastrophe.
Puis, à la fin du coup de fil, Jack sort de son bureau, un sourire fatigué sur ses lèvres fines, et me demande invariablement :
- Mary, je vais nous chercher un petit café ?

Bref, un vendredi où le ciel était gris, où il avait appris qu’il devrait rester sur Washington pour rencontrer un obscur politicien qu’il haïssait d’avance, je lui ai simplement demandé :
- Jack, voulez-vous venir dîner ?
Il a levé les yeux vers moi, surpris :
- Dîner ?
- Oui, chez moi, avec Frank (c’est mon mari). Je serais ravi de vous avoir, et je peux sans vantardise affirmer que je suis meilleure cuisinière que ce fast-food où vous allez encore aller.

Il a semblé réfléchir, hésiter, puis devant mon air décidé, a répondu en souriant :
- Avec plaisir. Mais promettez- moi de ne pas faire de folies ! Un plat de pâtes ou une pizza suffiraient très bien à mon bonheur !
- Ne vous inquiétez pas, rien de formel là dedans. Franck sera ravi de connaître enfin le patron dont je lui rebats les oreilles depuis des mois.

J’étais ravie. Je savais que le dîner se passerait parfaitement bien, que Jack serait un convive charmant.
Franck, par contre, était paniqué :
- Par… Pardon ?? LE Jack O’Neill ? Ton patron ?? Le héros aux affections top secret et tout ?
- Lui-même. Ce soir, à vingt heures.
- Mais…. Et c’est maintenant que tu me le dis !!
- C’est maintenant que je viens de l’inviter.
- Merveilleux. Et qu’est-ce que je vais dire, moi, à un type pareil ??
- Tu verras, vous avez plein de choses en commun.
- Mouai….

Jack est arrivé parfaitement à l’heure (quand il veut !), avec un superbe bouquet de fleurs pour moi et une bouteille de vieux whisky pour Franck. Immédiatement, ce dernier a été conquis. Moi aussi : Jack en pantalon de toile beige et chemise noire, ça vaut le détour….
Bref, je n’ai quasiment pas pu en placer une de la soirée. Ils ont parlé pêche, cinéma, politique même, dans une ambiance parfaitement détendue. Ils ont bu une bière en préparant le barbecue. J’ai même réussi à extorquer à Jack sa fameuse recette d’omelette.
La soirée a été délicieuse. Deux autres ont suivi depuis.
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Ven 13 Jan - 15:42

Ce matin, alors qu’il regardait des clichés de la Porte des Étoiles en activité (des interférences étaient soient disant apparues dans le vortex…..), j’observais moi aussi les photos par-dessus son épaule, fascinée par cette vague d’un bleu intense qui représente tant. Il a souri, et a demandé le plus tranquillement du monde :
- Vous voulez la voir ?
- La voir ? Comment cela ?
- La Porte ? Vous aimeriez la voir ?
- Bien sûr, comme tout le monde, mais…
- Bien, alors allons-y.

Je suis restée muette. Son sourire s’est élargi à voir ma tête. Il a enchaîné :
- Je dois rentrer dès aujourd’hui à Colorado Springs, je dois être présent pour plusieurs remises de médailles qui auront lieu au SGC. Voulez-vous m’accompagner ?
- Mais…. Bien sûr…. Mais comment justifier….
- … que je vous emmène ? Vous êtes une excellente assistante qui a su se rendre absolument INDISPENSABLE.
- Même pour une remise de médaille ?
- Et à qui vais-je dicter mon discours dans l’avion ?
- Vous ne faites jamais de discours. A peine trois mots de félicitations.
- On ne sait jamais, l’inspiration pourrait venir, ce serait dommage que vous ratiez cela !

J’ai ri, il a souri. J’ai appelé Franck pour le prévenir que je serais absente trois jours, jusqu’à lundi. Il a feint d’être désolé, mais je sais qu’à peine le téléphone raccroché il a appelé Dan pour organiser un poker.
Et maintenant je suis confortablement installée dans un Falcon mis à disposition par le Pentagone, et je vole vers le Colorado en compagnie d’un des plus grands héros de notre Histoire.

Nous atterrissons sur la base de Denver où une voiture est bien entendu venue nous chercher. Nous rallions le SGC.
L’entrée dans la base est impressionnante. Nous passons un nombre étonnant de postes de garde. Et à chaque fois ce sont les mêmes sourires qui accueillent Jack. Il leur répond à tous, demande des nouvelles, plaisante. Il est chez lui. Et tellement heureux d’y être.

Nous arrivons à un premier ascenseur, longtemps après avoir pénétré dans les profondeurs de Cheyenne Mountain. Je ne demande rien, j’observe. Il me regarde du coin de l’œil, amusé. Nous changeons d’ascenseur et descendons à nouveau, loin, très loin sous terre. Je ne suis pas claustrophobe, heureusement.
Les lourdes portes s’ouvrent et trois sourires nous accueillent.

Celui, si doux, du colonel Carter. Même en pantalon de treillis elle est ravissante.
Celui, radieux, d’un bel homme encore jeune. D’un geste automatique, il remonte les petites lunettes qui agrandissent ses yeux d’un bleu limpide.
Celui, à peine ébauché et pourtant si chaleureux, d’une armoire à glace au front décoré d’un symbole jaffa coulé à l’or fin.

SG1, avant.

Le regard de Jack passe sur ses trois anciens coéquipiers. Le Docteur Jackson soupire :
- On avait pourtant payé très cher pour être débarrassé de vous. Toute la base s’était cotisée.
Le colonel Carter rit. Teal’C hausse un sourcil et répond d’une voix calme :
- Je n’ai personnellement pas participé à une telle collecte.

Nous sortons de l’ascenseur. Jack fait les présentations :
- Mary, vous connaissez déjà le colonel Carter, voici Teal’C, et enfin Daniel Jackson, que je vous demanderai d’appeler Space Monkey, il adore cela.
- Ah ah, très drôle, raille l’intéressé.
Je serre la main à chacun, impressionnée malgré moi. Le docteur Jackson me demande :
- Alors vous êtes la pauvre victime sacrificielle abandonnée au despotisme de ce général mal embouché ?
- Voilà, mais je n’ai pour l’instant pas à me plaindre du despote.
L’archéologue me regarde, faussement surpris :
- Jack, vous l’avez payée encore plus cher que nous n’avions payé pour nous débarrasser de vous, à ce que je vois.
- Daniel, vous nous excuserez, mais Mary et moi avons du travail, contrairement à vous notre temps est précieux.
Sans plus s’inquiéter de la mine déconfite de son meilleur ami, Jack se tourne alors vers le colonel et demande doucement :
- C’est bon vers sept heures ? Je ne devrais pas en avoir pour longtemps avec Landry, mais je veux passer voir Walter et Cameron, Siler aussi…. Bref, faire un petit tour….
Elle sourit, elle comprend. Elle acquiesce simplement :
- Sept heures, parfait.

Je me retourne vers Jack et demande :
- Si vous pouviez juste m’indiquer un hôtel, que je puisse….
- Vous plaisantez ? Il est hors de question que vous dormiez à l’hôtel, vous êtes mon hôte pour ces trois jours !
- Mais….
- Rhhhhhhhhhhhhhhhha !

Nous sourions tous les quatre. Comme d’habitude, je capitule. Je vais donc passer le week-end chez le général O’Neill. Et dîner avec SG1, d’après ce que j’ai compris.

Alors que nous nous dirigeons vers le bureau du général Landry, je murmure :
- Donc, si j’ai bien saisi, il y a plus de huit mois, vous m’avez embauchée moi parce que j’ai fait quelques années d’étude d’archéologie et que je vous rappelle un colosse extraterrestre de type afro-américain ?
Il sourit et répond calmement.
- Voilà. Avouez que mes critères de sélection étaient excellents.

Que voulez-vous répondre à cela ?


Il me présente tout le monde. Le colonel Mitchell (ils recrutent les équipes SG dans des agences de mannequins ou quoi ?), Siler, Harriman et enfin le général Landry.

Ils sont tous charmants, ravis de le voir. Pour eux, il n’est pas un général de Washington, mais restera toujours le leader de la plus extraordinaire des équipes SG. Le général O’Neill n’éclipsera jamais le colonel O’Neill. Tout le monde ici garde le souvenir du soldat, du héros charismatique et simple à la fois.
Jack O’Neill ne sera jamais un bureaucrate dans un bel uniforme d’apparat, mais restera le colonel souriant, son P90 à la main, sa casquette sur la tête, comme il aime lui-même à se retrouver sur la photo posée dans son bureau.

- Tu permets Hank ? La dame ne l’a jamais vue.
- Mais je t’en prie.

Jack, avec son petit sourire de gamin, me fait signe de le suivre. Nous sortons du bureau de Landry par une autre porte et nous retrouvons dans la salle de briefing où le sort du monde s’est joué bien plus souvent que dans le Bureau Ovale.
Nous nous avançons vers la vitre. Elle est là, un peu en contrebas. Encore plus imposante que tout ce que j’avais imaginé. Des techniciens, des militaires s’affairent autour d’elle. C’est leur quotidien, et pourtant on lit dans tous leurs gestes comme une révérence sacrée, un respect infini pour tout ce que cet objet représente.
Jack la regarde aussi, immobile à mes côtés. Il a cette ombre de nostalgie dans le brun de ses yeux. Elle lui manque. Beaucoup de choses, de gestes, de gens lui manquent quand il n’est pas ici.

Il finit par se détourner en disant :
- Je vous laisse, je retourne discuter avec Hank. Je vous préviens, on peut y passer des heures.
- Je m’en doute.

Il s’éloigne et je reste seule à contempler cette empreinte unique d’un passé tellement lointain et d’un futur déjà présent.

Je ne bouge pas quand quelqu’un entre dans la pièce. Le docteur Jackson vient à son tour se placer à mes côtés. Il murmure :
- Je vous préviens, on peut y passer des heures.
Je souris.
- On me l’a déjà dit.
- Jack ?
- Oui.

A cet instant une sirène retentit. Je lève les yeux, un peu inquiète, mais le sourire de l’archéologue me rassure instantanément :
- C’est juste SG3 qui rentre de mission.
- L’équipe du colonel Reynolds ?
- Tout à fait.

Et soudain l’énorme cercle de naquadah se met en branle. Je ne peux détacher mon regard des symboles qui tournent à vitesse constante, s’arrêtent, repartent. Des chevrons qui s’enclenchent un à un dans un bruit mat et illuminent petit à petit le contour de l’anneau. Le dernier vient de s’enclencher et, l’iris ayant été ouvert, la vague bleutée envahit la rampe d’accès.

Je me suis reculée d’un pas.

Ce spectacle est magique. Comme un lac vertical ouvert sur l’infini. La surface, d’un bleu électrique, intense, miroite doucement, semble presque vivre, palpiter.

Puis 3 hommes et une femme émergent du vortex, descendant tranquillement la rampe. Je n’arrive pas à réaliser qu’ils reviennent à l’instant de l’autre bout de l’univers. L’un d’eux s’étire, lève les yeux puis salue le Docteur Jackson d’un sourire. Celui-ci répond d’un geste de main, tout en m’expliquant :
- C’est Reynolds, justement.
- Ah.

La Porte se referme. J’arrive enfin à en détacher mon regard, et me tourne :
- Docteur Jackson…
- Daniel, s’il vous plaît.
Je souris. Ils sont tous beaux et gentils ici !
- Bien. Alors Daniel, ne pensez-vous pas que je devrais plutôt loger au SGC ou dans un hôtel ? J’ai peur de déranger Jack chez lui.
- Vous ne le dérangerez pas. S’il cela ne lui faisait pas plaisir, il ne vous l’aurait jamais proposé.
- C’est vrai.

Il me regarde avec un mélange d’amusement et de curiosité. Puis enchaîne :
- Il ne tarit pas d’éloge sur vous, ce qui est en soi un exploit extraordinaire. On n’aurait jamais imaginé qu’il puisse s’entendre avec quelqu’un là-bas.
- Avant lui, je ne m’étais jamais aussi bien entendu avec un patron moi aussi.
- Avec Jack, c’est toujours…. Ou tout l’un ou tout l’autre. On le déteste ou on l’adore. Il n’est supportable que pour ceux qui l’aiment.
- Et tout le monde ne l’aime pas ?
- Ici, au SGC, si. Parce qu’on sait tous ce qu’on lui doit, ce dont il est capable. Mais ailleurs, je ne pense pas. Il en dérange plus d’un. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne laisse jamais indifférent.
- Ça, c’est certain.
- Il faut juste…. Comprendre certaines choses.
- Comme le fait qu’il ne faut pas lui parler le matin avant son double café noir sans sucre.

Daniel me regarde, souriant franchement.
Une question me brûle les lèvres depuis des mois, je ne sais toujours pas si j’ai le droit de la poser. Je jette un coup d’œil derrière moi, Jack est toujours avec Landry. Je me lance et demande :
- Je voudrais savoir…. Comment est mort son fils, Charly ?
Le sourire de Daniel s’efface soudain de son si doux visage. Il se tourne à nouveau vers la Porte des Etoiles, puis répond dans un souffle :
- C’était un horrible accident. Il s’est tué avec l’arme de service de Jack.

Je ferme les yeux alors qu’une douleur sourde enserre soudain mon cœur. Je ne dis rien. Daniel continue, d’une voix très douce et empreinte d’une immense souffrance :
- Jack ne s’en est jamais remis. Nous nous sommes connus lors de la première mission sur Abydos. Il en était le chef. C’était juste après la mort de Charly, tout se qu’il attendait de cette mission, c’était d’en finir à son tour.
- Et ?
- Et il s’est accordé une nouvelle chance. Nous avons été nombreux à en profiter. Je pense qu’il ne l’a pas regretté.
- Merci de m’avoir dit cela. Je comprends mieux, je crois, certains silences chez lui.
Daniel ne répond pas. Mais quand il se tourne à nouveau vers moi, son sourire est revenu :
- On se revoit pour le dîner Mary ?
- Avec plaisir.

Quelle force de caractère habite cet homme, pour que dans une telle douleur il ait puisé la force de consacrer sa vie aux autres ?

L’après-midi se finit déjà. Après une visite du SGC par le meilleur guide que je pouvais espérer, nous reprenons la voiture et nous dirigeons vers Colorado Springs.
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Ven 13 Jan - 15:43

Le soleil est déjà bas sur l’horizon quand Jack gare dans l’allée le 4X4 qu’il a retrouvé avec bonheur sur le parking du SGC.
La maison est superbe. Elle donne l’impression de n’être qu’en bois et verre, spacieuse, lumineuse sûrement. Le jardin qui l’entoure est très simple, peu de fleurs, beaucoup d’herbe et d’arbres. On se croirait presque à la campagne à quelques minutes du centre ville.
Jack prend nos deux sacs de voyage dans le coffre et me laisse passer devant lui. Nous montons les quelques marches qui mènent à la porte d’entrée, qui s’ouvre immédiatement.
Le colonel Carter nous accueille en souriant, à présent vêtue d’un simple jean et d’une chemise blanche aux manches remontées sur ses bras fins. Elle a pris une douche, quelques petits cheveux encore humides collent à son front. Elle est radieuse.
- Alors, le SGC vous a plu ?
- C’est passionnant, dis-je en entrant. On ne se rend pas compte tant qu’on ne l’a pas vu.
Elle acquiesce. Jack m’a suivie avec les sacs et se contente de déposer un baiser rapide sur la tempe de la jeune femme. Il lui demande avec une voix d’une douceur infinie :
- Pas trop fatiguée ? Tu as eu le temps de tout faire ou tu veux que je….
- Non non, ça va, tout est prêt pour ce soir, la chambre de Madame Matheson aussi.
Je corrige :
- Mary, s’il vous plaît.
- Bien, alors Sam, répond-elle en souriant.
Jack me précède dans le couloir, la chambre d’amis est au rez-de-chaussée. Elle est spacieuse, simple, très claire, et tout à fait confortable.
- Si vous voulez vous changer, n’hésitez pas. Mettez vous à votre aise, c’est ce que je vais faire moi-même.
- Merci beaucoup, je vais suivre votre conseil.
Non pas que j’en ai assez de mon tailleur, mais surtout parce qu’il me semble important de les laisser quelques minutes seuls…
Jack sourit et ressort en fermant la porte.

J’enfile un pantalon de lin et un pull léger.
Je ne suis pas surprise qu’elle soit là, qu’elle habite là. Depuis qu’elle est passée au Pentagone cela me semblait évident. Je les admire juste d’arriver à rester si parfaitement professionnels à l’extérieur.
Bon, dix minutes, ça devrait suffire, non ?

Je ressors de la chambre. En arrivant dans l’entrée je les vois descendre l’escalier. Jack est à présent en jean lui aussi, avec un t-shirt beige. Et un sourire à la fois radieux et tranquille.

Il me fait les honneurs de la maison. Elle est superbe en effet, très grande, à la fois moderne et chaleureuse. Il y a beaucoup de photos aux murs : Charly, Daniel, Teal’C, Jack et Sam, le général Hammond, un homme et une femme que je suppose être les parents de Sam, un homme plus jeune avec femme et enfants (un frère ? une sœur ?)…. Et la collection intégrale des DVD des Simpsons. Jack en est très fier.

Nous nous installons à peine au salon quand on frappe à nouveau. Daniel Jackson et Teal’C font leur entrée, un pack de bières et un gâteau à la main.
La soirée est délicieuse. Je suis à la fois impressionnée et parfaitement à l’aise. Ils sont d’une gentillesse incroyable, tous les quatre. Jack et Daniel se chamaillent à longueur de temps. Teal’C est très impressionné par mon lever de sourcil qui a valu à Sam un fou rire monumental. Ils parlent du SGC, un peu, pas trop. Ils en parlent comme d’un travail normal, habituel. Avec humilité et simplicité.
Ils sont très prévenants, les uns avec les autres, et tous avec moi. Je leur raconte un peu de ma vie, de notre vie au Pentagone, tâchant de les faire rire par quelques anecdotes sur Jack. Celui-ci acquiesce en souriant à mes récits.

La nuit tombe peu à peu sur le jardin. Nous venons de finir le dessert, Jack et Sam sont partis préparer le café. Je suis en pleine discussion avec Daniel sur mes lointaines études d’archéologie quand nous entendons Jack rire depuis la cuisine.

Je m’interromps. C’est si étrange de l’entendre rire en fait. Sourire, blaguer, oui, souvent. Mais rire, jamais. Le rire de Sam répond au sien, cristallin, spontané.
Mon regard s’est tourné un instant vers la porte fermée. Quand je repose les yeux sur Daniel et Teal’C, ils m’observent en souriant. L’archéologue répond doucement à ma pensée :
- C’est étrange hein ? Je ne l’avais jamais entendu rire en huit ans en fait. Jusqu’à ce qu’il quitte enfin le SGC.
- Vous voulez dire, qu’avant….. ?
Teal’C secoue la tête en souriant. Daniel enchaîne :
- Et non. Professionnels jusqu’au bout.
- Alors que cela faisait longtemps qu’ils étaient attirés l’un par l’autre ?
L’archéologue rit :
- Pour ce qui est de la simple attirance, je pense qu’elle date du jour où ils se sont rencontrés. Pour ce qui est du reste, je pense que c’est venu peu après en fait. On a des grands débats là-dessus.
- O’Neill et le colonel Carter ne le savent pas eux-mêmes, ajoute le jaffa de sa voix calme, mais leurs sentiments datent de nombreuses années.

Je reste sans voix. Je n’arrive pas à réaliser, à mesurer ce qu’ils ont du endurer. Ils ont combattu pendant si longtemps aux côtés l’un de l’autre, frôlé la mort, risqué de tout perdre, et pourtant ils ont attendu d’être libérés de tout cela pour être enfin ensemble. Je demande :
- Et ils sont ensemble… ?
- Depuis le jour où Jack a eu le papier d’affectation pour le Pentagone, c'est-à-dire le jour où il a été remplacé par Landry à la tête du SGC.
- Le jour où il n’a plus été le supérieur direct du colonel, ajoute Teal’C.

Nous nous regardons en silence. Les deux hommes sourient devant mon air effaré. A ce moment, Jack et Sam sortent de la cuisine avec le café.


Il est tard à présent. Daniel et Teal’C viennent de repartir. Je sors du cabinet de toilette et ouvre la porte de ma chambre quand mes yeux s’attardent sur le miroir qui surplombe la tablette de l’entrée, au bout du couloir.
Ils sont debout dans le salon, tous les deux, dans la pénombre. Très doucement, Jack passe la main sur la joue de la jeune femme qui ferme les yeux sous cette caresse. Ils se regardent à nouveau, avec une totale sérénité. Puis Sam glisse ses doigts dans les cheveux grisonnants, se hausse très légèrement sur la pointe des pieds, et dépose sur les lèvres fines du général O’Neill le plus doux des baisers.
Ils se séparent. Jack sourit, prend la main de la jeune femme dans la sienne et leur reflet disparaît. Je les entends monter rapidement l’escalier, puis une porte se referme.

C’est très étrange. Je n’arrive pas à réaliser que ces quatre personnes sont celles qui, à tant de reprises, ont sauvé le monde. Ils sont si simples. Ils partagent un dîner tranquillement, discutant de tout et de rien comme tout un chacun, blaguant, riant.
Et en même temps c’est une évidence que cela ne peut être qu’eux. Sans cette simplicité, cette complicité, ils n’auraient justement pas pu accomplir de tels exploits. C’est ce lien unique qui les unit qui nous a sauvés tant de fois. L’alchimie rare et précieuse et ces quatre êtres hors du commun.

Et je mesure la chance inouïe que j’ai, moi, d’en être le témoin.



Ce week-end a été parfait. Nous avons assisté le samedi à la remise de médailles au SGC, puis sommes allés nous balader avec Daniel, Teal’C et Cameron Mitchell. Jack et Sam nous ont laissés ensuite, soit disant pour faire quelques courses. Que ce soit ça ou autre chose, qu’importe. Personne n’a fait aucun commentaire.
Le dimanche avait été consacré à un grand pique-nique dans le parc, mais s’est fini par un thé improvisé devant un feu de cheminée quand des trombes d’eau se sont mises à tomber.
Nous sommes repartis tard le dimanche. Je comprends à présent encore mieux que devoir rester à Washington le week-end lui brise autant le cœur, quand ce sont des moments si agréables qu’il rate.


Nous sommes à présent lundi matin, 3 mois après ce fameux week-end. Dès qu’il est entré j’ai vu que quelque chose n’allait pas. Il est nerveux, se passe constamment la main dans les cheveux, sourit les yeux dans le vague, puis fait tourner son stylo dans ses doigts, ou tapote la surface de son bureau.
Bref, pas concentré du tout sur le dossier qu’il a sous le nez et qu’il doit pourtant me rendre signé dans maintenant…. 15 minutes.

Je ne demande rien. Je sais qu’il ne faut pas. S’il a quelque chose à dire, il le dira.

Et en effet, au moment où je rentre déposer sur une table un nouveau rapport, il dit doucement, presque pour lui-même :
- J’ai 52 ans.
- Et moi 53 Jack. Je vous bats.
- Sommes-nous vieux ?
Heureusement que c’est lui. Je ne sais pas si j’apprécierais la remarque de n’importe qui.
- Non. Le sous-secrétaire Wimley, lui, est vieux. Et il n’a pas 40 ans.
Jack sourit, absent.
- C’est vrai. Mais…. Ne suis-je pas trop vieux pour certaines choses ?... Enfin…. Je veux dire…..

Il se tait.
Oulà !!!! Une conversation psychologico philosophique avec Jack, je n’avais jamais essayé encore. Restons simples :
- Pour quelle chose par exemple ?

Il ne me regarde pas. Il s’est retourné et fixe un point dans le parc derrière la baie vitrée. Je vois la tension dans les muscles de sa mâchoire. Il hésite. Il ouvre la bouche, la referme. Puis murmure enfin dans un souffle :
- Pour avoir un enfant.

J’ai failli hurler de joie, mais je ne bouge pas. Seul me trahirait mon sourire béat, mais il ne peut le voir. Ma voix est parfaitement calme quand je réponds :
- Alors non Jack. A mon avis vous n’êtes pas du tout trop vieux pour avoir un enfant, et vous ferez un merveilleux père.

Il ne répond rien, se contente d’acquiescer, mais je lis son sourire dans le pli léger sur sa joue. Je m’éloigne, et au moment de quitter le bureau, je l’appelle doucement :
- Jack ?

Il se retourne, machinalement. Nos regards se croisent. Pour la première fois, je lis comme de la peur dans le sien. Je lui souris et dis :
- Toutes mes félicitations.

Un instant il ne bouge pas. Puis un sourire se dessine sur ses traits et une lueur nouvelle et magnifique éclaire le brun de ses yeux. Il répond :
- Merci Mary.

Je sors du bureau. La signature attendra, en fait.

FIN

Je tuerais pour des commentaires.
Wink
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Nemesis le Ven 13 Jan - 16:09

Helios a écrit:Je tuerais pour des commentaires.
Wink

Je l'ai déjà fait, je veux pas me répéter.

Mais j'aime bien quand tu dis que tes dernières fics ne ressemblent plus aux grandes que tu faisais dans le temps. C'est "dans le temps" ça ?
Et puis on dit tellement que c'est pas la taille qui compte (non, sans rire, par exemple "Essayage" me chamboule à chaque fois que je la relis et pourtant c'est pas sa taille qui l'étouffe !!)
avatar
Nemesis
Lecteur d'Agatha Christie
Lecteur d'Agatha Christie

Nombre de messages : 601
Date d'inscription : 09/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Ven 13 Jan - 16:16

Embarassed Embarassed Embarassed merci Nem...

Cette fic c'est marrant, l'ai écrite super rapidement, et sans fausse modestie je la trouvais pas top du tout, assez bateau, pas d'action, bref, banale à souhait !!!
Et en fait elle a plu à plein de monde... Shocked

Ben moi je dis tant mieux. Wink
Helios
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  marina119 le Ven 13 Jan - 19:41

oua!! je l'ai trouvé superbe! continue comme ça cheers

marina119
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 06/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  snake le Ven 13 Jan - 20:57

elle est genial cette fic, et dire que je la cherchais hier soir... rho la prochaine fois que je cherche une fic, je file ici!! Laughing

en tous cas, merci helios, elle est superbe cette fic
avatar
snake
Lecteur du Télé 7 jours
Lecteur du Télé 7 jours

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 27/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Siress le Sam 28 Jan - 20:22

Like a Star @ heaven MAGNIFIQUE Like a Star @ heaven


Un commentaire court, mais largement suffisant.


Dernière édition par le Sam 13 Oct - 15:38, édité 1 fois

_________________
Envoyer l'invitation du forum aux lecteurs et auteurs de fanfiction : http://fanfiction.superforum.fr/invitation-h13.htm
avatar
Siress
Admin: Shark

Nombre de messages : 3138
Age : 39
Date d'inscription : 12/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://fanfiction.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Sam 28 Jan - 20:36

Embarassed Merci beaucoup à vous tous...

Helios
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Quéléa le Dim 29 Jan - 18:40

cette fic fait partie de mes fics préféré mais bon Helios est l'une de mes auteurs préféré cheese mais celle là elle est magnifique bravo à toi miss cheers
avatar
Quéléa
Lecteur du Journal
Lecteur du Journal

Nombre de messages : 188
Age : 33
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Dim 29 Jan - 18:49

Merci Quéléa Wink

Helios
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  gipsy le Mar 31 Jan - 15:43

trops geniale, magnifique. A quand une autre fic.

gipsy
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 29/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Mar 31 Jan - 18:35

Merci bcp Gipsy Embarassed
Une autre ? Euh... Ben... Rolling Eyes J'y songe hein.... Mais on risque d'en avoir pour un bout de temps... Wink

Helios
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Mei le Mer 15 Fév - 13:43

bravo Helios, ta fics est excellente, continue comme ça c'est génial !
avatar
Mei
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 220
Age : 32
Date d'inscription : 15/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  sam_star le Dim 2 Avr - 19:05

Franchement, je n'ai rien à ajouter! Elle est trop bien
avatar
sam_star
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 214
Age : 30
Localisation : entre ici et ailleurs...
Loisirs : PC, lecture et Stargate SG-1 et Atlantis
Date d'inscription : 02/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Marine-CO le Dim 2 Avr - 19:49

Je viens de la relire pour la énième fois, et j'ai toujours un sourire sur les lèvres à chaque fois, elle est très bien, sûr, il n'y a pas d'action mais c'est Jack, tout le long, que du Jack et ça fait vraiment du bien
avatar
Marine-CO
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1591
Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Dim 2 Avr - 20:23

Merci !! cheers

Et oui, on est nombreuses à être en manque de Jack ! Laughing

Helios
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  mondaye le Dim 2 Avr - 21:02

Suis comme Marine, c'est une fic que j'ai déjà lue et relue... M'en lasse jamais diable
Ah la la qu'est-ce que ça fait du bien Very Happy
avatar
mondaye
Lecteur d'Agatha Christie
Lecteur d'Agatha Christie

Nombre de messages : 508
Localisation : Ici!
Date d'inscription : 24/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Jon le Lun 3 Avr - 13:45

C'est a ce jour l'une de mes Fics préféré Wink
elle est tout simplement magnifique j'adore et tout a l'air tellement réel que quand je la relis et relis ... jen ai toujours le soufle coupé au talents que tu as c'est impréssionnant
surtout ne t'arréte pas
bisous
avatar
Jon
Lecteur du Journal
Lecteur du Journal

Nombre de messages : 137
Age : 30
Localisation : Chez doudou
Loisirs : Musique, ciné...
Date d'inscription : 07/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Nanou le Lun 3 Avr - 14:38

MERCI ... C'est tout ce que je trouve à dire !
avatar
Nanou
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 469
Localisation : Dans les bras de Jackounet...
Loisirs : STARGATE SG1, STARGATE SG1 et STARGATE SG1
Date d'inscription : 02/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Lun 3 Avr - 18:59

Et surtout merci à vous.... Embarassed

Helios
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  marina119 le Lun 3 Avr - 20:12

trop bien!!!

marina119
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 06/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  marina119 le Lun 3 Avr - 20:13

trop bien!!!

marina119
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 06/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Helios le Lun 3 Avr - 20:21

Marina :

Merci !
Merci ! Laughing

Helios
avatar
Helios
El professor
El professor

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 12/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://helios14.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Moi, Mary

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum