Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:32

Titre : Après 2 ans d’absence
Auteurs : Pitite Lili
E-mail : bonorely@msn.com
Catégorie : Stargate
Spoiler : 2 ans après Threads de la saison 8 sauf que Jacob n’est jamais tombé malade
Résumé : Jacob revient après 2 ans d’absence…
Disclamer : Les personnages appartiennent à la MGM et nous ne touchons pas de sous
Notes des auteurs : Merci de nous faire part de vos commentaires.




APRES 2 ANS D’ABSENCE


B : Vous êtes enceinte, Colonel !!!
S : …

Je suis soufflée, je suis enceinte, pour notre premier anniversaire de mariage, j’apprends que je suis enceinte. J’espère qu’il va être content !!! Je sens que j’ai un sourire niais qui apparaît sur mon visage. Non mais je vous jure, que c’est vrai, le docteur me regarde avec un petit air de « J’ai encore un truc à vous dire, mais cela ne vas pas vous plaire ».

B : Ecoutez colonel à 38 ans être enceinte comporte certains risques, je vous recommande donc de ne plus partir en mission et moins de laboratoire…

Tiens qu’est-ce que je disais… Plus de mission cela passe encore, mais plus de labo !!!

S : Promis, docteur, je vais aller en parler au général mais ne lui dites rien pour le moment ???
B : D’accord mais je serais obligé de lui en parler dans 15 jours si je vois que vous ne vous ménagez pas, c’est compris ??
S : (Sarcastique) Je sais, je sais…

Je sors de l’infirmerie, je suis enceinte, j’ai envie de le crier, mais cache ta joie Sam, le problème c’est qu’avec le manque d’effectif en ce moment, O’Neill ne va pas être très joyeux. Bon tant pis… Je rentre dans mes quartiers tout est calme en ce moment c’est bien. Vivement ce soir, j’ai hâte de voir la tête de mon cher et tendre lorsque je vais lui annoncer. Je sors de mes pensées lorsque j’entends cette phrase qui vient gâcher ma tranquillité « ouverture de la porte des Etoiles non programmée… ». Je prends alors la direction de la salle de commande, là SG1 et le Général O’Neill, non il n’est plus général, arrête de l’appeler comme ça. Je ne sais toujours pas pourquoi et qui lui a suggéré de devenir civil, pas que la situation me gène, loin de là mais je n’aime pas ne pas être au courant. D’ailleurs, même Daniel et Teal’c n’ont pas réussi à le savoir.

S : Jack, Teal’c, Daniel… Que ce passe-t-il ?

Donc pour la petite histoire Jack, veut que nous l’appelions par son prénom depuis qu’il est civil.

J : Nous ne savons pas encore, nous attendons le signal.
Sergent : C’est le signal Tok’Ra Monsieur…
J : Ouvrez l’iris… (En me regardant) C’est peut-être papa ??
S : Je l’espère !

Là je me dirige d’un pas pressé vers la salle d’embarquement, j’espère de tout cœur que c’est mon père d’ailleurs les 3 hommes me suivent. Ils savent que je suis angoissée. A chaque fois que je vois ce code, j’ai peur que l’on m’annonce le décès de mon père, depuis la fin de l’alliance avec les Tok’Ra, je ne l’ai pas vu, cela fait un peu plus de 2 ans maintenant. Lorsque je le vois sur la passerelle d’embarquement je ne me contiens plus je cours me blottir dans ses bras, comme il m’a manqué, comme je l’aime. Je sens son étreinte se desserrer un peu, puis tout en gardant le contact, il regarde mon équipe et mon supérieur.

Jac : Ravi de vous revoir ! Ma chérie, tu m’as manqué !
S : Toi aussi…
J : Jacob, que nous vaut l’honneur de votre visite ??
Jac : Ma fille, Jack ! (Me regardant dans les yeux) Ma fille.
J : (En souriant) Alors dans ce cas bienvenue parmi nous Jacob !!!
D : Bienvenue Jacob
T : Bienvenue Général Carter.
Jac : Où est George ?
J : Il est à l’Etat major depuis 2 ans, je suis son remplaçant.
Jac : (souriant) Ils n’ont pas eu peur de vous confier la base ??
J : Et non ! Je la dirige même comme un chef, n’est-ce pas colonel ?
S : C’est vrai Jack, pas aussi bien que le Général Hammond, mais vous faites des progrès !!!

Là rire général de la part de SG1, Jack lui me regarde faussement outré, il l’a fait pour rappeler à mon père mon changement de grade, mais celui-ci semble choqué par le fait que je l’ai appelé Jack.

Jac : Sam on ne parle pas comme ça à son supérieur, qui plus est un général.
J : Je ne suis plus général Jacob, j’ai quitté l’armée mais je suis resté en tant que civil.
Jac : Pourquoi ?
T : Personne ne le sait, général Carter.
D : Donc depuis il veut que Sam l’appelle Jack.
S : Tu connais toute l’histoire.
J : bon ce n’est pas que je m’ennuie mais j’ai des dossiers à remplir avant de rentrer chez moi. Daniel, Teal’c suivez moi, j’ai à vous parler.
D/T : On vous suit.

Mon père reste à les observer pendant que je me dirige vers la porte, je me retourne et l’appelle, il me suit jusque dans mon labo, là je ferme la porte et lui demande de s’asseoir.

S : Comment vas-tu ?
Jac : bien et toi ?
S : Très bien, papa, je dois t’annoncer quelque chose !
Jac : Quoi ?
S : Je suis mariée depuis un an jour pour jour.
Jac : Pourquoi ne m’as tu pas fais prévenir, Sam.
S : J’ai essayé, je suis restée une semaine à la base en attendant une réponse mais elle n’est jamais venue…
Jac : Je suis désolé Sam ! Comment est-il ? Comment s’appelle-il ?
S : Si cela ne te gêne pas on va garder toutes ces questions pour ce soir, nous devons aller au restaurant pour notre anniversaire, tu vas venir avec nous…
Jac : (Soulagé) d’accord ! Mais une dernière question ?
S : Oui, vas-y !
Jac : Est-ce qu’il te rend heureuse ?
S : Oui très et même si avec nos boulots respectifs, c’est parfois embêtant, oui je dois dire que je suis comblée et que je ne regrette pas mon choix.
Jac : tant mieux…
S : (En regardant ma montre) Oulà ! Papa je vais me changer, viens toi aussi j’ai des affaires à toi dans mes quartiers.
Jac : Je te suis, ma chérie…


Sur le parking du restaurant

Nous sommes arrivés avec papa il y a 5 minutes, il n’arrête pas de tourner autour de la voiture, je lui ai pourtant dit de ne pas se presser mais il voulait à tout prix connaître son gendre. Il a essayé de me cuisiner, mais j’ai tenu ma langue. Le cadeau est dans le coffre, je suis prête pour la grande présentation. Nous voyons une voiture entrer dans le parking, c’est mon mari, il m’a manqué, il descend de sa voiture et mon père reste bouche bée. Lui s’avance vers moi d’un pas assuré comme si rien n’existait autour de nous.

Jac : C’est lui ??
S : Oui
X : Bonsoir vous deux ! (Il m’embrasse)
Jac : bonsoir Jack ! Alors comme ça c’est vous mon gendre ?
J : Et oui ! (Souriant) Pas de chance ?
Jac : Je suis surpris vous étiez tellement professionnels cet après midi.
S : Oui nous n’avons pas envie que toute la base en parle.
J : Nous sommes distants la journée mais nous rentrons le plus souvent possible à la maison afin de pouvoir être ensemble. Si nous allions manger, j’ai faim…

Je l’embrasse et souris, cet homme a un estomac incroyable.

Jac : (souriant) Oui bonne idée, pour une fois je suis d’accord avec vous Jack.

Puis nous avançons vers l’entrée du restaurant, mon père est étonné de découvrir un Jack O’Neill si ouvert. Tout le repas se passe merveilleusement bien. Les deux hommes de ma vie ont les mêmes blagues et s’entendent vraiment très bien, je suis étonnée que mon père ne fasse pas de scandale : Auparavant, lorsque je présentais un homme à mon père il ne faisait que lui envoyer des vannes et des blagues… comment dire… de mauvais goût. Je m’absente pendant 5 minutes pour aller chercher le cadeau de Jack, n’ayant même pas peur de les laisser tout les deux, vraiment épatant de la part de papa, Selmak l’aide peut-être, je souris à cette pensée.
Quand je reviens, je découvre un écrin posé près de mon dessert. Je reprends place devant mon assiette et regarde mon mari.

J : Vas-y ouvre, il ne mange pas…
S : (l’embrassant) Merci.
J : De rien ! (Impatient) Vas-y ouvre vite !!!

Je le regarde et baisse les yeux vers l’écrin, je l’ouvre doucement, j’adore faire languir Jack et je crois que mon père est aussi nerveux que mon époux. Moi-même je n’en peux plus je veux connaître mon cadeau alors j’ouvre la boîte et découvre le collier que j’ai vu il y a 3 mois dans une bijouterie du centre, je m’en souviens comme si c’était hier, Jack et moi nous promenions et nous nous sommes arrêtés devant, j’ai tout de suite craqué dessus, mais lorsque j’ai vu le prix je me suis détachée de la vitrine, en poussant Jack vers la rue. Mon mari, n’est d’habitude pas très romantique, ce n’est pas un reproche loin de là, j’aurais voulu quelqu’un de romantique je n’aurais pas choisis le général O’Neill. C’est quelqu’un de très attentionné et de compréhensif.

S : (touchée) Merci, tu es adorable (l’embrassant) tu me le mets.
J : (s’exécutant) Je sais merci, c’est pour ça que tu m’as épousé !
Jac : bon moi je veux connaître le cadeau de Jack !

Nous nous retournons et jack me regarde avec un sourire élargissant ses lèvres, je comprends qu’il n’attend que ça lui aussi.

S : (Espièglement) bon d’accord, mais tu as deux cadeaux, pour le deuxième il faut que tu patientes un peu, mais je te dirais ce que c’est après que tu aies ouvert celui-ci (Présentant le premier cadeau).
J : (Découvrant un peu de son télescope) Waou, Sam, il ne fallait pas.
S : bien sûr que si, voyons, le reste est posé sur le toit de la maison, tu n’auras que les réglages à faire.
J : (embrassant sa femme) Merci, (souriant) et mon deuxième cadeau, il est où ?
S : Alors, c’est un cadeau qui s’apprécie au fur et à mesure du temps…
J : Allez, crache le morceau Sam s’il te plait ?
S : Je suis enceinte

BOUM

Après avoir entendu ce bruit je me retourne vers mon père en même temps que Jack, celui-ci est tombé de sa chaise, nous nous mettons à rire, c’est curieux je pensais que c’était mon mari qui serait tombé de sa chaise. Une fois après avoir pris connaissance de l’état de mon père, Jack me prend dans ses bras et m’embrasse fougueusement, j’ai toute suite regretté de ne pas être à la maison car je lui aurais fait l’amour tout de suite.

Jac : Hum, hum…
J : Oui, Jacob ??
Jac : puis-je féliciter ma fille Jack ?
J : Faites donc !
Jac : (après un instant) il faudrait déjà que vous la lâchiez !!!
J : (souriant) Très bonne idée, mais vous me la rendez après !
S : (rigolant) Jack !
J : (faisant mine de bouder) D’accord, d’accord je vous la laisse !

Puis mon père me prend dans ses bras après avoir félicité le futur papa. Quand il m’a suffisamment serrée contre lui, il me dit :
Jac : Je suis très heureux pour vous deux ma chérie.
S : Merci papa.

Puis nous rentrons à la maison, papa ramène ma voiture et je monte avec Jack. Une fois arrivée, et prêt à nous coucher, mon père nous demande comment nous avons franchi le pas… Nous nous installons donc dans le salon, je commence le récit de la décision qui changea notre vie.

A suivre
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

2ème partie

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:33

Flash-back

1 ans ½ avant

Sam après avoir découvert le cadeau de Pete (la maison), prit sa voiture et se dirigea vers le chalet de son supérieur hiérarchique, c’était la première fois qu’elle y allait, pourquoi à chaque fois que Pete faisait quelque chose elle avait besoin que Jack la rassure, pourquoi ???? Elle ne voulait pas répondre à cette question, ne connaissant que trop la réponse ! Arrivée à destination elle attend 5 minutes avant de sortir de la voiture « mais qu’est ce que tu fous là Sam ? », mais elle ne peut plus reculer il faut qu’elle éclaircisse cette situation afin de savoir où elle en est…
Elle s’avance et le voit devant son barbecue.

S : Bonjour…
J : Carter ! Qu’est ce que vous faites là ?
S : Désolée de vous déranger mais j’ai besoin de vous parler…
J : (Gêné) Oui bien sûr, ça ne pouvait pas attendre lundi à la base ?
S : (intimidée) C’est… plutôt personnel.
J : Oh…
K : (sortant) Jack je ne trouve pas la moutarde… Bonjour Colonel ! (Arrivant près de Jack elle se colle à lui)
S : (Surprise et réellement triste) Madame… (Après quelques minutes) Je vais vous laisser, je suis désolée de vous avoir dérangés…
K : Vous ne nous dérangez pas ! Voulez vous vous joindre à nous ?
J : (ironique) Bien sûr ! (Peu enjoué) Quelle bonne idée.
C’est à ce moment là que le téléphone de Sam se met à sonner
S : (à Jack et Kerry) Veuillez m’excuser ! (Répondant) Carter… Pete… Je suis désolée… Oui je rentre… Non… Je t’expliquerai à la maison… Je sais, je suis vraiment désolée… Oui, à tout à l’heure… Oui… j’arrive. (Puis elle raccroche) Je vais devoir y aller excusez moi de vous avoir dérangés, je suis vraiment désolée.
J : Carter, ce n’est rien, vous allez bien ? Sinon restez !
K : Oui vous êtes pâle, restez !!!
S : Non c’est bon ! Et puis Pete va s’inquiéter si je ne rentre pas. Madame, Monsieur, bon Week-End.
J/K : Bon Week-end.

Puis sans se retourner, elle regagna sa voiture. Une fois qu’elle fut suffisamment éloignée du chalet, ses larmes commencèrent à couler, elle se sentait trahie mais il n’y avait pas de raison après tout, il avait bien le droit de faire sa vie, elle avait choisi de dire oui à Pete, mais uniquement après le refus de jack. Elle le comprenait mieux à présent, il ne l’aimait pas. Cependant elle devait regarder la vérité en face, il fallait faire un choix.

Une fois arrivée chez elle, elle découvrit Pete endormi sur le canapé, elle le secoua tendrement.

S : Bonjour…
P : Sam… Tu as pleuré ?
S : Il faut que nous parlions !
P : Bien sûr de quoi, (ironique) enfin autre que la maison qui apparemment ne te plait pas.
S : (s’énervant) Tu aurais pu me demander mon avis, me consulter ???
P : (Ne comprenant pas) C’était une surprise Sam !!!
S : (Pleurant) Je suis sincèrement désolée, excuse moi, mais je crois que je ne peux pas accepter.
P : C’est pas grave Sam, je vais aller voir l’agence et leur demander autre chose…
S : (Lui rendant sa bague de fiançailles) Je suis vraiment désolée, mais je ne peux pas me marier avec toi.
P : (En colère) Quoi ? C’est quoi ce délire Sam ? Tu me dis oui, je te fais un cadeau tu pars en me laissant en plan. Je quitte Denver parce que ton travail est important et là tu rentres comme une fleur et tu me dis que tu ne veux pas te marier ??
S : Je ne veux pas t’épouser par dépit, je t’aime mais pas comme tu le mérites, je ne veux pas te rendre malheureux et si je me marie avec toi, Pete, c’est ce qui va arriver.
P : Par dépit ?? Explique moi ? Tu aimes quelqu’un d’autre ?
S : (relevant la tête) Oui…
P : (Encore plus en colère) Non mais je rêve ! Il le sait ? C’est qui ?
S : Oui, je lui ai demandé ce qu’il pensait de ta demande en mariage avant de te répondre…
P : Pourquoi m’avoir dit oui alors ?
S : Il ne veut pas de moi. J’ai eu peur de me retrouver seule tu m’as apporter tellement de bien être, que je croyais pouvoir t’aimer comme tu m’aimes.
P : (fataliste) Mais ce n’est pas le cas ! Tu es partie le voir en me quittant tout à l’heure ?
S : Oui (puis elle se remis à pleurer) Je suis tellement désolée.
P : (prenant sa veste) Pas autant que moi… (Enervé) Je reviendrais prendre mes affaires demain, j’aimerais que tu ne sois pas présente, je mettrais les clés dans la boite aux lettres en partant. Il va de soit que je te laisse expliquer à nos familles et nos amis le pourquoi de l’annulation.

Puis elle le vit disparaître derrière la porte, elle se remit à pleurer. Sam avait-elle prit la bonne décision ? Oui, ses larmes venaient du fait que Jack était à cet instant avec Kerry, en amoureux… Elle prit la direction de la salle de bain et se mit sous une douche brûlante.
A 22h ne trouvant pas le sommeil elle partit à la base pour travailler, cela allait lui faire du bien, il fallait qu’elle s’occupe.


Le lundi matin, au mess, Jack, Daniel et Teal’c étaient attablée devant leur petit déjeuner lorsque Sam arriva, dit bonjour et s’installa avec eux. Elle était repassée chez elle la veille au soir pour voir si Pete était passé comme il le lui avait dit, elle avait découvert ses clefs dans sa boîte aux lettres, elle s’était remise à pleurer. Daniel remarqua qu’elle ne portait pas sa bague, étrange vu qu’ils n’avaient pas de mission aujourd’hui et qu’elle la portait toujours lorsqu’elle restait à la base.

D : Sam vous allez bien ? Où est votre bague de fiançailles ?
Cette réplique fit sortir le général de ses céréales et découvrit les yeux rougis de son second, ainsi que son annulaire gauche dépourvu d’alliance.
S : Oui, bien sûr pourquoi cette question Daniel ?
T : Avez-vous pleuré Colonel Carter ?
S : Ce n’est rien Teal’c et pour ce qui est de l’alliance… (Inspirant profondément) le mariage est annulé !
D/J : Pourquoi ?
S : C’est personnel ! Et je ne veux pas en parler. (Se retenant de pleurer et se levant) Veuillez m’excuser mais j’ai du travail, à plus tard !
J : Je l’ai rarement vue dans cet état, et puis samedi elle avait l’air d’aller bien !
D : Samedi ? Vous avez vu Sam ?
T : Pourquoi vous êtes vous vus O’Neill ?
J : Bah… elle est venue me voir à mon chalet, et elle est partie rapidement après un appel de Shanahan, elle m’a seulement dit que c’était personnel.
D : Et vous l’avez écoutée au moins Jack ?
J : A vrai dire Kerry est sortie du chalet à ce moment là !!
D : Kerry ! (Regardant Teal’c et assez bas pour que Jack n’entende pas) Je comprends mieux…
J : (Se levant) Bon les amis j’ai de la paperasse à finir et je ne dois pas me mettre en retard. On mange ensemble ce midi ?
T/D : Pas de problème.
J : Bien à tout à l’heure.

Une fois Jack parti les deux membres de SG1 se séparèrent également, Daniel pour une traduction d’un artefact rapporté par SG2 le vendredi et Teal’c pour une séance de sport, mais il fut pris de curiosité, il savait que le colonel n’avait pas vraiment de personne à qui se confier, Janet étant morte quelques mois auparavant. Il frappa doucement à la porte du labo de Sam et entra sans y être invité. Il y trouva son amie dans le noir, pleurant, s’approcha d’un pas silencieux et prit son amie dans ses bras. Elle s’attacha à lui comme à une bouée de sauvetage et, une fois calmée, elle se détacha.

S : J’aurais aimé que Janet soit présente, je ne peux en parler à personne !
T : Je suis là si vous voulez.
S : Merci Teal’c, je ne veux pas vous embêter avec mes problèmes.
T : Je me propose Colonel Carter, vous ne m’embêtez pas !
S : Pete a acheté une maison pour notre future famille, j’ai pris peur et je me suis enfuie. Je me suis retrouvée chez Jack pour lui parler de mes sentiments mais il était en compagnie de Kerry Johnson. Au début, lorsqu’il m’a dit que rien ne pourrait changer entre nous, je croyais que c’était vis-à-vis de nos carrières (retenant difficilement de nouvelles larmes) mais il ne m’aime pas. Je me suis rendue compte que j’épousais Pete par dépit, je n’ai pas voulu lui faire plus de mal alors j’ai rompu en rentrant de chez le général.
T : Vous regrettez votre décision d’avoir quitté Peter Shanahan ?
S : Non, je croyais qu’il m’aimait…
T : Je ne peux pas parler en son nom mais il faut que vous lui parliez, vous pouvez peut-être arranger la situation.
S : Non, je crois que nous nous sommes fait assez de mal, Teal’c, il mérite plus que n’importe qui d’être heureux.
T : Je vous demande de bien réfléchir, colonel Carter !
S : (souriant) D’accord, c’est promis. Merci Teal’c.
Teal’c pencha la tête en avant en signe de consentement et après une dernière accolade se dirigea vers la sortie. il voulait que ses amis soient heureux et contrairement à Sam, il savait que seule cette dernière pouvait rendre le général totalement épanoui.


Pendant ce temps, Kerry Johnson arrivait dans le bureau du général O’Neill. Elle frappa et après y avoir été invitée elle entra.

J : (Un sourire aux lèvres) Bonjour !
K : Bonjour, comment vas-tu ?
J : Bien et toi depuis ce matin ?
K : Bien. Il faut que je te parle !
J : si tu veux, ce soir ??
K : Non, je n’en ai pas pour longtemps, je repars pour Washington dans 2 heures.
J : Je croyais que tu avais pris quelques jours ??
K : Oui mais il faut mieux que je retourne là bas ! Jack, je veux une relation stable et durable et tu ne peux pas me la fournir.
J : (Etonné) Pourquoi ?
K : Tu penses à une autre personne et je crois que c’est le colonel Carter !
J : (Se levant) Arrête ! Tu dis n’importe quoi ! Il n’y a jamais rien eu entre nous !!
K : Pour protéger votre carrière à tous les deux, pour éviter de tout gâcher et parce que vous avez peur de vous perdre ou que cela ne fonctionne pas.
J : (Ahuri que Kerry l’ait si bien cerné) Je…
K : Pas la peine de te justifier je ne t’en veux pas, je préfère juste arrêter pour ne pas m’attacher.
J : (S’installant à côté de Kerry) Elle n’est plus fiancée !
K : Donne ta démission Jack !
J : Je ne peux pas céder la place à n’importe qui !!
K : Qui te parle de céder ta place, tu peux diriger la base en tant que civil, le Président et l’Etat Major veulent te garder à n’importe quel prix.
J : Comment le sais tu ?
K : Je leur en ai fait la suggestion et le Président a approuvé, tu as juste à lui envoyer ta démission de l’armée si tu es d’accord !
J : Pourquoi tu fais tout ça ?
K : Parce que tu l’aimes, je l’ai tout de suite vu samedi, j’ai ressenti sa détresse et la tienne par la même occasion, ne laisse pas passer ta chance.
Elle se dirigea vers la porte et se retourna avant de l’ouvrir, elle y vit le visage enjoué de Jack, c’était sûr, il allait donner sa démission.
K : (Souriant) Au revoir général O’Neill.
J : (l’enlaçant) Merci et au revoir Kerry.

Une fois la porte refermée, Jack ouvrit Word sur une page blanche et saisit sa démission. Quand Sam était venue le voir samedi et qu’elle avait mentionné le mot «personnel» son cœur s’était emballé mais s’était vite calmé à l’arrivée de Kerry, il avait ressenti à ce moment de la gêne d’être pris en compagnie d’une autre femme. Mais après un moment de réflexion, il avait pensé qu’elle était avec Shanahan et que par conséquent il avait une chance de ne pas finir ses jours seul.
Une fois la lettre imprimée il la faxa directement à l’Etat Major. Une heure plus tard il était en conversation avec le Président.

A suivre
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

3ème partie (fin)

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:35

A 12h30 les quatre amis se retrouvèrent au Mess pour le déjeuner. Jack était concentré sur son assiette, avant de l’annoncer officiellement il voulait mettre Sam dans la confidence. Il fallait qu’il lui parle après le repas. Mais comment aborder ce sujet… Il improviserait ! « en voilà une bonne idée », se dit-il avant que Daniel ne le fasse sortir de ses pensées.

D : Jack ! Vous m’entendez ?
J : Désolé Daniel, j’étais en train de réfléchir…
D : Tiens, cela vous arrive ?
J : (souriant) Trop souvent depuis que je suis général Daniel, j’étais en train de chercher une planète sans intérêt pour vous, juste pour vous embêter.
S : (souriant) J’espère qu’elle est intéressante pour moi mon général ?
J : Ne vous en faites pas colonel, il y a tout ce que vous aimez !
D : (faussement vexé) On voit qu’il y a du favoritisme…
T : Vous n’avez pas les mêmes atouts que le colonel Carter, Daniel Jackson !
Le général et le colonel rougirent violemment à cette réplique et Daniel ne put retenir son fou rire plus longtemps.

J : Très, très drôle Teal’c.
T : J’avoue que je m’améliore dans votre façon de parler depuis le temps que je suis ici, O’Neill.

Nouveau fou rire mais cette fois général, ils étaient tout simplement bien ensemble, tous les 4. Les moments forts étaient toujours présents lorsqu’ils étaient réunis. Le repas continua dans une ambiance bon enfant. A 13h30, ils se séparèrent, Teal’c devait assister aux essais d’une nouvelle arme. Daniel retourna à ses éternelles traductions, Sam avait un rapport à finir sur le naquadria en fusion et Jack fit mine de partir en direction de son bureau mais passa d’abord dans le laboratoire de son second.
Elle ne le vit pas tout de suite, elle avait tellement de mal à se concentrer, elle n’arrêtait pas de revoir l’image de Kerry se collant à Jack et cela la hantait.

J : Carter.
S : (Sursautant et se rattrapant afin de ne pas tomber de sa chaise) Mon général !
J : Désolé je ne voulais pas vous faire peur.
S : Ce n’est rien ! (Souriant) Heureusement que je ne suis pas cardiaque…
J : (se rapprochant de Sam) J’aurais souhaité vous parler…
S : Bien sûr, je vous écoute.
J : (Hésitant) C’est plutôt personnel, j’aimerais que nous nous voyions en dehors de la base.
S : (Surprise) Je ne sais pas, écoutez je suis désolée de vous avoir dérangés samedi, je ne sais pas ce qui m’a pris…
J : S’il vous plaît, Sam ! C’est important, ne me forcez pas à vous enlever de force.
S : (Souriante) D’accord, mais je ne veux pas vous monopoliser, Melle Johnson ne serait pas très contente je pense.
J : Elle est à Washington et cela ne la concerne pas.
S : (Gênée) D’accord j’accepte, où voulez vous que l’on se voie ?
J : Dans un endroit calme, on dit chez moi 20h00 ?
S : Ok pas de problème, j’y serai
J : (repartant avec le sourire aux lèvres) Ne soyez pas en retard !

Jack referma la porte du labo et repartit en direction de son bureau. Pendant ce temps Sam souriait bêtement, mais une fois revenue à la réalité, elle sentit un grand nombre de questions se presser dans son esprit : peut-être allait-il lui dire de ne plus venir l’importuner pendant ses jours de congés ! Cela la terrorisait. Et s’il lui disait de vive voix qu’il ne l’aimait pas ? Mais au moins elle saurait. Il fallait qu’elle confie ses craintes et elle attendit que les essais soient terminés pour aller en parler avec Teal’c.
Lorsqu’elle regarda sa montre il était 18h30, il fallait qu’elle rentre chez elle pour prendre un bain, elle devait se décontracter. Elle ne put pas en parler à Teal’c, mais ce n’était rien, ils en parleraient demain. Au moins elle serait fixée ce soir.
Arrivée chez elle, elle se glissa dans l’eau chaude de son bain et après 15 minutes de végétation, sortit afin de se préparer, elle mit un pantalon fluide et un chemisier ouvert sur un débardeur, il fallait qu’elle s’habille comme d’habitude, pour le maquillage aussi. Plus l’heure arrivait à échéance et plus elle angoissait. Ce fut donc dans un stress total qu’elle sonna chez lui.
Il vint lui ouvrir, il avait mis un pantalon beige et une chemise, il portait également un tablier, ce qui fit rire Sam et détendit immédiatement l’atmosphère.

J : (stoppant sa contemplation de Sam) Bonsoir !
S : Bonsoir mon général, (souriant) je trouve que le tablier vous va à ravir…
J : Déjà Sam (en insistant sur le prénom), ce soir c’est Jack et merci je savais que le tablier vous plairait.
S : Jack… (Souriant) Comment saviez vous que j’aimais les tabliers ?
J : Mon petit doigt ! (Joignant le geste à la parole) Mais ne restez pas là, entrez !
S : Merci, alors c’est vous qui avez cuisiné ?
J : Oui, j’avais envie, c’est relativement simple mais cela me permet d’évacuer le stress.
S : (Etonnée qu’il lui parle aussi aisément) Je ne savais pas que vous cuisiniez !

Puis il se dirigea vers le salon, elle le suivit et découvrit une table avec deux couvert, assez intime avec des bougies allumées. Elle commençait à vraiment paniquer cela ne lui ressemblait pourtant pas, il allait mourir ??
Il vit tout de suite son inquiétude et lui prenant son manteau des mains, il la rassura quelque peu d’un regard. Pas besoin de parler. Enfin pour le moment…

J : Vous voulez quelque chose à boire ?
S : Je veux bien, vous me proposez quoi ?
J : Soda light, Vin blanc, bière.
S : Je veux bien un verre de vin blanc.
J : Pas de problème installez-vous je vais vous le chercher.
S : Merci.

Puis elle s’installa directement à table, profitant de la lueur des bougies, cette ambiance pour le moins inattendue chez O’Neill la troublait, autant que son comportement d’ailleurs, était-il en train de la draguer ? Non, impossible, il était avec Kerry. C’était pour mieux lui annoncer qu’il allait se marier. En pensant à cette idée les larmes lui vinrent aux yeux. Jack arriva à ce moment et il remarqua le trouble de la jeune femme.
Il prit la chaise en face de Sam et la rapprocha de cette dernière avant de s’asseoir.

J : Tenez ! Sam, quelque chose ne va pas ?
S : Oui, enfin non, je veux savoir pourquoi je suis ici Jack !
J : Il faut que nous parlions, Sam, nous avons trop attendu.
S : (larguée) Trop attendu quoi, Jack ?
J : Cette discussion qui aurait dû avoir lieu il y a de cela 4 ans, après le test, nous aurions dû parler, essayer de trouver une solution…
S : Mais vous étiez d’accord pour ne pas en parler, à ce moment-là !
J : Je sais, plus pour votre carrière que la mienne et puis je ne suis pas très fort niveau sentimental surtout à ce moment là, je ne voulais pas tout gâcher.
S : Et maintenant ?
J : Il n’y a plus Pete et il n’y a plus Kerry.
S : Kerry ?
J : Elle est partie, elle m’a quitté comme Pete vous a quittée.
S : Ce n’est pas Pete qui a pris la décision de partir !
J : Pourquoi avoir annulé votre mariage ?
S : Parce que je me suis rendue compte que je ne l’aimerai jamais comme… (S’arrêtant)
J : (Surpris) comme quoi ?
S : (lui disant d’un trait) comme je désire aimer une autre personne…
J : Sam, donnons nous une chance !
S : (S’énervant) Et après ? On finira devant une cour Martiale, je ne veux pas et ne peux pas nous infliger ça !
J : (lui prenant la main) Et si je vous disais que vous avez devant vous un civil ?
S : (Abasourdie) QUOI ?
J : J’ai donné ma démission de l’armée…
S : De l’armée ? Mais qu’est-ce que vous allez faire ?
J : (Souriant) Diriger la base en tant que civil, (Elargissant son sourire) Le président m’a donné mon congé de l’armée ce midi ! Vous n’allez pas vous débarrasser de moi comme ça.
S : Comment ?
J : C’est un secret ! Je veux nous donner une chance Sam !
S : (Prenant son visage entre ses mains) Jack ! (Pleurant) J’ai tellement peur !
J : (Avec assurance) Moi aussi, mais vous m’avez bien supporté durant 8 longues années, pourquoi pas plus longtemps et (avec un sourire ravageur) un peu plus intimement.
S : (Souriant elle aussi) Je suis chiante, vous savez ?
J : (Blasé) Merci, je suis déjà au courant.

Ils partirent tous les deux dans un fou rire avant que Sam ne l’embrasse tendrement, elle voulait sceller leur décision, il répondit avec retenue à ce baiser. Puis s’éloignant d’elle, il la regarda, elle avait toujours les yeux fermés, elle était belle à cet instant. Plus que tous les autres elle avait décidé d’essayer, de partager quelque chose d’important avec lui, quelque chose dont ils seraient les seuls à bénéficier, sans Kerry et surtout sans Peter.
Lorsqu’il sortit de sa contemplation, elle le regardait, un sourire inconnu aux lèvres.

J : Vous avez… Tu as faim ?
S : Oui, très, les émotions ça creuse !
J : Je ne te savais pas aussi gourmande !
S : J’ai envie de goûter à votre cuisine.
J : C’est bizarre !
S : Quoi ?
J : Je ne sais pas si je dois vouvoyer ou tutoyer !
S : Se tutoyer ce serait mieux mais il ne faut pas se focaliser dessus, nous nous sommes vouvoyés pendant 8 ans, il nous faut du temps.
J : Oui, bon je vais chercher le dîner, tu m’attends là !
S : Je ne bouge pas…
J : (l’embrassant furtivement) J’espère bien.

Sam s’aperçut pendant cette soirée que Jack était plus détendu et que c’était un excellent cuisinier. La soirée se terminant, Sam et Jack se dirigèrent vers la porte d’entrée, elle enfila son manteau et il l’accompagna jusqu’à sa voiture. Avant d’ouvrir la portière elle embrassa Jack d’un baiser tendre et délicat, mais lorsqu’elle sentit la langue de Jack fouiller et entamer un tel ballet avec la sienne, elle en perdit toute notion de lieu et commença à promener ses mains sur le corps de Jack. Celui-ci ne restant pas inactif non plus fit descendre ses mains sur les fesses de sa compagne, ce qui fit gémir Sam et dans un élan incontrôlé, elle entoura ses jambes autour de ses reins. Il la conduisit alors dans la maison, bien décidé à l’emmener dans sa chambre. Une fois arrivés à destination il la reposa sur ses pieds pour entreprendre de la déshabiller, ce qui la fit grogner, elle était apparemment trop bien installée dans ses bras. Ils ne se lâchaient pas, trop heureux de se trouver.
Jack entreprit de déboutonner la chemise de Sam qui faisait de même avec la sienne. Leurs gestes étaient rapides et maladroits mais peu importait, une fois les chemises enlevées, elles tombèrent au sol dans un même mouvement, puis Jack souleva le débardeur afin de l’ôter ce qui les fit se séparer quelques secondes avant que Sam ne se colle à Jack afin de sentir son torse contre elle. Mais c’était sans compter sur le désir de Jack qui avait déjà entrepris de lui enlever son pantalon qui devenait plus que gênant. Elle continua donc son entreprise elle aussi et les pantalons tombèrent au sol quasiment en même temps. Jack prit ensuite Sam par les cuisses afin de la porter jusqu’au lit. Puis après avoir enlevé les derniers bouts de tissu inutiles, ils firent l’amour avec passion et sensualité.
Après l’avoir faite sienne, il resta en elle, et tentant de reprendre un souffle normal, il l’embrassa dans le coup, ce qui ne lui déplut pas du tout.
J : Ca va ?
S : Très bien et toi ?
J : Vraiment, mais alors vraiment très, très bien.
S : (souriant) Tant mieux alors.
J : Je ne pensais pas finir avec toi dans ma chambre ce soir.
S : Moi, non plus, je te rassure.

Jack voulut se retirer et se mettre à ses côtés.

S : Qu’est-ce que tu fais ?
J : Je te laisse tranquille.
S : Non, (Espiègle) reste, j’aime bien savoir où tu es !
J : (Coquin) D’accord, j’aime bien être au chaud entre tes cuisses.

Fin du Flash Back

En évitant certains détails qui leur rappelaient d’excellents souvenirs, Jack et Sam finirent leur histoire sur le fait que Sam ne partit pas le soir même de chez Jack.

Jac : Et vous avez attendu combien de temps avant de le dire.
S : A Daniel et Teal’c nous l’avons dit tout de suite, mais pour la plupart des gens, ils ne l’ont su que lorsque je suis devenue madame O’Neill. Le plus dur pour moi était de l’annoncer à Mark, vu que c’est le meilleur ami de Pete. J’ai attendu environ 3 mois.
J : Au début, j’ai cru qu’il allait me tuer. Je vous jure que votre fils est un Carter tout craché.
Jac : Les chiens ne font pas des chats Jack…
S : (souriant) Oui mais Jack a fait la connaissance de Mark très durement…
J : Mon œil s’en souvient encore.
Jac : Expliquez-moi ?
S : Je revenais d’une semaine de mission et nous étions chez moi, pour ne pas rentrer dans les détails, nous étions dans le salon et Mark voulait me parler de Pete, il a débarqué, a vu ma voiture et n’a pas pris la peine de sonner. Lorsqu’il a vu que j’étais avec un autre homme que Pete, il n’a pas supporté que je l’aie si vite oublié et s’en est pris à Jack.
J : Et vu que j’étais assez concentré sur autre chose je n’ai pas vu son poing arriver.
Jac : Ouille !!!
J : oui, comme vous dites.
S : J’ai dû le convaincre pendant près de 3heures que Jack et moi c’était plus sérieux qu’avec Pete.
J : Ca c’est vrai qu’il a bien plaidé pour son ami.
S : Oui mais je n’aimais pas Pete, je dois avouer que je n’ai pas été très sympa avec lui.
Jac : Ne t’en fais pas. Moi je pense que tu as fais le bon choix.
S : (se retournant vers Jack) Mais je n’en doute pas.
J : Tu as intérêt Madame O’Neill.
S : Bon on va peut être aller se coucher ?
J : Bonne idée.
Jac : Oui (Se levant) Bonne nuit les enfants.
J : (souriant) Bonne nuit beau papa.
S : (embrassant son père) Bonne nuit.
Jac : Je ne sais pas comment tu fais pour supporter son humour !
S : Je suis entraînée, mon père a le même.
J : Et pour tout vous dire, elle a toujours raison.

Jack prit la main de Sam et prit la direction de la chambre, il était fier d’avoir pour une fois cloué le bec à Jacob.

Fin.
Le 21/04/05.
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  N'Ka'K le Mer 6 Déc - 1:47

Ca se laisse tout seul Smile et puis j'aurai bien voulu voir ca après Threads lol
avatar
N'Ka'K
Lecteur du Journal
Lecteur du Journal

Nombre de messages : 185
Age : 38
Localisation : Among the stars with.....
Loisirs : Stargate, lire, TV, film, équitation, vélo etc...
Date d'inscription : 31/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  nad126 le Mer 6 Déc - 2:26

franchement bravo

diable
avatar
nad126
Lecteur du Télé 7 jours
Lecteur du Télé 7 jours

Nombre de messages : 39
Age : 30
Date d'inscription : 22/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  Megane Carter le Mer 6 Déc - 14:19

Sympa comme fic. J'aurais plutôt bien aimé que ça se passe vraiment comme ça Wink
avatar
Megane Carter
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 480
Age : 34
Localisation : Nord
Date d'inscription : 14/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://meganecarter.site.voila.fr/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  Trukounette le Mer 6 Déc - 16:37

si seulement lol!
c'est bien ecrit et ac ce lit bien Bravo diable
avatar
Trukounette
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1004
Age : 28
Localisation : Rêve d'accent anglais !!
Loisirs : House, Hugh laurie, Alan rickman Colin Firth <3... sisi ce sont des loisirs ^^
Date d'inscription : 30/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  Ptitelili le Mer 6 Déc - 16:58

Merci, c'est gentil...
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  Fan21 le Mer 6 Déc - 17:22

roh je l'adore aussi celle là Rolling Eyes
Spoiler:
J'aurais bien voulu voir la tête de Jacob
Suspect
avatar
Fan21
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 336
Age : 38
Localisation : la plupart du temps au boulot ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  sammy o'neill le Mer 6 Déc - 18:19

J'ai du la lire une dizaine de fois cette fic, sa prouve que je l'adore.
avatar
sammy o'neill
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 95
Age : 27
Date d'inscription : 23/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Après 2 ans d'absence

Message  Nanabob le Mer 6 Déc - 23:30

aaaaaah ***soupir***
que d'émotion!! lol!
Très jolie fic!! bravo!
avatar
Nanabob
Lecteur du Journal
Lecteur du Journal

Nombre de messages : 188
Age : 28
Localisation : aix en provence
Loisirs : lecture, stargate, escalade, natation, animation
Date d'inscription : 21/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  Kate O'Connor le Jeu 7 Déc - 0:16

Mahlala j'crois que je suis pas la seule à avoir aimé que ça se passe ainsi!
En tout cas c'est bien sympathique à lire.
avatar
Kate O'Connor
Lecteur du Télé 7 jours
Lecteur du Télé 7 jours

Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 06/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après 2 ans d’absence (4ème fic)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum