Vacances bien méritées (3ème fic)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:14

Titre : Vacances bien méritées
Catégorie : romane S/J et D/J, humour (le mien « et il es vraiment déplorable »)
Saison : pendant la saison 4
Spoiler : Après « Divide and Conquer » sauf que Martouf n’est pas mort
Résumé : Sam et Jack font un pari

Salle d’embarquement

La porte s’ouvrit dans un grand bruit et l’alarme se mit en route. Le général Hammond jusque là dans son bureau descendit en salle de contrôle et demanda :
H : Avons-nous un signal, sergent Siler ?
Siler : Oui, mon général, c’est SG1.
H : Très bien, ouvrez l’Iris.
Siler : A vos ordres !
Dans la salle d’embarquement les 4 membres de l’équipe SG1 apparaissaient sur la passerelle à tour de rôle.
J : Fermer l’iris (hurla t’il)
Et dans un bruit assourdissant l’iris fit son apparition et la porte se désactiva quelques secondes plus tard.
J : Carter, vous avez perdu votre pari, je vous ai pourtant prévenu que mon instinct fonctionnait encore très bien.
S : Je sais, mon colonel, je sais.
J : Ne faites pas cette tête, ce n’est quand même pas la fin du monde…
Il fut coupé par la voix du général.
H : Colonel, que s’est-il passé ?
J : Bonne question (à Daniel) Je vous en prie, Monsieur le diplomate ?
D : Je suis désolé Jack, je ne savais pas qu’ils allaient se formaliser pour si peu de chose.
T : Je ne pense pas qu’ils soient du même avis que vous Docteur Jackson.
J : bien joué Teal’c.
Sam à ce moment là sourit de toutes ses dents.
H : Messieurs !!!!!!
D : Je me suis mal exprimé mon général, j’ai… comment dire… mélangé le dialecte et au lieu de leur dire bonjour, j’ai…
J : (en criant) Il les a insultés en les traitant de primitifs.
S : Mon colonel, il ne savait pas. (Au général) ils nous ont donc pris en chasse mon général. Mais la planète n’avait rien de plus que la Terre.
J : (se retournant vers Daniel) C’est au moins ça.
H : Bon, SG1 allez à l’infirmerie, le briefing aura lieu à 18h00.
S/J : A vos ordres, mon général.

Puis l’équipe quitta la salle d’embarquement, direction l’infirmerie. Devant, Daniel et Teal’c se posaient une question fondamentale pour le moment, « quel était ce pari ? » tandis que les deux militaires à leur suite avaient un immense sourire sur le visage.
Daniel avait bien remarqué que depuis le test Zatar’k Sam et Jack avaient l’air plus proches, mais il ne savait pas quoi en penser, il n’aimait pas ne pas être au courant et savait très bien que le colonel jouait avec lui. (Ce n’est pas bien d’être trop curieux).
Ils arrivèrent à l’infirmerie, Janet les attendait de pied ferme, elle devait parler à Sam au sujet d’une nouvelle rumeur. Elle ne s’y intéressait pas d’habitude mais là il fallait qu’elle sache si son amie était au courant. (Quoi ? encore une rumeur !!!!).
Quand le regard de Sam accrocha le regard de Janet elle sut immédiatement que celle-ci n’avait pas l’air de bonne humeur mais alors vraiment pas de bonne humeur (tu m’étonnes moi aussi dans ces cas là je l’ai mauvaise aussi).
Jack passa le premier et quel ne fut pas son soulagement lorsque le docteur eu fini avec lui plus rapidement que d’habitude. Teal’c passa très vite également et comme il leur restaient 1h30 avant le briefing ils décidèrent d’aller faire un match de boxe.
Pour Daniel se fut une autre histoire, Janet qui d’habitude était d’une extrême douceur avec son archéologue, ne se fit pas prier pour lui enfoncer l’aiguille afin de lui faire mal, très mal. (pas content le docteur).
D : Aïe, Janet faites attention vous m’avez fait un trou de la taille d’une crevasse.
Ja : (froide) j’ai fini Daniel, vous pouvez partir.
Daniel tout penaud quitta la salle sans plus de cérémonie en se frottant la fesse droite.
S : (se retenant de rire) Janet pourquoi avoir été aussi brusque avec Daniel ?
Ja : Donc vous n’êtes pas au courant de la rumeur ! (Elles préféraient garder le vouvoiement à la base)
S : Non quelle rumeur ? En ce moment on dirait qu’elles prolifèrent !!!!!!!
Ja : (énervée) Il parait que Daniel est sorti avec le sergent Cooks Samedi soir ! Et qu’elle aurait passé la nuit chez lui, si vous voyez ce que je veux dire. Ca me rend folle et pourtant je ne devrais pas mais c’est plus fort que moi.
S : Janet il lui à dit non, je le sais, j’étais là. Elle n’a sûrement pas apprécié mais je vous garantie que Daniel n’était pas avec elle. Samedi Daniel et moi sommes allé voir un film français.
Ja : Oups !
S : Ce n’est pas grave il s’en remettra mais faites lui des excuses.
Ja : Oui, mais que vais-je lui dire ? Je ne suis pas très douée pour les relations humaines en ce moment.
S : Je ne sais pas ! Dites lui que vous êtes fatiguée, débordée, jalouse… (Elle se mit à rire) non désolée Janet.
Ja : Changeons de sujet Sam, comment allez-vous en ce moment ? Je vous trouve bien pale !
S : Je vais bien. Je suis très fatiguée par contre, entre les missions et les travaux du nouveau réacteur à Naqquadah, j’avoue que je prendrais bien des vacances.
Ja : Vos dernières analyses révèlent en effet une légère anémie mais si vous ne vous ménagez pas, elle risque de s’amplifier. Je sais que vous allez m’en vouloir mais aujourd’hui j’ai parlé avec le général et je lui ai conseillé de vous mettre en repos.
S : (Pale) Oh non, Janet j’ai perdu un pari avec le colonel.
Ja : (Curieuse) Et ??????
S : Je dois l’accompagner à son chalet aux prochaines vacances et honnêtement je ne m’attendais pas à ce quelles soient si proches.
Ja : Pourquoi ?
S : Depuis le fameux test, j’ai encore plus d’appréhension quand je suis avec lui.
Ja : Je comprends.
S : Ne le dites à personne même Daniel et Teal’c ne sont pas au courant.
Ja : Promis. J’ai fini vos examens, je dépose ça au labo et je vais boire un café, vous venez avec moi ?
S : Avec plaisir, je n’ai vraiment pas envi de travailler.
Les deux amies partirent, direction le laboratoire.

18H05 : Salle de briefing

Daniel arriva en courant, s’excusant pour le retard. Hammond le regardait bizarrement quand.
J : (Avec un sourire idiot) Daniel, vous avez du rouge sur la bouche !
S : (A la limite du fou rire) Et je ne voudrais pas en rajouter mais vous avez une rougeur dans le cou.
T : (Stoïque) Cela a-t-il un rapport avec la présence du Docteur Frasier dans votre bureau ?
S : Je croyais qu’elle était nulle en relations humaines en ce moment ? moi je trouve qu’elle se débrouille plutôt bien.
Sam et Jack éclatèrent de rire, le général voulu reprendre la parole mais du attendre quelques instants car la tête de Daniel était vraiment hilarante, même Teal’c avait le sourire aux lèvres.
H : Bon je vous écoute docteur Jackson, que s’est il passé sur P4X786 ?
Daniel commença donc son récit, une demi-heure plus tard le général regarda son équipe et leur annonça une bonne nouvelle.
H : Bon avec le Docteur Frasier nous avons vu que votre fatigue devenait de plus en plus visible, surtout pour le major. Vous êtes en congés à partir de maintenant, nous sommes le mercredi 13 octobre donc jusqu’au lundi 25 octobre. Il y aura un briefing à 8h30 pour vous donner votre nouvelle mission. Bonne vacances SG1. Rompez !
Jack et Sam se levèrent et se mirent au garde à vous. Puis une fois le général sortit de la pièce Jack se retourna vers son major, un sourire béat sur le visage.
J : (Se détournant vers Teal’c) Alors Teal’c ! Vous allez sur Chulak pour voir votre famille ?
T : (Avec un hochement de tête) C’est exact O’neill et vous, vous partez dans votre chalet ?
J : Oui, major m’accompagnez vous ?
S : (avec un grand sourire) je suis désolée mon colonel, je pars voir mon frère.
Il savait très bien que la réponse à l’invitation était oui, mais ils ne voulaient surtout pas le dire à Daniel.
S : Et vous Daniel ?
D : Je crois que je vais rester dans le coin, me balader, me reposer.
J : Passer plus de temps avec notre cher doc. ?
D : Très drôle Jack ! Vous vous améliorez niveau blague.
Jack le regarda avec un sourire narquois et sortit de la pièce, rien ne pourrait gâcher ses vacances, il en était sûr.
Sam sortit à son tour en laissant Daniel pantois, même sans prononcer un mot à Daniel le colonel avait eu le dernier mot et cela était vraiment énervant pour lui.
D : Je n’en reviens pas il m’a eu !
T : En effet Daniel Jackson, O’neill est vraiment doué pour ça…
D : Merci de votre perspicacité Teal’c.
T : (penchant la tête en avant) De rien.
Pendant ce temps couloir du SGC.
J : Je passe vous prendre demain matin à 8H00, soyez prête.
S : (Avec un grand sourire) Pas de problème mon colonel.
Le major Carter, alla jusqu’à ses quartiers, pris quelques effets personnels et rentra chez elle. Elle fit sa valise en emportant des choses aussi bien utiles qu’inutiles, il est vrai que pour une militaire elle avait l’habitude de préparer un sac mais là, c’était comme si elle partait en vacances pour la première fois de sa vie. Elle s’occupa ensuite d’elle, masque, épilation, relaxation, etc.… Vers 22H00 elle prit une soupe et partit se coucher.
7H00
Elle n’avait presque pas dormi de peur de ne pas se réveiller à l’heure. Quand le réveil sonna, elle tapa dessus et réalisa qu’il lui restait une heure avant de partir une semaine avec son colonel. Elle se leva, prit sa douche, s’habilla et avala son petit déjeuné. A 7H55, alors que la sonnette retentissait, elle était en train de se brosser les dents. Elle cria « j’arrive » et se rinça la bouche, puis ouvrit la porte.
S : Bonjour, mon colonel.
J : Bonjour, SAM. On est en vacances, c’est bien ça ?
S : (étonnée) oui, mon colonel.
J : (souriant) bien alors je ne suis plus colonel pendant 10 jours.
S : (souriante) Très bien, Jack ! Entrez, voulez-vous du café avant de prendre la route ?
J : Oui pourquoi pas !
S : Venez.
Ils se dirigèrent vers la cuisine. Jack était en admiration devant son second, elle portait un pantalon et un pull simple mais qui lui allaient mieux que son treillis.
Lui portait un jean Beige avec un pull noir. La saison était relativement chaude cette année.
Il vit Sam lui tendre une tasse, la prit et la remercia. 10 minutes plus tard ils étaient dans le pick-up d’O’neill en direction du Minnesota.
Après un peu plus de 3H00 de route ils se retrouvèrent devant un chalet très bien entretenu, Sam fut stupéfaite tellement l’endroit lui rappelait celui où ils partaient avant le décès de sa mère. Elle fut inondée de souvenirs, son visage laissa apparaître un léger sourire qui n’échappa pas à O’Neill.
J : Sam, comment trouvez-vous l’endroit ?
S : Très beau, il ressemble un peu à celui que mon père louait lorsque nous partions en vacances, il adore la pèche.
J : Jacob, aime la pèche, je n’aurais pas imaginé.
S : c’est son jardin secret. Il a arrêté à la mort de maman.
J : Si vous voulez on peut repartir, Sam ?
S : Non, maintenant que je suis ici, j’y reste.
Elle le regarda et lui fit son plus beau sourire avant d’ajouter : Vous me faites visiter les lieux ou désirez-vous que je dorme dans la voiture ?
J : Allons-y !
Il lui prit la main et se dirigea vers la porte, l’ouvrit, laissa Sam sur le palier le temps d’ouvrir la fenêtre, revint vers elle et lui demanda de le suivre. C’était un pied à terre, le salon et la cuisine étaient reliés par un bar, il y avait 3 chambres : celle de Jack, la chambre d’amis que Jack désigna comme la chambre de Sam et la 3ème celle de Charlie. Jack eu un pincement au cœur lorsqu’il ouvrit la porte, Sam serra un peu plus sa main dans la sienne car au moment de visiter, il la lui avait reprise, ce contact ne leur déplaisait pas du tout. Puis ils finirent par la salle de bain et les toilettes (Ca peut toujours être utile).
Toujours en la dirigeant, il alla derrière la maison afin de lui montrer le lac, son lac, sa source de repos, de calme et de réflexion.
Sam était émerveillée, elle admirait, le décor. Elle aimait déjà cet endroit.
S : Jack, c’est magnifique…
J : Merci, Sam, mais je crois que l’endroit s’est embellit grâce à votre présence.
Sam ne fut pas gênée elle le regarda et lui sourit de plus belle.
J : (gêné par ses propos) si on s’occupait de vider la voiture ?
S : Excellente idée et je pense que l’on devrait déjeuner, je commence à avoir faim, pas vous ?
J : Sam, m’avez-vous déjà vu ne pas avoir faim ?
S : (rigolant) Non c’est vrai.


Dernière édition par le Mer 6 Déc - 14:37, édité 4 fois
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

2ème partie

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:15

2H00 plus tard, ils étaient dans le canapé avec une tasse de café à la main, ils parlaient de tout et de rien, mais surtout pas de travail afin de ne pas gâcher ce moment.
J : Sam pouvez-vous m’expliquer quelque chose ?
S : Je peux essayer !
J : qu’elle est cette histoire au sujet de « pas douée en relations humaines » ? Je n’ai pas tout suivi.
S : Quand nous sommes rentrés de P4X786, Janet était énervée et …
J : Sans blague ! Pour une fois elle ne s’est pas défoulée sur moi !
S : (souriant) elle m’a expliquée qu’elle avait entendu une rumeur au sujet de Daniel et du sergent Cooks, cette dernière a dit à tout ceux qui voulaient bien l’entendre que samedi elle était sortie avec Daniel et aurait fini la nuit chez lui. Janet était dans une rage folle.
J : Et c’est vrai ou pas ? (La commère)
S : (riant aux éclats) Non bien sur que non, nous étions tout les deux au cinéma samedi.
J : …
S : Et comme il était incapable de rentrer chez lui alors que nous avions pris sa voiture il a dormi chez moi.
J : …
S : Dans la chambre d’amis, Jack !
J : (retrouvant des couleurs) et ?
S : Janet m’a demandé de lui trouver une excuse pour le mauvais traitement, elle m’a dit ne pas être douée pour les relations humaines.
J : Et vous êtes sûre que c’est elle le rouge à lèvre ?
S : Oh oui, 10 minutes avant le briefing je l’ai laissée avec Daniel.
J : Ahhhhhh ! Je comprends maintenant. Je peux vous poser une autre question ?
S : Allez-y !
J : Pourquoi être venue, c’est vrai je n’étais pas sérieux au sujet du pari.
S : Parce que j’avais envie, le pari était une bonne excuse.
J : Vous m’épatez de jour en jour Sam. (Se levant) Vous voulez aller vous promener ?
S : Oui avec grand plaisir Jack.

En revenant de leur balade, ils préparèrent le dîner tous les deux, l’un comme l’autre ils adoraient cuisiner. A deux c’était encore mieux, ils avaient plein de points communs. Sam était en admiration devant ce supérieur qui était encore plus adorable et plus sociable en dehors de la base. Elle savait que ne pas lui sauter dessus allait être difficile mais elle ne voulait surtout pas perdre un ami tel que lui.
Après le repas Jack fit le feu de cheminée tandis que Sam faisait la vaisselle. En revenant dans le salon sa tâche accomplie, elle se mit à observer cet homme, elle le fixait, il avait vraiment beaucoup de charme, tout ce qu’elle aimait chez un homme. Elle se dirigea vers lui pour ne pas qu’il l’a surprenne en train de le regarder.
Jack savait qu’il était observé, il savait que Sam était arrivée, d’une part par son expérience de militaire, d’autre part par son parfum, il parvenait à le reconnaître n’importe où.
S : J’ai fini, Jack voulez vous un café ou un thé avant d’allez dormir?
Il se retourna et la regarda amusé par cette réplique à double sens. Elle s’en rendit compte et voulu rattraper ce lapsus.
S : Enfin je voulais dire…
J : Pas de soucis Sam ! Et non merci je ne veux rien. Mais si vous voulez un café servez-vous.
S : Non jamais le soir surtout quand je veux me reposer.
Elle s’installa dans le canapé en face de la cheminée, Jack se plaça près d’elle. Ils continuèrent à se raconter leurs histoires et les bêtises faites dans leur jeunesse.
S : Ma plus grosse bêtise ou devrais-je dire erreur a été de me battre pour un garçon…
J : Vous vous êtes battue ?
S : Oui en plus avec ma meilleure amie Virginie, elle s’essayait à la comédie elle voulait devenir actrice, elle avait un don. (voyant que Jack attendait l’histoire, elle continua) nous étions au lycée, inséparables depuis une dizaine d’années, nous nous disions vraiment tout puis un jour un nouveau est arrivé il s’appelait… je crois… Michael, il est arrivé dans notre classe, son père était militaire. J’ai tout de suite craqué. Et puis au bout de quelques jours voyant qu’il n’était pas très bon en maths mais voulant travailler, le prof m’a demandé de l’aider, j’ai sauté sur l’occasion, puis nous avons flirté et peut de temps après nous étions souvent ensembles Virginie m’a reproché de ne plus être là pour elle alors avec Michael nous nous sommes moins vu, nous sommes restés 1 an en couple puis un jour ou j’ai voulu faire une surprise à Virginie je suis allée chez elle, et ils étaient tous les deux en train de s’embrasser. Je suis rentrée chez moi furieuse, le lendemain elle est arrivée tout sourire en me disant qu’elle avait couché avec un mec, il avait déjà une copine qu’elle ne connaissait pas et là ça a été plus fort que moi je lui ai collé mon point dans la figure.
Jack n’arrêtait pas de rigoler.
S : Ce n’est pas drôle Jack, le directeur avait un rendez-vous avec mon père et tous les deux se trouvaient derrière moi. J’ai eu trois jours de renvois.
J : Je suis désolé Sam mais je croyais que les matheux ne savaient pas se battre.
S : Moi, si, je suis fille de militaire ne l’oubliez pas ! Et vous votre plus grosse bêtise ?
J : Je crois que c’est lorsque j’ai piqué la voiture de mes parents.
S : Allez, racontez !
J : D’accord ! Mon meilleur ami Largo et moi, on voulait aller en boîte et comme nous n’avions pas le permis, nous ne savions pas comment nous y rendre, il a proposé la voiture de mon père, et j’ai répondu pourquoi pas. Sauf que lorsque nous sommes rentrés mon père m’attendait et avait prévenu le père de Largo. Je crois que je me souviendrai toujours de la paire de claques que je me suis pris, j’avais 15 ans.
Sam rigolait elle aussi, elle regarda sa montre qui indiquait 1H18.
S : Je vais aller me coucher. Bonne nuit Jack.
J : Bonne nuit, Sam, Dormez bien !
Jack se leva et fit le tour de la maison pour vérifier les portes et les fenêtres, et partit se coucher. Il n’arrivait pas à dormir, la proximité de Sam le troublait, il aurait voulu finir la soirée dans ce lit, avec son major dans ses bras, il savait qu’elle tenait à lui. Alors pourquoi ne pas foncer… Mais le règlement, il ne voulait pas forcer la main à Sam, il s’endormit en pensant à elle.
Sam dans sa chambre se posait les mêmes questions, elle ne pouvait pas lui faire ça le travail de Jack était toute sa vie, comment détruire sa carrière alors qu’elle n’était même pas sûre de la tournure que prendraient les choses ? Il fallait qu’elle lui en parle, puis petit à petit elle s’endormit en pensant à lui.

Il était 9h34 lorsqu’il se réveilla, une fraîche odeur de café dans l’air, puis il entendit des pas dans le couloir et la porte de sa chambre s’ouvrir, elle était là en T-shirt et caleçon avec un plateau dans les mains, elle souriait, cette image lui embellit sa journée. Sam s’approcha.
S : Bonjour Jack, bien dormi ?
J : Bonjour Sam, non pas très bien et vous ?
S : Bien, même très bien, cela fait du bien de ne pas entendre les travaux de mes voisins.
J : Je vous comprends, entrez, c’est pour moi ?
S : Non c’est pour l’homme dans la chambre d’à côté je me suis trompée (dit elle avec un sourire malicieux)
J : Il a de la chance.
S : (s’approchant du lit) il faudra lui dire de ne pas trop s’habituer ! J’ai perdu un pari et je dois lui préparer son petit déjeuné.
J : Ah, je comprends mieux maintenant.
Sam le regarda s’asseoir dans son lit et lui installa le plateau, elle allait sortir quand :
J : Vous avez déjeuné Sam ?
S : Non, j’y vais.
J : Restez, s’il vous plait.
S : Bien sûr, je reviens je vais chercher ma tasse.
2 minutes plus tard elle était installée sur le lit de Jack à côté de lui mais sur les couvertures. Elle ne savait pas comment aborder le sujet, les yeux dans le vague, elle sentit une main sur son bras et se retourna aussitôt vers Jack.
J : Sam, un problème ?
S : Oui… Euh non ! En fait je ne sais pas !
J : (Inquiet) Dites moi !!
S : (timide) Il s’agit d’un sujet qui ne devait pas sortir d’une pièce. (Contemplant Jack)
J : Ah !!! Ce sujet là…
S : Je voudrais vous en parler.
J : Faites.
S : Je n’arrête pas de penser à ce que nous nous sommes dit, et je voulais vous dire que je tenais vraiment à vous, mais j’ai peur de ne pas être celle que vous attendez, j’ai peur de vous décevoir ou de vous perdre.
J : Sam, vous n’avez pas à avoir peur. (Après un long silence)
Je ne regrette pas ce que j’ai dit et je voudrais que tous les deux nous essayons mais je ne veux en aucun cas vous obliger ou vous presser.
S : J’en ai envi et je ne me sens pas obligée ou pressée, je veux juste être dans tes bras, sentir ta présence et ton odeur, voir tes yeux dès que j’ouvre les miens.
J : (Surpris du tutoiement et de ses paroles) Il ne reste plus qu’à faire une chose alors…
Il prit la tasse de Sam, la posa sur le plateau qu’il posa sur le parquet.
J : (L’attirant vers lui) Viens là.
Jack ouvrit les bras et Sam s’y blottit, ils se regardaient, espérant que ce moment dure. Puis sentant le souffle de chacun, leurs lèvres se scellèrent. Après quelques baisers et caresses ils s’endormirent.
Quatre jours après leur déclaration nos deux tourtereaux étaient sur le bord du lac, Jack dans sa chaise longue et Sam dos à lui entre ses jambes tous deux en train de lire. Ils avaient décidés de ne pas aller trop vite dans leur relation, ils voulaient être sûrs de ne pas tout gâcher. Une voix se fit entendre.
X : Y a quelqu’un ? Jack vous êtes là ?
J : Oh, non pas lui.
S : (se redressant) j’en ai bien peur ! Et moi qui voulais être tranquille avec toi, c’est raté.
Après un baiser à Sam, Jack partit ouvrir la porte, quelle ne fut pas sa surprise quand il vit Daniel et Janet !
D : Bonjour Jack, ça va ? Janet a eu quelques jours de congé et je me suis dit « faisons une surprise à Jack ».
J : Pour une surprise, c’est une surprise !
Ja : Je lui ai dit que c’était une mauvaise idée mais il n’a rien voulu savoir. Je suis désolée.
J : (Souriant) Ce n’est pas très grave doc, entrez, ne restez pas dehors.
D : Vous êtes tout seul ?
J : Non, Daniel je ne suis pas tout seul
D : Et qui est l’heureuse élue ?
S : Moi, (voyant le sourire de Daniel) ne souriez pas comme ça Daniel, nous sommes entre amis.
Sam prit Janet dans ses bras et celle-ci compris tout de suite. Elles devraient avoir une discussion toutes les deux.
D : (Etonné) Qu’est-ce que vous faîtes là ?
S : Je devais aller chez mon frère et arrivée à l’aéroport, il m’a appelé pour me dire qu’il ne pouvait pas m’accueillir car la famille de sa femme venait d’arriver à l’improviste et comme je me souvenais de l’invitation du colonel et que je ne voulais pas rester chez moi je suis venue ici.
D : (Curieux) Comment êtes-vous venue, il n’y a pas votre voiture ?
S : J’ai pris un avion et le taxi Daniel !
Ja : Daniel tu es trop curieux.
Jack par un geste de la main leur fit signe de rentrer et de se diriger vers le salon.
J : Alors, que me vaut l’honneur de votre visite ?
D : Bah, j’avais envie de venir voir votre chalet.
J : Menteur !
D : Non ! C’est vrai je vous le jure Jack.
S : Bon ce n’est pas tout mais avez-vous mangé ou voulez-vous un café ?
Ja : je veux bien un café, merci !
D : Moi aussi.
J : Idem ici, Sam.
S : 4 cafés. C’est parti !
Quelques instants plus tard, Sam réapparu dans le salon avec les cafés. Daniel et Janet étant installés à côté, Sam alla s’asseoir près de Jack, mais ce fut vraiment difficile pour eux de ne pas avoir de contact.
Jack profita d’un moment d’inattention de la part des deux tourtereaux pour passer sa main dans le dos de Sam, il l’a senti frémir, et continua sa douce torture jusqu'à ce que Daniel se retourne vers eux.
D : Alors, Sam vous avez appris à pêcher ?
S : Je n’ai pas appris, je savais déjà pêcher, mais oui nous avons pêché, pas plus tard qu’hier et nous recommencerons demain.
Ja : Tu sais pêcher, Sam !!!!
S : Oui, ça fait parti de mes petits secrets.
J : (avec un très grand sourire) Très secrète car elle n’a pas pris un poisson pour le moment !
S : (riant) Vous non plus Jack ! Le voyage c’est bien passé ?
Ja : Dans la voiture Daniel n’a pas arrêté de me parler de l’Egypte.
J : (Consterné) Ce n’est pas vrai ! Ici il est interdit de parler travail. C’est une règle que nous ne devons pas déroger d’accord ?
D : Sam, vous n’avez pas parlé de travail ?
S : Non et d’ailleurs je dois dire que je ne me suis même pas ennuyée. (Fixant Jack) J’ai même appris à lire autre chose que des revues scientifiques.
Ja : Ouah, quand je constaterai de la fatigue chez toi maintenant, je t’enverrai chez Le colonel.
J : Pas de problème doc, je me proposerai à chaque fois.
Ja : Mais j’y compte bien, colonel.
S : Pas de grade Janet, je te rappelle qu’il n’y a pas de travail ici.
D : Sam, vous êtes sûre que vous allez bien ?
S : Oui, je n’ai pas été aussi bien depuis très longtemps même. Mais où est Cassandra ?
Ja : Elle avait cours alors l’une des infirmières avec qui elle s’entend bien la garde.
J : Et si nous allions nous promener ?
Tous : Excellente idée.
Après une bonne promenade et ayant le ventre qui criait famine pour certains ils décidèrent d’aller dîner. Jack et Sam avaient bien fait de faire le plein de courses la veille, pour être tranquille, car honnêtement ce n’était pas les poissons qu’ils pêchaient qui pourraient les nourrir.
Daniel et Jack préparaient le repas pendant que Sam aidait Janet à faire le lit de la chambre d’amis, en effet, il était convenu que Sam dormirait dans le salon (comme l’avait si bien dit Jack à Sam dans un moment d’intimité « officiellement »).


Dernière édition par le Mer 6 Déc - 14:52, édité 6 fois
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

3ème partie

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:17

Dans la chambre
Ja : Alors, maintenant que nous sommes toutes les deux raconte moi tout !
S : (innocente) Quoi ? Que veux-tu que je te raconte ?
Ja : Pas avec moi, s’il te plait, je crois que toi et Jack êtes plus que des amis maintenant.
S : Comment ?
Ja : Je suis ton médecin et ta meilleure amie alors pas de secret, j’ai tout vu sur ton visage.
S : (s’installant sur le lit) Très bien oui nous sommes ensembles mais nous voulons d’abord nous connaître et en profiter un peu avant de passer à autre chose. Car si cela devient sérieux il faudra que nous parlions « carrière ». Et pour le moment nous ne voulons pas d’ombre au tableau.
Ja : Je suis d’accord avec toi, mais pour l’essai je pense que vous êtes un couple sans les avantages depuis un peu plus de deux ans.
S : Je commence à le penser aussi mais si tu savais comme c’est mieux maintenant, nous sommes très complémentaires et Jack n’est pas le même homme qu’à la base, il est encore mieux !
Ja : Je suis contente pour toi.
S : Moi aussi je suis contente pour toi, mais explique moi comment « madame je ne suis pas douée en relations humaines » c’est déclarée.
Ja : Après m’avoir laissé devant la porte du bureau de Daniel, je suis entrée, Teal’c était là et je lui ai demandé si je pouvais parler à Daniel qui apparemment me faisait vraiment la tête. Je lui ai fait mes excuses et il m’a demandé pourquoi j’avais l’air si en colère contre lui et je lui ait sorti «jalouse » c’est tout puis il m’a embrassé et je lui ait expliqué l’histoire, puis nous avons repris les baisers.
S : D’où la marque d’appartenance dans son cou.
Ja : Oui c’est un peu comme marquer mon territoire, je sais, je n’aurai pas dû, mais c’était plus fort que moi !
S : (au bord du fou rire) J’aurais aimé voir la tête de Cooks…
Dans la cuisine
Nos deux amis préparaient le repas mais Daniel n’avait aucun dont pour la cuisine donc il prit l’initiative de mettre la table. En fouinant pour trouver les couverts il tomba sur une boîte relativement étrange (Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre)… des préservatifs (Et oui il faut se protéger).
D : (avec un sourire béat sur le visage) Jack, excusez-moi mais en cherchant les couverts, j’ai trouvé ça !
J : (Se retournant vers celui-ci) Quoi Dan…
D : Si elle est juste une amie alors pourquoi ceci ?
J : Daniel ça ne vous regarde pas !
D : S’il vous plait Jack dites-moi !
J : Il n’y a rien mais je préférais prévenir que guérir, maintenant si voulez bien continuer à mettre la table et ranger cette boîte avant que l’une des filles ne vous voit avec, elles pourraient penser que vous me faites des avances. (Pensant) Ouf, il remet la boîte dans le tiroir mais je ne pense pas échapper à l’interrogatoire « made in Daniel ».
D : Je n’en ai pas fini avec vous Jack (avec un sourire niais) j’aurais et je vous le jure le dernier mot de cette histoire.
Puis ils changèrent de sujet et continuèrent à parler, tout en finissant leur travail.
Les filles, qui riaient, entrèrent dans la cuisine à temps car Daniel voulait remettre le sujet sur le tapis.
Ja : Alors les gars, vous n’avez pas encore fini ?
J : Ce n’est pas facile surtout que notre cher Dany à deux bras gauches.
Ja : (rigolant avec Sam) Je vous crois sur parole.
D : Janet, tu n’es pas censée prendre ma défense logiquement ?
J : Non elle est obligée de dire la vérité.
D : D’accord, parlons de vérité, se passe-t-il quelque chose entre vous ?
J : (regardant Sam) Je vous jure Carter qu’il n’y a rien entre Janet et moi !
S : Ouf, vous me rassurez mon colonel, un moment j’y ai cru !
Et nos 3 militaires repartirent dans un fou rire.
D : (Faussement vexé) Ha, ha, ha !!!!!!
J : (regardant Sam) A table !
Le repas s’éternisa, ils parlaient de tout et de rien, de l’enfance (encore) de chacun (Bah oui Daniel et Janet n’étaient pas là), l’alcool coulait à flot. Puis vers 23h00, après avoir fini la vaisselle Janet qui commençait à bâiller regarda Daniel pour lui faire comprendre qu’elle voulait aller se coucher, mais il ne remarqua rien. Sam elle comprit que son amie désirait dormir.
D : Alors que fait-on ?
S : Je crois que je ne vais pas tarder à m’endormir moi et je ne voudrais pas vous paraître incorrecte mais vous êtes dans ma chambre.
D : (Qui ne supporte pas l’alcool) Sam vous êtes rabat-joie.
Ja : Désolé mon petit Daniel, mais je crois qu’il va falloir que tu arrêtes l’alcool définitivement.
D : Mais, (levant le doigt) je ne suis pas ivre du tout, mon petit cœur en sucre.
J : (Se retenant de rire) Non, vraiment pas. Allez ! Au lit petit scarabée. Janet voulez vous que je l’aide à retrouver son lit.
Ja : Ce ne sera pas de refus, je crois qu’il n’est pas décidé.
D : Mais je ne veux pas aller dormir, je ne suis pas fatigué. (Il voulu se retourner mais perdit l’équilibre) Si, tout compte fait je crois que j’en ai besoin.
Ja : Ca nous l’avions remarqué Daniel. Bonne nuit Sam !
D : Bonne nuit, Sam !
Jack à gauche et Janet à droite de Daniel le ramenaient à sa chambre. Sam en profita pour faire son lit, puis attendit son colonel. Elle dû attendre une bonne ½ heure car Daniel ne rendait pas la tâche facile à Jack et Janet.

Après avoir salué Janet, Jack retourna dans le salon il y découvrit Sam assisse sur le canapé, elle avait l’air dans ses pensées, à pas de loup il s’avança et arrivé derrière elle, se pencha pour lui faire un bisou dans le cou. Sans rien dire et savourant ce moment elle fit pencher sa tête sur le coté pour inciter son amant à continuer, celui-ci continua sa douce torture encouragé par sa partenaire qui lui mit la main dans le cou afin qu’il ne s’arrête pas. Puis il se releva et fit le tour du canapé et s’installa à coté se Sam, il lui prit la tête entre ses mains et l’embrassa amoureusement, manquant de souffle ils s’arrêtèrent et se regardèrent.
J : (murmurant) Tu m’as manqué.
S : Toi aussi, j’ai cru que jamais ils n’iraient se coucher.
J : Et tu vas vraiment dormir ici ?
S : Je ne sais pas cela dépend de mon amant, je sais que si Janet ne me voit pas ici elle inventera un truc pour que Daniel ne sache pas que je suis avec toi.
J : Bien, tu as dis « truc » ? Tu passes trop de temps avec moi. (comprenant) Janet est au courant ?
S : Non je ne passe pas trop de temps avec toi et oui Janet est au courant, je sais pas comment elle fait mais je ne peux rien lui cacher elle voit tout de suite si je lui mens ou pas.
J : OK ! (Se levant et tendant la main à Sam) Tu viens on va se coucher.
S : (lui prenant la main) A vos ordres, mon colonel !
Une fois la porte fermée, Jack colla Sam contre la porte et commença à l’embrasser et à faire vagabonder ses mains sur celle-ci, Sam elle s’accrochait au cou de son cavalier qui doucement la prit dans ses bras, elle entoura alors ses jambes autour de son homme. Mais la raison et la présence de leurs amis dans la chambre voisine les ramenèrent à la réalité, Jack déposa délicatement Sam sur le lit, s’allongea à ses cotés et enfoui sa tête dans le cou de celle-ci.
J : (murmurant) Je le déteste…
S : Ca te rassure si je te dis moi aussi je déteste Daniel (et elle éclata de rire en voyant la tête de son colonel adoré).
J : (se relevant) allez la belle au bois dormant il faut se coucher si on veut être en forme demain.
S : Avec grand plaisir, je suis exténuée.
Une fois dans le lit Sam se blottit dans les bras de Jack et lui chuchota des mots doux dans l’oreille, il resserra l’étreinte et ferma les yeux. Dieu seul savait à quel point il était bien dans les bras de cette scientifique qui n’avait au début rien pour lui plaire. Il était certain que maintenant c’était avec elle qu’il pouvait refaire sa vie, avoir des enfants, *non arrête de penser à ça vieux fou* se réprimanda t’il, *vous ne faites que dormir ensemble alors attend avant de penser aux enfants.*
Sam le regardait, il avait les yeux fermés, il était serein et cela faisait plaisir à voir, avant que Daniel et Janet n’arrivent aucun sarcasme n’était sortit de sa bouche, pas besoin de se cacher quand ils étaient ensembles. Leur complicité ébranlait toutes ses convictions. Jack O’Neill était l’homme qu’il lui fallait, elle arrivait à oublier le travail et pour la première fois depuis Jonas elle voulait aller de l’avant. *Mais pas de précipitation ma grande*, se dit elle, *il faut être prudente*. Quand elle entendit son compagnon ronfler, elle mit sa tête sur son torse et ferma les yeux. Etre dans ses bras, comment ne pas bien dormir lorsque l’on se sent en sécurité ? Puis elle s’endormit sans plus attendre.
Le lendemain matin Sam s’étant réveillée avant tout le monde prépara le petit déjeuner et défit le lit dans lequel elle n’avait pas dormi, prit le livre de la veille et s’installa dans le sofa. Plus tard Janet pénétra dans le salon et y vit son amie avec un grand sourire elle s’avança vers celle-ci.
Ja : Bonjour Sam, bien dormi ?
S : (relevant la tête) Bonjour Janet, Très bien et toi ?
Ja : Si Daniel ne ronflait pas aussi fort quand il buvait, la nuit aurait été encore meilleure ! (Regardant la table du petit déjeuner) Tu es levée depuis combien de temps ?
S : (Regardant sa montre) Environ 1h30. Pourquoi ?
Ja : Tu as dormi dans le canapé ?
S : (Souriant malicieusement) Non.
Ja : Ca te dis que l’on commence le p’tit dèj sans eux, je me suis réveillée car mon ventre cris famine.
S : Bien sûr, j’avoue que cette odeur me donne faim.
Elles s’installèrent à la table lorsque Jack fit son apparition, voyant que Daniel n’était pas encore debout il en profita.
J : Bonjour vous deux, bien dormi ? Alors le petit Dany dort encore ?
Ja : Bonjour Jack, oui et je crois qu’il n’est pas prêt de se lever.
J : (embrassant Sam après un dernier coups d’œil au couloir) Bonjour toi, tu m’as manqué.
S : (lui rendant son baiser) Bonjour ! Je ne voulais pas te réveiller et comme je n’arrivais plus à dormir autant me rendre utile.
J : Tu as raison, femme, allez ! Au ménage.
Sam le frappa. Il s’installa près de son second et déjeuna avec les filles, ils prenaient leur temps, tous les trois appréciaient de ne pas être dans l’urgence. Ils se préparèrent et s’installèrent devant le lac, Jack apprenait l’art de la pêche à Janet, tandis que Sam lisait, on peut dire essayait de lire car Janet n’avait pas l’air douée pour la pêche mais elle s’amusait très bien apparemment, Daniel fit alors son apparition, il était d’une pâleur extrême et n’avait pas décuvé de la veille.
S : Bonjour Daniel, bien dormi ?
D : (se prenant la tête) Je vous en supplie Sam ne criez pas.
S : (Chuchotant) Désolée. Vous voulez un café ?
D : Oui merci, si vous aviez une boîte d’aspirine également ce serait gentil.
S : Je vais voir, ce que je peux faire… (Elle se leva de sa chaise et rentra préparer le petit déjeuné de Daniel).
Voyant Daniel assit et les regardant, Janet se leva et rejoignit son compagnon et une fois à ses coté l’embrassa. Jack suivait, il fit un petit bonjour à Daniel et ne voyant pas Sam entra dans le chalet, pour la découvrir préparant une collation à Daniel. Elle était concentrée sur la cuisson, il l’a prit dans ses bras et lui déposa un baiser dans le cou. Elle allait en redemander quand la voix de l’archéologue les surpris et d’un commun un accord du regard, ils s’éloignèrent l’un de l’autre.
D : Alors, Sam mon aspirine !
S : (lui tendant un verre d’eau et l’aspirine) tenez monsieur !
D : Merci Sam vous êtes un ange.
S : (Regardant Jack) Merci Daniel !
J : (s’approchant de Sam et murmurant) Oui mais vous êtes mon ange.
Sam rougit instantanément et l’archéologue ayant vu la scène, pensa que vu que Sam rougissait il n’y avait certainement rien entre ces deux là.
Le reste de la semaine se passa aussi bien que le début, mis à part que le couple Sam et Jack faisait comme s’il n’y avait rien entre eux. L’heure du départ sonna, Jack tout naturellement se proposa de ramener Sam étant donné que lui était seul dans son Pick-Up. Janet et Daniel partirent pendant que Jack faisait le tour du propriétaire avant de fermer à clef.
Sur le chemin les deux militaires appréhendaient le retour à la base, car l’inévitable question des grades allait reprendre sa place.
S : Je sais que ce n’est pas le moment mais j’ai vraiment peur.
J : Peur de quoi ?
S : De te perdre, de ne pas savoir faire la différence entre le professionnel et le personnel.
J : Moi aussi, mais je te propose quelque chose : pour le moment on reste cachés, on savoure, et dans 2 mois par exemple nous ferons le point, mais si un doute nous tracasse on en parle tous les deux sans tarder.
S : Je viens de découvrir autre chose sur toi !
J : …
S : Tu es très posé, et tu es très mignon lorsque tu trouves des solutions.
Le reste du trajet se passa dans la joie et la bonne humeur. Arrivés chez Sam ils descendirent de la voiture, Jack prit le sac de voyage de sa partenaire et la suivi. Ils reprenaient le travail le lendemain, mais pas question de passer la nuit loin l’un de l’autre donc ils restèrent chez elle. Le lundi matin Sam et Jack se préparèrent et prirent chacun leur voiture pour aller à la base.

Une fois arrivée à la base Sam se dirigea vers les vestiaires pour se changer, elle croisa le sergent Cooks qui la regarda d’un air peu aimable. Après avoir enfilé son uniforme elle prit le chemin du mess pour rejoindre ses collègues. D’habitude elle serait d’abord passée par son laboratoire mais là elle avait envie de voir Jack. Elle saisi un plateau et se servit des céréales, un thé et du jus d’orange avant de s’orienter vers la table où se trouvait son équipe.
S : bonjour tout le monde.
J : (Regardant ses yeux bleus) Bonjour Sam !
D : Salut !
T : Bonjour major Carter, avez-vous passé de bonnes vacances ?
S : (Avec un immense sourire) Excellente Teal’c, merci. Et vous ?
T : Très bien, j’ai appris le baseball à Rya’c, et il vous attend O’Neill pour se perfectionner.
J : Cela sera avec grand plaisir Teal’c.
Puis Jack, Daniel et Sam racontèrent leurs vacances à Teal’c qui fut ravis de savoir que le major se soit rendu chez O’Neill.
S : Il est l’heure. Allez SG1 briefing !
J : Major ! Je ne suis pas supposé donner les ordres ??!
S : (Malicieusement) Ce n’était pas un ordre, mon colonel, mais une suggestion.
J : Carter ne vous moqueriez vous pas de votre colonel ?
S : Je n’oserai pas, mon colonel !
Et ils s’élancèrent vers la sortie du mess, direction salle de briefing ou une surprise les attendait.
Ils entrèrent les uns après les autres et s’installèrent devant 3 membres de la Tokr’a qui n’avaient vraiment pas l’air d’être de bonne humeur, surtout Jacob.
H : Major ou étiez-vous ?
S : (ne voyant pas où le général voulait en venir) Au mess, mon général !
Jac : Pendant tes vacances Sam !
S : (regardant discrètement mon colonel) Chez Marc, papa. Pourquoi ?
Jac : Sam puis-je te voir 5 minutes ?
H : Oui, allez dans mon bureau !

Bureau de Hammond

Jac : Arrête de me mentir !
S : Oh et puis zut ! Je suis majeur papa et je fais ce que je veux, t’as compris ?
Jac : Non, tu as le devoir de prévenir ton supérieur des lieux où tu es censée te trouver.
S : Mais le colonel était au courant, je suppose que tu ne lui as pas téléphoné, car sinon il me l’aurait dit ! Et l’excuse du devoir tu peux te la garder, je te connais.
Jac : Bon d’accord, je suis venu avec Martouf car il voulait te voir, passer un peu de temps avec toi.
S : Papa, je ne veux pas que tu joues les entremetteurs, ça ne te va pas !
Jac : (regardant sa fille dans les yeux) Tu es amoureuse ?
S : Oui ! Et ne me demande pas son nom tu ne le sauras pas.
Jac : Pourquoi ?
S : (Se dirigeant vers la porte et l’ouvrant) Car c’est ma vie privée. (A l’attention du général) Désolée.


Dernière édition par le Mer 6 Déc - 16:46, édité 9 fois
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

4ème partie

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:18

H : (remarquant la tête de Sam) Ce n’est rien. (Il regarde Jacob) La Tok’ra a découvert que un goau’ld a caché un Artefact dans le Minnesota à environ 10 Km de votre chalet, Colonel
J : Génial, vive la pèche !
Sam se met à rire, ce qui n’arrange pas l’humeur de son père.
Jac : Arrêtez avec votre humour colonel, ça devient lassant !
Jack compris alors qu’il ne fallait pas faire le malin.
J : Je peux vous proposer mon chalet, on sera un peu serrés mais il y a quand même de la place, ce sera plus discret !
Anise : (se rapprochant de Jack et avec une voix mielleuse) Je serais ravie de voir votre chalet, Jack. Je peux vous appeler Jack, n’est-ce pas ?
Jack (mal à l’aise) : bien sûr, pourquoi pas je vous appelle bien par votre prénom.
H : (souriant) Excellente idée colonel. Vous partez dans une heure le docteur Frasier vous accompagnera on ne sait jamais avec SG1 je préfère me méfier. Allez vous préparer. Docteur Frasier trouvez des vêtements pour Anise !
Ja : Bien mon général (pour elle) trop proche de lui, elle m’énerve et lui il ne pourrait pas la pousser.
H : Docteur Jackson occupez vous de Martouf.
D : Bien mon général.
S : Papa tes affaires sont dans ta valise dans mes quartiers, tu viens ?
Jac : oui, on va pouvoir reprendre notre discussion Samantha !
S : Alors vas-y tout seul !!!
Puis elle partit dans son labo. Jack ne comprenait pas sa réaction. Il décida de la jouer en fin stratège et attendit 15 minutes avant d’aller la retrouver.

Labo de Sam

Toc, toc, toc…

S : Entrez !
J : Major, ça va ?
S : Oui, fermez la porte mon colonel.
J : (exécutant) à vos ordres, mon major.
S : (riant) Très drôle !!!
J : (sérieux) que s’est il passé avec ton père ?
S : Je crois qu’il a téléphoné à Marc pour savoir si j’y étais bien, et en parlant de ça tu savais que j’étais partie avec un homme ?
J : Je suis jaloux, major. (S’approchant de son major, mais pas trop car il y a des caméras dans le labo) et il est gentil au moins ?
S : Très il a un sens de l’humour adorable.
J : Et il est comment ?
S : Physiquement je dirais plein de charme, musclé mais pas trop, l’idéal à mes yeux. Les yeux marron à faire damner un saint. Des fesses, (Baissant la tête) non c’est trop intime je peux pas en parler avec vous. (Petit sourire coquin). (Reprenant son sérieux) Je crois que j’y suis allée un peu fort avec mon père, je lui ai dit que c’était ma vie privée !
J : Ce n’est pas bon signe lorsque tu t’énerves.
S : Ce qui me met en colère c’est qu’il est persuadé que je ne trouverais pas quelqu’un de bien.
Mais je l’ai trouvé la personne que j’aime et je sais qu’il me rendra heureuse.
J : (souriant jusqu’aux oreilles) J’en suis sûr Sam. Enfin j’espère que tu seras heureuse.
On frappa à la porte et on entra sans même attendre qu’elle ne dise « entrez ! », c’était Jacob.
Elle le regarda et dit en direction de Jack.
S : Je n’ai pas de doute sur cette affirmation mon colonel ! (À son père) Oui, tu voulais me voir papa ?
Jac : Oui, je venais voir si tu étais prête ?
S : Oui et comme tu peux le voir je suis déjà en civil et même le colonel est prêt.
J : (faussement vexé) Major ! Attention à ce que vous dites.
S : (Souriant) Bien mon colonel.
Jac : Bon je vois que vous vous amusez comme des petits fous mais il faut y aller, Anise et Martouf nous attendent.
S/J : (En même temps) Je l’avais oublié celui-là/celle-là.
Jac : Quoi ?
S/J : Non, rien.
Et tous les trois sortirent du laboratoire de Sam, Sam avait entendu Jack, Jack entendu Sam et Jacob malgré cette question avait parfaitement compris et voulait connaître le fin mot de l’histoire il ne lâcherait pas Sam et Jack de son séjour.

Après 4h00 de route et un arrêt pour se restaurer, SG1, Janet et les Tok’ra arrivèrent au chalet de Jack. Tous sauf SG1 et le médecin furent éblouis par la beauté du site, Jacob fut envahis du souvenir d’Elisabeth et il savait que Sam devait être touchée mais elle ne paraissait pas surprise.
Jac : Sam, ça va ?
Sam : (comprenant l’allusion de son père) Oui très bien, c’est endroit me rappelle des souvenirs. (Elle regarde Jack et lui fit un grand sourire) ;
Martouf : Quels souvenirs Samantha ? Est-ce que l’on pourra en parler ensemble ?
Sam : Non merci Martouf mais je ne veux pas en parler, se sont des souvenirs que je ne peux pas partager. Désolée.
Jack était content de la réponse de Sam, et il était tellement absorbé à écouter la conversation de Sam qu’il n’entendit pas Anise venir à ses côtés, il ne sentit qu’une main se glisser dans la sienne, il se retourna mais ne réagis pas, trop étonné du culot qu’avait la Tok’ra, il voulut enlever sa main mais apparemment Anise n’était pas décidée.
Sam le regardait furieuse, voyant la gêne s’installer Janet prit les devant.
Ja : Alors colonel, vous nous faites entrer ou vous voulez que nous restions là.
J : (Se libérant de l’emprise d’Anise) Oui, suivez le guide.
A : Je vous suivrais partout dans l’univers, JACK !!!!
S : (Pour elle-même) Mais bien sur !
Ja : Chut Sam.
S : (rougissant) Désolée ! (Bas à Janet) Mais j’ai envie de l’étrangler.
Ja : (souriant) Je te comprends. Elle m’énerve aussi.

Deux jours après ils n’avaient toujours pas retrouvés l’artefact et pourtant ils étaient équipés. L’ambiance elle était plutôt sous haute tension. En effet, Martouf n’arrêtait pas de faire des avances à Sam, Anise faisait de même avec Jack et les deux militaires ne savaient pas comment faire pour les éloigner sans attirer l’attention sur eux. Le colonel et le major ne pouvaient même pas se parler autre que par leur grade car ils étaient suivis de près par Jacob partout ou ils allaient.
Pendant un moment de recherche Sam et Jack s’éclipsèrent à 5 minutes d’intervalle, pour se retrouver près du lac. Jacob après 10 minutes se proposa d’aller les chercher, mais lorsqu’il les trouva, il observa :
J : Je t’en prie Sam, je n’y suis pour rien si Anise me suis partout et je te ferai remarqué que tu ne dis rien à Martouf.
S : Super devant mon père et je vais lui dire quoi ? Martouf désolée mais en fait je suis avec Jack ! Où je ne t’aime pas ! Je ne suis pas Jolinar ! Alors qu’est ce que je lui dis ?
J : Désolé, je ne pensais pas vraiment à la présence de ton père et puis ça m’énerve d’être ici sans pouvoir me comporter comme je le souhaiterais. Et puis Martouf lui… Ah, je ne peux pas !!!!
S : Martouf ! Je te rappelle que ta chère Anise te fais des avances également et à ce que je vois tu ne me semble pas vraiment mécontent.
J : (se rapprochant d’elle) Tu sais très bien que je n’éprouve rien pour elle !
S : (Sentant le corps de Jack contre le sien) Jack ! Arrête ce n’est pas le moment, je…
Elle ne put terminer sa phrase que les lèvres de Jack touchèrent les siennes. Elle était partagée entre le désire de continuer et la folle envie de le gifler. Ce fut plus fort qu’elle.
S : (Giflant Jack) Je t’ai dis arrête ! (Pleurant) tu ne comprends pas ? Il faut mieux que l’on arrête avant d’aller trop loin Jack. Je suis désolée mais entre nous ça ne marchera pas.
Puis elle partie, pleurant toujours, il fallait qu’elle se calme avant de rentrer, cette distance dû à la proximité des tok’ra avait anéantie sa relation avec son colonel.
J : (la main sur la joue) Sam, je t’en prie. (Plus bas) Je t’aime…
Voix : Depuis combien de temps avez-vous une relation tout les deux ?
J : (Reconnaissant la voix, déglutit difficilement) Jacob, je ne comprends pas ?
Jac : Je vous en prie ne me prenez pas pour un idiot, Jack !
J : (Se résignant) Cela va faire deux semaines, mais bon elle a décidée que c’était fini donc, vous n’avez pas à vous en faire.
Jac : Pourquoi, ne me l’a-t-elle pas dit ? Et pourquoi renoncez vous ? Jack, j’ai entendu votre dernière phrase !
J : Je suis désolé, mais on voulait d’abord savoir comment la relation allait évoluer. Il n’y a que Janet qui est au courant de notre relation. Et pour ce qui est de renoncer je ne veux pas la faire souffrir.
Jac : C’est en renonçant que vous la ferez souffrir !
J : Que voulez vous que je fasse, il y a tant de problème : le règlement, mon passé, sa carrière et puis elle ne m’aime peut être pas ! Non pour cette dernière proposition, je sais que c’est faux.
Jac : Alors laissez moi vous aider !
J : Comment ?
Jac : J’ai ma petite idée. Vous aimez les pique-niques ?
J : Oui, mais pourquoi ?
Jac : Sam, elle adore ça, on va organiser une petite promenade pour nous détendre et à ce moment j’essaierai de la convaincre de vous pardonnez, mais attention si je vous vois trop près d’Anise je vous étripe. Est-ce que je suis clair Jack ?
J : (Souriant) Très clair, Jacob !
Jac : (Commençant à rentrer vers le chalet) allons-y sinon ils vont se poser des questions et je ne voudrais pas que Sam sache que je suis au courant pour vous deux.
Puis le colonel emboîta le pas à Jacob, tout compte fait le fait que le tok’ra soit au courant avait du bon. Avant de rentrer dans le salon Jack arrêta Jacob.
J : Merci beaucoup !
Jac : De rien. Je préfère que ce soit vous plutôt qu’un homme qui ne sache pas la protéger.
La soirée se passa calmement même si certaines tensions existaient entre le colonel et son major. Anise en avait profiter pour aller voir le militaire qui lui expliqua qu’il n’était pas d’humeur à la supporter.

Sam était triste, comment avait-elle put lui dire cela, elle l’aimait elle en était sur. Mais qu’une autre femme tourne autour de lui elle ne le supportait pas et pourtant elle n’avait jamais été jalouse lors de ces autres relations et elle savait qu’elle pouvait avoir confiance en lui. Alors pourquoi ?


Dernière édition par le Mer 6 Déc - 16:52, édité 6 fois
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

5ème partie (fin)

Message  Ptitelili le Mar 5 Déc - 23:21

Le lendemain, tout le monde était debout de bonne heure et Jacob en profita pour proposer une journée détente, car ils en avaient tous besoin. Cette demande surpris Sam, son père n’avait pourtant pas l’habitude de mélanger le travail et la détente. Les membres du SGC et la Tok’ra approuvèrent cette journée avec joie.
Après 3h de marche et un archéologue n’arrêtant pas de ce plaindre, ils décidèrent de faire une pause.
D : Ce n’est pas trop tôt ! Je me serais cru en mission avec Jack qui n’arrête pas de me faire de remarque sur la lenteur de mon rythme.
Ja : (Souriant à Sam) A c’est deux là ! Tu vas bien Sam, depuis hier tu ne parles pas ?
Sam : (En avançant vers un coin tranquille) Non pas vraiment, mais je t’expliquerais ça quand nous serons… Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah
Ja : (Voulant rattraper son amie) Saaaaaaaaaaaaaaaaam !
Aussitôt Jack se précipita vers les cris suivit de Jacob et du reste de la bande.
J : (Paniqué) Janet où est Sam ?
Ja : (Les larmes aux yeux) Elle… Elle est tombée dans ce trou. Au mon dieu !
Daniel la prit dans ses bras et la serra fort. Pendant ce temps Jacob avait attrapée la corde dans son sac.
Jac : Jack, allez chercher ma fille.
J : J’y compte bien.
Il commençait à ce préparer lorsqu’ils entendirent Sam criée au fond du trou.
S : Quelqu’un m’entend ?
J : Oui major nous vous entendons, Comment allez vous ?
S : Je vais bien mais je crois que j’ai la cheville cassée. J’ai découvert une grotte et il y a des inscriptions goau’ld sur les parois.
J : Je vous rejoins Sam, rester là et faites attention à vous !
S : Bien mon colonel ! Mais je vais voir si l’artefact ne se trouve pas à proximité de l’entrée !
J : (A Jacob) Mais elle est têtue en plus.
Jac : C’est de famille, et puis à force de vous fréquenter elle devient comme vous.
D : (Souriant) Je suis assez d’accord avec vous Jacob !
Ja : N’en rajoute pas Daniel !
J : (Faussement fâché) Merci Janet, de votre soutien (à Teal’c) tenez la corde je descends.
T : Très bien O’Neill, faites attention à vous !
Puis Jack se mit en position et commença une longue descente, il se dit qu’elle avait eu de la chance de ne se briser qu’une jambe. Arrivé en bas, il vit Sam avec un objet à ses côtés.
J : (La prenant dans ses bras) Sam, ça va ?
S : (étreignant Jack) Oui, j’ai mal à la jambe mais je vais bien, je crois que j’ai eu beaucoup de chance.
J : (resserrant ses bras autour de son major) J’ai eu peur de te perdre, me refait plus ce coups là. (Il se pencha et avant qu’elle ne puisse réagir l’embrassa avec fougue) Je t’aime Sam, je ne veux pas te perdre.
S : (embrassant Jack à son tour) Je t’aime aussi et sache que je ne te laisserai pas comme ça !
Puis elle se sépara de lui et ramassa quelque chose, Jack l’a regardait d’un œil amusé.
S : (Souriant) J’ai trouvé l’artefact. On a eu de la chance !
J : Oui, mais tu aurais pu ne pas te faire remarquer. (Enroulant la corde autour de son major) Aller ! On remonte. (Criant) Teal’c, vous pouvez nous remonter.
T : Très bien O’Neill, accrochez vous !
J : Tu as entendu, il faut que nous nous accrochions.
S : Oui, et cela ne me déplais pas.

Après 5 minutes d’effort de la part de notre jaffa préféré, Sam et Jack furent remontés et Janet prit tout de suite Sam sous sa coupe, pour pouvoir faire les premiers soins à sa jambe, avant de rentrer au chalet. Pendant ce temps Anise alla voir le colonel pour le félicité de son courage mais ce fut peine perdu, car Jack sans même un regard tourna les talons, rejoignis Sam et Janet.
Ja : Bon ce n’est pas très grave, je pense que tu as une ou deux côtes fêlées mais rien de grave par contre pour ta jambe c’est une autre histoire, il va falloir te plâtrer donc congés et laboratoire interdit.
J : (Se rapprochant de Sam) Ce n’est pas très grave, au contraire, je crois que je vais pouvoir profiter un peu de toi.
S : (Sous le choc du tutoiement et du rapprochement de son colonel, mais très heureuse) Avec plaisir Jack, j’aime quand tu t’occupes de moi.
Elle lui fit un chaste baisé et il se mit à sourire, leur entourage était divisé en trois, ceux au courant qui étaient content mais pas vraiment étonné (je nomme Janet et Jacob), ceux dont le sourire est venue immédiatement sur le visage dont un plus stupide que l’autre (je nomme Daniel et Teal’c) et ceux qui n’appréciaient pas du tout ce rapprochement entre les deux militaires (les nominés sont Anise et Martouf).
D : Mais depuis quand ?
Jac : Depuis environ 15 jours. (A Sam et Jack) Ce n’est pas que je voudrais vous déranger mais je pense que nous serions mieux dans votre chalet Jack, il faut prévenir Georges et nous devons rentrer.
J : Bien sur Jacob ! Tu veux bien que je te porte ?
S : Papa ! Pas de remontrance, pas de cris ?
Jac : Non mais si tu ne te décides pas, à lui répondre, c’est moi qui te porte.
S : (souriant) D’accord avec plaisir Jack.
J : Alors en route campeurs !
Il prit sa bien aimée dans ses bras et ils repartirent tous vers le chalet du colonel. Daniel avait prit la main de Janet dans la sienne Teal’c et Jacob discutait entre eux de la nouvelle relation des deux militaires. Martouf souriait bien que déçu de ne pas avoir la chance d’être à la place de Jack (Je l’aime bien quand même Martouf), il avait tout de même remarqué le lien entre eux et savait que Samantha serait heureuse avec Jack. Anise, elle fulminait, elle n’avait jamais été rejetée de la sorte et surtout pas d’un Tau’ri.

Une fois rentrés à la maison, Jacob appela le SGC et le général Hammond fit appel à un hélicoptère pour faire rentrer le major et le docteur pour que cette dernière puisse s’occuper de Sam le plus rapidement possible.
Quand les autres arrivèrent, Ils se dirigèrent vers l’infirmerie.
J : (souriant, content de revoir Sam) Bonjour, comment allez vous, major ?
S : (Lui rendant son sourire) Bien et encore mieux depuis une dizaine de seconde, mon colonel !
J : Je suis très content.
V : Vous êtes content pourquoi, colonel ?
J : Que le major aille bien, mon général.
H : Bien, major vous avez un mois de congés et le reste de SG1, deux semaines, le travail n’est pas relativement important ces derniers temps après vous aurez des missions de routines, jusqu’au retour du major.
J : Yes !!!
D : Oui, je crois que pendant deux semaines nous n’allons plus vous voir Jack. Vous prendrez soin de Sam ?
J : Daniel ! Arrêtez de dire n’importe quoi !
H : Ne vous en faites pas colonel, Jacob m’a tout raconté et une dérogation pour tout le SGC à été demandée et acceptée par le président. Vous pouvez donc vous occuper de Sam.
Jac : Mais pas de trop près qu’en même elle a besoin de repos.
J : (Souriant) Promis elle ne quittera pas sa chambre. (Puis se rendant compte de ce qu’il venait de dire) Enfin ce que je veux dire c’est…
D : (Eclatant de rire) Nous avons bien compris Jack !
J : Occupez vous de votre doc, au lieu de m’embêter !

Après trois longues heures à la base Jack et Sam rentraient chez celui-ci, pour pouvoir être le plus proche possible de la base en cas de problème. Après avoir installé Sam dans le salon, il commanda une pizza et sortie une bière et un soda light (Bah oui elle a pas le droit de boire avec des anti-inflammatoires).
Lorsque le livreur apporta leur dîner, ils mangèrent en parlant, tout en partageant leur impression sur la réaction des deux tok’ras, et de leur vie futur à deux.
J : (regardant sa montre) Il se fait tard. Tu es fatiguée ?
S : Oui, je commence et toi ?
J : Oui, j’ai hâte de me retrouver dans les bras d’une charmante jeune personne.
S : J’ai hâte aussi.
Jack se leva et prit Sam dans ses bras, ils éteignirent toutes les lumières et allèrent dans la chambre. Pour une bonne nuit de sommeil. (Non esprit mal placé, avec un plâtre c’est pas très évident et puis c’est une fanfic tout public (lol)).

Fin ! (Ouf ! L’inspiration fut difficile)

Vite un petit commentaire que vous aimiez ou pas merci.


Dernière édition par le Mer 6 Déc - 16:55, édité 1 fois
avatar
Ptitelili
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Garges (95)
Date d'inscription : 06/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  mousticv le Mar 5 Déc - 23:45

Bon, l'histoire est un peu convenu mais c'est plutôt agréable à lire.

Par contre, évite les commentaires personnels dans le texte, ça gâche la lecture. Wink
avatar
mousticv
Lecteur d'Agatha Christie
Lecteur d'Agatha Christie

Nombre de messages : 597
Age : 44
Localisation : dans les bras de Jack... non ? Bah tant pis !
Date d'inscription : 09/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  gjc597 le Mer 6 Déc - 0:26

Attention, les fics en ligne, c'est 5 posts maxi ! (comme précisé dans les règles)

alors, soit tu modifies pour que ça fasse 5 posts, soit tu l'héberges sur un site (là par exemple http://www.fic.free.fr/) et tu nous repostes ta fic dans la section "fic référencée".


_________________


Mon site
Mon blog
Petit rappel : LES REGLES DU FORUM DOIVENT ETRE LUES... ET SURTOUT APPLIQUEES cheese CLIQUEZ ICI POUR LES LIRE
avatar
gjc597
Modo: La Brute

Nombre de messages : 3140
Age : 43
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://gjc597.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  nanou01 le Mer 28 Fév - 18:43

j'ai bien aimé
avatar
nanou01
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 82
Age : 30
Date d'inscription : 19/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  Arduina le Mar 8 Jan - 23:44

Jolie histoire par contre, juste pour la "crédibilité" de l'histoire,
Spoiler:
le trajet Colorado Spring/Minessotta, prend environ 16 à 17h en voiture Wink

Arduina
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 67
Age : 38
Date d'inscription : 13/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  Ayana le Lun 16 Juin - 1:28

Arff j'aime pas ça mais comme tu as demandé... je vais dire ce qui m'a géné dans ta fic. Embarassed

D'abord les dialogues façon "théâtre", ensuite les commentaires dans l'histoire (en tant qu'auteur tu dois nous transporter dans un univers isolé de tout, et les coms empêchent cette magie d'opérer).

Ensuite les fautes d'ortho et/ou de français. Quand une expression est mal employée (je ne me souviens plus desquelles de tête, toutes mes excuses) tout de suite moi ça me fait sursauter et j'ai un peu de mal pendant les phrases suivantes.

Il y a aussi les incohérences
Spoiler:
(le trajet Colorado/Minesota en 3 heures....)
, voir les coincidences qui sont tellement énormes qu'elles en deviennent absurdes
Spoiler:
(Daniel qui trouve la boite de préservatif DANS LA CUISINE et juste au bon moment, de toute façon même Daniel qui arrive au chalet pile à ce moment: 1 chance sur 1000, Anise et Martouf qui débarquent juste après que Sam et Jack se soient mis ensemble: 1 chance sur 10000, l'artefact tout près du chalet... 1 chance sur 1 millions etc....).

Les clichés aussi (c'est pas parce que ça a été fait 100 fois dans des fics que c'est une bonne idée.... les idées pourries font le tour du monde aussi, regarde la nouvelle star lol)
Spoiler:
je citerai pour exemple le couple Daniel/Janet (courant dans les fics, rien pour l'avérer dans la série) mais s'en est bourré... Tiens Daniel bourré justement. D'accord il tient pas l'alcool c'est un fait, et oui il y a des situations marantes à faire dessus, mais là on dirait que tu l'as fait juste histoire de dire vous voyez y'a Daniel, il est au chalet et il est bourré, normal quoi. La dérogation miracle à une demi page de la fin... (quand les auteurs font ça c'est qu'ils n'ont pas d'idée pour faire une véritable fin généralement...)

La façon dont les personnages se comportent :
Spoiler:
Sam et Jack qui se tutoient du jour au lendemain comme s'ils avaient fait ça toute leur vie, Jacob qui passe de marieuse à pire ennemi du couple à remarieuse, Daniel qui devine rien au manège de ses amis alors que franchement ils sont pas super discrets... Je suis pas convaincue par ton Jack ni ta Sam non plus... Bref chacun sa façon d'appréhender la série, mais je n'ai pas du tout retrouvé l'esprit des personnages tels que je les connais. Et quelques clichés mise ça et là ne sont pas le remède miracle pour ça (pour revenir à l'exemple de Daniel comme j'en ai déjà parlé, pour moi son trait caractéristique c'est d'être à l'écoute de ses amis et donc de les cerner mieux que quiconque, pas d'être celui qui finit bourré à chaque fois. Tu vois ce que je veux dire ?)


Voilà, tu vas très surement me trouver dur mais tu as demandé notre avis qu'il soit bon ou mauvais... Et je crois profondément que c'est en aidant à voir les erreurs des autres qu'on les aide à progresser...
Maintenant je pense aussi que tu ne devrais pas te décourager pour autant, certains passages sont agréables et quelques dialogues m'ont arrachés de beaux sourires amusés. Ce sont de bons signes qui ne trompent pas.

Les fics clichés et guimauve sont peut être bien reçue (parce qu'un shippeur S/J par définition est un être en manque de ship !!! lol) mais si tu réfléchis bien, ce ne sont pas ces fics là qui nous marquent, celles dont on se souvient durablement. Celles-ci on finit par les mélanger et se dire qu'en relire une c'est comme en relire 10....
avatar
Ayana
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1218
Age : 28
Localisation : Nantes, raah Nantes, son chateau, ses gondoles.... :p
Loisirs : L'histoire et l'archéologie of course, les livres, les amis, les séries....
Date d'inscription : 14/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://ayana-pitchoune.livejournal.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  Naquadriah le Sam 19 Juil - 22:49

Je viens de lire cette fic. Je l'ai trouvée un peu longue, mais en même temps pas assez pour le scénario développé.
Ayana a très bien résumé ma pensée en fait, je suis tout à fait d'accord avec elle.
Tout arrive trop vite et par magie.
Et surtout, attention aux fautes, ça gâche vraiment le plaisir de la lecture, tout comme les commentaires persos d'ailleurs.
Bonne continuation.

Naquadriah
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 22
Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vacances bien méritées (3ème fic)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum