Le pousse au crime Irlandais

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  ship56 le Mar 9 Jan - 12:55

+1

que de frustrations pour la pauvre Sam!!!!

je trouve ça très très très drôle!!!!
diable diable

la suite, la suite!!! bounce
avatar
ship56
Lecteur du Journal
Lecteur du Journal

Nombre de messages : 167
Age : 32
Localisation : quelque part entre ici et ailleur
Loisirs : stargate, Dr House, lire des fics
Date d'inscription : 20/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  marina119 le Mar 9 Jan - 13:59

trop fort continue comme ca!!

marina119
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 06/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  bibiche le Mar 9 Jan - 14:57

Ac un peu de chance et bcp de motivation pr moi, vous aurez la suite et fin de "Dubious" en fin de semaine...

Merci, pr les coms, je ss contente que ça vous plaise, j'espère que vous aimerez la fin que je vous ai concotée, autant que le début..
avatar
bibiche
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 439
Age : 31
Localisation : Basse-Normandie
Loisirs : Voyager, équitation, danse, escalade...
Date d'inscription : 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cpaf.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  bibiche le Ven 19 Jan - 17:47

Voici la suite et fin de Dubious....

Vingts minutes plus tard

*ACTIVATION DE LA PORTE *

« Pile à l’heure notre ambassadeur ! » dit le général O’Neill, en arrivant dans la salle d’embarquement, pour accueillir ses invités.
« Général O’Neill, je suis Diantz, l’ambassadeur du peuple de Turkana pour cette alliance.. » se présenta l’homme qui venait de surgir de la porte et qui descendait désormais la rampe d’accès en direction du général.
« Enchanté, j’espère que vous passerez un agréable moment dans nos charmants murs gris ! » plaisanta O’Neill. « Suivez moi, nous allons nous installer dans une salle de briefing à l’étage ! » continua-t-il en l’invitant à le suivre.

Arrivés en salle de briefing, Carter, Daniel et Teal’c, les attendaient déjà.

« Diantz, c’est ça, je vous ne représente plus SG1, ils vont m’aider à superviser cette alliance ! » commença le général, en invitant tout le monde à prendre place.

Le briefing commença. Les enjeux est assez conséquents, ce peuple plus avancé que la Terre, était très ouvert, à la galaxie qui l’entourait. Il avait développé de nombreuses technologies, aussi bien médicale, ménagère, scientifique que défensive. Ce peuple était LE peuple que SG1 avait désespéré de trouver. Il était enclin à tout partager, en contre partie de maigres compensations aux yeux de la Terre. Cependant, malgré l’importance de ce briefing, Carter semblait quelque peu perdue dans ses pensés, et avait été reprise plusieurs fois, pour son manque d’attention. Son esprit était entièrement tourné vers l’homme qui était à sa gauche, Jack O’Neill. Les fantasmes qu’elle avait ‘‘subi’’ ces dernières heures la tourmentaient, comment avaient-ils pu être si réels ? Et maintenant, elle se méfiait de ce qu’elle vivait de ‘‘peur’’ de retomber dans un de ses fantasmes, si perturbants, si envoutants… Depuis, quelques instants déjà, elle triturait obsessionnellement ses mains, afin de se concentrer sur cette alliance, mais ce tic avait tendance à agacer O’Neill, qui discrètement lui avait déjà fait remarquer. Elle avait fini par cacher ses mains sous la table, n’arrêtant pas pour autant.

« Carter… » murmura O’ Neill à l’intention de la jeune femme à ses cotés.

En constatant son manque de réactions, et ne voulant pas se faire remarquer des autres personnes autour de la table de briefing, il glissa discrètement sa main sous la table, jusqu’à attendre celles de Sam. Elle sursauta légèrement, et le regarda intriguée. Ca y est se dit-elle, elle était encore en plein fantasme. Jack, qui faisait semblant de suivre le discours qui se déroulait à la table, pressa un peu plus fort ses doigts contre ceux de Sam pour lui faire comprendre d’arrêter de se triturer les doigts frénétiquement. Bouleversée par ce geste si familier, la jeune femme était tétanisée sur place, les yeux perdus dans la contemplation de leurs mains presque liées. Jack avait pu constater que les joues de Sam s’étaient peu à peu colorées d’une jolie teinte rosée. Un sourire se dessina sur les lèvres de Jack, fier de faire de l’effet qu’il provoquait sur son second, rien qu’en apposant sa main sur les siennes.
Au bout d’un instant, Sam, dont la chaleur corporelle avait augmentée, se leva brusquement pour se servir un verre d’eau mis à la disposition. Pendant ce temps, le briefing se terminait, chaque partie étant satisfaite de ce qu’elle avait obtenue, discutait de banalités et des différentes coutumes.

« Nous sommes ravis des accords que nous sommes parvenus à établir !! » expliqua le généra O’Neill, à son invité.
« Nous de même, général, notre peuple sera ravi de fêter la réussite de cette alliance pendant la célébration de la ‘‘Terre qui Fut’’ ! » affirma Diantz.
« Qu’est-ce la célébration de la ‘‘Terre qui Fut’’ ? » demanda Daniel.
« Vous ne connaissez pas ? » demanda l’ambassadeur.
« Euh, non ! » répondit O’Neill.
« J’avoue que c’est une tradition un peu vieille et démodée pour une civilisation évoluée, mais, cette célébration nous donne une bonne excuse pour se réunir, se divertir et se faire plaisir… Elle est basée sur une vieille légende qui compte comment notre planète s’est créée ! » expliqua Diantz.
« Que raconte-elle cette légende ? » interrogea Daniel curieux.

Pendant ce temps Sam avait fini par sa rasseoir à sa place avec son verre d’eau. Alors qu’elle se désaltérait, Diantz commença à conter sa légende.

« La légende dit qu’à sa naissance la terre n’avait pas de ciel et elle était ouverte et accueillante, et les étoiles pourvues de leurs puissantes queues scintillantes la pénétraient à travers sa peau à en faire bouillir de sensations les océans, et quand elle ne put plus supporter cette extase, elle gonfla ses joues et souffla le ciel, dans un gémissement extatique ! »

A ce moment, Sam recracha toute l’eau qu’elle était entrain de boire. Elle toussait à en perdre à haleine, tentant de reprendre sa respiration.

« Bon sang, Carter ça va ? » demanda O’Neill en lui tapant gentiment dans le dos.
« Ça va mon général… C’est juste que cette légende m’a un peu surprise ! » avoua Sam, ayant retrouvé son souffle.

Le général resta perplexe devant les propos de son second. Sam, quant à elle, avait déjà l’esprit ailleurs, à son humble avis, ces gens devaient avoir une drôle de façon de célébrer la naissance de leur terre. Bon sang, les mots qui lui revenaient à l’esprit lui indiquaient une façon pas très catholique de fêter ça : ouverte, accueillante, puissante, pénétrait, bouillir de sensations, extase, gémissement… Stoppe, ne plus penser. Trop tard… C’est qu’elle aimerait bien fêter ça avec quelqu’un en particulier, se dit-elle en regardant son général dans les yeux. Et au vu de son air surpris, son regard devait être un peu trop explicite sur le sujet de ses pensées, rectifia-t-elle.

« Vous êtes sure, carter ? » lui demanda-t-il, mal à l’aise devant son regard si expressif.
« mmmh ! » acquiesça-t-elle.
« Je me permets de vous faire cette offre, au vu de cette alliance et des bonnes relations qui lient désormais nos deux peuples, nous serions honorer, mon peuple et moi de vous inviter à partager les festivités de la ‘‘Terre qui Fut’’ avec nous ! » intervint l’ambassadeur de Turkana.
« Oh ! Et bien, cela ne tient pas qu’à moi, mais pourquoi pas, Diantz ! » répondit Daniel, qui interrogeait Jack du regard, attendant une quelconque réponse de sa part.
« Eh, bien, qu’en penser vous, Carter, Teal’c ? » demanda O’Neill.
« Je n’y vois aucun inconvénient pour ma part, mon général. » répondit Sam.
« Idem ici » se contenta de répondre la jaffa.
« Eh bien, Diantz, nous nous ferons un plaisir, de nous joindre à vous pour les festivités ! » s’exclama O’Neill pour Diantz.
« Nous, mon général ? » l’interrogea Sam.
« Vous ne croyais tout de même pas que je vais vous laisser partir faire la fête sans moi, Carter ? » lui dit-il avec un clin d’œil.
« Oh, je suis ravi que vous acceptiez ! Notre coutume veut que chaque homme et femme vienne accompagné, j’espère que cela ne pose pas de problème ? » expliqua Diantz.
« Je ne pense pas ! »
« Ça dépend pour qui !! » murmura Sam.
« Carter, ça vous pose un problème ? » demanda-t-il avec amusement en l’entendant murmurer.
« Du tout, mon général ! » se reprit-elle.
« Bien, alors c’est parfait. Diantz, Daniel et Teal’c vont vous raccompagner à la porte des étoiles et je vous dis à demain, à votre petite sauterie ! » conclua le général.
« Cela a été un plaisir, général ! » remercia l’ambassadeur.
« Nous de même, Diantz ! » salua O’Neill, alors que Diantz quittait la pièce accompagné de Daniel et de Teal’c.
« Carter, dans mon bureau ! » ordonna-t-il gentiment.
« Oui, mon général ! » lui répondit-elle peu rassurée, en le suivant.

Il ne s’était pas assis dans son fauteuil comme à son habitude, mais s’appuyait contre son bureau, ses bras encadrant son corps, faisant face à une Sam de moins en moins rassurée. Que pouvait-il bien vouloir lui dire ? Enfin, fallait avouer qu’elle n’était pas très attentive à ce qui l’entourait en ce moment, mais se pouvait-il qu’il ait perçu son malaise et surtout la cause de son malaise ? Non ! Enfin, pas si sure…

« Carter, Carter, je ne pensais pas à avoir à vous dire ça un jour, mais, il faudrait être plus attentive… » se lança-t-il au bout d’un moment.
« Je suis désolée, mon général… » commença-t-elle à s’expliquer.
« Je vous ai tout de même repris quatre fois en moins de deux heures, je sais que ce n’était pas particulièrement intéressant, mais de là à devoir vous rappeler à l’ordre… » l’interrompit-il, prenant un malin plaisir à la mettre dans une situation embarrassante.
« Cela ne se reproduira plus mon général ! » répondit Sam au garde à vous.
« Repos, Carter… Je ne vous brime pas… Vu, tout ce que vous faites pour le peuple de P3X 686 et tout le reste, je ne vous en veux pas, je ne vous en voudrais jamais pour être honnête… Je me demande même des fois, comment vous faites pour être toujours au top ! Ce n’est surement pas avec moi, que vous avez le meilleur exemple d’attention !! » plaisanta-t-il en la voyant stressée.
« Merci, mon général ! » soupira la militaire de soulagement.
« Bien, aller, racontez moi, ce qui accapare tant, votre si jolie… cerveau » se reprit Jack, un sourire aux lèvres.
« Oh, je… j’ai.. » ne sut quoi répondre Sam, de plus en plus mal à l’aise de devoir parler de ça, surtout avec cet homme.
« Parlez librement, Carter ! Vous me faites confiance, n’est-ce pas ? C’est Daniel, qui vous fait des misères ? Votre labo, c’est ça, hein, il vous manque ?» demanda Jack qui jouait les inquiets, en s’approchant d’elle la prenant par les épaules.
« Merci, de me rappeler que j’ai plus de labo ! » murmura Sam.
« Pardon, vous disiez ? » l’interrogea Jack, la voyant marmoner.
« Rien, rien, mon général, mais c'est-à-dire que c’est assez personnel ! » osa Sam.
« Oh, ah bon…tant pis, alors… Et sinon, Sam, avez-vous déjà un cavalier pour la fête de la ‘‘Terre qui fut’’ ? » demanda-t-il innocemment en changeant de sujet, insistant bien sur son prénom.

Son général s’était de nouveau rassis en face d’elle sur son bureau, il avait croisé ses bras sur son torse, la regardant, avec un petit sourire en coin. Un sourire qui la laissait songeuse.

« Euh, non ! » lui répondit-elle, un peu perdue.
« Bien, me feriez vous l’honneur de fêter la ‘‘Terre qui fut’’ avec moi ? » lui demanda-t-il charmeur.

Sam rougit violemment au sous-entendu, la légende de la ‘‘Terre qui fut’’ se rappelant un peu trop vivement à son esprit, en particulier, les mots qu’avaient employés Diantz. Cela n’échappa à Jack, qui sourit de plus bel, content de l’effet qu’il avait produit chez son second.

« C'est-à-dire que je ne sais pas si c’est…très conventionnel… mon général ? » s’enquit Sam, en reprenant un peu d’aplomb.
« Qu’est ce qui vous fait penser que cette fête se célèbre de manière peu conventionnelle ? » demanda-t-il, le plus innocemment du monde.

Alors c’était ça, se dit Sam. Il voulait lui faire cracher le morceau à propos de ce qui accaparait ses pensées, alors qu’il savait pertinemment, de quoi il en retournait. Il s’amusait maintenant à ses dépends, et il avait l’air d’y prendre beaucoup de plaisir, remarqua-t-elle. Pourquoi pas elle, se dit-elle après réflexion, matant discrètement son supérieur qui arborait toujours son sourire aussi charmeur sur son visage. Elle avait elle aussi le droit de s’amuser, surtout de cette manière et encore plus avec lui. Il avait semé le vent, il allait maintenant récolter la tempête, une tempête nommée Samantha Carter.

« L’intuition féminine, mon général ! » lui répondit-elle, sure d’elle.
« Ah, et que dit votre intuition, alors ? » l’interrogea-t-il curieux.
« Que vous êtes trop curieux, mon général ! » affirma–t-elle, malicieuse.
« Oh… » lança-t-il comprenant qu’il s’était fait prendre à son propre jeu. « Alors, vous ne saurez pas ma cavalière, alors ? Non, pas que je veux que vous le soyez absolument… Mais comprenez, vous êtes mon second en commandement, et si je choisie une des militaires de la bases, cela va faire des jalousies, alors qu’avec vous ça coule de source… Enfin, vous m’avez comprise ! » s’exclama Jack, avec toute l’assurance qu’il pouvait.
« Oh, alors je suis la solution de facilité ? » demanda la militaire qui jouait les déçue alors qu’elle jubilait intérieurement.
« Non ! Non, non, enfin oui mais non, rrahhh, Carter, m’embrouillez pas, vous vous voulez ! » râla Jack.
« Moi, mon général, jamais ! » le défit-elle.
« C’est ça, moquez vous de moi… Puisque c’est comme ça, vous êtes punie, Carter ! »
« Punie, mon général ? »
« Oui, punie ! »
« Et peut-on savoir, comment monsieur le général va punir son second ? »
« Parfaitement, vous allez m’accompagner à cette fête sur Turkana ! » dit-il en prenant son air autoritaire.
« Oh, non pitié, mon général, je ne mérite pas une sentence si dure ! » dit-elle, en essayant de cacher son début de fou-rire.
« Non mais, Carter vous pourriez au moins essayer de faire semblant de manière crédible ! Je n’ai plus d’autorité dans cette base ! » finit-il par lâcher, un immense sourire aux lèvres.
« Désolée, mon général ! » dit-elle sur le même ton que lui.
« Mouai, le temps de ça, vous avez dévié la conversation ! Je ne saurais donc jamais ce qui perturbe tant le colonel Samantha Carter ! »
« Je serais obliger de vous tuer, mon général, hors, vous pourriez nous être encore utile… enfin, je pense » dit-il en faisant mine de réfléchir.
« Merci, Carter, c’est toujours un plaisir de parler avec vous !! » ironisa-t-il. « Allez, vous pouvez disposer… ma cavalière ! » conclua-t-il.
« A vos ordres, mon général ! » lui dit-elle, en lui faisant un magnifique sourire. « Oh, mon général, j’allais oublier, vous m’auriez simplement demandé de vous accompagner, je vous aurez répondu oui, pas besoin de faire diversion !» s’exclama la militaire avec un sourire malicieux, alors qu’elle sortait du bureau de Jack.
« Raahh, les femmes, elles resteront toujours un mystère pour moi ! » se dit-il à lui-même.

[...]
avatar
bibiche
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 439
Age : 31
Localisation : Basse-Normandie
Loisirs : Voyager, équitation, danse, escalade...
Date d'inscription : 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cpaf.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  bibiche le Ven 19 Jan - 17:48

Le lendemain, sur Turkana.

Diantz attendait SG1 et le général O’Neill près de la porte des étoiles, comme prévu. L’ambassadeur s’était proposé à eux pour leur servir de guide durant les festivités de la ‘‘Terre qui fut’’. Ce qui attendait SG1, était bien au-delà de leur imagination. Les festivités se déroulaient pendant la première semaine de la période de grande chaleur. C’est une bonne excuse pour cette population d’arrêter de travailler et de prendre du bon temps pendant une semaine. Cela était plus considéré comme des vacances par les adultes que par les adolescents et les jeunes majeurs, qui y voyaient là, une semaine de débauche. Accompagnés de Diantz, l’ex-SG1 marchait en direction des festivités qui se déroulaient principalement en bordure de mer.

« Il fait vraiment très chaud ! » s’exclama O’Neill.
« Pas moins de 35° à l’ombre, général » répondit Diantz.
« Je comprends que vous souhaitiez vous arrêter de travailler ! » dit- il, en enlevant sa veste.
« Je vous emmène à la plage, c’est l’endroit préféré des jeunes, pour faire la fête ! » indique l’ambassadeur.
« On vous suit ! »

Quelle ne fut pas la surprise des terriens de voir comment s’évertuaient les jeunes de Turkana à fêter la ‘‘Terre qui fut’’. Tous étaient pour le moins dévêtus, buvant, mangeant à volonté, et découvrant avec beaucoup d’originalité les plaisirs de la chair.

« Mon dieu ! » s’exclama Sam, en voyant tous ses gens prendre plaisir sans pudeur, sur une plage.
« Carter, fermez les yeux, ce n’est pas de votre âge » ironisa-t-il en lui cachant les yeux de ses mains, afin de détendre l’atmosphère qui s’était quelque peu tendue à la vue qu’offrait tous ces jeunes libertins.
« M’enfin, mon général ! » dit-elle outrée.
« Je plaisantais Carter ! » lui dit-il souriant, enlevant ses mains de devant ses yeux.
« Dites, Diantz, ces jeunes ne courent aucun risque à pratiquer ce genre de coutume ? » demanda Daniel perturbé.
« Eh, bien, non ! Nous n’avons aucune maladie, et ces jeunes ont interrompus leur cycle reproductif pour cette cérémonie, ainsi pas de mauvaises surprise après les fêtes ! »
« Encore heureux, pour ces jeunes femmes ! » s’exclama Sam outrée.
« Carter !! À la prochaine remarque sexiste, je vous bâillonne !! Ces gens sont assez évolués pour savoir ce qu’ils font ! » lui murmura-t-il avec un grand sourire afin qu’elle ne se vexe pas. En retour, elle lui tira la langue, lui indiquant ainsi qu’elle avait compris.
« Moi, ça me fait penser au fête universitaire de Californie ! » intervînt Jack.
« Vous êtes allé à l’université, mon général ? » demanda Sam.
« Ça vous surprend… » lui dit-il charmeur, en se penchant vers elle.
« Dites, O’Neill, est-ce normal, que cette jeune femme soit dans cette position ? » intervînt soudain le jaffa, qui examinait depuis le début de l’échange, les jeunes Turkaniens dans leurs ébats.
« Rectification… Carter, ce n’est à pas vous que j’aurais dû faire fermer les yeux ! » s’indigna Jack.

Sam était morte de rire, la situation était pour le moins comique et embarrassante. Mais, elle prenait un réel plaisir, à voir évoluer son supérieur dans cet environnement. Sans parler de Teal’c qui se faisait un point d’honneur à comprendre les us et coutumes de ce peuple.

« Vous ne connaissez pas le Tarkutra ? » demanda l’ambassadeur à Teal’c.
« Daniel ? » demanda O’Neill.
« Oh, euh, je pense qu’il fait référence à notre Kamasutra ! » expliqua Daniel.
« Oh ! » répondit Jack embarrassé. « Bien, si nous allions…ailleurs ! » proposa finalement O’Neill devant l’embarras général.

Les terriens furent donc emmenés dans des lieux plus ‘‘sages’’ où les anciens prirent le temps de leurs faire comprendre les coutumes et les dérives de la jeunesse. Ils prirent du bon temps à discuter et se chamailler entre eux, jusqu’au festin du soir, ou tous furent conviés à se joindre aux habitants de Turkana sur la place principale pour un diner commun. L’ambiance était plus que festive, les jeunes qui avaient rejoint leurs ainés, les entraînaient dans leurs débauches. L’alcool coulait à flot, et l’esprit qui régnait à cette fête envahie bientôt l’esprit de l’ex-SG1, qui se laissa guider par l’ambiance.

« Carter, je vous trouve bien joyeuse ! » lui dit-il, amusé
« C'est-à-dire que c’est leur boisson, ça me tourne un peu la tête…. Euh, mon général. » répondit-elle confuse.
« Ah, non, Carter, pas pendant le service ! » s’exclama-t-il soudain.
« M’enfin, même Teal’c s’est permis de gouter à cet alcool !! » Lui dit-elle, comme une gamine scandalisée.
« Ah, la la la, ça va pas pour arranger vos hormones, ça ! » lança-t-il sans faire attention.
« Je vous demande pardon, mon général ? »

C’étaient ses oreilles, ou Jack O’Neill, son supérieur hiérarchique, venait de lui parler de ses hormones ? Bon sang, après le coup des fantasmes trop réels, voici le tour des effets de la boisson locale de Turkana sur Samantha Carter. Et vu la mine qu’il affichait, cela avait dû lui échapper. Qu’est-ce que ces hormones avaient à voir dans l’histoire ? Il n’allait pas s’en tirer comme ça.

« Non, rien, Carter ! » conscient d’en avoir trop dit.
« Tututut, fuyez pas comme ça, Soldat ! Qu’est-ce que c’est que cette histoire d’hormones ? Et puis d’abord, elles vont très bien mes hormones ! »
« Mouai, ce n’est pas ce que m’a rapporté le médecin ! » finit-il par avouer, moqueur.
« Le médecin, quel médecin ? » dit-elle outrée.
« Rahh, Carter, ne niez pas que vous n’étiez pas dans votre assiette depuis quelques temps !! »
« Je vois pas le rapport ! »
« Moi si ! » dit-il en lui arrachant le verre d’alcool qu’elle portait de nouveau à ses lèvres.
« Hey, mais laissez-moi boire, à ce que je sache, vous ne vous êtes pas privé, vous ! »
« Non, mais vous me surveillez ? »
« Peut-être que oui, peut-être que non ! » lui dit-elle, en faisant la gamine.
« Mon dieu, vous allez me faire tourner en bourrique ! Bref, Jack a dit pas d’alcool, jeune fille ! » lui ordonna-t-il amusé.
« Vous êtes pas mon père à ce que je sache ! »
« Non, mais je suis votre supérieur, et cela ne m’empêchera pas de vous donner la fesser !! »
« Faudrez, déjà que vous m’attrapiez, mon général !»
« Au vu de vos hormones et de l’alcool que vous avez bu, ça ne sera qu’une formalité, Carter ! »

Paradoxalement à leurs paroles, ils se jaugeaient mutuellement se rapprochant inconsciemment l’un de l’autre, afin d’intimider l’adversaire. La fête aidant, ils s’amusaient comme deux enfants à se tenir tête. La situation allait dégénérer, ce n’était pas sans déplaire aux deux intéressés.

« Mais, dites moi, Môssieur O’Neill, puisque vous avez l’air d’en savoir plus que moi… Racontez-moi tout ! »
« Alors, ouvrez grand vos jolies oreilles, Mademoiselle Carter, car j’ai des choses croustillantes à dévoiler sur vous ! »
« Oh, et qu’est-ce donc, pour que cela attire votre attention ? »
Ils se rapprochaient encore l’un de l’autre, toujours plus près.

« Mais, vous attirez toujours mon attention, Carter ! » murmura-t-il sensuellement.
« N’esquivez pas la conversation, voulez-vous ! »
« A vrai dire… J’ai eu vent de, comment dire de … quelques ‘‘fantaisies’’ de votre part ! »
« De fantaisies ?! »
« Moui…enfin, venant de vous, se sont des fantaisies… »
« Mais, je suis toute ouïe, mon général ! »
« Bien alors, il y a d’abord eu Daniel, qui m’a fait part de votre engouement quelque peu rêveur, pour la niole Irlandaise… »
« Je ne faisais que me cultiver… »
« Puis, il a eu votre chute dans le couloir lors du tremblement… C’est fou comme une femme peut parler lorsqu’elle est évanouie, pleins d’histoires de placard, de t-shirt, de général, de chaussures collées, de chaleur… »
« Je n’ai fait que réagir à un choc physique... »
« Sans parler, du rapport du médecin, quelque peu gêné de venir me parler de vos petits dérèglements hormonaux, qui auraient sur vous, un effet, comment dire…Très suggestif.. »
« Je ne suis qu’une femme en quête d’amour… »
« Et pour finir, l’immense concentration dont vous avez fait preuve, lors du briefing avec Diantz… Ne pas oublier de préciser, votre réaction à l’énonciation de la légende de la ‘‘Terre qui fut’’, toujours très suggestive… »
« Je n’ai fait qu’interpréter ses paroles, et encore j’étais loin de la vérité… »
« Mmmh, peu convainquant vos arguments, Mademoiselle Carter ! » dit-il en essayant de reprendre une certaine contenance face à ce que Sam venait de lui dire.
« Mmmh, je ne vois toujours pas ce que vient faire l’alcool dans tout ça, Môssieur O’Neill ! »
« Comment faire simple… Carter + hormone = rêvasseries + effet suggestif, alors que déjà, rien que Carter + alcool local = sauter de t-shirt, alors Carter + alcool + hormone = femme potentiellement très … »
« Attirante ? » tenta-t-elle.
« Moi J’aurais plutôt dit dangereuse pour l’homme, mais si vous voulez ! »
« Oh, et ça vous dérange ? »
« Je voudrais surtout pas qu’il vous arrive quelque chose ! »
« Que vous êtes mignon, vous prenez soin de moi ! »
« En tant que supérieur je me dois de protéger mon équipe, vous savez ! »
« Il a bon dos vous ne trouvez pas le règlement ?! » lui fit-elle remarquer alors que de nouveau elle tentait de d’attraper un verre d’alcool.
« Non mais Carter, vous le faites exprès ou quoi, je viens de vous dire plus d’alcool pour ce soir ! » s’exclama Jack, en tentant de lui arracher son verre.
« Peut-être bien, mon général ! »
« Vous aller voir qui c’est qui commande ici ! » lui dit-il alors qu’il se baissait pour l’attraper dans ses bras et l’installer sur l’une de ses épaules. « Allez au lit mademoiselle ! »
« Mon général ! Reposez-moi à terre ! » lui répondit-elle indignée.
« Tttt, on obéi à son supérieur, Carter, et arrêtez de gesticuler sinon…. »
« Sinon quoi ? J’ai droit à ma fessée ? » lui dit-elle insolente, amusée de la situation dans laquelle ils se trouvaient.
« Exact et à ça aussi ! » lui répondit-il en lui donnant une tape sur les fesses puis en la chatouillant de son bras libre.
« Arrêtez pitié, mon général, j’en peux plus ! » parvînt-elle à lui dire en deux fou-rire provoqué par les chatouilles.
« Jack, qu’est-ce que vous faites avec Sam sur l’épaule ? » intervînt tout à coup Daniel.
« Daniel, on vous a jamais appris à vous occuper de vos affaires ? »
« Euh, non… à vrai dire, j’ai toujours été de nature très curieuse, c’est surement pour cela que j’ai choisi de faire le métier d’archéologue, mais… » répondit l’archéologue quelque grisé par l’alcool local.
« Daniel, ce n’est pas que je m’ennuis mais j’ai mieux à faire ! » le coupa Jack.
« Et vous avez besoin de Sam, pour ça ? » demanda Daniel qui avait retrouvé un semblant d’esprit.
« Allez, en route Carter, une longue nuit nous attends… » ne faisant pas attention à la réplique de Daniel.
« Vous partez ? » réitéra-t-il.
« Rmmhh, c'est-à-dire que nous allons faire honneur à nos hôtes, je vais enseigner à Carter comment est-ce que l’on fête dignement la légende de la ‘‘Terre qui fut’’ ! C’est qu’il ne faudrait pas faire offense à nos nouveaux alliés! » dit-il.
« Je vous demande pardon ?! » répliqua Sam entre deux gloussements.
« Ah, ok, ben à toute l’heure ! » répondit Daniel à coté de la plaque.

Toujours sonné par l’alcool, Daniel regardait dubitativement Jack avec Sam sur son épaule, disparaître en direction de la plage. Sam n’avait pas l’air de s’ennuyer, il pouvait l’entendre d’ici glousser sous les chatouilles de Jack. Puis soudain, alors qu’il finissait de boire sion verre de ce délicieux alcool local, un soupçon de lucidité le fit réfléchir sur ce que venait de lui dire Jack : je vais enseigner à Carter comment est-ce que l’on fête dignement la légende de la ‘‘Terre qui fut’’ . Le temps que l’information imprègne son cerveau, il recrachait tout le contenu du liquide, toussant à en perdre haleine. Est-il bien sur de comprendre ce que Jack venait de dire…

« Allélouïa » cria-t-il au bout d’un moment.

Pendant ce temps, Jack était parvenu jusqu’à la plage déserte à présent, tous étant sur la place pour le repas. Délicatement, il fit glisser Carter le long de son corps pour la remettre sur ses pieds. Sam était à présent dans les bras de Jack, les yeux dans les yeux une lueur particulière se reflétant dans leur regard. Puis doucement, il l’embrassa avec tendresse avant de se reculer devant le manque de réaction de son second.

« Hey, Sam ? » murmura-t-il, la voyant les yeux obstinément fermé sa bouche toujours tendu vers la sienne.

Revenant à la réalité, Sam ouvrit les yeux, et le détailla silencieusement.

« Pincez-moi ! » demanda-t-elle à mi-voix.
« Pardon ? »
« Je veux être sure de ne pas être encore dans un de mes fantasmes ! Aïe… mais vous m’avez pincé les fesses…. Oh, mon dieu ! » s’exclama-t-elle en essayant de s’extirper de l’étreinte de Jack, réalisant enfin ce qui venait de se passer ainsi que ses conséquences.
« Sam, calmez-vous il n’y a rien à craindre ! » la rassura-t-il, en la maintenant contre lui.
« Mais, mon général, nous … je vous ai… enfin… » essaya-t-elle de lui expliquer, mais elle était pétrifiée, perdue par ce qui se passait.
« Sam, je sais ce que vous essayez de me dire, mais j’ai quelque chose à vous dire avant… On m’a proposé un poste au Homeworld Security à Washington, et je compte accepter… On m’a proposé de devenir l’intermédiaire militaire entre le président et ses conseillés et le SGC… »
« Mais, enfin pourquoi ? Si loin… » gémit-elle.
« C’est un bon compromis pour pouvoir garder un pied dans le projet porte des étoiles et celui de ne plus être votre supérieur direct, en plus, mon poste sera dispatché entre le Colorados et Washington, vous me verrez presqu’autant qu’avant… » continua-t-il, mais il fut coupé par les lèvres de Sam qui s’étaient brusquement jetées sur les siennes le bayonnant ainsi amoureusement et le faisant basculer sous elle sur le sable. Ils se laissèrent enfin aller à tous ces sentiments qu’ils avaient gardés enfouis au fond d’eux depuis si longtemps.

« Dites vous croyez que vous seriez capable de mettre en pratique la position dont Teal’c a fait allusion cet après-midi avec les jeunes de la plage ? » demanda-t-il sensuellement entre deux baisers dans le cou de Sam.

« Mon général ! » s’exclama-t-elle outrée de tels propos si tentants…

Finalement, réussit-elle à penser malgré les douces caresses et les délicieux baisers de Jack, il ne faut jamais sous-estimer ses désirs les plus profonds, car ils finissent toujours par rejaillir d’une manière ou une autre. La preuve, ses hormones boostées par tant de frustration avaient fini par la faire fantasmer au moindre sujet touchant de près ou de loin à Jack O’Neill. Et pour son plus grand bonheur, le principal intéressé avait perçu ses signaux de détresse pour la contenter dignement…

THE END.
avatar
bibiche
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 439
Age : 31
Localisation : Basse-Normandie
Loisirs : Voyager, équitation, danse, escalade...
Date d'inscription : 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cpaf.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  isabelkarter le Jeu 22 Fév - 12:46

Super, pauvre Sam, elle doit vraiment être en état de manque... mais heureusement que le général est là.
Bravo :p
avatar
isabelkarter
Lecteur de Prospectus
Lecteur de Prospectus

Nombre de messages : 17
Loisirs : lecture, photographie, ordi
Date d'inscription : 22/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://lesracinesduciel.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  rauz le Dim 1 Avr - 22:12

pourquoi j'avais pas lu la fin de ta fic, moi? elle est géniale en plus, j'étais bidonnée! nan mais vrai, j'adore ce style humour, aucun romantisme, 'fin sauf un peu à la fin ... mais vraiment c'est super ...

je comprends pas ... :-)))
avatar
rauz
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1955
Age : 30
Date d'inscription : 15/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  lilyrush le Ven 4 Mai - 4:04

wow c'est trop bien !! j'ai adoré la lire Very Happy
avatar
lilyrush
Lecteur de Voici
Lecteur de Voici

Nombre de messages : 69
Age : 32
Localisation : québec,canada
Loisirs : amanda tapping lol,stargate,les séries et voyager
Date d'inscription : 08/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  bibiche le Sam 5 Mai - 0:56

Merci bcp je suis flattée!! Embarassed
avatar
bibiche
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 439
Age : 31
Localisation : Basse-Normandie
Loisirs : Voyager, équitation, danse, escalade...
Date d'inscription : 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cpaf.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  nanoo le Lun 11 Juin - 22:56

J'ai bien aimé, une histoire un peu farfelue et drole

des fautes ici et la mais rien de dramatique


Continue !
avatar
nanoo
Lecteur d'Agatha Christie
Lecteur d'Agatha Christie

Nombre de messages : 673
Age : 35
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 31/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  bibiche le Mar 12 Juin - 0:39

Merci, je vais essayer!!! Wink
avatar
bibiche
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 439
Age : 31
Localisation : Basse-Normandie
Loisirs : Voyager, équitation, danse, escalade...
Date d'inscription : 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cpaf.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  Ayana le Mar 19 Juin - 15:48

Une fic bien sympa digne du topic des déclarations pas romantiques....
De l'humour bien trouvé, une fin comme je les aimes, que demander d'autre ?

Spoiler:
(gore le passage sur la fabrication des alcools par contre ! Razz )
avatar
Ayana
Lecteur du Larousse
Lecteur du Larousse

Nombre de messages : 1218
Age : 28
Localisation : Nantes, raah Nantes, son chateau, ses gondoles.... :p
Loisirs : L'histoire et l'archéologie of course, les livres, les amis, les séries....
Date d'inscription : 14/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://ayana-pitchoune.livejournal.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  bibiche le Mer 20 Juin - 13:18

MDR, oui j'aime le gore des fois, lol!

Merci je ss touchée!! Embarassed
avatar
bibiche
Lecteur de Harlequin
Lecteur de Harlequin

Nombre de messages : 439
Age : 31
Localisation : Basse-Normandie
Loisirs : Voyager, équitation, danse, escalade...
Date d'inscription : 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cpaf.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pousse au crime Irlandais

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum